FC Bâle- Servette FC Chênois Féminin : Enchaîner les victoires

FC Bâle- Servette FC Chênois Féminin : Enchaîner les victoires

C’est weekend de déplacement ce samedi pour nos joueuses du Servette FCCF. Après un match au sommet remporté face au GCZ Frauen, les Grenat s’en vont du côté du Sportanlagen St.Jakob afin d’y affronter l’équipe locale le FC Bâle Frauen sur le coup des 18 heures.

Continuer sur la lancée

Les victoires se suivent et se ressemblent. Après une nouvelle victoire samedi passé face au co-leader zurichois, le GCZ, Servette s’est installé désormais seul sur ce trône de leader d’Axa Women Super League. Ces 12 points en poche en quatre rencontres leur permettent alors de prendre une avance sur leurs poursuivants, que sont Young Boys (toujours invaincu mais avec 10 points) et Grasshopper avec neuf points mais surtout d’aborder la suite du championnat avec une certaine sérénité. Certes, ce statut de favori, elle l’abordait depuis le début de saison mais cette fois-ci, leurs adversaires vont clairement garder un œil sur cette équipe qui peut se révéler dangereuse et surtout prête à tout rafler sur sa route.

Une équipe qui leur réussit

Les statistiques sont du côté des visiteuses pour cette cinquième rencontre de championnat. Depuis la montée du club genevois dans l’élite du football féminin, les deux clubs ont déjà croisés le fer à 10 reprises. L’avantage est donc dans le camp grenat puisque le Servette FCCF a pris l’ascendant à 7 reprises sur son rival pour deux nulles et 1 seules défaites. Cependant, il faudra malgré tout se méfier de l’équipe locale puisque pour la première fois, le FC Bâle s’était imposé et sans rature face au Servette FCCF le 1er octobre 2022 sur sa pelouse. Ce dernier match à l’extérieure pour les Servettiennes devint compliqué dès le début de la partie. En effet, une seule joueuse décida du sort de la rencontre et peut-être tapa dans l’œil de s future équipe. Eh oui, cette joueuse, c’est bien l’internationale marocaine et nouvelle recrue genevoise Imane Saoud qui ouvrit le score dès la deuxième minute puis à nouveau à la quatorzième minute. En l’espace de 12 minutes et à peine dans le premier quart d‘heure, le club local fit très fort et malgré une tentative de revenir au score de la part des Grenat, celle-ci fût bien vaine. Il faudra donc faire ce voyage avec un maximum de confiance et une volonté de ramener les trois points sans tout autant tomber dans le piège.

Bâle doit se ressaisir

Quel début de championnat compliqué pour une équipe qui finissait à la quatrième place du championnat la saison passée et se faisait éliminer aux penalties en demi-finale des play-offs. Après ces quatre premières rencontres, le club bâlois occupe une décevante septième place avec cinq points en poche. En effet, elles obtinrent à deux reprises consécutives le match nul face à Aarau (0-0) puis Young Boys (1-1). Elles s’imposèrent ensuite face à Yverdon à domicile (3-0) avant de s’incliner très lourdement à Zurich le weekend passé sur le score de 8-0.  Malgré ces mauvaises rencontres, elles ont malgré tout tenu tête aux Bernoises en leur infligeant un coup d’arrêt, ce qui laisse à présager qu’elles pourraient jouer les trouble-fêtes à nouveau face à une équipe qui enchaîne les performances.

Les impressions d’Éric Sévérac après la solide victoire contre GC

Les impressions d’Éric Sévérac après la solide victoire contre GC

C’est un Eric Sévérac enthousiaste et heureux de la probabnte victoire 2-1 contre GC qui s’est confié au micro de Servettiens.ch.L’entraîneur Grenat revient évidemment sur le match, mais également sur les objectifs de cette saison et la première sélection de Kattalin Stahl. 

Vous avez marqué six buts contre Yverdon, quatre buts contre Zurich et contre Rapperswil, et aussi deux contre GC. Comment expliquer cette efficacité offensive ? 

C’était plutôt une “petite” efficacité parce qu’on aurait pu marquer quelques buts de plus. Après, on a fait le job et les choses comme il faut. Je pense que les intentions étaient là, et c’est ce qui m’importe le plus aujourd’hui car les automatismes commencent à venir. On n’a pas concédé beaucoup d’occasions, et GC marque ce premier but que nous leur offrons… ça fait partie du jeu! Mais finalement, la qualité offensive proposée était très bonne. 

Vous avez construit un effectif taillé pour la Ligue des Champions, malgré l’élimination contre le Paris FC. Le début de championnat est bon, mais craigniez-vous un relâchement en cours de saison? 

Je n’attends pas de relâchement parce qu’on a un objectif qui n’a pas été fait au club, à savoir le doublé “coupe/championnat”. Tous le monde est sur le pont et travaille bien. On a encore vu que les joueuses entrées en cours de jeu ont apporté un plus. Et j’en ai encore plein sur le banc qui ne jouent pas, mais qui peuvent apporter beaucoup de qualités. C’est ce que l’on fait aux entraînements, qui sont plus intenses que nos matchs. C’est ça que l’on recherche. Alors oui, nous n’avons pas la Champions League cette fois, mais nous sommes déjà dans la construction pour l’année prochaine afin d’aller chercher des jolis matchs à la Praille. 

Comment aborder ce championnat après une première expérience de playoffs vécu la saison dernière ? 

Je le vois de la même façon. Comme j’ai dis, le championnat est un peu bizarre car même si on gagne les dix-huit premiers matchs on ne sera pas champions. Ce que l’on veut, c’est être prêt pour les matchs de playoffs, ces “finales”. Ces dix-huit matchs de préparation, que l’on veut tous gagner, nous mettent dans une situation comme ce soir avec autant des équipes simples que compliquées à jouer mais toujours avec la volonté de tout gagner, quelque soit les joueuses sur le terrain. Certaines ne jouent pas beaucoup, mais la saison est encore longue. 

On imagine que c’est toujours un plaisir de battre GC qui, la saison passée, vous a posé problème avec une défaite en automne et une élimination en Coupe de Suisse au printemps… 

Oui, en plus GC est meilleur que l’année passée. Il y a plus de qualités je trouve, mais ce soir on les a annihilé. On a fait le match qu’il fallait et que l’on voulait, comme contre Zurich, et les filles ont fait le travail correctement. On veut tout gagner comme on l’a dit, et on l’a prouvé contre une équipe encore meilleure que l’année passée. 

Un mot sur les trois joueuses convoquées en equipe nationale Suisse, et notamment Kattalin Stahl qui est une petite surprise. Est-ce que vous vous y attendiez ? 

Oui, parce qu’on a pas mal échangé avec le sélectionneur. Kattalin était déjà dans ses plans il y a quelques années avant qu’elle parte aux Etats-Unis. Il faut encore un peu de temps pour qu’elle soit, je pense, à son meilleur niveau. Mais avec ce qu’elle a montré ce soir contre GC, elle mérite largement sa sélection comme Laura Felber et Sandrine Mauron. Je pense même qu’il pourrait y en avoir encore une ou deux qui pourraient les rejoindre rapidement…

Propos recueillis par Lucas Araujo

 

Servette FCCF – Grasshopper Zürich Frauen (2-1) : La 4e victoire d’affilée !

Servette FCCF – Grasshopper Zürich Frauen (2-1) : La 4e victoire d’affilée !

Les servettiennes enchaînent en ce début de saison. Après des victoires contre Yverdon, Zürich et Rapperswil, c’est contre les sauterelles que les Grenat font le plein de points. Une rencontre remportée haut la main, tant les joueuses d’Éric Séverac ont survolées la rencontre.

À la Fontenette, l’atmosphère était joviale, le match des féminines débutant quelques temps après la victoire d’Étoile Carouge. Sous la pluie et les éclairs, les joueuses genevoises et zürichoises prenaient place sur le terrain. C’est un onze légèrement remanié du côté grenat par rapport à la semaine passée, Monica Mendes reprenant sa place à Michèle Schnider et Malena Ortiz Cruz, laissée au repos, au profit de la marocaine Imane Saoud. Le match débute alors sur les chapeaux de roues, à la 5e minute, Maeva Clemaron, profitant d’un bon corner, place une tête décroisée qui trompe la gardienne zürichoise. Joie de courte durée, car sur la minute qui suit l’engagement, GC égalise suite à une bourde d’Inês Pereira qui laisse le but vide à Marta Cazalla. Les deux équipes sont ex-aequo mais c’est bien Servette qui domine outrageusement les débats. Les grenat multiplient les occasions , mais n’y arrivent pas. À la 34e, Natalia Padilla, absente de tout marquage, arme un véritable missile à l’extérieur de la surface et fusille les cages d’Isabel Rutishauser. La polonaise inscrit ainsi son 3e but de la saison sous les couleurs de Servette et le commémore avec sa célébration signature. Les servettiennes rentre au vestiaire en menant 2-1.

Un arbitrage à l’anglaise et des occasions vendangées

Au retour des vestiaires, c’est une première partie de seconde mi-temps un peu terne qu’on a pu assisté à Carouge, sous des décisions arbitrales douteuses et un sens de l’avantage et du laisser-jouer assez controversé. Ces décisions ont été majoritairement en défaveur des joueuses de la capitale, les zürichoises abusant du laxisme de l’arbitre.

En deuxième partie, les servettiennes se sont beaucoup créées d’occasions, grâce à notamment l’entrée de Berti, mais celle-ci ainsi que Padilla et Korhonen ont fait preuve de maladresse sur le dernier geste. Les sauterelles, totalement invisible en deuxième mi-temps, pourront s’estimer heureuses de n’avoir perdu que 2 buts à 1. Servette enchaîne une 4e victoire d’affilée et avec un effectif bien garni se dirige gentiment vers l’objectif annoncé en début de saison: Un doublé coupe-championnat.

Prochain rendez-vous, samedi 1er octobre à 18h à Bâle pour continuer sur cette bonne lancée. Les Grenat reviendront à la Fontenette le dimanche 16 octobre contre Saint-Gall.

Le onze Grenat 

Ines Pereira; Agata Filipa, Laura Felber, Kattalin Stahl, Monica Mendes (c) ; Élodie Nakkach (73e Laura Tufo), Sandrine Mauron, Maéva Clémaron ; Natalia Padilla, Imane Saoud (73e Alice Berti); Cassandra Korhonen (87e Marta Peiro)

Entraîneur : Éric Sévérac

Les buteuses 

Maéva Clémaron (5e)

Natalia Padilla (34e)

Servette FC Chênois Féminin- Grasshopper Frauen : Le nouveau choc

Servette FC Chênois Féminin- Grasshopper Frauen : Le nouveau choc

Quoi de mieux comme affiche un samedi soir qu’une rencontre entre les actuelles deux meilleures équipes du championnat ? Toujours invaincues, ces deux équipes comptent bien prendre l’ascendant sur l’autre pour continuer seul en tête. C’est donc un alléchant Servette FCCF- GCZ Frauen qu’on vous propose ce samedi 24 septembre à 20 heures 00.

Toujours en grande forme

Quel début de championnat pour les joueuses Servettiennes, en effet après trois matchs elles restent toujours invaincues, et se sont débarrassées des néo-promues Rapperswil (4-0) le weekend-dernier. Le 10 septembre, on avait déjà affaire à une rencontre explosive, puisqu’elle signait le retour entre les deux finalistes de la précédente édition. Ce fût finalement à l’avantage des visiteuses puisque Servette prit sa revanche en s’imposant sur le score de 4 buts à 2. Cette fois-ci, c’est l’autre club de la capitale économique qui souhaite faire barrage au club genevois. Avec un nombre de points équivalent au Servette FCCF (9 points), soit 3 victoires consécutives en autant de matchs, l’équipe d’Éric Séverac sait que la tâche sera ardue. Par ailleurs, leur programme ressemble assez à celui des genevoises puisqu’elles ont affronté à deux reprises des équipes du bas de tableau (Yverdon et Aarau) avant de croiser le fer face aux championnes en titre, le FC Zürich Frauen (2-0). Autant dire qu’il est assez compliqué de se faire une réelle estimation quant aux chances de chacune des équipes et que ce match pourrait déjà lancer définitivement la hiérarchie du championnat.

Un GCZ surprenant

Grasshopper a toujours été une équipe de tête. En effet, lors de la saison 2020-2021, et alors qu’elle n’alla pas jusqu’à son terme, GCZ était à égalité avec le FC Bâle à la 4 ème place. La saison passée, les Zurichoises finirent à la 3ème place avec neuf points de retard sur Servette. En play-offs, elles tomberont face aux futures championnes de Suisse, le FC Zürich, lors des demi-finales sur le score de 0-3. C’est donc clairement une équipe qui souhaite s’installer progressivement dans le trio de tête mais encore plus, d’aller jouer les trouble-fêtes tout en haut du classement. Ces trois victoires consécutives dont le 2-0 lors du derby Zurichois prouve bien qu’il faudra se méfier d’elles ce samedi lors de leur venue. De plus, une victoire de leur part serait tout sauf anodine puisqu’elles s’étaient déjà imposées lors de leur dernière venue, le 17 octobre, au sein de la république genevoise. Suite à l’expulsion à la 74 ème minute d’Elodie Nakkach, suite à une double faute, Tenini et Papai crucifiaient les espoirs Servettiens en l’espace de huit minutes. Malgré l’expulsion en toute fin de partie d’Aurélie Csillag, le mal était fait et Servette voyait trois points s’envoler devant elles. Cependant, cette défaite est bien la seule en neuf rencontres entre les deux formations. Les têtes à têtes donnent Servette favori avec cinq rencontres et 3 nuls.

