BSC Young Boys-Servette FC (3-0) : Une défaite remplie de regrets

BSC Young Boys-Servette FC (3-0) : Une défaite remplie de regrets

Pour le compte de la cinquième journée de Super League, les Servettiens affrontaient ce dimanche l’équipe en forme du championnat suisse. Le vainqueur de la rencontre remportait à la fois les trois points de la victoire mais se voyait également devenir leader de la Super League. Un énorme défi attendait alors les hommes d’Alain Geiger.

Une philosophie de jeu basée sur un bloc défensif bas et un engouement rapide vers l’attaque lors des récupérations de balle, n’est-ce pas là, la force première de cette équipe servettienne ? C’est en tout cas ce que les 26’000 spectateurs du Stade du Wankdorf ont pu apercevoir tout au long de la première période. D’abord par l’appel de Fofana et le bon service de Rodelin dès la 5ème minute stoppée par Zesiger, puis le ballon de Stevanovic quelques minutes plus tard dans les 6 mètres du portier bernois : deux occasions qui ont manqué d’un zeste de réalisme. Il aura fallu attendre la demi-heure de jeu pour voir l’ouverture du score bernoise. Diallo, après avoir mal négocié le cuir, a permis à Rieder de rappeler aux quelques personnes encore indécises qu’il est, en ce début de saison, l’homme en forme de la ligue. Ce 1-0 vient alors doucher les bonnes volontés défensives des Grenat qui avaient pourtant bien commencé la partie. Cette ouverture au score est d’autant plus rageante que, deux minutes plus tard, à la suite d’une erreur du bernois Niasse, Stevanovic offre l’occasion à Cognat d’égaliser. Raté, le ballon bute sur un bernois. S’en suit une bonne combinaison grenat qui voit le tir de Fofana être repoussé encore une fois par la défense du BSC Young Boys.

A l’heure de la pause, on voit mal comment les Grenats auraient pu renverser la situation, tant les quinze dernières minutes ont été asphyxiantes, pour un Servette à la fois malchanceux et en manque de réalisme offensif. Pourtant, ce sont bien eux qui sont revenus des vestiaires avec une volonté de jouer plus haut sur le terrain et de garder davantage le ballon. Le bon centre de Pflücke à la 46e ainsi que la frappe de Fofana aux seize mètres adverse témoignent de l’abnégation de l’équipe d’Alain Geiger. Bis repetita : 54e minute, Fofana adresse un centre pour Pflücke qui loupe l’occasion d’égaliser. De l’autre côté du terrain, alors qu’ils semblaient s’endormir, Elia et YB doublent la mise à la suite d’une bonne combinaison collective sur le flanc gauche de Servette. Cependant, avec les entrées en jeu d’Antunes et de Valls, Servette continue de pousser vers l’avant. La percée du premier nommé dans le camp bernois termine par une frappe sur le poteau. Le 2-1 paraissait alors si proche. Les regrets sont d’autant plus importants lorsque à la suite du poteau d’Antunes, la contre-attaque bernoise offre l’occasion à Itten de démontrer ses talents de buteur par un poteau rentrant : 3-0.

Malgré une défaite, Servette devra rapidement remettre l’ouvrage sur le métier. En effet, les hommes d’Alain Geiger joueront vendredi prochain le premier tour de Coupe de Suisse face au Stade Nyonnais. Un match piège qui a coûté la peau de plusieurs clubs de Super League la saison passée : affaire à suivre.

Les notes

Frick, 6

Les trois buts encaissés viennent contraster un match correct livré par le capitaine servettien. Le portier grenat ne peut malheureusement pas faire grand-chose face à l’armailli offensive bernoise.

Severin, 5

Severin n’est pas un latéral gauche de métier. De plus, les difficultés défensives de Pflücke n’ont pas arrangé le travail du jeune défenseur. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle YB a sans cesse exploité leur côté droit.

Vouilloz-Rouiller, 6

La tâche ne s’avérait guère facile pour la charnière centrale. Face aux assauts répétitifs d’Elia, Rouiller et Vouilloz ont su garder leur sang-froid, en contenant la redoutable attaque bernoise. A l’image du reste de leur défense, le 3-0 paraît sévère et contraste leur bonne prestation.

Diallo, 4

Irréprochable durant les 30 premières minutes, comme la plupart de ses coéquipiers, c’est sa perte de balle qui a permis à Young Boys d’ouvrir le score. Face à un multiple champion suisse et un Fabian Rieder en osmose en ce début de saison, ce genre d’erreur se paie directement.

Rodelin, 5

Rodelin a alterné continuellement entre des bonnes récupérations de balle, des ballons « verticaux » et des absences au milieu de terrain. Remplacé à la 68ème, sa deuxième mi-temps a été poussive.

Douline, 6

Au fur et au moulin défensivement et sans apporter quelque chose de l’autre partie du terrain (est-ce réellement son rôle en même temps ?), Douline a une nouvelle fois confirmé son statut de titulaire indiscutable devant la défense de Servette.

Cognat, 6

Leader de l’entrejeu, Cognat a récupéré des ballons précieux et su exploiter au mieux les occasions servettiennes. Malgré sa frappe contrée qui avait le poids d’un but, il reste un des meilleurs joueurs aujourd’hui et en ce début de saison. Un seul mot d’ordre : ne pas le laisser quitter le club.

Plfücke, 4

La recrue allemande a sans cesse jonglé entre des manques défensifs et des bons ballons pour ses attaquants. Une jolie reprise de volée aurait pu relancer la rencontre, mais c’était sans compter une parade de Von Ballmoos. Dans un match où les bernois ont monopolisé le ballon, les pertes dans les duels en défense auraient pu coûter cher à l’équipe.

Fofana, 4

La tâche était loin d’être aisée pour le joyau genevois : combler la fameuse place de numéro neuf, laissée vacante par la blessure de Bedia notamment. Rarement trouvé en profondeur et bien contenu par les défenseurs bernois, Fofana s’est souvent vu hors-jeu, au sens figuré comme au sens propre. A sa décharge, sa frappe des 16 mètres ne passe pas loin du cadre.

Stevanovic, 7

Stevanovic a été probablement le servettien le plus intéressant durant cette confrontation. En phase défensive d’abord, où le bosnien a fait preuve d’une générosité totale dans les duels directs. Puis, par son aisance technique et ses distributions de balle, Stevanovic a de nouveau livré une prestation irréprochable. Dommage que ses passes n’aient pas été concrétisées par ses coéquipiers.

Antunes-Valls, 8

Bien qu’entrés à la 65e, les deux milieux ont donné une bouffée d’air frais à une équipe qui commençait à se perdre dans la partie. Les deux joueurs ont permis de circuler le cuir, d’offrir des solutions et d’amener de la vitesse dans les phases offensives. La frappe d’Antunes sur le poteau témoigne de sa bonne entrée et de son apport offensif. Une frappe qui avait d’ailleurs le poids du 2 à 1…

Oberlin, 3

Généreux dans l’état d’esprit, les déchets techniques ont été néanmoins trop nombreux pour pouvoir réaliser quelque chose d’intéressant

Magnin-Kaloga (non notés)

Quelques minutes de jeu en première équipe, Magnin et Kaloga continuent d’engranger de l’expérience : de bon augure pour la suite.

BSC Young Boys- Servette FC: Renouveler l’exploit

BSC Young Boys- Servette FC: Renouveler l’exploit

Malgré un football pas des plus beaux pratiqué par les joueurs du Servette FC, il faut malgré tout admettre que cela paie pour l’instant avec cette belle 3ème place. Ce dimanche à 16 heures 30, cette cinquième rencontre se positionne déjà comme un choc entre deux équipes à égalité de points.

