Servette FCCF- FC Rapperswil Jona: Une découverte

Servette FCCF- FC Rapperswil Jona: Une découverte

Pour la première fois de son existence, le néo-promu saint-gallois s’en va du côté de Genève et son stade de la Fontenette pour y affronter l’équipe locale. Ce dimanche à 15:00, les deux formations s’affronteront dans le cadre de la troisième journée du championnat.

Le renouveau

Depuis son élimination en Champions League, le Servette FC Chênois féminin a retrouvé de sa superbe. Alors que nos joueuses faisaient leur rentrée annuelle lors de la réception d’Yverdon, match qui se solda sur une victoire nette et sans bavure de 6 buts à 0, elles s’imposèrent à nouveau et pas face à n’importe quelle équipe. En effet, l’équipe emmenée par la défenseure portugaise Monica Mendes se déplaçait du côté de l’Heerenschurli de Zürich samedi passé, un déplacement toujours périlleux et anecdotique pour l’état de forme et la suite de la saison. Alors qu’elles étaient menées à la mi-temps à la suite de l’ouverture précoce de Nadine Riesen dès la 7 ème minute puis du but de Fabienne Humm sur penalty à la 41 ème, elles retournèrent complètement la partie à leur avantage. La messe fût dite par l’intermédiaire de Kattalin Stahl, tout juste entrée en jeu, puis par Agata Pimenta et finalement un doublé en l’espace de 2 minutes par la patte de l’internationale polonaise Natalia Padilla. Ces deux victoires consécutives placent donc l’équipe genevoise en très bonne posture avant la réception du néo-promu Rapperswil. Alors que Grasshopper reçoit ce weekend son rival, le FC Zürich, le Servette FCCF pourrait déjà prendre les manettes du classement en cas de victoire dimanche et d’un faux-pas de GCZ.

Des débuts en Super League compliqués

La saison passée, après 18 journées de championnat, le club saint-gallois obtint une belle deuxième place derrière le FC Thoune. Alors que Lugano était déjà assuré de finir en LNB, suite à des problèmes financiers, le tour de relégation se joua alors entre les deux premiers de la ligue inférieure (Rapperswil et Thoune) ainsi qu’Yverdon, alors neuvième de Ligue Nationale A. C’est au bout de 4 rencontres que le nom des deux équipes fût connu, au grand bénéfice du FC Rapperswil-Jona, avec six points en poche, en finissant de la plus belle des manières puisqu’elles remportèrent leurs deux derniers rencontres, tout d’abord 1-5 à Thoune puis 2-0 face à Yverdon. Ce tournoi leur permit alors de jouer dans la plus haute ligue lors de la saison 2022-2023. Par ailleurs, lors de leur parcours en Coupe de Suisse, elles s’inclinèrent en huitième de finale face à Yverdon (1-3), après s’être débarrassé du FC Affoltern (tapis vert) et de Lugano (3-1) après prolongation. Malheureusement pour elles, après le rêve vint la réalité et elle commence à être dure pour les saint-galloises. En effet, elles s’inclinèrent à domicile pour leur premier match de la saison face au FC Lucerne (2-3) puis à nouveau samedi 27 août face à une équipe zurichoise qui retrouvait son terrain de jeu (7-0). On pourrait presque les plaindre d’affronter à deux reprises les deux équipes favorites du championnat.

La mission s’annonce donc ardue pour des néo-promues qui cherchent encore à marquer le moindre point. Tous au stade pour soutenir des Grenat à la recherche de leur titre!

Crédit photo: Marc Schweizer

Servette FC-FC La Chaux-de-fonds : Le retour de la coupe !

Servette FC-FC La Chaux-de-fonds : Le retour de la coupe !

C’est en tant que co-leader (première fois depuis août 2003 !) du championnat suisse que les Servettiens se déplacent samedi en fin d’après-midi au Stade de la Charrière. Les Grenat retrouvent les joies, la ferveur et l’engouement populaire de la Coupe de Suisse.

Se méfier de l’eau qui dort

Après s’être débarrassés au premier tour du Stade Nyonnais, les hommes d’Alain Geiger affronteront dans quelques jours un FC La Chaux-de-fonds en peine en ce début de championnat de première ligue. Pointée au neuvième rang, la formation neuchâteloise compte 8 unités sur 18 possibles. Mais en Coupe de Suisse, tout est possible. N’était-ce pas Etoile Carouge, alors en promotion league, qui avait fait douter le grand FC Bâle, avant de le sortir en 1/8 ème de finale la saison passée ? Il en reste que la forme actuelle du co-leader de Super League (on le répète, mais cela fait du bien à le lire) laisse peu de place à une surprise. Depuis sa défaite contre le BSC Young Boys, Servette n’a marqué pas moins de 12 buts sur ses quatre dernières rencontres, témoignant d’une efficacité offensive retrouvée. L’écart d’échelons entre les deux formations fait également pencher la balance du côté d’une nette victoire servettienne.

Quel onze ?

La focale se déplacera sûrement davantage sur l’ambiance d’un match entre le petit Poucet de première ligue et le « gros » cador de Super League que sur la confrontation footballistique. Néanmoins, une interrogation se pose sur le onze de l’entraîneur genevois. Ce match de coupe arrive à point nommé pour faire souffler quelques cadres du groupe. On pense notamment au capitaine Jeremy Frick, à l’homme en forme Timothé Cognat et à ses ailiers titulaires Pflücke et Stevanovic. Modifier sa composition de départ, sans pour autant baisser en qualité de jeu, là est aussi un point positif qui avait tendance à manquer la saison précédente. L’arrivée de Crivelli et le retour de Kutesa ont donné un second souffle positif, à l’image de leurs entrées contre Zürich le week-end passé. Les deux recrues auront d’ailleurs probablement davantage de minutes, si ce n’est une place de titulaire, samedi à 18 :00. Alors, qui sortira vainqueur du combat mythologico-footballistique : David ou Goliath ?

Tableau noir : Servette – Zurich

Tableau noir : Servette – Zurich

Statistiques clés :

xG selon Wyscout: Servette FC 1.11 (3) – (2) 0.62 FC Zurich

Les buts attendus (xG) mesurent la qualité d’un tir en fonction de plusieurs variables telles que la qualité de la passe décisive, l’angle de tir, la position sur le terrain et la partie du corps utilisée pour tirer. L’addition des “expected goals” (buts attendus) donne une indication sur le nombre de buts qu’un joueur ou qu’une équipe aurait dû marquer, compte tenu des tirs réalisés.

Tirs / cadrés : 

Servette : 12/5

FC Zurich : 9/3

Passes précises : 

Servette : 352

FC Zurich : 275

Passes précises en zone 3 :

Servette : 39

FC Zurich : 25

Possession :

Servette : 55%

FC Zurich : 45%

PPDA (passes permises par action défensive)

Servette : 8.9

FC Zurich : 11.81

Les PPDA (passes permises par action défensives) reflètent le nombre de passes que l’adversaire peut effectuer dans sa zone défensive. Plus le nombre est bas, plus l’équipe en question a effectué un pressing intense et a permis peu de passes à son adversaire. Plus le nombre est haut, plus l’équipe en question a laissé son adversaire effectuer des passes dans sa zone défensive. Le nombre final obtenu est la moyenne calculée au cours du match qui sert à mesurer l’intensité d’un pressing.

Analyse :

Un match de folie avec un scénario rêvé, pourtant cette équipe de Zurich ne ressemblait pas à une équipe de bas de tableau, même à 10 les Zurichois ont donné du fil à retordre aux Grenat.  Depuis le début de saison, Servette joue assez bas sur le terrain mais avec un jeu de transition rapide vers l’avant. Ce jeu en transition ne permet pas aux milieux de combiner et de garder la balle, néanmoins il permet à des joueurs comme Clichy ou Vouilloz, à l’origine de 2 des trois actions qui ont amené les buts, d’utiliser leurs qualités de passes longues. Autrement, on retrouve Cognat à la baguette dans l’entrejeu. Il fait d’ailleurs un début de saison tonitruant. Son manque de réalisme lui a souvent fait défaut même si cela ne reflète pas son apport importantissime dans le jeu 0.12xA et 0.3xG sur ce match pour 1 but et 1 assist. Ce qui caractérise aussi le renouveau de ce Servette, c’est Crivelli qui apporte de la puissance et de la technique sur le flanc de l’attaque. On l’a vu proposer quelques remises intéressantes et gagner des duels en puissance (24 ballons touchés, 1 tir cadré, 7 passes, 2 duels gagnés). Les chiffres analysés ci-dessus sont tous en faveur de Servette. On notera tout de même les 1.11 xG par rapport aux 3 buts marqués qui montre que Servette a su faire preuve de réalisme. 

Échanges et les combinaisons les plus utilisées :

Vouilloz et Severin sont en tête des combinaisons effectuées avec 40 échanges ! Les milieux ont de la peine à se trouver de part le jeu très direct, aucun ne figure parmi les 6 premiers. Le placement des joueurs est très symétrique. On note que Crivelli a eu un positionnement plus haut que Rodelin sur le terrain. 

Top : Cognat

1 but et un assist, le dynamiteur de l’équipe par lequel la plupart de nos actions sont passées. Il est en feu en ce début de saison pourvu qu’il continue ainsi

Flop : –

Pas de joueur retenu pour ce match

FC Zürich – Servette FCCF (2-4) : une folle remontée pour battre les championnes en titre!

FC Zürich – Servette FCCF (2-4) : une folle remontée pour battre les championnes en titre!

C’est un Servette FCCF conquérant, surtout en deuxième mi-temps, qui a obtenu sa deuxième victoire consécutive en championnat après le match contre Yverdon. Face cette fois-ci à l’épouvantail FC Zürich, les joueuses d’Éric Sévérac ont gagné remonté deux buts et démontré une force de caractère qui pourra lui être utile tout au long de la saison.

Avec l’objectif de remporter enfin la Coupe de Suisse et récupérer son titre de championnes suisses, les coéquipières de la capitaine Monica Mendes se doivent d’être irréprochables sur le terrain. Ce ne fut pas le cas en 1ère mi-temps puisque la messe était dite à la 45e avec deux buts déjà encaissés, malgré des bonnes intentions dans le jeu. Mais au final, les occasions manquées (Saoud, Padilla, Korhonen) et une défense peu à son affaire sur les buts de Nadine Riesen (8e), reprenant un coupé-franc de Laura Vetterlein repoussé par le poteau, et Fabienne Humm (42e, sur penalty) auront eu raison des ambitions des Genevoises avant leur voyage vers la capitale économique du pays. Toutefois, il fallait compter sur un probable discours de battant inculqué par Éric Sévérac à la mi-temps pour faire changer le cours du match. 

Car au retour du thé, c’est un Servette métamorphosé qui a attaqué la pelouse de Heerenschürli. C’est effectivement après seulement dix minutes que la jeune genevoise Kattalin Stahl a réussi un magnifique tacle rageur dans la surface suite à une erreur de main de la gardienne zürichoise Lourdes Romero (54e). De quoi redonner des ailes à des joueuses qui n’auront dès lors plus de pitié pour leurs ennemies jurées de ce championnat suisse. Bien installée sur son côté gauche de la défense, Filipa se délecte d’un jeu offensif séduisant aperçu contre Yverdon déjà et qui a fait mouche cette fois-ci. En effet, c’est sur un coup-franc à l’entrée de la surface que la Portugaise a fait trembler les filets à la 62e. Et dans la lucarne, s’il-vous-plaît. Revenu au score en très peu de minutes, Servette n’a pas abdiqué puisqu’un penalty est transformé par Natalia Padilla à la 62e, suite à un excellent travail de la besogneuse Korhonen. Puis plus tard, ce sera de la tête suite à un centre précis de Felipa que l’internationale polonaise doublera son compteur pour donner deux longueur d’avance aux Grenat. Une excellente « remontada » qui augure une belle bataille entre les deux équipes prétendantes au titre cette saison. 

Le prochain match du Servette FCCF est programmé le dimanche 18 septembre prochain à 15h. Les joueuses affronteront le promu et avant-dernier du classement Rapperswil, pour un match qui s’annonce plutôt facile. Une occasion de faire tourner l’effectif? Réponse à la Fontenette dans une semaine!

Crédit photo: Victor Perrin

Servette FC- FC Zürich : Faire chuter le champion

Servette FC- FC Zürich : Faire chuter le champion

Quel début de saison exceptionnelle du côté du stade de Genève ! Avec une seule défaite au compteur en sept rencontres, le Servette FC totalise 14 points et occupe donc la troisième place du championnat.Ce dimanche 11 septembre à 14 heures 15 ils reçoivent le FC Zürich, champion en titre, mais dans une période compliquée. Quoi de mieux pour continue sur leur lancée ?

La vie en rose

Je pense qu’aucun supporter servettien ne pouvait s’attendre à voir son équipe favorite occuper la troisième place à égalité avec Young Boys et ce alors que des critiques sur le recrutement fusaient. Pourtant, il faut bien admettre que l’effectif d’Alain Geiger remplit pleinement les attentes de leur coach. Deux nouveaux visages ont rempli cette équipe genevoise avec l’arrivée d’Enzo Crivelli en provenance du Basaksehir FK, passé également par Bordeaux ou Bastia, ainsi que le retour à la maison de Dereck Kutesa qui évoluait au Stade de Reims. En outre, Servette est allé s’imposer sur le score de 2 buts à 0 dans la Swisspor Arena de Lucerne. Depuis leur défaite (3-0) à Berne, le club genevois reste sur une bonne dynamique de 3 victoires consécutives. Quoi de mieux que de faire le plein de confiance avec la réception d’un champion dans la tourmente et un déplacement champêtre pour la Coupe avant de retrouver le Cornaredo de Lugano, la bête noire des stades helvétiques pour le club genevois.

Avant un déplacement dans le cadre des 32 ème de finale face au club neuchâtelois de la Chaux-de-Fonds samedi prochain, le Servette FC se doit d’engranger un maximum de confiance en faisant chuter à nouveau le champion national sur sa pelouse. En effet, le 10 avril, Kastriot Imeri à la 35 ème minute et son équipe avaient réalisé l’exploit de s’imposer à domicile et ce alors qu’ils ont évolués en infériorité numérique depuis la 68 ème minute suite à un double jaune pour David Douline. Les derniers matchs entre les deux équipes permettent d’ailleurs à Servette d’afficher l’étiquette de favori puisque depuis le retour des deux clubs dans la plus haute ligue, le club grenat s’est imposé à 4 reprises dans son antre sur un total de six matchs joués.

Un champion dans la tourmente

Alors que l’ancien sixième voit la vie en rose, c’est bien plus compliqué pour un champion national qui a vu l’exode de plusieurs de ses joueurs cet été. Les départs d’Assan Ceesay à Lecce, de Doumbia à Lugano ou de Wilfried Gnonto de l’autre côté de la Manche à Leeds ont particulièrement affaiblis les capacités offensives du FC Zürich. Le football zurichois va très mal puisque deux de ses représentants occupent la neuf et dixième place du classement et seulement deux points chacun en poche. En sept rencontres, le champion en titre s’est donc incliné à cinq reprises pour deux matchs nuls face à Winterthur (1-1) et Lucerne (0-0). Avec une moyenne de 2.3 buts encaissés par matchs (16 en 7 rencontres), l’attaque genevoise sait qu’elle va devoir taper fort. Ils peuvent par ailleurs compter sur une attaque en difficulté avec seulement 4 buts marqués soit une moyenne de 0.6/match.

Finalement, le club genevois pourra compter sur une fatigue qui va s’accumuler puisqu’à défaut d’être absent sur les pelouses helvétiques, les Zurichois ont affronté Arsenal jeudi soir dans le groupe A de l’Europa League. Après s’être incliné face à Qarabag (4-5 confondus) pour la Champions League, ils se sont rattrapés en C3 en disposant coup sur coup du club nord-irlandais de Linfield FC (5-0) puis des Ecossais de Heart of Midlothian (3-1), ce qui leur permet donc d’affronter Arsenal, Bodo/Glimt et le PSV Eindhoven sur la scène européenne. A défaut de briller en Suisse, il serait bien qu’ils le fassent un minimum en Europa afin de rapporter des points aux coefficients UEFA.

FC Zürich Frauen-Servette FCCF : Le choc des titans

FC Zürich Frauen-Servette FCCF : Le choc des titans

Ce match en retard du premier tour entre le club genevois et zurichois s’annonce déjà passionnant. Après une lutte acharnée durant la précédente saison puis une finale qui décida de sacrer le FC Zürich Frauen championnes de Suisse, le compte à rebours est déjà remis à zéro. Ce samedi 10 septembre à 19 heures c’est donc l’occasion pour les deux clubs de relancer cette lutte à la première place.

Un début de saison aux antipodes

Les deux clubs ont subi la fin de saison de manière bien différente pour cette première finale des play-offs. Alors que dans le camp zurichois, on fêtait un 23 ème titre consécutif après celui de 2019 et une fin de carrière en apothéose pour Martina Moser, dans le camp genevois il fallut sécher ces larmes et ainsi se remettre en avant puisqu’une série de qualification pointait déjà le bout de son nez pour la Champions League. Malheureusement, le mauvais sort s’acharna sur des Grenat qui vécurent une nouvelle désillusion en s’inclinant sur le maigre score de 1 but à 0 face aux troisièmes de première division française, le Paris FC. L’honneur sera sauvé trois jours plus tard en faisant chuter l’hôte du tournoi, le Glasgow City LFC (1-0). Les nouvelles championnes nationales, elles, mirent sur la touche le KI Klasvik, club des Îles Féroé (6-0) puis l’équipe locale d’Apollon FC Ladies de Limassol (1-0), ces deux résultats leur permettent d’accéder au deuxième et dernier tour de qualification lors duquel elles feront face aux championnes de Bosnie-Herzégovine, le SFK 2000 Sarajevo. Une trajectoire relativement différente entre les deux clubs qui s’affrontèrent à distance la saison passée.

Lors du deuxième tour de l’Axa Women’s Super League, le Servette FC Chênois Féminin montra un tout autre visage en imposant déjà sa volonté de récupérer ce qui leur est dû. Les Genevoises ont démontré leur rôle de favorites en disposant facilement et de la plus belle des manières du second club romand du championnat, Yverdon. Monica Mendes, la nouvelle capitaine des Grenat, a marqué son premier but de la saison peu après le coup d’envoi, Laura Tufo a porté l’avance à 2 :0 d’un joli tir direct au but. Maria Korhonen, Sandrine Mauron, Alice Berti et Malena Ortiz Cruz se sont chargées de marquer les autres buts. Yverdon ne s’est pas trop mal débrouillé, cherchant sans cesse des solutions au stade de la Fontenette et s’organisant défensivement en conséquence mais la chance n’a pas souri aux Vaudoises et c’est bien Servette qui à la fin sort gagnant (6-0). Le nouveau venu de l’AWSL, Rapperswil, a rencontré Zurich et n’a pas eu beaucoup de chance contre le champion de l’année dernière. Lors de son premier match de la saison, le champion en titre a littéralement écrasé son adversaire. La nouvelle venue Irina Pando a ouvert le score avec un but de la tête à la 8e minute, suivi de six autres buts (2x Seraina Piubel, 2x Naomi Mégroz, Viktoria Pinther et Fabienne Humm) sans que les visiteuses ne contre-attaquent. Zurich a fêté sa première victoire en fanfare 7:0 devant son public.

Suite à la fin de carrière de trois joueuses (Lagonia, Maendly et Soulard), l’effectif du coach Éric Séverac se peaufina avec l’arrivée de pas moins de huit nouvelles joueuses dont l’internationale helvétique Sandrine Mauron qui arrive de l’Eintracht Frankfurt. Il faut aussi compter sur le départ de Jade Boho qui a rejoint Alhama CF, club espagnol, ainsi que le départ en prêt d’Ilona Guede Redondo au Real Club Cacareno qui évolue en D2 espagnole et d’Alyssa Grivaz également en prêt du côté du FC Sion. Le FC Zürich Frauen a pour sa part vécu un chamboulement autant dans les arrivées que dans les départs. Neuf nouvelles joueuses sont également présentes dans l’effectif zurichois dont l’internationale suisse Irina Pando qui évoluait auprès de notre ancienne joueuse Amira Arfaoui au Bayer Leverkusen. Côté départ, l’entraîneuse Inka Grings doit compter sans dix de ses anciennes joueuses dont quatre ont pris leur retraite.

Ce match est donc l’occasion aux deux équipes de pouvoir faire comprendre à l’autre leur envie de soulever le trophée et leur supériorité.

Photo: Adrien Schweizer

Servettiens.ch

FREE
VIEW