Fred Greiner ne reste président qu’une saison, le temps d’une victoire en Coupe. Fernand Lilla lui succède, également pendant une seule saison avant de laisser la place à Paul Addor qui reste de 1929 à 1931 puis à Edouard Fulliquet, en place jusqu’en 1933. Certains de ces hommes marquent l’histoire du club de manière tangible. Paul Addor, homme énergique décide de doter Servette d’un nouveau stade. Les obstacles d’ordre administratif (tiens, tiens, déjà !), sont pourtant nombreux. 

Addor et son comité parviennent pourtant à les résoudre. Pour sa première saison à la présidence,Paul Addor a par ailleurs la satisfaction de fêter un titre magnifique et un brin chanceux. Cette année, l’ASF prend la décision de qualifier les deux premiers pour les finales. Or, Servette part très mal sous la direction du major Frido Barthet il faut le rappel de Duckworth pour redresser la barre. Pourtant, Servette ne prend le second rang que lors de l’ultime journée, profitant d’une défaillance d’UGS.


Les finales sont mémorable, les « grenat » remportant leurs quatre matches : 4-2 contre Young-Boys le 11 mai 1930 au Parc des Sports, 1-0 face à Grasshopper huit jours plus tard toujours au Parc des Sports, 3-1 le 25 mai à Lugano et 3-0 aux dépens de Bâle, le 1er juin au Landhof. Cette année, le club organise un concours technique pour les jeunes. Chez les cadets, victoire de Genia Walaschek alors que Jean Campana se montre le meilleur en catégorie B et Serverino Minellis’impose en catégorie A. Celui-ci, venant de Küssnacht, s’était présenté au stade quelques jours auparavant et le concierge avait eu la bonne idée de le diriger vers le capitaine Gusti Geser qui parlait allemand. Walaschek, Campana- admirable détecteur de talents- Minelli : c’est une bonne tranche de l’histoire du football.


Addor atteint un autre but en 1930 avec l’inauguration du nouveau stade, marquée par l’organisation d’un grand tournoi international et réunissant par moins de dix champions nationaux en titre : SV Furth (Allemagne), First Vienna (Autriche),RCS Brugeois (Belgique), Real Irun (Espagne), Sète (France), Bologne (Italie), Goahead (Hollande), Ujpest (Hongrie)Slavia (Tchécoslovaquie et bien sûr Servette.


C’est le 28 juin que M.Gustave Hentsch de la société Immobilière du Servette remet le stade au club et le tournoi se déroule pendant huit jours pour voir finalement First Vienna battre Servette 5-1 pour le 3ème place et Ujpest se défaire de Slavia par 3-0 dans la finale. La saison suivante est très importante pour le football suisse ; l’ASFA supprime l’article des statuts ne reconnaissant que les joueurs de football et c’est donc l’apparition du professionnalisme et les débuts de graves problèmes financiers pour bien des clubs.
 
En 1931, Paul Addor remet son mandat et le nouveau président est Edouard Fulliquet. Celui-ci fait venir un joueur qui va prendre une immense place dans l’histoire du Servette et même du football suisse : un certain Karl Rappan. Venu de Vienne, Karl qui évolue au milieu du terrain, devient rapidement un excellent partenaire pour l’attaquant Passello. En1931, c’est Grasshopper qui est champion et l’année suivante le titre revient au Lausanne-Sports, alors que Servette échappe de peu à la relégation.

Du coup, son comité, toujours présidé par Edouard Fulliquet, se décide à rebâtir une bonne équipe et cet engagement est récompensé par la reconquête du titre, au terme de la saison 1932-1933. Ce n’est qu’après un match d’appui avec les Grasshoppers, le 2 juillet à Berne, au Neufeld, que les « grenats » peuvent fêter leur 7ème titre. Ils l’emportent 3-2 grâce à deux buts d’Amado et un de l’Autrichien Tax. International de basketball, Doddy Guinchard qui revêtira également le maillot de l’équipe nationale de football à douze reprises, s’avère comme l’un des jeunes les plus prometteurs. Venu comme meneur de jeu, l’entraîneur-joueur Karl Rappan a reculé en défense et joue le verrouilleur.

Rédigé par: Jacques Ducret, hors-ligne, 1990

Appelez-nous