A peine la faillite prononcée que les amoureux du Servette se réunissent pour maintenir le club en vie mais dans les échelons inférieurs. Le nouvel homme fort du club est l’ancien mécène du mouvement juniors du club, Francisco Viñas un homme dur en affaire pour qui un sou est un sou et qui se veut résolument modeste.
 

Avec lui à la barre Servette doit se racheter une virginité. Plus question donc d’investir de l’argent qui n’existe pas. Malgré tout le club a des ambitions, notamment de réunir ce qui se fait de mieux à Genève. Le fidèle Sébastien Fournier est nommé directeur sportif tandis que le poste d’entraîneur revient au Genevois Jean-Michel Aeby, qui avait passé plusieurs saisons au club décrochant même le titre en 1994.
 

Il s’agit de reconstruire une équipe autour des trois anciens fidèles au club : Oscar Londono, Philippe Cravero et Aleksandar Bratic (ce dernier revenant à Servette après avoir été victime de la purge “marcrogerienne” qui l’avait contraint de partir pour une saison à Chênois). Pour ce faire Aeby aura attiré avec lui son capitaine à Meyrin Patrick Girod ainsi que les attaquants Talel Chedly et Youssef Wissam.

A Carouge on est allé chercher le prometteur Geoffrey Tréand tandis que le reste de l’équipe est composé par les meilleurs éléments de l’équipe qui jouait la saison précédente en -21 : Julian Esteban, Tibert Pont, David Gorgone, Ilija Todic ainsi que les tout jeunes Xavier Hochstrasser et Genserix Kusunga.

Après des débuts mitigés (nul à Bex, victoire chanceuse contre Chênois, défaites à Echallens puis à UGS le rival cantonal) l’équipe trouve son rythme de croisière et entame sa remontée, s’appuyant notamment sur un Julian Esteban en feu qui enchaîne les buts somptueux les uns après les autres.

A la pause hivernale Servette renforcera encore son secteur offensif en engageant l’avant-centre de Chênois Frédéric Besseyre tandis qu’en fin de championnat deux anciens Grenats, champions suisses en 1999, reviendront à leurs premières amours : Eddy Barea et Lionel Pizzinat.
 
Et rien ne perturbera la marche en avant servettienne qui se permettra de réaliser certains scores fleuves et notamment une victoire 7-0 à Fribourg (les sept buts ayant été marqués en deuxième mi-temps) dans cette deuxième partie de championnat, les hommes d’Aeby arrivant aux barrages de promotion nantis d’une confortable avance.

Le premier tour des barrages oppose Servette à Herisau et le club grenat passe l’obstacle sans encombre malgré un match retour disputé sous la neige (au mois de juin !) Pour la finale pas besoin d’aller bien loin puisque l’adversaire se nomme UGS. Et dès le match aller les Grenats font le nécessaire en s’imposant 3-0 à la Fontenette. Plus qu’à contrôler le match retour à la Praille mais les Servettiens auront eu à cœur de terminer la saison sur une note positive en s’imposant 2-1 pour ce qui représentera la toute première promotion de l’histoire de Servette !

Rédigé par: Antoine Bernheim

Appelez-nous