Servette FC – FC Zürich (0-1): Jamais deux sans trois

Servette FC – FC Zürich (0-1): Jamais deux sans trois

Après une défaite face à Winterthur à la Schützenwiese dimanche, et une autre face au SLO mercredi à la Praille, Sevette s’incline une nouvelle fois à domicile face aux Zürichois (0-1). Un revers compliqué qui plonge les Grenat dans le doute.

Après une mauvaise semaine pascale, les hommes de René Weiler se devait de réagir dans ce match capital pour la course au titre. Si une belle affluence était prévue c’était sans compter sur des événements extra sportifs.

Effectivement, la confrontation hors tribune entre la Südkurve et les forces de police genevoises ont entraîné la révolte et la protestation des ultras genevois et zurichois, quittant l’enceinte et laissant un Stade de Genève dans une atmosphère circonspecte.

Tactiquement, René Weiler a reconduit un schéma à deux attaquant en bénéficiant du retour de Tsunemoto et titularisant Guillemenot, auteur d’une bonne entrée contre le Stade Lausanne-Ouchy.

Cependant, sur le terrain on est bien loin des standards habituels et c’est un Servette sans repère (de la Tribune Nord?) qui peine à entrer dans le match. À tel point que les meilleurs actions dans cette première période vont être zurichoises et c’est grâce à un Mall bien réactif que Servette garde le score.

À la demi-heure, Alexis Antunes, victime d’une grosse chute sur la tête devra laisser sa place à Dereck Kutesa. On soupçonne une commotion cérébrale pour le joueur genevois, qui a eu du mal à se relever et qui semblait gené par la lumière du stade.

Juste avant la mi-temps, Servette va craquer et ce malgré une erreur du corps arbitral. En effet, sur un mauvais contre, les Grenat vont perdre le ballon, laissant le FCZ reattaqué et placé un bon centre pour Marchesano. Mall sort bien, boxe le ballon mais ce dernier retombe sur Dante qui n’a plus qu’à marquer dans un but vide. Cela fait 1-0 pour les Zurichois, mais sur le ralenti on s’aperçoit que Marchesano tient et tire Tsunemoto au sol avant d’effectuer son appel, ce qui force Mall à sortir et ce qui entraine le but. Malgré cela, la VAR n’intervient pas et on a bien du mal à comprendre pourquoi.

En deuxième période, Servette revient avec plus d’envie, mais la finition manque encore cruellement. L’entrée de Nishimura apportera quelques frissons, en touchant deux fois la barre transversale. Rien de plus à se mettre réellement sous la dent. Le compte y est sur 13 tirs cadrés hier, Servette n’en cadre qu’un seul. Quels sont les raisons? Le manque d’un buteur? La fatigue? Le mental? En tout cas, Servette se doit de réagir s’il ne veut pas perdre pied.

Etant donné qu’au classement les choses bougent. Lugano, se neutralise à Winterthur mais ne revient qu’à un point du SFC et de la deuxième place. Même son de cloche pour YB qui distance d’un point de plus les Grenat grâce à son match nul au Kybunpark face à Saint-Gall.

Il ne reste plus que deux matchs avant la phase de Play-offs. Servette se déplacera à Bâle avant de recevoir Grasshopper à la maison. Si les Grenat ne font pas un maximum de points lors de ces deux prochaines semaines, la course au titre ne sera plus qu’une douce illusion.

Alors rendez-vous dimanche à 14h15 au Parc Saint-Jacques pour un match électrique. Si le signe indien a été brisé cette saison face aux Bâlois, le déplacement n’en reste du moins pas chose aisée.

Servette s’en remet à l’IA pour la gestion du club

Servette s’en remet à l’IA pour la gestion du club

Entre déboires administratifs et mauvaise gestion de la pelouse, les dirigeants Grenat savaient que la gestion n’était pas leur fort. Depuis quelques mois, quelques clubs ont, alors, œuvré en coulisses en collaboration étroite avec OpenAI pour construire ce qu’ils ont nommé : FRO (Football Research Organisation) Use.