Si Servette compte se ressaisir en championnat et récupérer leur trophée, c’est dans des matchs comme ça qu’il faut tout donner et prendre l’ascendant. Allez Servette !

Servette FCCF – FC Rapperswil-Jona 4-0 (3-0) : Une promenade de santé dominicale

Servette FCCF – FC Rapperswil-Jona 4-0 (3-0) : Une promenade de santé dominicale

Sans trop de soucis, le Servette FC Chênois Féminin a glané sa troisième victoire en championnat. Après une probante victoire en terres zurichoises la semaine dernière, les joueuses d’Éric Sévérac ont martyrisé de bien pâles Saint-Galliennes dimanche après-midi à la Fontenette. 

C’est avec une composition quasi-similaire à celle contre le FC Zürich que Servette s’est présenté face au néo-promu. Après un temps d’adaptation et d’observation, il aura fallu peu de temps aux Grenat pour ouvrir le score. C’est donc après seulement 12 minutes que la recrue venue Tottenham, Maéva Clémaron, ouvre son compteur d’une frappe limpide après un joli lob sur une défenseure alémanique. Un geste technique de toute classe, venu du côté droit de la surface de réparation. Pendant la première mi-temps, la machine servetienne prend dès lors ses marques pour finalement rentrer au vestiaire avec deux buts supplémentaires, malgré plusieurs occasions dont un poteau de Malena Ortiz. Le second but, œuvre de Cassandra Korhonen, est venu d’un excellent travail de Natalia Padilla sur le côté gauche (31e) tandis que le troisième est venu du pied de l’internationale suisse et milieu de terrain Sandrine Mauron (32e). Un but survenu dans la foulée de celui de sa coéquipière suédoise qui a butté par deux fois sur la gardienne Fiona Flühler.  Le constat est sans appel : ces trois recrues se sont imposées rapidement dans cette équipe, devenant des pions indispensables du jeu prôné par Éric Sévérac. 

Une partie de plaisir

Au retour des vestiaire, la capitaine Monica Mendes reprend sa place en défense en remplacement d’Agata Filipa. Ce sera un coup de maître de la part de l’entraîneur Grenat puisque la Portugaise sera gratifiée d’un but suite à un coup-franc et une bévue de la gardienne saint-gallienne (68e). Ce sera le quatrième et dernier but de cette rencontre, maîtrisée de bout en bout. Dde quoi asséner un coup de massue à une équipe de FC Rapperswil sans grandes forces face au désormais leader du championnat. À égalité de points avec GC Frauen. 

L’addition aurait pu être plus lourde en cette journée ensoleillée si Marta Peiro n’aurait pas manqué son penalty dans les dernières minutes de la rencontre. Mais au final, le Servette FCCF s’est sorti du piège que tendent parfois ces redoutables équipes néo-promues. Il y a presque un an, Servette avait par exemple été mis en difficulté par Yverdon-Sport dans leur stade. Ce n’était pas le cas aujourd’hui, preuve que l’équipe commence à se solidifier en vue des échéances prochaines et des objectifs fixés: remporter enfin la Coupe de Suisse et récupérer son titre de champion. 

Parlant d’échéance, la prochaine rencontre du club Grenat aura lieu samedi 24 septembre prochain, à 20h à la Fontenette. Hasard du calendrier, les Genevoises affronteront GC pour essayer de définitivement prendre ses distances avec le club zürichois. 

