FC Winterthur – Servette FC : La défaite au bout de l’ennui (1-0)

FC Winterthur – Servette FC : La défaite au bout de l’ennui (1-0)

Le Servette FC retrouvait les terrains de Super League à Winterthur, ce samedi (18h), après une trêve internationale qui aura vu Dereck Kutesa honorer sa première sélection. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu à la Schützenwiese.

Une première mi-temps soporifique

Dès l’entame du match, ce sont les locaux qui prennent le jeu à leur compte. C’est d’ailleurs l’ancien Servettien, Boubacar Fofana, qui se procure la première occasion du match. A la suite d’une faute de Keigo Tsunemoto, Fofana enveloppe trop sa frappe, mais, avec ce premier coup-franc, les winterthourois commencent à défendre leur territoire. Sans pour autant être tranchants, les hommes de Patrick Rahmen vont se procurer une nouvelle occasion intéressante, par Antoine Baroan, qui permet de montrer les difficultés défensives des Servettiens ce soir. Côté Grenat, ce sera un néant offensivement. 

La trêve internationale a-t-elle cassé la dynamique ?

Avec un Dereck Kutesa laissé sur le banc, après sa première cape avec la Nati, le Servette FC a manqué de rythme. Bendeguz Bolla n’est pas ce feu follet attendu et nos attaquants ont eu de la peine à s’exprimer. Cette trêve internationale est-elle « responsable » de cette difficile première mi-temps ? On aurait pu penser que ce repos bien mérité, après l’enchaînement des matchs des genevois, pouvait être bénéfique. Mais ce ne sont pas les tentatives de Miroslav Stevanovic ou de Takuma Nishimura qui viendront enflammer les supporters grenat en fin de première mi-temps.

Après une première période de faible intensité, on ne pouvait qu’espérer voir mieux. René Weiler décida de ne rien changer à la mi-temps et c’est rapidement une toute autre équipe que l’on a vu sur le terrain. A la 48ème minute, Tsunemoto, bien lancé par Stevanovic, se fait bousculer dans les 16 mètres par Nishan Burkart. 

Deux semaines après un doublé contre le FC Lucerne, dont un but sur pénalty, Nishimura se présente face à Marvin Keller. Mais le japonais échoua pour la première fois dans cet exercice sous les couleurs servettiennes. Son tir puissant, comme il en a l’habitude, voit la barre transversale dévier la trajectoire de la balle au-dessus du but zurichois. 

Le tournant du match

Cet échec grenat va animer cette rencontre, de part et d’autre, pendant une dizaine de minutes. Nishimura coté servettien, Burkart côté zurichois ont eu leur chance, mais leur offensive manquera de tranchant. Puis, ce match s’essouffle à nouveau. Le FC Winterthur, jouant de plus en plus bas, va empêcher toute incursion genevoise.

Jusque-là, sans avoir à faire de grandes parades, Joël Mall aura eu le mérite d’être attentif et bien placé. Marvin Keller, attentif lui aussi, déviera un coup-franc de Stevanovic à la 66ème minute.

Les vingt dernières minutes de ce match vont être douloureuses pour le Servette FC. A la 70ème minute, Sayfallah Ltaief, fraîchement entré sur le terrain, envoye une belle frappe qui ne passe pas loin du poteau droit de Mall. Puis, deux minutes plus tard, Adrian Gantenbein, totalement oublié sur son côté droit, reçoit, dans la profondeur, une superbe transversale de Ltaief pour tromper Joël Mall d’un tir croisé malgré le retour en catastrophe de Steve Rouiller.

Dès lors, les Servettiens ont tout tenté pour revenir au score, mais le verrou winterthourois va totalement se cadenasser.

Le pénalty raté de Takuma Nishimura restera le tournant de ce match, mais pas celui de la saison. C’est une défaite qui fait mal dans la course au titre, mais il reste encore des points à prendre d’ici la fin du championnat.

Les 3 prochains points seront à aller chercher, mercredi 2 avril à 20h30, au Stade de Genève contre le Stade Lausanne Ouchy.

FC Lucerne – Servette FC (2-2) : Une place de co-leader et des regrets ?