Ce n’est un secret pour personne, l’intelligence artificielle a explosé ces dernières années avec l’essor de nombreuses companies dont notamment OpenAI, connu pour le très célèbre Chat GPT. Ces algorithmes permettent de trouver des solutions très efficaces à nos problèmes en un rien de temps. Si l’on pensait avoir tout vu, de la production d’images ou de vidéos plus vraie que nature plus récemment, on n’y voyait pas encore de rapprochement avec le milieu du sport.

Pourtant en juin 2023, l’UEFA rédige un document nommé “The Risk and the Necessity of Artificial Intelligence on Modern Football”. Cet article explore un large panel de solutions qui seraient vivement encouragées dont notamment tout un chapitre qui expliquerait pourquoi l’IA est une bonne alternative pour éviter les failles d’une administration humaine. Si cette publication ne fait l’effet que d’un pavé dans la mare dans la sphère footballistique, elle a eu des échos aux alentours de Nyon, siège social de l’UEFA, puisque le club du Servette FC, à Genève, s’y est penché concrètement.

En effet, le club grenat cette saison a fait face à un soucis administratif qui a résulté sur la non-qualification de deux joueurs qui sont Rekik et Ndiaye. Un problème qui n’aurait pas eu lieu si ce mail, tant important pour la SFL, ne dépendait pas d’un seul être humain mais d’un robot sans faille. De plus, au courant du mois de mars, le club annonce que Thierry Regenass ne serait plus le président car cette fonction je cite: ” (…) requiert une disponibilité importante.” (Site du Servette FC). Et si le club conclut son communiqué par : “Thierry Regenass et le Servette FC ne feront aucune autre déclaration à ce sujet.” (ibid.) , cela est bien car le club ne voulait pas dire qu’il avait confié ce poste de président à non pas quelqu’un d’autre, mais à un logiciel, un robot, OpenAI. Car oui, depuis 3 mois déjà, Servette et trois autres clubs dont l’on ignore encore les noms se sont entretenus individuellement avec Sam Altman. Plusieurs décisions ont été prise dont une étroite collaboration qui résulterait sur la gestion intégrale du clubs par les Américains.

Ce nouveau logiciel, qui coûterait moins cher et qui prendrait le travail de plusieurs Genevois au sein du club a été nommé FRO-use.

Si l’ensemble des décisions sont encore entre quatre murs, certaines ont déjà fuité:

-Les mails ainsi que la gestion du calendrier est remis à l’Intelligence artificielle. Finis ainsi les spams qui empêcheront de voir par exemple un mail nommé : “URGENT: 7e rappel pour la qualification de tes joueurs/ SERVETTE IL NE RESTE PLUS QUE VOUS”

-Une meilleure gestion de la pelouse grâce à WeatherAI, qui permet aux jardiniers de savoir à la minute près qu’il faudrait peut-être arrêter d’employer des joueurs du FC Coheran pour l’entretien de la pelouse vu l’état de la leur.

-Une routine appliquée à la lettre pour les joueurs et le staff. Fini le second service à la cantine, fini les virées au Village du Soir, fini les écrans après 22h.

-Certains joueurs devront améliorer leur points faibles par des séances intensives. Stevanovic a donc congé jusqu’à la fin de la saison.

Curling le jeudi matin, cours de flûtes pour les M21 et concours de pile ou face à la comm’ pour savoir qui travaille chaque jour sont prévus pour redynamiser l’ensemble du club et de sa cohésion. Si certains sont déjà emballés d’autres se révoltent déjà, car en passant aux alentours des bureaux hier on entendait déjà : “Marre des FRO-use”.

Le partenariat est officiel dès aujourd’hui, le 1er avril. Si avec l’IA il faut faire de plus en plus attention avec ce qu’on voit, n’oubliez pas qu’en ce jour, les journalistes eux aussi, écrivent n’importe quoi.

Bonne pêche !

Servette FC – Viktoria Plzen (0-0) : Les Tchèques plient mais ne rompent pas

Servette FC – Viktoria Plzen (0-0) : Les Tchèques plient mais ne rompent pas

15’354 spectateurs ont assisté jeudi soir au huitième de finale aller de l’UEFA Europa Conference League, au Stade de Genève. Dominants, les Grenat n’ont cependant pas pu s’imposer. Le score est de 0-0, tout reste à jouer.

Si voir Servette jouer l’Europe en mars encore semble assez extraordinaire, les hommes de René Weiler n’ont pas démérité leur place. Après un tour passé face aux Bulgares de Ludogorets, c’est au tour des Tchèques de Plzen de se glisser sur la route des Grenat. Un adversaire de poids pour les Genevois, et pourtant, le fil de la rencontre fera penser le contraire. Rétrospective.

Un onze spécial

Pour ce grand rendez-vous européen, le technicien René Weiler a aligné quelques surprises. Pas de Stevanovic, ni d’Antunes dans le onze et pas de Cognat, malade déjà depuis mercredi. Le polyvalent Magnin est, quant à lui, préféré à Mazikou sur le côté gauche, et à la surprise générale c’est Lélé Diba qui figure dans l’entrejeu genevois. Côté Tchéques, c’est aussi un 4-4-2 mais sans toutefois leur attaquant phare Rafiu Durosinmi, blessé.

Dominer n’est pas gagner

Dès le premier quart d’heure, les intentions des visiteurs sont implicitement annoncées. Face à un 0-0 avantageux, Plzen ne force pas son jeu et, face à l’engagement prononcé des Grenat, les joueurs du Viktorka vont se mettre l’arbitre dans la poche. La première mi-temps est bien terne est aucuns Servettiens n’arrivent réellement à être dangereux. Le bloc défensif tchèque, 1 but encaissé en 6 matchs d’UECL, tient bien son rang.

En seconde période, Weiler procèdera à quelques ajustements. Stevanovic In, Guillemenot Out. L’ex Saint-Gallois n’était pas au rendez-vous. Et c’est l’entrant bosnien qui va faire parler sa palette technique. Deux occasions à la sortie des vestiaires qui vont faire gronder le Stade de Genève une première fois. C’est ensuite un pléthore d’actions servettiennes mais qui ne seront pas dangereuses. À 5 minutes du terme, c’est Antunes qui est à un orteil d’ouvrir le score. Servette pourra s’en mordre les doigts.

Match nul et vierge, Servette se déplacera jeudi prochain en Tchéquie, à la Doosan Arena, pour peut-être se qualifier en 1/4 de finale de l’UEFA Europa Conference League.

Tops: Stevanovic, Tsunemoto, Lélé Diba

Flops: Guillemenot, Bolla, Crivelli

Dimanche, les Grenat affrontent Lausanne au Stade de Genève à 14h15. Un Derby du Lac de Genève de haute importance si Servette veut potentiellement dépasser YB, les Bernois se rendant à Bâle au Parc Saint-Jacques.

Servette FC – Stade Lausanne Ouchy (3-1) : Sur les chapeaux de roues

Servette FC – Stade Lausanne Ouchy (3-1) : Sur les chapeaux de roues

Pour le compte de la 22e journée de Crédit Suisse Super League, Servette recevait les Stadistes, bon dernier du championnat. La logique a suivi puisque les Servettiens se sont imposés 3-1.

Dimanche après-midi, les derniers matchs du championnat helvétique de la semaine ont eu lieu. Parmi eux, Servette recevait le Stade Lausanne Ouchy pour la troisième fois de la saison. Les deux premières rencontres s’étant soldé par un 1-1 dans le temps réglementaire, cette troisième rencontre était alors décisive pour prendre l’ascendant sur cet adversaire que les Grenat ont du mal à s’en défaire.

Servette rentre très bien dans son match

Côté tactique, René Weiler n’a rien changé au match contre Saint-Gall, à l’exception de la titularisation d’Enzo Crivelli en lieu et place de Jérémy Guillemenot. Miroslav Stevanovic, malade lors de la dernière rencontre, retrouve le banc de touche pour ce match.

Le verrou lausannois n’a tenu que 11 minutes. Sur un bon pressing grenat, Cognat récupère le ballon, le transmet à Bolla et le Hongrois fait une merveille de centre pour la tour de contrôle servettienne: Enzo Crivelli. Le natif de Rouen ne rate pas sa tête et ouvre le score pour Servette (1-0).

© Arthur Miffon

Deux minutes plus tard, bis repetita, un gros pressing fait paniquer la défense stadiste, et Ondoua récupère le ballon suite à une passe ratée de Mpata. Face au gardien, l’international camerounais ne tremble pas et double la mise (2-0). Match à sens unique.

Ricardo Nuno Pereira Alcobia Dionísio, le coach du SLO, enrage et dès la 30e minute opère un double changement dans son effectif en sortant Bamba et Emberhard, fautifs sur les buts selon lui. Servette n’est pourtant pas loin de mener 3-0 avant la pause mais la VAR annule le but de Cognat à la 38e pour un hors-jeu de Crivelli au début de l’action.

© Arthur Miffon

Moins sereins après la mi-temps

En deuxième mi-temps, Servette rentre tout aussi bien et c’est Bendeguz Bolla, auteur d’un très bon match, qui triple le score dès la 59e minute, face à un but vide. Toutefois les Grenat vont se faire peur quand Ajdini réduit le score à la 64e sur une faute de main de Joël Mall.

C’est un Servette beaucoup moins serein qui va ensuite faire face aux spectateurs et des actions mal menées avec un alignement des attaquants sur la ligne du hors-jeu assez mal négocié. À l’image de Guillemenot à la 77e, qui va aller provoquer un pénalty sur un face à face avec le gardien lausannois, mais le Genevois était finalement hors-jeu.

© Arthur Miffon

Mais le résultat est tout de même là, Servette s’impose 3-1 et creuse l’écart sur ses concurrents directs puisque Saint-Gall et Zürich ont tout deux perdus leur match ce week-end. Servette enchaîne un 15e match sans défaite en championnat et sécurise sa 2e place.

Faits de matchs

– Les Stadistes ont tout de même été très agressifs sur le terrain. 4 cartons jaunes à 0 côté Servette. Les fautes sur Bolla, Mazikou et Tsunemoto sont l’exemple de l’excès d’engagement des Stadistes.

– La non entrée d’Alexander Lyng. Les matchs s’enchaînent et se ressemblent pour le danois, qui n’est toujours pas entré en jeu depuis le début de la saison. Pourtant les conditions de jeu aujourd’hui étaient optimales, s’il ne rentre pas contre la lanterne rouge du championnat à 3-0, on ne sait pas quand il va jouer.

– Murat Yakin a été aperçu dans les tribunes du Stade de Genève, pour observer des joueurs en vue des prochaines échéances de la Nati. On sait notamment qu’il est venu pour Dereck Kutesa, prévenu de sa venue, mais aussi pour d’autres joueurs dont on ne sait pas le nom (Rouiller?, Guillemenot?, Magnin?, Antunes?)

Le prochain rendez-vous grenat sera dimanche prochain à 16h30 au Stade Municipal d’Yverdon, pour continuer cette bonne cadence et mettre la pression sur le leader YB.

Galerie photo par Arthur Miffon :

Servette FC – Grasshopper Zurich (2-0): Inarrêtables !

Servette FC – Grasshopper Zurich (2-0): Inarrêtables !

7. Cela fait 7 victoires d’affilées pour le Servette FC. Dimanche après-midi, les Grenat n’ont fait qu’une bouchée de leur adversaire préféré : Grasshopper. Un match à sens unique mais riche en rebondissements.

Pour le compte de la 15e journée de Crédit Suisse Super League, Servette accueillait les Sauterelles au Stade de Genève. Sur une série exceptionnelle, enchaînant des victoires contre Lausanne, Lugano, Bâle à deux reprises, Lucerne et le leader Zürich notamment, Servette abordait la rencontre sous les meilleurs auspices. De plus, Grasshopper, bon 10e du championnat, n’a pas ne serait-ce qu’accroché les Genevois depuis le 16 avril 2022, soit 5 rencontres. Seul point fort des Zurichois, ils sortaient d’une victoire 5-2 contre les Stadistes d’Ouchy dans un choc des tréfonds du championnat.

Une équipe solide en toutes circonstances

Pour cette rencontre, Weiler a dû composer avec une équipe comptant quelques absents. Stevanovic, toujours suspendu depuis son rouge contre Zürich côté disciplinaire et Crivelli, Mazikou et Douline blessés. Lyng, qui a pourtant fait son retour sur la feuille de match contre Bâle et en sélection danoise U20, n’est pas convoqué et Rodelin et Fofana semblent toujours boycotté par le tacticien suisse. À noter les retours de blessure d’Antunes et de Touati pour ce match. Côté composition, Weiler aligne Mall au but, officieusement gardien en championnat, une défense Tsunemoto-Rouiller-Séverin-Baron, le guadeloupéen remplaçant Mazikou, un milieu Cognat-Ondouat, Kutesa et Bolla en ailier, Bedia et Guillemenot sur le front de l’attaque.

Devant plus de 7’000 spectateurs, Servette commence la partie sur les chapeaux de roues. Dès la 7e minute, une belle combinaison entre Bolla et Tsunemoto conduit le premier à la première grosse occasion du match, mais le Hongrois bute sur la défense de ses anciens coéquipiers. Quelques minutes plus tard, Rouiller lance un long ballon pour Bedia qui remet de la poitrine à Guillemenot qui déclenche une frappe à 20m du but et trompe le gardien Hammel (1-0). Le Suisse confirme sa forme du moment et transforme un 3e but en 2 matchs. Quelques secondes après l’ouverture du score, sur une merveille d’action collective avec une talonnade de Guillemenot pour Bedia qui dribble le gardien et la met au fond, on va croire au 2-0, mais finalement celui-ci sera annulé pour une position de hors-jeu. Dommage. Puis la rencontre va s’essoufler et Servette va se faire peur. À la 31e, les Sauterelles vont trouver la barre de Mall sur un centre-tir audacieux. C’est un signal donné au Grenat pour ne pas se reposer sur ses acquis. Juste avant la fin de la première période, petit coup dur pour Servette, qui va perdre son portier chypriote Joël Mall suite à une mauvaise retombée. En sortant, il semblait indiquer à Weiler que c’était au niveau du genou. C’est Frick qui le remplacera pour le reste de la rencontre.

Une deuxième mi-temps maîtrisée

En deuxième période, Servette va pousser d’entrer de jeu, mais Bolla bute sur le gardien à la 50e. À la 67e, on pense alors que le match est définitivement aux mains des Grenat, lorsque Chris Bedia est accroché dans la surface de réparation. L’Ivoirien décide de se faire justice tout seul, mais lui qui n’avait pas loupé de pénalty depuis le début de la saison, bute cette fois-ci sur Hammel, auteur d’une très belle parade. Mais ce n’est que partie remise car Timo Cognat, à la 75e, envoie un missile comme lui seul sait faire et qui vient se loger hors de portée du gardien Zurichois (2-0).

Comme face à Bâle, le Français marque encore. Une seule action à noter côté Grasshopper, une belle tête à la 81e, bien claquée par Jérémy Frick. Kutesa, moins en vue lors de ce match, réussira tout de même à se procurer une occasion à la 85e, mais sa frappe angle fermé trouve le poteau. Servette empoche les 3 points et une septième victoire d’affilée qui le fait grimper sur le podium, à deux points du leader zurichois et ex-aequo avec YB qui a un match en moins. Des Bernois que Servette affronte lors du prochain match de championnat au Wankdorf, le dimanche 3 décembre.

Cognat, le top du match

Increvable, infatigable, le magicien du milieu servettien à encore fait parler de son talent. Au four et au moulin, tout en ayant construit les deux, le Lyonnais semble ces temps-ci sur un petit nuage. 2 buts lors des deux derniers matchs, s’il brille encore comme ça jeudi, il va attirer le regard des grands clubs européens.

Mais avant cela, Servette accueille l’un des plus gros adversaires qu’il n’a jamais affronté: l’AS Roma. Pour acquérir définitivement son billet pour les 1/8 de finale de UEFA Conférence League ou pour espérer et croire encore au miracle d’une deuxième place qualificative pour la suite de l’UEFA Europa League, Servette doit faire un résultat jeudi. Avec une forme étincelante et un stade à guichet fermé, les Grenat abordent ce grand rendez-vous européen de la plus belle des manières.

Photos du match par Giuseppe Velletri