Servette FCCF – FC Zürich Frauen (2-2, TAB 4-5) : La désillusion

Servette FCCF – FC Zürich Frauen (2-2, TAB 4-5) : La désillusion

Les Servettiennes se déplaçaient en ce lundi de Pentecôte à la Tuilière pour la finale des Play-offs de l’AXA Women Super League. Qui entre Zürich, le champion de la Coupe de Suisse et Servette, premier de la phase de  championnat régulier, allait remporter le Graal?

Les Grenat, soutenues par près de 2’000 spectateurs genevois, ont pourtant commencé timidement le match. Dominée et retranchée, c’est pourtant l’équipe d’Éric Sévérac qui va ouvrir le score après 17 minutes grâce à une bonne course et un centre tendu d’Amandine Soulard pour sa coéquipière, arrivée cet hiver, Michèle Schnider (1-0). Servette tiendra bon toute la première mi-temps, réduisant peu à peu les espoirs zurichois. Mais c’est en deuxième période que le cours du jeu va changer grâce – ou à cause – d’un acteur particulier: l’arbitre de la rencontre Simone Ghisletta. Si son sens du règlement semble appliqué strictement, elle en perd l’enjeu d’une finale. Les joueuses zürichoises, bien qu’agressives à multiples reprises, s’en sortent avec seulement 1 carton jaune pour 28 fautes commises (contre 12 pour Servette). À la 61e, le premier tournant du match a lieu. Après une provocation qui lui a valu un jaune en tout début de rencontre, la buteuse servettienne Michèle Schnider voit rouge. En pleurs face à cette sévérité incompréhensible, l’ex-lucernoise quitte le terrain et laisse ses coéquipières réduites à 10. À dix minutes du terme, l’arbitre inscrit son doublé personnel en accordant un pénalty litigieux pour les Zürichoises qui reviennent au score (1-1). Le FC Zurich a bien cru arracher le titre à la 95e mais il fut annulé pour une position de hors-jeu. En prolongations, c’est Alyssa Lagonia qui redonne du baume au cœur aux supporters grenat à la 99e minute. Joie de courte durée, car sur le coup de la célébration, Elodie Nakkach tombe à terre victime d’un malaise. La joueuse sortira sur civière et le jeu reprendra, laissant 5 minutes de temps additionnel. Il n’en fallait pas plus pour Zürich qui, suite à une relance mal négociée de Laura Felber, reviennent au score grâce à un centre millimétré et une tête décroisée parfaite de Fabienne Humm. La barre transversale de Lagonia à la 120e ne changera pas la donne: direction la séance de tirs au but.

Si l’attaquante canadienne négocie sans sourciller son pénalty, sa coéquipière Jade Boho butte sur Livia Peng, la gardienne zürichoise. À 4-4, Inès Pereira sort le pénalty de Martina Moser qui l’avait transformé plus tôt dans la partie. Mais par la suite, Laura Felber loupe son pénalty et la Zürichoise Therese Höbinger ne se fait pas prier et crucifie le Servette FCCF. 

Le tenant du titre s’incline ainsi, malgré une 1ère place en championnat régulier, laissant le FC Zürich réaliser son doublé et qui remporte son 23e titre de champion suisse féminin. Hier à la Tuilière, les supporters grenat ont eu un goût amer d’une saison magnifique gâchée par un match, un pénalty, une décision arbitrale. De quoi se questionner sur ce nouveau système de Play-offs.

Finalement, l’équipe de Servettiens.ch tenait à féliciter et à remercier les filles ainsi que tout le staff du Servette FCCF pour cette magnifique saison ! Nous souhaitons également tout le meilleur à Sandy Maendly, Alyssa Lagonia et Amandine Soulard!

Photos: Victor Perrin

Vincent Sasso quitte le Servette FC !

Vincent Sasso quitte le Servette FC !

C’était dans l’air depuis déjà quelques semaines, c’est désormais officiel: Vincent Sasso quitte le Servette FC pour rejoindre le club portugais de Boavista FC.

Le défenseur français de 31 ans plie bagages après 3 saisons passées au sein de la Cité de Calvin. Arrivé à bout de son contrat, le club et le joueur n’ont pas trouvés un accord qui satisfaisait les deux parties. Le français dresse toutefois un bilan positif de son aventure grenat avec plus de 91 matchs joués pour le club (2 buts et 3 passes décisives).

La question est maintenant à la relève pour le club pour son poste de défenseur central. Si une charnière centrale Rouiller-Vouilloz est la plus envisageable, des jeunes peuvent essayer de gratter du temps de jeu comme Roggerio Nyakossi ou encore Diogo Monteiro.

Nous tenions à remercier Vincent Sasso pour ces bons et loyaux services envers le club et nous lui souhaitons une bonne continuation au Portugal !

Servette-Grasshopper: Les notes

Servette-Grasshopper: Les notes

Servette a dominé, Servette a tenté mais Servette a perdu. Si le club Zürichois était en peine en cette seconde partie de saison, c’est car il n’était pas tombé sur notre équipe: Le Robin des Bois de la Super League. Il vole aux riches et donne aux pauvres. Si votre club est dans une mauvaise phase quoi de mieux que d’affronter les grenat !

Blague à part, un Servette ultra-dominateur qui s’incline face à un Grasshopper peu imaginatif…

LES NOTES DES GRENAT


JEREMY FRICK: 6,5

Le gardien grenat a vécu une soirée atypique. Peu sollicité, il n’a pas eu de réelles parades à faire. Sur le pénalty, il part du bon côté et n’est pas loin de l’avoir.


Nicolas Vouilloz: 4

Geiger doit se faire à l’idée que Vouilloz ne doit pas évoluer à droite. Trop souvent débordé, beaucoup de déchets dans ses passes et un positionnement hasardeux, Vouilloz était le maillon faible du Servette FC aujourd’hui. Il concède finalement le pénalty (sévère) à la 10e minute. Un choix d’arrière droit étonnant quand tu as Bauer et Diallo sur le banc…

Il cèdera sa place à la mi-temps pour Diallo: Le français fut ménagé en première période car il faisait le Ramadan. Ironiquement, c’est aussi le grenat qui avait le plus faim sur le terrain. 


Vincent Sasso: 6,5

Le défenseur français a fait une partie solide. Toutefois, à la fin de la rencontre, il s’est improvisé attaquant et des imprécisions de sa part ont coûté quelques actions de but…


Steve Rouiller: 7,5

Un grand match de la part de Steve ce soir. Il a parmi à Servette de contrôler le match défensivement avec de très bonnes récupérations. Vouilloz peut le remercier car c’est lui qui durant toute la 1ère mi-temps a rattrapé ses gaffes. 


Gaël Clichy: 6,5/10

Valton Behrami: 6

Pour son 3e match en tant que titulaire au club, le jeune Valton a montré une prestation assez moyenne. Peu percutant, il n’a pas réussi à combiner aussi bien que lors de ces deux derniers matchs. Cela reste quand même une bonne prestation pour un jeune de 17 ans.

Remplacé par Bauer à la 63e: l’autrichien s’est montré déterminé et on se demande pourquoi il n’a pas commencé le match…


Boris Cespedes: 7

Bon match du bolivien qui en plus d’être costaud physiquement, nous régale techniquement. Un peu surpris de sa sortie à la 63e…

Remplacé par Nyakossi qui a fait parlé son 1m94 et qui a solidement gagné tout ses duels aériens.


Timothé Cognat: 7,5

L’infatigable Cognat! Ce mec respire le foot, il est partout. Il ne s’arrête jamais et c’est lui qui tape un sprint de 70m pour récupérer le ballon et éviter une contre-attaque dans les dernières minutes du match. Très à l’aise techniquement aussi, il a brisé quelques lignes zürichoise à diverses reprises.


Kastriot Imeri: 6

Oui il peut arriver que Kastriot fasse aussi un match moyen. Mis à part son pénalty manqué, Imeri a loupé quelques gestes simples et n’était pas en réussite dans les coup de pied arrêtés. Même si comme à son habitude il était très à l’aise techniquement.


Miroslav Stevanovic: 6,5

Il est difficile des fois de reconnaître des défauts à Micha, mais sur ce match il aurait peut-être fallu qu’il soit un peu plus égoïste. Quelques fois, il a centré mais ses coéquipiers n’ont pas suivi. Mais dans l’ensemble il a fait un plutôt bon match.


Chris Bédia: 5,5

Comme à son habitude, 20 minutes très percutante où il arrive à se créer deux/trois actions (dont le pénalty qu’il obtient). Mais ensuite le gâteau s’essouffle et Bedia disparaît de plus en plus de la rencontre. Et puis en 2e mi-temps il a disparu.

Remplacé par Oberlin à la 64e: qu’on a peu trouvé et qui reste toujours aussi maladroit avec le ballon.


Ronny Rodelin: 7

Ronny Rodelin continue sur sa bonne dynamique et efface peu à peu son mauvais début de saison. Très adroit techniquement, il a été très utile dans l’entrejeu grenat. Toutefois parfois, on a l’impression qu’il veut trop déployer son catalogue technique et fait l’impasse sur le collectif.


Photos: Simon Hutin

Le Servette Grand Genève FC en Ligue 1 !

Le Servette Grand Genève FC en Ligue 1 !

Stupeur à Genève: ce mercredi, les dirigeants du Servette FC et du Thonon Evian Grand Genève FC se sont rencontrés pour parachever avec la Fédération Française de Football (FFF), la Ligue de Football Professionnelle (LFP), l’Association Suisse de Football (ASF) et la Swiss Football League (SFL) l’avenir des deux clubs. 

Tout s’est fait dans l’ombre depuis le 1er avril 2019, mais c’est désormais officiel: Servette fusionne avec Evian et devient le Servette Grand Genève Football Club (Servette GGFC) et intègre officiellement la Ligue 1 dès l’horizon 2023/24.

L’information devrait être relayé sous peu chez chacun des partis concernés. Vous vous demandez sûrement comment cela est possible. Nous avons en exclusivité les raisons :

  1. Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais aurait milité pour cette fusion chez chacun des dirigeants de club français. C’est simple: Le Servette FC et l’Olympique Lyonnais entretiennent des très bonnes relations avec notamment beaucoup de transferts. Jean-Michel Aulas a même fait un test grandeur nature pour tester les infrastructures du Stade de Genève lors du match amical Lyon-Liverpool en août 2019.
  1. La LFP, toujours en quête d’améliorer sa ligue et ses droits TV, a proposé une réforme à 18 clubs dès la saison 2023/24 et dans les coulisses, fusionner 2 clubs pour avoir un engouement populaire dans la région de Haute Savoie (qui est le département qui regarde le plus la Ligue 1) était primordial. De plus avec l’échec de Mediapro, avoir désormais une base juridique en Suisse et l’accord de banques genevoises permettra la sérénité financière du championnat.
  1. Le Servette FC, qui rêve toujours plus grand, a du mal depuis quelques saisons avec l’ASF et cela s’est ressenti avec l’arbitrage nettement en sa défaveur ces derniers temps. De plus, le club en a marre de devoir se déplacer en Suisse alémanique et de devoir communiquer en allemand ou encore pire de devoir aller au Tessin, perdre encore et toujours contre Lugano et devoir faire 12h de route. Dernier point, les clubs “rivaux” romands ne sont pas au niveau du Grand Servette, que ce soit les consanguins de Sion ou les pêcheurs de Lausanne. Servette veut affronter Lyon et Marseille en Derby du Rhône. ( Le club a d’ailleurs affronter les deux clubs en amical ces deux dernières saisons, comme un signe…)
  1. Thonon Evian Grand Genève FC, à qui cette fusion sonne comme une renaissance. Le club veut revenir en Ligue 1 et pour cela il est plus rapide de s’associer que de reconstruire. Le club de la marque d’eau a d’ailleurs affronté Servette en août 2020, c’est d’ailleurs ce jour-là que les papiers ont été signé entre les deux clubs.
  1. Le Paris Saint-Germain et plus particulièrement son président Nasser Al-Khelaïfi, qui voit en la ville de Genève le parfait atout diplomatique puisque le siège de l’UEFA se trouve à quelques kilomètres de celle-ci. Lui, qui suite à l’affaire de la Super League de Florentino Perez, est devenu le président de l’Association Européenne des Clubs mais aussi le chouchou d’Aleksander Čeferin, président de l’UEFA. Le rajout de Genève, cité internationale, dans son championnat est un point d’ancre pour le qatari

Ainsi Servette quittera la Super League dès le 1er juillet 2023. Le club sera remplacé par Etoile Carouge. Le Servette GGFC obtiendra comme l’AS Monaco d’un titre privilégié de club étranger au championnat, ceci lui permettra d’échapper à quelques contraintes budgétaires et financières. De quoi attirer de nombreux nouveaux investisseurs, un certain Majid Pishyar serait intéressé…

Anthony Sauthier: Notre capitaine

Anthony Sauthier: Notre capitaine

Qu’est-ce qu’un capitaine? Le capitaine est celui qui porte, qui représente et qui pousse son équipe à faire de son mieux en tout temps, en tout lieu. Il parle à l’arbitre, il crie, il encourage et sans lui l’âme de l’équipe disparaît. Un capitaine c’est bien plus qu’un brassard, c’est l’Homme qui le porte. 

Jeunesse grenat 

Mercredi 12 janvier, on apprenait la fin de l’aventure de notre cher capitaine Anthony Sauthier au Servette FC. Genevois de naissance, Anthony naît dans la cité de Calvin le 5 février 1991. Passionné par le club grenat dès son plus jeune âge, Anthony regarde des étoiles pleins les yeux, le Servette des années 90. Il est décidé, il veut marquer ce club de son empreinte. C’est à l’âge de 13 ans que le Genevois effectue ses classes dans l’Académie du club grenat. 

Le joueur aime le club mais celui-ci n’a plus les mêmes capacités et le même standing que le club qu’il a admiré dans sa jeunesse. 4 ans plus tard, le latéral droit prend la décision de signer dans le club rival sédunois, évoluant quant à lui en Super League.

Début pro au FC Sion 

Sauthier arrive à Sion lors de la saison 2009/2010. Le Genevois impressionne en équipe de jeunes et inscrit deux buts en 13 matchs avec l’équipe M21. Il acquiert la confiance de Didier Tholot qui le lance en équipe première le lendemain de ses 19 ans contre Saint-Gall à la 70e minute. Suite à cela, Anthony va enchaîner les minutes et les titularisations et finir la saison avec 16 apparitions. Il est même appelé en équipe Suisse U19 à 5 reprises en marquant 1 but. 

La saison d’après, le nouvel entraîneur Bernard Challandes confirme la confiance du club sédunois à Sauthier et en 32 matchs (2 buts et 2 passes décisives) il participe au titre en Coupe de Suisse du FC Sion. Durant la saison, il monte en équipe Suisse U20 pour 6 matchs (1 but). 

Toutefois les deux saisons suivantes vont être plus décevantes pour le jeune Anthony qui est à nouveau relégué partiellement avec les M21. Le joueur se rend compte alors qu’il doit partir, et c’est du côté de son cœur que le Genevois a décidé de poser bagages. 

Sais-tu pourquoi mon cœur est grenat? 

C’est dans un Servette en pleine perdition dans lequel revient Sauthier en prêt de deux ans. Relégué de Super League, au bord d’une nouvelle faillite, Sauthier essaie tant bien que mal de redonner cette grandeur qu’avait le club. Malgré deux très bonnes saisons sur le plan individuel (4 buts et 5 passes décisives) tant que collectif (2e de Challenge League), le club grenat ne va pas bien financièrement et évite de peu la faillite par la reprise de Didier Fischer et la Fondation 1890. Le club est toutefois rétrogradé en 1ère Ligue Promotion pour faute de licence. 

Mais Anthony ne part pas et reste au Servette FC. De la 1ère Ligue Promotion au match de la promotion en Super League en mai 2019, le Genevois va lutter pour le club, donner son âme sur le terrain, vibrer avec les supporters et crier de joie. 

Au bout de 4 saisons au club, le petit Anthony, devenu grand, prend le précieux brassard de capitaine. Quoi de plus logique pour celui qui depuis tout petit supporte le club, celui qui y a été formé et celui qui a désormais ramené le Servette FC avec ses coéquipiers dans l’élite suisse. 

En Super League, il s’imposera dans le schéma tactique d’Alain Geiger comme le leader sur le couloir droit de l’équipe. Il ne marquera qu’un seul petit but en trois saisons (mais quel but!) mais délivrera les prestations de qualité qu’on attend d’un latéral droit de la renommé du Servette FC des années 90. 

Ainsi, le grenat de cœur réalise son rêve d’enfant: jouer au Servette FC, jouer l’Europe à deux reprises et surtout marquer l’histoire du club, en devenant le capitaine du club servettien. 

Le joueur, l’homme, le supporter 

L’histoire d’amour entre Sauthier et Servette finit malheureusement en janvier 2022. Le numéro 2, cette saison-là, fut relégué au banc de touche par son coach. Le joueur a par ailleurs été aperçu en Tribune Nord lorsqu’il n’était pas convoqué, ce qui montre l’amour qu’il porte au maillot grenat. Il prend désormais la direction d’Yverdon-Sport et il est désormais temps de tourner une page de l’histoire. Alors, pour cette fin de parcours grenat, Anthony, de ma part et celle de toute l’équipe de Servettiens.ch, nous aimerions t’adresser un message: 

Cher Anthony, même si nos chemins se séparent, tu resteras à jamais dans le cœur des supporters grenat. Tu as apporté tout ce qu’un capitaine avait à apporter, tu es devenu un exemple pour beaucoup de jeunes Genevois qui rêvent de devenir comme toi. Comme toi derrière ta TV il y a plus de 20 ans, il y a peut-être un petit Anthony qui t’admire les yeux brillants. 

Merci pour tout Capitaine <3

Servettiens.ch

FREE
VIEW