FC Lucerne – Servette FC (2-2) : Une place de co-leader et des regrets ?

Le Servette FC se déplaçait à la Swissporarena de Lucerne dimanche à 16h30. Dans son duel à distance avec YB, qui jouait contre le LS, les Grenat avaient, à nouveau, l’occasion de prendre seuls la tête de la Super League en cas de contre-performance bernoise. 

Il ne fallait pas arriver en retard, car dès la 36e seconde, Takuma Nishimura, bien servi par son compatriote Keigo Tsunemoto, ouvrait le score. Le tir de l’attaquant japonais ne laissait aucune chance au gardien lucernois.

Un début de mi-temps tonitruant

Les premières minutes seront enflammées et à la 5e minute, Adrian Grbic, trouvait la tête de Pius Dorn. Joël Mall, battu, ne pouvait pas faire grand-chose sur cette égalisation, Bradley Mazikou étant un peu léger au marquage.

© Maxime Sallin

Cette égalisation dictait le rythme de cette première mi-temps et ce sont les locaux qui se montraient les plus dangereux pendant les quarante première minutes de jeu. Sans un Joël Mall attentif, les Lucernois auraient pu prendre l’avantage à quelques reprises.

Les 120 minutes de jeu contre le Viktoria Plzen, il y a trois jours, ont sans doute laissé quelques traces de fatigue tant les Servettiens avaient de la peine à se créer des occasions franches. Au-delà des occasions lucernoises, c’est une action anodine qui aurait pu faire basculer ce match à la 18e minute, lorsque Yohan Severin et Joël Mall communiquaient mal. Le défenseur servettien était proche de glisser le cuir entre les jambes de son gardien sur une passe en retrait.

© Maxime Sallin

La semaine des pénaltys

Les trente premières minutes passées, les Genevois commençaient à refaire surface. Alors que Miroslav Stevanovic s’était vu refuser un but pour une faute de main, c’est Dereck Kutesa qui allait permettre au Servette FC d’obtenir un pénalty à la 41e minute.

Bien lancé dans la profondeur par Alexis Antunues, le néo-international se faisait percuter dans les 16 mètres par Ardon Jashari et permettait à Nishimura d’inscrire son premier doublé, mais également son deuxième penalty en sept jours après celui transformé contre le Lausanne-Sport. Contrairement à dimanche dernier, lorsque celui-ci nettoyait la lucarne droite, il choisissait, cette fois, de le tirer en plein centre.

Sans être dominateurs dans le jeu, les Grenat se dirigeaient tranquillement vers la mi-temps avec un avantage d’un but.

Frustration quand tu nous tiens

Au retour des vestiaires, ce sont les Lucernois qui se montraient dangereux et, à la 54e minute, à la suite d’une contre-attaque lucernoise, Adrian Grbic se montrait à nouveau décisif et égalisait d’une frappe ras de terre au premier poteau. Certes, cette action partait de loin, mais le repli défensif de Bradley Mazikou laissait une fois de plus à désirer.

Cette nouvelle égalisation a piqué les Servettiens. Miroslav Stevanovic a eu la balle du 2-3 à quelques reprises, mais ses tentatives sont restées vaines, rappelant également celles du match contre le Viktoria Plzen. Et tout comme jeudi soir, les Grenat se sont confrontés à un très bon gardien : Pascal Loretz.

© Maxime Sallin

L’entrée d’Enzo Crivelli ne permettait pas plus au Grenat de s’imposer en terre lucernoise. Dereck Kutesa, enfin convoqué avec la Nati en milieu de semaine, tentait également de faire basculer la rencontre, mais le gardien lucernois ne laissait plus rien entrer dans ses cages.

En toute fin de rencontre, Joël Mall sauvait le point du match nul en arrêtant un tir de Nicolas Haas sur sa ligne.

Les Young Boys ayant perdu à Lausanne (2-0), les Grenat peuvent nourrir quelques regrets après ce match nul. C’était l’occasion de prendre 2 points d’avance sur les Bernois et d’occuper seuls la tête du championnat. Mais, c’est un fait, le Servette FC est co-leader de Super League avec 54 points ! La trêve internationale va faire du bien aux organismes après l’enchaînement infernal de matchs qu’a connu le club ces dernières semaines.

Photos du match : Maxime Sallin

Servette FC – FC Lausanne-Sport (3-1) : On sait que le Lac est Gen’vois !

Servette FC – FC Lausanne-Sport (3-1) : On sait que le Lac est Gen’vois !

Ce 196e derby du Lac relevait d’une saveur particulière : la tête du championnat, en cas de victoire servettienne avant le match du leader YB face aux Bâlois.

Alors que la première offensive était à l’avantage des Grenat, ce sont pourtant les Lausannois qui mettaient la pression, dans les dix premières minutes de jeu, avec notamment un bon tir de Kaly Sène qui permettait à Joël Mall de se distinguer.

Les Lausannois ouvrent le score, mais…

Ces dix premières minutes passées, la troupe de René Weiler commençait à accélérer et c’est Takuma Nishimura, bien servi par Badley Mazikou, qui se mettait en évidence à la 12e minute. Mais son tir trop puissant ne trouvait pas le cadre. Puis, c’était au tour de Timothé Cognat de trouver Dereck Kutesa qui croisait trop son tir du pied gauche.

© Arthur Miffon

Cependant, les Vaudois ne lâchaient pas l’affaire et, à la suite d’une perte de balle de Cognat, Simone Pafundi ouvrait le score, à la 25e minute à la suite d’une contre-attaque rondement menée. Son tir croisé du pied droit ne laissait aucune chance au dernier rempart genevois.

Les Grenat égalisent sur pénalty

Ce but secouait les Grenat qui mettaient à nouveau du cœur à l’ouvrage et obtenaient rapidement une série de plusieurs corners. 31e minute de jeu: à la suite d’un corner botté par Miroslav Stevanovic, et après une « partie de billard » dans la surface de réparation, le défenseur lausannois Berkay Dabanli écrasait la cheville d’Alexis Antunes. Après consultation de la VAR, l’arbitre, Lukas Fändrich, sifflait pénalty et adressait un carton jaune pour cette faute.

© Arthur Miffon

En confiance, après son premier but sous ses nouvelles couleurs en Coupe de Suisse contre Delémont, Nishimura se présentait face à Karlo Letica et égalisait d’une frappe en pleine lucarne. Un premier but du japonais en Super League qui en appellera sûrement d’autres…

Galvanisés par cette égalisation, les Servettiens prenaient le jeu à leur compte. Kutesa, Nishimura, le capitaine Steve Rouiller et Antunes s’essayaient face au but, mais le score ne bougeait plus dans ces quarante-cinq premières minutes.

© Arthur Miffon

Un retour en fanfare

Dès le retour des vestiaires, les Genevois se montraient plus incisifs qu’en début de match, mais Antunes et Kutesa rataient la cible. Rappelons l’enjeu, la première place en Super League est en point de mire, raison de plus comme le veut l’adage « un derby ça ne se joue pas, ça se gagne ! » de se donner corps et âme dans cette deuxième mi-temps.

Les Lausannois restaient dangereux et Mall voyait une frappe de Dabanli frapper le poteau à la 59e minute. Cependant, bien placé, il n’aurait pas été battu. À la 63e minute, les Grenat s’offraient une triple occasion de marquer. A la suite d’un coup-franc botté par Stevanovic, Dylan Bronn par deux fois voit ses tirs repoussés par Letica tandis que Gaël Ondoua trouvait de la tête le poteau. Quelle séquence folle !

Dès lors, les Grenat mettaient de plus en plus de pression sur les Lausannois sans pour autant se montrer décisifs à l’image l’action de la 72e minute. Nishimura trouvait la tête d’Antunes et voyait la balle flirter avec le poteau. Le jeune joueur formé au club s’essayait une fois de plus face à Letica à la 77e minute mais sa frappe dévissée fuyait le cadre. Enzo Crivelli (entré à la place de Kutesa) voyait également son tir repoussé par le gardien lausannois.

© Arthur Miffon

Les Lausannois finissent par prendre l’eau

Le Servette FC allait-il être submergé par ce double enjeu ? Toutes ces tentatives vaines face au but commençaient à laisser un goût d’inachevé que les supporters Grenat ont pu ressentir notamment en Conférence League. La réponse est non, car la 81e minute marqua un tournant dans ce derby.

Jamie Roche fauchait, dans la surface de réparation, Jérémy Guillemenot qui venait de remplacer Nishimura. Crivelli se chargeait de transformer, en force, le deuxième penalty accordé aux Servettiens, dans ce derby, et donnait enfin la possibilité de prendre virtuellement la tête du classement. Quel bonheur !

© Arthur Miffon

Alors que l’on voyait le Servette FC se diriger, sans trop de problème, vers une quinzième victoire en championnat, Bronn se faisait expulser bêtement en récoltant un carton jaune, puis un second, pour avoir ”applaudi” la décision de Monsieur Fändrich (90e). Le Tunisien, qui avait pourtant fait une bonne impression jusque-là, laissait ses coéquipiers à 10 pour les dernières minutes du match.

Les Grenat parachevaient leur œuvre en inscrivant un troisième but sur corner, ce qui mérite d’être souligné, à la 95e minute. Crivelli trompait Letica, pour la deuxième fois dans ce match, d’une tête croisée, sur un service parfait de Bendeguz Bolla.

Cette victoire méritée mais difficile à obtenir a permis au Servette FC d’occuper la tête du classement de Super League pendant une vingtaine de minutes, car les Young Boys n’ont fait qu’une bouchée du FC Bâle en l’emportant 5-1 au Wankdorf.

Lors de la prochaine journée, les Grenat affronteront le FC Lucerne à la Swissporarena tandis que notre adversaire du jour recevra le leader. Le LS ayant besoin de points pour éviter les barrages pourrait à nouveau nous permettre de monter sur la première marche en battant l’ogre bernois. Et pour de bon cette fois ?

Photos du match : Arthur Miffon

Servette FC – FC Lugano (2-1) : La malédiction est enfin brisée

Servette FC – FC Lugano (2-1) : La malédiction est enfin brisée

Le Servette FC affrontait dimanche, à domicile, sa bête noire, le FC Lugano, au Stade de Genève (16:30). Un adversaire que les Grenat n’ont plus battu à domicile depuis 9 ans, une hérésie.

Avec un soleil radieux au coup d’envoi, les Genevois marquaient rapidement leur territoire. Dans un Stade de Genève trop peu rempli pour cette 24e journée de Super League, les 6’438 spectateurs présents assistaient dès la 3e minute à une double occasion…

Lugano marque vite dans le match

Le défenseur luganais Ayman El Wafi, voulant remettre en retrait à on ne sait qui, ratait complètement sa passe et envoyait le cuir sur Alexis Antunes seul face à Amir Saipi.

Mais n’est pas Chris Bedia qui veut et le tir trop mou et trop cadré était repoussé par le gardien tessinois. Antunes récupérait la balle pour la donner en retrait à Jérémy Guillemenot qui, lui aussi, échouait face à Saipi. Son tir entre les jambes, mais freiné puis dégagé par un défenseur, donnait quelques frissons à la défense tessinoise.

Avec un Servette FC jouant haut, pressant son adversaire et avec l’appui d’une défense adverse montrant certains signes de fébrilité, les dix premières minutes de jeu laissaient présager un certain espoir dans un match à ne surtout pas perdre pour rester dans la course au titre.

Mais comme trop souvent face à notre adversaire du jour, les Grenat se faisaient surprendre. Timothé Cognat, pressé par un tessinois, perdait la balle. Après un contre favorable, celle-ci se retrouvait dans les pieds de Hadj Mahmoud qui plaçait un tir croisé et battait un Joël Mall qui n’avait encore rien eu à faire dans cette rencontre.

© Lucas Araujo

Le spectre de Ludogorets ?

Dur ! Dur, car les Grenat étaient bien dans leur match. On ne savait pas alors quel visage allait montrer ce Servette FC, car il fallait remonter au 12 novembre pour retrouver la trace d’un match dans lequel Servette concédait l’ouverture du score. Un match à domicile contre Bâle, certes à 11 contre 10 dès la dix-huitième ou encore le derby lémanique du 30 septembre (cette fois à 11 contre 11).

Deux rencontres finalement remportées par les genevois. Mais qu’allait-il advenir de CE match contre un adversaire qui nous laisse si souvent un goût d’inachevé ou de frustration ?

© Lucas Araujo

Après l’ouverture du score, les Genevois ne se laissaient pas abattre. Avec un Miroslav Stevanovic intenable, de nombreuses actions partaient du côté droit. Mais comme il y a 3 jours, la finition n’était pas au rendez-vous. Antunes trop appliqué, Guillemenot (en manque de confiance ?), et même Keigo Tsunemoto, d’une superbe frappe à l’orée des 16 mètres consécutive à un énième corner de Stevanovic, ne parvenaient à trouver la faille.

Les Tessinois de leur côté ne montraient pas une grande détermination sur le terrain, hormis une volonté agaçante de perdre le plus de temps possible.

On se dirigeait donc vers une mi-temps qui laissait planer le spectre du match contre Ludogorets.

© Lucas Araujo

Une expulsion qui va tout changer

Dès le retour des vestiaires, Stevanovic envoyait une lourde frappe croisée sur le côté gauche du but, sur une nouvelle mauvaise relance d’un défenseur tessinois. Défensivement, c’était au tour de Dylan Bronn, fraîchement débarqué en milieu de semaine en prêt de la Salernitana, suppléant Yoann Séverin suspendu, de s’illustrer en coupant la trajectoire d’une balle qui, si elle avait terminé dans les pieds de Celar, aurait pu coûter très cher.

A l’image de la première mi-temps, les occasions franches ne faisant pas légion, René Weiler sortait Bradley Mazikou pour Bendegúz Bolla et modifiait son dispositif en passant par une défense à 3 dès la 61e minute.

© Lucas Araujo

Mais, ce n’est pas ce changement qui permettait au Servette FC d’être enfin décisif. Le tournant du match arriva à la 74e minute, lorsqu’à la suite d’un corner voyant Celar envoyer une tête sur la transversale, Antunes partait dans un sprint et se faisait tacler par derrière.

Sentence immédiate, carton rouge pour Anto Grgic qui laissait ses partenaires à 10 pour le dernier quart d’heure de jeu. Quinze minutes qui annonçaient une fin de match de folie.

Weiler prenait encore plus de risques plaçant Steve Rouiller en attaque, laissant la défense avec seulement deux joueurs. Risque inconsidéré ? Cela auraît pu l’être, mais non, ce Servette FC cuvée 2023-2024 sait puiser dans ses ressources mentales et le démontrera dans les 8 dernières minutes.

A la 82e minute, Dereck Kutesa, qui avait été très discret durant cette rencontre, trouvait sur un sublime centre la tête de Stevanovic ! Une égalisation méritée tant les Bianconeris n’ont rien montré dans cette deuxième mi-temps, sinon une volonté intempestive de perdre du temps comme en première période.

© Lucas Araujo

Et le miracle fut !

Dès lors les Servettiens avaient tout à gagner et continuaient leurs offensives, mais avec à nouveau ce problème de finition à l’image de Dylan Bronn, tout près d’être le héros du soir, qui voyait sa tête heurter la transversale à la 86e minute.

Et ce que tous les Grenat attendaient depuis 9 ans à domicile contre Lugano arriva à la 89e minute. Albian Hajdari fauchait Guillemenot dans la surface de réparation provoquant non seulement un pénalty mais électrisant également tout un stade. Et c’est Bolla qui délivrait tout un peuple en transformant ce penalty.

A 2-1, les Servettiens terminaient ce match en roue libre. On pensait même avoir assisté au 3-1 par Kutesa à la 95e minute, mais celui-ci était en position de hors-jeu sur une passe de Guillemenot, car Saipi avait quitté son but pour monter sur un corner.

Avec ces trois points, le Servette FC accuse toujours de sept points de retard sur les Young Boys, mais peuvent se targuer d’avoir enfin mis fin à cette série noire à domicile contre les bianconeris. Dimanche prochain, les Grenat pourraient, en cas de nouvel exploit, revenir à quatre points de la 1e place en battant le club de la capitale. Et ils ne sont plus à un exploit près cette saison !

Photos de Lucas Araujo