Avec huit points en poche après quatre journées de Super League, Alain Geiger et ses joueurs se classent déjà à une belle troisième place, à égalité de points avec les Bernois de Young Boys et les Zurichois de Grasshopper. Cette deuxième victoire de la saison lors de la réception du néo-promu Winterthur permet au club genevois de rester sur cette belle série de matchs sans défaite et surtout de garder à nouveau la cage de Jérémy Frick inviolée avec un maigre but encaissé. Cette belle performance en défense permet alors au Servette FC de se classer comme la meilleure défense du championnat en compagnie de Young Boys (chacun 1 but encaissé), ce qui peut permettre d’être un maigre avantage face à des ours bernois qui ont déjà inscris 8 buts (soit une moyenne de 2 par match). Cette rencontre entre la meilleure attaque et la meilleure défense du championnat risque donc bien de tenir toutes ces promesses et pourrait surtout, en cas de victoire genevoise, permettre au Servette FC de montrer un meilleur visage que la fin de saison passée.

Au sein du camp adverse, les voyants sont tous aussi au vert. Le club de la capitale continue, comme à son habitude, d’écraser la concurrence comme en a fais les frais le FC Sion (0-3). Pourtant, ils connaissent quand même un maigre coup d’arrêt sur la scène helvétique avec deux matchs nuls consécutifs face à Grasshopper (1-1) puis le FC Bâle (0-0). Heureusement pour eux, ils se ressaisissent bien en Europe avec la double victoire (1-0, 3-0) face au club letton du FK Liepaja en round 2 des qualifications à la Conférence League puis tombeurs aussi des finlandais du KuPS (2-0 puis 3-0) au round 3 ce jeudi 11 août à domicile. Avec un Wilfried Kanga plus qu’en forme avec ses 3 réalisations, l’attaque bernoise compte bien faire exploser le verrou de l’arrière-garde genevoise.

Cependant, le combat entre Young Boys et Servette n’est pas aussi déséquilibré qu’il y paraisse puisqu’en 20 rencontres entre les deux formations le Servette FC s’est imposé à 8 reprises pour autant de défaites. Le 1er mars, à domicile, le club genevois avait fait chuter les Bernois grâce à un but d’Alex Schalk dès la troisième minute puis dans la Capitale le 4 décembre 2021 lors du doublé de Kastriot Imeri (1-2). Des performance donc pas impossibles comme en témoigne aussi le match nul (1-1) obtenu sur égalisation de Sébastien Wüthrich lors du premier match du club du bout du lac lors de son retour dans l’élite du football helvétique. Le club grenat compte alors bien prendre l’ascendant sur son adversaire et devant ses supporters qui se déplaceront à Berne avant un match de coupe du côté de Nyon le 19 août à 19:30.

Servette FCCF- Juventus FC Women:   Un match nul de prestige

Servette FCCF- Juventus FC Women: Un match nul de prestige

Largement mené à la pause face à la Juventus hier soir à la Fontenette, le Servette FCCF a parfaitement su rebondir en deuxième mi-temps pour signer un match nul à la saveur de victoire (4-4). Dans un second match de gala face à une équipe de calibre international, les Grenat se sont rassurées à quelques jours d’affronter le Paris FC pour les qualifications en Champion’s League.

Avec un onze de départ assez similaire à celui présenté face à l’Olympique Lyonnais, Servette voulait réitérer la magnifique performance de la semaine passée. Composé d’un milieu de terrain remanié par les titularisations des recrues Maeva Clemaron et Sandrine Mauron, les automatismes devaient se mettre en place pour espérer un résultat. Toutefois, ce fut la douche froide à la mi-temps puisque la Juventus avait inscrit pas moins de quatre buts pour espérer faire douter les Genevoises et se diriger vers la victoire. Mais c’était sans compter sur une Natalia Padilla virevoltante qui a maintenu un brin d’espoir en inscrivant le seul but servettien de cette mi-temps.

Un brin d’espoir qui fût bienvenu puisqu’au retour des vestiaires, les joueuses d’Éric Sévérac ont tout simplement retourné la situation. Et de quelle manière! En n’encaissant aucun but, la défense a plus que tenu le choc tandis que l’attaque s’est réveillée avec trois buts inscrits par Maeva Clemaron, mais également Daïna Bourma et Michele Schnider. Avec ce match nul, Servette sort grandit de ses deux matchs de prestiges qui lui permettront d’emmagasiner une confiance immense avant d’entamer le championnat suisse face à Yverdon le 27 août prochain à 19 heures, mais également sa série de matchs qualificatifs en Champion’s League. Celle-ci commencera à l’extérieur contre le Paris FC, le jeudi 18 août. La victoire sera nécessaire pour poursuivre le rêve de rejoindre le gratin du football européen et revivre de belles soirées au Stade de Genève. 

Photo par Marc Schweizer

Tableau noir : Servette – Winterthur

Tableau noir : Servette – Winterthur

Statistiques clés :

xG selon Wyscout: Servette FC 1.69 (1) – (0) 0.41 FC Winterthur

Les buts attendus (xG) mesurent la qualité d’un tir en fonction de plusieurs variables telles que la qualité de la passe décisive, l’angle de tir, la position sur le terrain et la partie du corps utilisée pour tirer. L’addition des “expected goals” (buts attendus) donne une indication sur le nombre de buts qu’un joueur ou qu’une équipe aurait dû marquer, compte tenu des tirs réalisés.

Tirs / cadrés : 

Servette : 13/6

FC Winterthur : 9/0

Passes précises : 

Servette : 436

FC Winterthur : 277

Passes précises en zone 3 :

Servette : 46

FC Winterthur : 34

Possession :

Servette : 63%

FC Winterthur : 37%

PPDA (passes permises par action défensive)

Servette : 5.83

FC Winterthur : 12.53

Les PPDA (passes permises par action défensives) reflètent le nombre de passes que l’adversaire peut effectuer dans sa zone défensive. Plus le nombre est bas, plus l’équipe en question a effectué un pressing intense et a permis peu de passes à son adversaire. Plus le nombre est haut, plus l’équipe en question a laissé son adversaire effectuer des passes dans sa zone défensive. Le nombre final obtenu est la moyenne calculée au cours du match qui sert à mesurer l’intensité d’un pressing.

Analyse :

Dans la continuité de ce début de saison, Servette nous propose un football moins attractif mais plus maîtrisé qu’avant. En effet, Servette a eu 0.47xG en première mi-temps et 1.22xG en 2ème dont 0.76xG relatif au penalty. Au final, sans le penalty, Servette aurait obtenu un total de 0.93xG ce qui est encore loin des 1.73xG en moyenne de la saison passée. Néanmoins, Servette semble avoir changé de visage pour devenir plus compliqué à déjouer et cela se confirme au fil des matchs. Si la saison passée la moyenne des buts encaissé était de 1.83, jusqu’à présent, elle n’est que de 0.25. Les xG aussi vont dans ce sens : 1.51xG subit la saison passée vs 1.15xG jusqu’à présent. On notera la percée de Fofana qui provoque le penalty et le premier but de Pflücke en espérant que d’autres suivront. 

Échanges et combinaisons les plus utilisées :

Rouiller et Séverin sont en tête des combinaisons effectuées avec 44 échanges. On notera que Séverin et Pflücke se sont trouvé 25 fois ce qui n’était pas arrivé lors des précédents matchs. On a eu de la peine à combiner avec nos milieux, Geiger cherchant souvent la largeur et les côtés. Dans l’ensemble, le placement moyen des joueurs semble plutôt symétrique hormis Diallo qui a joué très haut.

Top : Fofana

Pour son entrée en jeu qui a comme souvent amené un peu de folie dans la rencontre et permet de débloquer le match.

Flop : –

Pas de joueur retenu pour ce match.

Servettiens.ch

FREE
VIEW