Le onze Grenat 

Ines Pereira; Agata Filipa (46e Monica Mendes), Laura Felber, Kattalin Stahl, Michèle Schnider; Élodie Nakkach (c), Sandrine Mauron (60e Laura Tufo), Maéva Clémaron (60e Thaïs Hurni); Natalia Padilla, Malena Ortiz (67e Daina Bourma); Cassandra Korhonen (59e Marta Peiro)

Entraîneur : Éric Sévérac

Les buteuses 

Maéva Clémaron (12e)

Cassandra Korhonen (31e)

Sandrine Mauron (32e)

Monica Mendes (68e)

Photos: Marc Schweizer

FCC – SFC (0-2): Un Servette remanié trop fort pour La Chaux-de-Fonds

FCC – SFC (0-2): Un Servette remanié trop fort pour La Chaux-de-Fonds

Après le court déplacement à Colovray au tour précédent, c’est un deuxième déplacement romand qui attendait Servette en ce week-end de 1/16e de finale de Coupe de Suisse. La Chaux-de-Fonds, club de milieu de tableau de 1ère Ligue Classic (battu par les M21 servettiens 2-0 en début de saison), recevait les Grenat dans le froid du stade de la Charrière en espérant bien pouvoir créer l’exploit. Spoiler Alert: Il n’en a rien été, et il s’en fût de beaucoup pour que l’exploit ait lieu.

Pascal Oppliger, l’entraîneur chaux-de-fonnier, estimait avant le match les chances de son équipe de créer l’exploit à 15%. Au vu de la composition très largement remaniée que présentait le SFC ce samedi, on aurait presque pu penser que ces 15% étaient frileux. Servette se présentait en effet sans les titulaires habituels: Frick, Clichy, Cognat, Stevanovic, Diallo et Bauer, même pas inscrits sur la feuille de match. A ceux-ci s’ajoutait les absences de Bedia, Behrami, Cespedes, Sawadogo, Samba et Souare (!). Un semi casse-tête auquel Geiger répondait en alignant un milieu de terrain très offensif formé de Valls, Antunes et un Kutesa très actif en soutien d’une ligne offensive Rodelin-Crivelli-Fofana intéressante sur le papier. En défense, c’est Magnin qui prenait le couloir droit et le surprenant Anthony Baron qui suppléait Clichy. Enfin, Rouiller récupérait sa place dans l’axe aux côtés de Séverin. Dans les buts, Omeragic prenait la place de Frick.

Lors du premier acte, rien de bien croustillant à se mettre sous la dent. Servette affichait ses difficultés habituelles à déstabiliser un bloc bas, avec des transitions trop lentes pour réellement mettre hors de position la défense adverse. La Chaux-de-Fonds, de son côté, était là, sans grande surprise, pour résister le plus longtemps possible. Cela aura donné 45 premières minutes extrêmement verrouillées. Servette se distinguant à peine par trois coups de tête hors cadres de Fofana, Séverin et Kutesa et une frappe depuis l’orée des 16m de Kutesa, non-cadrée elle aussi. Côté FCC? Rien, si ce n’est éventuellement une frappe contrée par Magnin dans la surface de réparation d’Omeragic. 

Pour autant, on sentait Servette serein, à l’affût de la moindre erreur de marquage ou de la moindre baisse d’intensité physique de la défense adverse, sans cesse harcelée par Crivelli tout au long du match. S’il n’est pas le joueur le plus intéressant techniquement, il impose un défi physique extrême à la défense centrale adverse qui est précieux dans ce genre de match et en Super League en général. Ses nombreux mouvements, infructueux en 1ère mi-temps, auront certainement participé à affaiblir les par ailleurs solides Frossard et Noundou de l’axe central chaux-de-fonnier.

Au retour des vestiaires, un scénario similaire se mit en place avec un Servette dominateur et un FCC attentiste, prêt à profiter du moindre contre pour essayer de faire douter les genevois. Sauf que cette fois-ci, il ne fallut pas plus de 5 minutes aux servettiens pour décanter la situation. 50e minute: Valls délivre un très bon coup-franc à une trentaine de mètre de buts, décalé sur le côté gauche, Rouiller se libère du marquage adverse pour placer une tête sous la barre que le gardien adverse ne pourra qu’effleurer. C’est 1-0 et le plus dur était déjà fait. Il n’y aura certainement pas un supporter Grenat pour ne pas se réjouir de ce but d’un Rouiller toujours exemplaire, malgré un début de saison plus compliqué pour lui cette année.

Malgré une réaction adverse attendue mais qui n’aura pas lieu, c’est Servette qui va continuer à mettre le pied sur le ballon en cette 2e mi-temps, se gardant de prendre le moindre risque de subir l’égalisation. En toute logique, c’est 15 minutes plus tard que le 0-2 tombera, également d’une tête, celle de Crivelli cette fois, sur un centre de Pflücke, mettant un terme aux derniers espoirs jurassiens. 

Les dernières minutes feront plus office de remplissage qu’autre chose. On regrettera peut-être ne pas avoir vu le jeune Dias Patricio plus longtemps (entrée à la 84e minute) mais l’essentiel est ailleurs. Servette est en 1/8e de finale et l’aventure continue à la veille de ces 2 semaines de pause internationale. On attendra encore avec impatience le tirage au sort de ce soir pour connaître le futur adversaire du SFC. 

Le prochain tour se déroulera les mardi 8, mercredi 9 et jeudi 10 novembre. En espérant que ce ne soit pas le dernier.

Notes

Omeragic (5): Rien à signaler pour le portier servettien car rien à faire pour lui. Ni bon, ni mauvais, il n’a pas été testé.

Magnin (5): Il a été bon défensivement, bien en place et n’a pas hésité à effectuer de nombreux appels dans le dos de Rodelin en phase offensive. Peu servi malheureusement, mais une bonne performance du jeune servettien.

Baron (5): C’est la première fois que j’entendais son nom, mea culpa. Très solide défensivement et à l’aise à la relance des deux pieds, je l’ai trouvé très rassurant. Aurait pu apporter plus en phase offensive mais, à sa décharge, il y avait embouteillage à gauche avec Fofana et Kutesa qui a eu tendance à beaucoup occuper ce côté du terrain.

Rouiller (7): Rien à dire défensivement. Surtout, il libère l’équipe grâce à son coup de tête en début de seconde période pour le 0-1. Précieux hier dans son dépassement de fonction.

Remplacé par Monteiro (non-noté) en toute fin de rencontre.

Séverin (5): Comme son compère Rouiller, très solide et dur dans les duels hier. Tout ce qu’il fallait pour que Servette puisse passer un samedi tranquille. De plus en plus une valeur sûre en défense centrale.

Antunes (5): Plutôt bon jusqu’à sa sortie sur blessure. On espère que ce n’est pas trop grave. Il a 2 semaines pour se remettre sur pied. Rien de particulier à dire sur sa prestation. Ni mauvais, ni extraordinaire. 

Remplacé à la 30e minute par Pflücke (5), discret mais tout de même passeur décisif pour Crivelli.

Valls (6): Il a dominé le milieu de terrain techniquement sur ce match. Toutes les constructions sont passées par lui et il est passeur décisif sur l’ouverture du score avec un très bon ballon délivré sur coup-franc. Il a totalement l’étoffe d’un titulaire dans cette équipe bien qu’il commence moins les matchs ces derniers temps.

Kutesa (6): Remuant, il a touché beaucoup de ballons à un poste qu n’est pas totalement le sien. Pas toujours parfait techniquement, il est quand même précieux avec sa percussion balle au pied dans une équipe qui en manque parfois. Dommage qu’il n’ait pas été décisif. Servette a clairement gagné au « change » Oberlin-Kutesa.

Rodelin (5): Toujours à l’aise techniquement, toujours relativement nonchalant. Il n’a pas fait la différence aujourd’hui mais on ne peut pas dire qu’il ait fait un mauvais match. Dommage qu’il n’ait pas plus combiné sur son côté avec Magnin qui a été généreux dans les appels ce samedi.

Fofana (4): Encore et toujours une nonchalance et une implication à la limite du tolérable. De glissades en pertes de balle, il se comporte comme une star mais n’est pas décisif contre une équipe de 4e division. On admire toujours autant son aisance technique mais il semble ne pas comprendre qu’il doit en faire plus pour devenir un joueur important de l’équipe. Inquiétant.

Remplacé à la 61e après son carton jaune par Douline (5), qui a juste eu à tenir son rang pour assurer le coup. 

Crivelli (7): Tout l’inverse de Fofana. On n’admire pas forcément son aisance technique. Mais quelle débauche d’énergie et quelle combativité. Il ne cesse de harceler la défense par son aggressivité et ses appels. Il est récompensé ce samedi par son 2e but sous ses nouvelles couleurs. Tout ceci en 132 minutes de jeu. Son bilan de 2 buts et un KO technique sur un joueur zurichois en 3 matchs enthousiasme déjà le peuple grenat.

Remplacé par Dias Patrico (non-noté) en toute fin de rencontre

Photos: Adrien Schweizer

Servettiens.ch

FREE
VIEW