Le Servette va connaître un rapide développement dès l’inauguration du Parc des Sports. Il devient le premier club de Genève, tant en rugby qu’en football. En 1902, alors que le club compte plus de cent membres, on construit la première tribune réservée aux dames et aux membres du comité. Sa réalisation coûta quelque 2000 francs, somme couverte par les souscriptions des joueurs qui achètent des parts de 5 francs.
 
Cette même année, Servette assit de manière spectaculaire sa suprématie genevois. Il est défié par son grand rival du moment, le FC Excelsior, et les quatre équipes des deux clubs s’affrontent en janvier aux Charmilles. Servette l, ll et lV s’imposent, alors que Servette lll concède le match nul à Excelsior lll. Cette même année Servette football (on ne parlera plus désormais de Football association) effectue son premier déplacement à l’étranger, allant affronter à Paris le Racing-Club de France et obtenant un méritoire 2 à 2.


A l’époque, le championnat suisse est divisé en trois régions. Servette doit attendre 1904 pour remporter le groupe romand, ce qui lui vaut de participer aux finales pour le titre. A Berne, il tient en échec Saint-Gall 1-1 mais s’incline ensuite 2-0 devant les Bâlois d’Old-Boys. Servette dispute encore les finales en 1906 (défaite contre Winterthour, victoire sur les Young-Boys-Winterthour champion grâce à sa nette victoire de 5-2 sur les Bernois). Ce n’est  toutefois que partie remise. Servette est à nouveau vainqueur du groupe romand en 1907, devant Genève, Neuchâtel, Montriond et la Chaux-de-Fonds. Les autres champions de groupe sont Bâle pour la Suisse centrale et les Young-Fellows pour la Suisse orientale.

Servette remporte son premier titre de champion suisse en battant en finale Bâle 5-1 puis les Young-Fellows 1-0 après prolongations.
En 1908, la Suisse est divisée en deux régions. Servette termine sa poule à égalité de points avec les Young-Boys mais s’incline en match de barrage. Cette saison est marquée par le premier match international sur le terrain de football des Charmilles qui se trouvait alors le long de la rue de Lyon, la tribune agrandie pour contenir 200 places étant parallèle à la route. Le terrain de rugby était lui à l’emplacement actuel du stade.

Les buts de l’équipe de Suisse sont défendu par le gardien servettien Dreyfuss qui ne peut empêcher le succès de la France (2-1). Jusqu’à la mobilisation en 1814 les « grenat » remportent encore trois fois le titre romand mais échouent régulièrement dans les finales. Outre Dreyfuss, un autre Servettien devait s’illustrer avec l’équipe nationale, l’attaquant Renand qui émerveilla même les Anglais en 1910. En1914, l’ASF décide de n’organiser qu’un championnat intérimaire en quatre régions. L’année suivante, les « grenat » sont champions romands et en demi-finale ils battent les Youg-Boys, tandis que Bruhl se défait d’Aarau. Le 6 juin 1915 en finale à Berne, Bruhl gagne 3-0. Les deux prochaines saison sont moins fructueuses, Cantonal et la Chaux-de-Fonds dominant le groupe romand.


Autre événement d’importance à signaler pour cette période. Le DR. Aimé Schwob, président du club depuis 1900décide de ne plus accepter de réélection en 1912. Il a énormément apporté au club, le structurant, le dirigeant avec une compétente autorité, le plaçant sur les rails du succès. Le DR. Schwob a également crée le « bulletin officiel du Servette F.C » en 1911 et a fait partie de la commission des arbitres. Pierre Carteret (1912-1913) André Vierne (1913-1915) et surtout Gabriel Bonnet (1915-1927) se succèdent à la présidence du club.


Autre événement d’importance à signaler pour cette période. Le DR. Aimé Schwob, président du club depuis 1900décide de ne plus accepter de réélection en 1912. Il a énormément apporté au club, le structurant, le dirigeant avec une compétente autorité, le plaçant sur les rails du succès. Le DR. Schwob a également crée le « bulletin officiel du Servette F.C » en 1911 et a fait partie de la commission des arbitres. Pierre Carteret (1912-1913) André Vierne (1913-1915) et surtout Gabriel Bonnet (1915-1927) se succèdent à la présidence du club.

Rédigé par: Jacques Ducret, hors-ligne, 1990

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial