Servette FC-FC Lugano : La rencontre de l’amitié

Servette FC-FC Lugano : La rencontre de l’amitié

Alors que le Tessin a décrété un huis-clos pour le derby de hockey entre Ambri-Piotta et Lugano, L’arbitre, Monsieur Lionel Tschudi, donnera le coup d’envoi de la rencontre à 16 heures.

La rencontre :

Les Genevois font vraiment plaisir à voir jouer ces derniers temps. Le nul renversant sur la pelouse du Parc Saint-Jacques fait clairement partie d’un de ces matchs que nous souhaiterions revoir. Depuis le début de l’année 2020, ils se sont imposés déjà à 3 reprises et bien qu’ils se soient inclinés au Kybunpark (1-0), le jeu offensif des grenats avec 10 buts inscrits en 5 rencontres met des étoiles aux jeunes supporters. Cependant, il reste un point noir dans le collectif servettien. Alors que les louanges affluent concernant la défense imperméable, composée de Rouiller et Sasso, elle commence malgré tout à prendre gentiment l’eau, les 5 buts encaissés (soit 1 par match) peuvent malgré tout laisser planer quelques interrogations lorsque la troupe d’Anthony Sauthier foule les pelouses du trio de tête et ces deux buts encaissés lors de la 1ère mi-temps à Bâle en sont le parfait exemple. Le stade de Genève commence d’ailleurs à devenir tout doucement une forteresse impénétrable puisque la dernière défaite du Servette FC devant leur public remonte au 20 octobre 2019 lors de la défaite face aux Brodeurs sur le score de 1-2, les genevois restent donc pour l’instant sur une série de cinq victoires consécutives dont trois face à des équipes qui occupaient les quatre premières places. Cependant, il faudra se méfier de la troupe de Maurizio Jacobacci, seule équipe contre qui le Servette FC n’a pas encore réussi à inscrire le moindre but suite au nul obtenu sur la pelouse du Stade de Genève (0-0) ainsi que la défaite du 1er décembre survenue au Cornaredo (1-0).

Un triste 0-0 avait conclu le dernier affrontement entre les deux formations lors du dernier match à la Praille.

L’adversaire :

Du côté des Luganais, ils sont capables du meilleur comme du pire. La splendide performance face aux Young Boys de Berne il y a deux semaines au Cornaredo (2-1) en est le parfait exemple mais ils peuvent vite retomber dans leurs travers face à Thoune lors de la première rencontre de l’année en s’inclinant sur le score de 3-2. Leur septième place cache malgré tout de superbes performances collectives depuis le début de la saison, autant lors des victoires face à Servette à domicile le 1er décembre, le 21 Juillet en déplacement à Zürich (0-4) ou lors de leur épopée européenne lors de laquelle ils tiendront en échec des équipes comme le Dynamo Kiev à deux reprises ou Malmö FF. De plus, il faut quand même rappeler que les Bianconeri restent à ce jour la troisième meilleure défense du championnat avec 27 buts encaissés en 23 confrontations et ce grâce à l’excellente forme de leur gardien Noam Baumann qui garde une moyenne des notes de 7.09 sur Sofascore (seul Omlin avec 7.15 fait mieux), il n’y a que les Servettiens et les Bâlois qui prennent moins de but. Malheureusement, c’est vraiment au sein de l’attaque que cela pêche, le meilleur buteur du club étant Mijat Maric avec 5 buts en 18 apparitions, soit 1 but toutes les 324 minutes de jeu. De plus, il effectue 0.8 tirs par match ce qui explique facilement le fait qu’il n’inscrive que 0.3 buts/ rencontre. Bien que le grand succès du FC Lugano provienne de sa défense, il sera alors grandement compliqué de faire plier les cages du gardien luganais, les Tessinois comptent bien s’emparer des fameux 3 points afin de s’éloigner de la zone maudite et se rapprocher des Lucernois qui ne comptent que cinq points d’avance.

TOUS AU STADE POUR SUPPORTER LES GRENAT

Gérard Bonneau parti pour rester?

Gérard Bonneau parti pour rester?

Alors qu’on le pensait bien parti pour rejoindre Saint-Etienne, Gérard Bonneau pourrait bien rester à Genève! En effet, le directeur sportif du Servette FC ne serait pas plus chaud que ça à rejoindre le Forez. Par ailleurs, Saint-Etienne envisagerait déjà un plan B, Axel Lablatinière, actuellement au Red Star serait sur les tablette du club stéphanois, néanmoins celui qui a officié du côté d’Angers notamment ne ferait pas l’unanimité auprès des dirigeants stéphanois qui occupe actuellement une triste 15ème place avec seulement deux points d’avance sur le barragiste Nimes…

FC Luzern – Servette FC Chênois Féminin : La passe de trois ?

FC Luzern – Servette FC Chênois Féminin : La passe de trois ?

Après s’être imposées déjà à 2 reprises face au club du lac des Quatre-Cantons alias le FC Lucerne, les genevoises s’en vont retrouver cette si belle ville afin d’y affronter l’équipe locale ce samedi 29 février sur le coup des 18 heures. Les Lucernoises jouant aux montagnes russes ces derniers temps apporte une sacrée opportunité aux genevoises de continuer leur splendide série.

La rencontre :

Alors que les Zurichoises, toujours deuxième du championnat, iront visiter le Tessin et suite à la victoire engrangée la semaine passée par le Servette FCCF (3-0), les suisses-allemandes ne devraient pas trop avoir à user de leur talent pour se défaire de la lanterne rouge. Les Grenat ne vont donc pas devoir tomber dans le piège d’un déplacement au fin fond de la Suisse. Bien qu’elles se soient plutôt facilement imposées en terre étrangère (2-4), la réception des Bleu et Blanc avait d’avantage donné du fil à retordre. Mirela Jakupi permit à son équipe de prendre les 3 points sur la pelouse de Florimont qu’elles foulèrent pour la première fois de la saison. La fin de match moins sereine que d’habitude pour les Servettiennes laissent à envisager que les Lucernoises ne laisseront clairement pas les visiteuses empocher plein pot et ce pour la 3ème fois de la saison. Cependant, bien que les joueuses connaissent quelque fois certains légers coup d’arrêt comme en témoigne le match nul obtenu face aux Zurichoises de Grasshoper, elles peuvent se targuer de vivre une saison à la Liverpool, si l’on ne compte pas bien sûr la première défaite enregistrée lors de l’ouverture du championnat. Les Genevoises surfent toujours sur leur vague de 15 matchs consécutifs sans défaite et c’est juste une incroyable série, lorsque l’on sait que leurs poursuivantes de 1 points, ont quant à elles connues à 3 reprises la défaite.

La joie des servettiennes à l’issue de la première confrontation en septembre. Bis repetita ce samedi ?

L’adversaire :

Le club alémanique vit une situation plutôt instable ces derniers temps, les résultats jouant aux montagnes russes. En 10 rencontres, les Lucernoises n’ont enregistré que 4 victoires face aux Luganaises, Bernoises et Saint-galloises à deux reprises, soit trois équipes derrières elles. Mais lorsqu’il s’agit d’affronter des équipes de plus grand augure, les chiffres ne suivent plus, bien que l’équipe entraînée par Glenn Meier, qui est également leur directeur technique, aient réussies à tenir en échec Young Boys sur leur pelouse le 22 février (2-2). Le FC Lucerne n’est pas à confondre avec le FC Lucerne Frauen qui évolue, lui, en LNB. Le club a connu la montée en LNA en 2007 en tant que SK Root, dès lors ils changent de nom pour devenir le SC Kriens Frauen dès la saison suivante. Après 6 années sous la coupe du SC Kriens, le club devient le FC Luzern Spitzenfussball et dirigé comme sous-section du FC Luzern et depuis 2017, devenu une nouvelle section autonome du club. Leur palmarès n’est pas si impressionnant que cela avec 2 finales de Coupe de Suisse en 2012 et 2014 ainsi qu’un titre de Champion de Suisse M18 lors de la saison 2015-2016 mais le club est bien présent en LNA et ce pour la 13ème saison consécutive. Cette année encore, elles occupent actuellement la 4ème place du championnat avec 23 points. Elles peuvent également compter sur une attaque de talent, en la personne d’ Irina Pandro, qui a déjà inscrit la bagatelle de 16 buts en 16 rencontres (40% des buts de son équipe) ce qui en fait la 2ème buteuse de LNA avec seulement 1 but de retard sur la joueuse du FCZ Frauen Fabienne Humm et 4 sur Léonie Fleury, qui occupe la 3ème place. L’équipe peut compter sur leurs deux attaquantes, Pando et Fölmli qui subliment le rectangle vert chaque match en inscrivant à elles deux les 70% des buts de leur équipe. Malgré leurs faibles résultats et une équipe non-présente sur leur podium, elles peuvent se targuer de classer deux de leurs filles dans les 4 premières places des meilleures buteuses de LNA et elles comptent sûrement continuer sur leurs lancées afin d’empêcher les Genevoises de repartir avec les 3 points.

Crédits Photos : Servette FC

Tableau noir : FC Bâle – Servette FC

Tableau noir : FC Bâle – Servette FC

Introduction 

Match comptant pour la 24e journée de championnat opposant le 3e et le 4e au classement et par la même occasion les meilleures défenses de Super League. Cela faisait 19 ans que les Grenat ne se sont plus revenu de Bâle avec le moindre point. Les Bâlois reviennent d’un déplacement contre l’Apoel Nicosie dans lequel ils sont allés s’imposer 0-3. Ils y ont, sans doute, laissé des forces et le club traverse actuellement une période compliquée, à Servette d’en profiter.

Système

Geiger devait composer avec le seul avant-centre disponible, Kone. Cognat, décalé sur le flanc gauche, c’est Tasar qui agis en tant qu’électron libre pour pallier l’absence de véritable meneur de jeu. On a d’ailleurs senti que Cognat était plus discret et moins à l’aise que lorsqu’il évolue dans l’axe. Cespedes, lui, garde sa place de titulaire.

Image tirée de transfermarkt.com

Analyse

C’est un match rythmé par des mi-temps dominées par une des équipes à la fois. En effet, si les Bâlois ont réussi à se montrer plus dangereux et à marquer 2 buts en 1ère mi-temps, ce sont les servettiens qui ont délivré une meilleure 2ème mi-temps en marquant 2 buts durant leurs temps fort. Au final, l’équipe qui à chercher à jouer s’est vu récompenser de ses efforts. Les statistiques de chaque mi-temps confirment cette tendance. La première mi-temps à gauche dominée par Bâle et la seconde à droite dominée par Servette.

Images tirées de sofascore.com

On aperçoit clairement que Servette a dominé en termes de tirs total (13 contre 4) et 60% de possession de balle. Une leçon à tirer de tout ça ? Sans doute que le football moderne récompense davantage l’équipe qui prend le plus de risque.

Image tirée de sofascore.com

Toutefois, les joueurs sont allés chercher ce point avec les tripes et la manière et c’est tout à leur honneur. On notera, tout de même, beaucoup de déchets techniques, car les Bâlois étaient très agressifs et proches du porteur de balle (151 pertes de balle). Xhaka et Ondoua à mi-terrain se sont délivré un match combatif et c’est les Grenat qui s’en tirent avec 60 duels gagnés contre 47 côté Bâlois. Bien que, Fabian Frei, en mauvais perdant qu’il est en disant: « Je ne sais pas comment on a fait pour ne pas gagner ce match, ils n’ont pas eu d’occasions » Servette n’a pas démérité et s’est même procuré plus d’occasions manquées (3) que son FCB (1). Le résultat, est, somme toute logique et les Grenat auraient même pu l’emporter avec un peu plus d’efficacité.

FC Bâle – Servette : Rien n’est jamais joué d’avance

FC Bâle – Servette : Rien n’est jamais joué d’avance

Énorme, fantastique, fort, etc… Les qualificatifs pour décrire la performance de Servette ce dimanche sont nombreux face au grand (sur les dernières années seulement) FC Bâle et qui plus est au Parc Saint-Jacques, ce stade maudit pour les servettiens depuis deux décennies.

Pourtant, le début du match fut totalement à l’opposé de ce que proposait le Servette FC depuis quelques semaines, avec un attentisme flagrant de l’arrière-garde genevoise combiné à un réalisme flagrant des bâlois qui fait que le FCB mène 2-0 après 20 minutes et cela ne souffre d’aucune contestation tant le SFC est hors du coup offensivement et fébrile derrière. On pouvait craindre le pire au moment de retourner aux vestiaires avec l’écart entre les deux équipes.

C’est tout le contraire qui se produisit en seconde période avec des Grenat qui sont métamorphosés et partent à l’abordage des buts de Jonas Omlin sans toutefois réussir à concrétiser les occasions. Cependant, malgré leur volonté de laisser le ballon à l’adversaire, Bâle va se créer des opportunités et on pense que Servette a laissé passer sa chance. Le tournant du match arrive à un quart d’heure du terme avec ce péno concédé par les Rotblau et converti par Imeri. L’actuel troisième de Super League aura une balle de match mais c’est sur un exploit de Stevanovic que le SFC va aller chercher le point du match nul, un score de 2-2 qui semble équitable au vue du match

Les notes

Frick : 6

Laissé à l’abandon sur les deux goals rhénans et malgré ses deux buts encaissés, il a passé un match très tranquille. C’est lui qui fait le dégagement pour Koné lorsque celui-ci vas aller obtenir le penalty.

Sauthier : 6,5

En difficulté lors du premier acte, il a été au rendez-vous offensivement mais cela s’est vu en fin de rencontre avec beaucoup d’espaces en fin de rencontre.

Rouiller : 6,5

Un peu tendre en début de match mais il s’est bien remis dans le sens de la marche.

Sasso : 6,5

Un peu attentiste sur l’ouverture du score au niveau du marquage, il est aussi ”coupable” de dévier la frappe de Fabian Frei mais comme son compère de charnière, il a tenu son rang par la suite.

Iapichino : 5,5

Sa prestation la moins aboutie depuis son retour en octobre. En difficulté sur son côté gauche tout au long de la rencontre.

Stevanovic : 8

Le ”match-nul” winner avec sa splendide frappe en fin de rencontre qui permet à Servette de repartir avec un précieux point. Dommage d’avoir été trop altruiste sur l’action ou il transmet le ballon à Koné.

Cespedes : 5

Totalement à contre-courant durant la première période, ce n’a pas été une surprise de le voir sortir avant l’heure de jeu.

Ondoua : 8

Belle performance du futur international camerounais (oui, on s’emballe) qui est revenu au niveau de son début de saison après un petit passage à vide.

Cognat : 7

Pas à son aise en début de match sur le côté gauche, il a repris du galon lorsqu’il fut repositionné dans l’axe.

Tasar : 7

Aligné en second attaquant, il a nettement mieux fait le job lorsqu’il est repassé sur le flanc gauche. Il aurait mérité d’inscrire un but.

Koné : 6,5

Généreux collectivement, il rate une grosse occasion en début de rencontre qui sera suivie par l’ouverture du score. Il a pesé sur la défense rhénane par la suite, en obtenant notamment le penalty qui remet Servette dans le match.

Imeri : Bonus

Un carton jaune stupide dès son entrée mais un sang-froid en moment de réduire l’écart. Sa montée au jeu à Saint-Gall est un lointain mauvais souvenir.

Alves : Bonus

Entrée très intéressante.

Routis : non noté

Trop peu de temps de jeu.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial