Les impressions d’Éric Sévérac après la solide victoire contre GC

Les impressions d’Éric Sévérac après la solide victoire contre GC

C’est un Eric Sévérac enthousiaste et heureux de la probabnte victoire 2-1 contre GC qui s’est confié au micro de Servettiens.ch.L’entraîneur Grenat revient évidemment sur le match, mais également sur les objectifs de cette saison et la première sélection de Kattalin Stahl. 

Vous avez marqué six buts contre Yverdon, quatre buts contre Zurich et contre Rapperswil, et aussi deux contre GC. Comment expliquer cette efficacité offensive ? 

C’était plutôt une “petite” efficacité parce qu’on aurait pu marquer quelques buts de plus. Après, on a fait le job et les choses comme il faut. Je pense que les intentions étaient là, et c’est ce qui m’importe le plus aujourd’hui car les automatismes commencent à venir. On n’a pas concédé beaucoup d’occasions, et GC marque ce premier but que nous leur offrons… ça fait partie du jeu! Mais finalement, la qualité offensive proposée était très bonne. 

Vous avez construit un effectif taillé pour la Ligue des Champions, malgré l’élimination contre le Paris FC. Le début de championnat est bon, mais craigniez-vous un relâchement en cours de saison? 

Je n’attends pas de relâchement parce qu’on a un objectif qui n’a pas été fait au club, à savoir le doublé “coupe/championnat”. Tous le monde est sur le pont et travaille bien. On a encore vu que les joueuses entrées en cours de jeu ont apporté un plus. Et j’en ai encore plein sur le banc qui ne jouent pas, mais qui peuvent apporter beaucoup de qualités. C’est ce que l’on fait aux entraînements, qui sont plus intenses que nos matchs. C’est ça que l’on recherche. Alors oui, nous n’avons pas la Champions League cette fois, mais nous sommes déjà dans la construction pour l’année prochaine afin d’aller chercher des jolis matchs à la Praille. 

Comment aborder ce championnat après une première expérience de playoffs vécu la saison dernière ? 

Je le vois de la même façon. Comme j’ai dis, le championnat est un peu bizarre car même si on gagne les dix-huit premiers matchs on ne sera pas champions. Ce que l’on veut, c’est être prêt pour les matchs de playoffs, ces “finales”. Ces dix-huit matchs de préparation, que l’on veut tous gagner, nous mettent dans une situation comme ce soir avec autant des équipes simples que compliquées à jouer mais toujours avec la volonté de tout gagner, quelque soit les joueuses sur le terrain. Certaines ne jouent pas beaucoup, mais la saison est encore longue. 

On imagine que c’est toujours un plaisir de battre GC qui, la saison passée, vous a posé problème avec une défaite en automne et une élimination en Coupe de Suisse au printemps… 

Oui, en plus GC est meilleur que l’année passée. Il y a plus de qualités je trouve, mais ce soir on les a annihilé. On a fait le match qu’il fallait et que l’on voulait, comme contre Zurich, et les filles ont fait le travail correctement. On veut tout gagner comme on l’a dit, et on l’a prouvé contre une équipe encore meilleure que l’année passée. 

Un mot sur les trois joueuses convoquées en equipe nationale Suisse, et notamment Kattalin Stahl qui est une petite surprise. Est-ce que vous vous y attendiez ? 

Oui, parce qu’on a pas mal échangé avec le sélectionneur. Kattalin était déjà dans ses plans il y a quelques années avant qu’elle parte aux Etats-Unis. Il faut encore un peu de temps pour qu’elle soit, je pense, à son meilleur niveau. Mais avec ce qu’elle a montré ce soir contre GC, elle mérite largement sa sélection comme Laura Felber et Sandrine Mauron. Je pense même qu’il pourrait y en avoir encore une ou deux qui pourraient les rejoindre rapidement…

Propos recueillis par Lucas Araujo

 

Les impressions d’Éric Sévérac après la solide victoire contre GC

SFCCF – Yverdon Sport : l’interview de l’entraîneur Éric Sévérac

Éric Sévérac était plutôt satisfait de la première victoire en championnat de son équipe face à Yverdon Sport. Dans une interview express au bord du terrain, il évoque quelques éléments intéressants suite à cette rencontre… et notamment sur ses recrues et la gestion du groupe.

Bonsoir Éric, tout d’abord félicitations pour cette victoire! C’était important pour vous de rebondir après l’élimination subie à Glasgow lors du tournoi qualificatif pour la Champion’s League ? 

C’est une autre compétition. On veut la gagner, donc on veut bien commencer c’est sûre. En plus c’était un derby, donc c’est jamais facile. On a vu qu’Yverdon était bien regroupé et bien organisé pour nous poser des problèmes donc voilà. Quand on commence ces championnats, il faut faire les choses comme il faut et je pense que c’est ce qu’on a fait aujourd’hui. Dans les intentions, c’était excellent. Après, il manque un peu de précision mais l’équipe est en construction. Il faut lui laisser un peu de temps.

Justement, cette reconstruction passe par de nombreuses arrivées cet été. On a pu voir qu’en deuxième mi-temps, beaucoup se sont mises en valeur tout comme l’a fait Imane Saoud en première mi-temps. Quel est le point de vue du coach vis-à-vis de ces recrues ?

C’est clair que nous avons amené ces recrues pour amener un plus, mais il ne faut jamais oublier qu’il y a d’autres joueuses qui sont là depuis pas mal de temps et qui sont les cadres et garantes du jeu servettien. Donc, c’est très intéressant d’avoir ces opportunités et possibilités supplémentaires venant du banc. Aujourd’hui, on a vu que toutes celles qui sont entrées ont apporté quelque chose, donc c’est vraiment génial. Ce sont des solutions pour les matchs qui seront plus compliqués. Et ce sont des problèmes à résoudre pour les autres équipes. 

Il y a une pause avant le match contre le FC Zürich prévu le 10 septembre prochain. Ça permet de recharger les batteries et reprendre les forces pour la suite du championnat. Quel est le programme pour ces prochaines semaines?

Une partie des joueuses va partir en sélection, avec pour certaines deux matchs dont des qualifications importantes pour la Coupe du Monde. De notre côté, on va avoir deux jours de congé avant de jouer contre Montpellier, qui est une équipe de D1 française, pour garder le rythme et préparer ce match de Zürich qui sera très important pour la suite de la compétition. 

Photo: Victor Perrin

Vincent Sasso quitte le Servette FC !

Vincent Sasso quitte le Servette FC !

C’était dans l’air depuis déjà quelques semaines, c’est désormais officiel: Vincent Sasso quitte le Servette FC pour rejoindre le club portugais de Boavista FC.

Le défenseur français de 31 ans plie bagages après 3 saisons passées au sein de la Cité de Calvin. Arrivé à bout de son contrat, le club et le joueur n’ont pas trouvés un accord qui satisfaisait les deux parties. Le français dresse toutefois un bilan positif de son aventure grenat avec plus de 91 matchs joués pour le club (2 buts et 3 passes décisives).

La question est maintenant à la relève pour le club pour son poste de défenseur central. Si une charnière centrale Rouiller-Vouilloz est la plus envisageable, des jeunes peuvent essayer de gratter du temps de jeu comme Roggerio Nyakossi ou encore Diogo Monteiro.

Nous tenions à remercier Vincent Sasso pour ces bons et loyaux services envers le club et nous lui souhaitons une bonne continuation au Portugal !

Grenat sur les terrains, vert en dehors ?!

Grenat sur les terrains, vert en dehors ?!

Le Servette FC, serait-il en train de se verdir ?Est-il impliqué dans l’environnement ? Est-il éco-responsable ? Que pourrait-il faire de plus et sur qui pourrait-il prendre exemple ? Voici quelques questions qu’on pourrait se poser avec l’évolution d’une société de plus en plus poussée vers une responsabilité environnementale. Car oui, en effet, le foot n’y échappe pas et le rugby encore moins ! Début de réponses.

Il faut bien commencer quelque part !

Depuis plusieurs années maintenant, on voit de plus en plus de clubs sportifs, notamment dans le foot, commencer à s’investir dans le développement durable et dans l’éco-responsabilité. Le Servette FC, fait-il partie de ces clubs investis ? La réponse est oui… et non !

Le club Grenat est bel est bien investi dans l’éco-responsabilité, grâce notamment à des collaborations avec les SIG et la Transvoirie du groupe Helvetia Environnement.

Toutefois, même si ces deux partenaires sont très impliqués dans le développement durable, et que le club sait mettre en avant son soutien, les Grenat n’ont pas encore fait de pas clairs en direction d’un changement concret. Surtout si on se compare à nos amis rugbymen, qui ont eux, de leur côté, déjà réalisés de solides investissements pour devenir éco-responsables !

Le pacte grenat du Servette RG

En effet, le Pacte Grenat est un nouveau projet de développement durable, mis en place par le club de rugby de Servette depuis plus de 18 mois. Il consiste primordialement à améliorer la consommation des ressources naturelles, la production et le tri des déchets, ainsi qu’une limitation de la pollution liée aux transports. Les trois piliers que ce pacte a pour but d’améliorer sont le plan :

  • Environnemental, grâce à une réduction de pollution,
  • Économique, grâce à des coûts réduits,
  • Social, grâce à un avantage de solidarité !

Le but du club est de devenir plus éco-responsable pour notre planète, et d’accompagner sur cette voie ses adhérents dès le plus jeune âge ! Tout ça mettra en place une bonne base pour les générations futures : à savoir outre celles du rugby, des valeurs également environnementales.

Un plan bien précis

Quelles sont les actions que le club de rugby va faire pour concrètement mettre en œuvre ce plan ?

Déjà, il faut savoir que comme pour le Servette FC, le club de rugby est aussi en partenariat, pour ce projet, avec le groupe Helvetia Environnement. Ce dernier, expert en recyclage, va conseiller le club en matière de collecte et réutilisation des déchets. Ceci afin de sensibiliser les supporters, les joueurs et toutes les autres parties prenantes au tri et au recyclage des déchets.

Pour commencer : la protection de l’environnement, c’est inscrit dans le plan de développement stratégique du club. Avec l’aide d’Helvetia Environnement, voici certaines des idées mise en place pour mettre, à terme, leur plan à exécution :

  1. Durant les matchs, deux ambassadeurs veilleront au respect du tri des déchets. Ils animeront les mi-temps avec des activités et des jeux sur la valorisation et distribueront des guides sur le tri des matières.
  2. Ensuite, deux fois par an, l’esplanade du stade de la Praille accueillera un stand avec des animations pour encourager et informer sur le tri des déchets.
  3. Finalement, chaque année, les juniors du club seront conviés à la visite de Sortera, l’usine de tri automatisée inaugurée en 2019, une des plus modernes d’Europe. En marge, une formation sur les bons gestes du tri et la découverte des métiers de recycleurs sera organisée.

Le Servette RG a pour but de devenir le 1er club de rugby zéro carbone !

On n’est jamais trop vieux pour apprendre !

En voyant l’implication du club de rugby, le club de foot devrait s’inspirer et prendre exemple pour eux même : implémenter un programme pour devenir plus éco-responsable, en plus d’être simplement partenaire avec des entreprises dans l’écologie. C’est une chance qu’au sein du même club, il y ait déjà un plan qui soit prêt à l’emploi. Avec quelques petites retouches, en sachant la popularité et l’impact que le foot a, non seulement sur les jeunes, mais également les adultes, un tel projet pourrait atteindre encore plus de personnes et avoir un véritable impact sur la ville de Genève.

Mais pas seulement !

Ce genre de projet pourrait aussi inspirer d’autres clubs de Super League. Et qui sait, avoir un impact positif sur les clubs d’autres championnats.

L’union fait la force !

Un travail d’équipe

En conclusion, depuis plusieurs années maintenant, de plus en plus de clubs, pas seulement dans le foot, commence à se consacrer, en plus des résultats sur le terrain, à l’écologie et au bien-être de la planète. Notamment, le club de foot anglais, les Forest Green Rovers, passé depuis peu en 3e division. C’est un des clubs les plus avancé dans le développement durable. Il a même été reconnu par les Nations Unies. Il également devenu un club complètement végan.

Si tous les clubs faisaient un petit pas envers l’éco-responsabilité, ceci aurait déjà un grand impact, non seulement sur la planète, mais aussi pour tous les supporters. Ce n’est en effet que tous ensemble, que nous pourrons accomplir de grandes choses !

Mais n’oublions pas quand même les résultats sur les terrains !!!

Photo tirée du communiqué de presse des SIG

Temps de jeu insuffisant, trajectoires diverses : où sont nos jeunes ? 

Temps de jeu insuffisant, trajectoires diverses : où sont nos jeunes ? 

Le Servette FC compte parmi son effectif des jeunes qui sont prêts à prendre la relève et qui ont faim. Alors pourquoi certains de ces jeunes talents ont autant de mal à trouver du temps de jeu au sein de l’équipe première du club ? Quand on voit ce que certains apportent à l’équipe, on se demande pourquoi ne leur accorde-t-on pas plus de temps, sachant que Servette est l’équipe de Super League qui a utilisé le plus de -21 ans formés au club ! Coup d’œil sur 4 jeunes aux trajectoires différentes qui pourraient bien être l’avenir du club !

Pour commencer, le jeune talent de 18 ans, Valton Behrami, qui très récemment a eu sa grande chance au sein de l’équipe première ! La date, ce fameux 20 mars 2022, où l’aiglon a enfin pris son envol et a pu se jeter dans la cour des grands. 4 jours après sa majorité, il a été appelé pour un match compliqué dans le derby du Rhône face à Sion. Titulaire dès son premier match avec les grands, il joue son poste de latéral gauche et se fait sortir à la 77e minute. La suite on la connait tous, les Grenat gagnent le match 2-1. Pas mal pour une première ! Il loupe ensuite le match face à Lausanne, mais se relance deux fois de suite face aux deux clubs zurichois. Avec un temps moyen de 76 minutes par match et étant titulaire à chaque fois, il nous montre qu’il est prêt pour les grandes occasions. À ce jour, il a joué 3 matchs sur les 6 possibles depuis sa promotion. Un bon petit palmarès pour un jeune qui jouait encore en -18 il n’y a même pas 3 mois. Même si une mise en route en équipe première aurait pu être faite de manière plus « douce », on a hâte de voir ce qu’il pourra nous apporter au cours des prochaines années maintenant qu’il est dans le bain !

Ensuite, faisons place à notre défenseur central et latéral droit de substitution, Nicolas Vouilloz, qui doucement devient une pièce indispensable au sein des Grenat. À 20 ans, il joue sa troisième saison chez les grands et cette saison est belle est bien celle où plus personne ne se pose de questions sur lui. Néanmoins, le jeune talent, qui est même dans la discussion pour être un des 100 meilleurs jeunes d’Europe, trouve un temps de jeu assez limité. Un jeune de ce niveau qui n’arrive qu’à jouer 50 % des minutes en championnat et n’est que 50 % du temps titulaire, qui plus est souvent pas à son poste de prédilection, amène des questions sur le pourquoi de cette situation. Il ne demande qu’à recevoir de la confiance et il est prêt à tout donner. Ajoutez à cela le fait que les supporters demandent à le voir plus sur le terrain, la persévérance de lui limiter son temps de jeux est assez frustrante. Espérons que la saison prochaine, le temps de jeu du joueur Suisse des -21 va considérablement augmenter !

Il a 21 ans ! Il a joué 24 matchs ! Il a marqué 11 buts ! Il a une valeur actuelle de 6 millions d’euros et peut jouer sur toute la ligne d’attaque ! Eh oui, c’est bel est bien Kastriot Imeri, qui à ce stade n’a plus besoin d’introduction. Le jeune prodige qui compte une sélection Suisse, a cette saison été la star des Grenat et est courtisé par plusieurs clubs en Europe, notamment en Bundesliga. Le jeune joueur de notre liste qui a le plus de temps de jeu s’est vite imposé cette année au sein de l’effectif et a prouvé qu’il a le niveau non seulement pour jouer dans le top 5 des championnats, mais aussi le niveau pour se faire une place au sein de la formation Suisse qui ira cet hiver au Qatar. Il est un des joueurs ayant le plus joué (64% du total de minutes, 69% des matchs titulaires). Le chiffre qui montre juste à quel point il a été décisif pour les Grenat cette saison est qu’il est présent sur 27 % des buts inscrits par l’équipe ! Nous nous réjouissons de voir sa croissance au fur et à mesure des saisons à venir, sûrement pour un autre club que le Servette FC, mais on le verra très bientôt, espérons-le, avec la Nati. On lui souhaite tout de bon et on le remercie déjà pour tout ce qu’il a pu nous apporter !

On finit avec un jeune joueur de 18 ans, qui cette saison, n’a que 34 pauvres minutes à se mettre sous la dent, notamment pour cause d’une blessure au genou, mais pas seulement : Malik Sawadogo, qui fait partie de la première équipe depuis le début de la saison. Oui, le pauvre Sawadogo est bel est bien blessé, ce qui risque même de le tenir loin des terrains pour le début de la saison prochaine, mais cette blessure n’est arrivée que lors d’un match amical face au FC Sion le samedi 15 janvier 2022. Auparavant, 1 seul match et 34 minutes de jeu sur les 17 possibles avant sa blessure, ce qui montre que la porte s’ouvre assez difficilement pour les jeunes du Servette, qui ne veulent que prouver leur valeur ! Bien évidemment, la faute est aussi dûe à la poisse et à cette grave blessure, mais, dès un rétablissement complet, on espère sincèrement voire plus de temps de jeu pour un jeune et talentueux latéral gauche qui va pouvoir apporter une concurrence saine à Clichy et Behrami. Bon rétablissement et à bientôt sur la pelouse !

Avec ces 4 jeunes joueurs talentueux, on voit non seulement la capacité du centre de formation des Grenat, mais aussi qu’avec un peu plus de confiance donnée à nos jeunes, le Servette FC a le potentiel pour viser bien plus haut, à l’instar du FC Zürich cette saison ! Même si on risque de perdre Kastriot, le club sort de nombreux talents et a un bel arsenal de joueurs prêts à prendre la relève ! Tout comme ces joueurs, nous les supporters, n’avons qu’une envie, celle de les voir sur le terrain et les voir briller pour notre club. Avec un tel centre de formation, il nous est impératif d’en faire bon usage, et on espère la saison prochaine voir plus de temps de jeu accordé à nos jeunes qui méritent qu’on leur fasse confiance. On veut pouvoir être fiers de nos jeunes joueurs genevois !

Photo d’Adrien Schweizer

Le Servette Grand Genève FC en Ligue 1 !

Le Servette Grand Genève FC en Ligue 1 !

Stupeur à Genève: ce mercredi, les dirigeants du Servette FC et du Thonon Evian Grand Genève FC se sont rencontrés pour parachever avec la Fédération Française de Football (FFF), la Ligue de Football Professionnelle (LFP), l’Association Suisse de Football (ASF) et la Swiss Football League (SFL) l’avenir des deux clubs. 

Tout s’est fait dans l’ombre depuis le 1er avril 2019, mais c’est désormais officiel: Servette fusionne avec Evian et devient le Servette Grand Genève Football Club (Servette GGFC) et intègre officiellement la Ligue 1 dès l’horizon 2023/24.

L’information devrait être relayé sous peu chez chacun des partis concernés. Vous vous demandez sûrement comment cela est possible. Nous avons en exclusivité les raisons :

  1. Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais aurait milité pour cette fusion chez chacun des dirigeants de club français. C’est simple: Le Servette FC et l’Olympique Lyonnais entretiennent des très bonnes relations avec notamment beaucoup de transferts. Jean-Michel Aulas a même fait un test grandeur nature pour tester les infrastructures du Stade de Genève lors du match amical Lyon-Liverpool en août 2019.
  1. La LFP, toujours en quête d’améliorer sa ligue et ses droits TV, a proposé une réforme à 18 clubs dès la saison 2023/24 et dans les coulisses, fusionner 2 clubs pour avoir un engouement populaire dans la région de Haute Savoie (qui est le département qui regarde le plus la Ligue 1) était primordial. De plus avec l’échec de Mediapro, avoir désormais une base juridique en Suisse et l’accord de banques genevoises permettra la sérénité financière du championnat.
  1. Le Servette FC, qui rêve toujours plus grand, a du mal depuis quelques saisons avec l’ASF et cela s’est ressenti avec l’arbitrage nettement en sa défaveur ces derniers temps. De plus, le club en a marre de devoir se déplacer en Suisse alémanique et de devoir communiquer en allemand ou encore pire de devoir aller au Tessin, perdre encore et toujours contre Lugano et devoir faire 12h de route. Dernier point, les clubs “rivaux” romands ne sont pas au niveau du Grand Servette, que ce soit les consanguins de Sion ou les pêcheurs de Lausanne. Servette veut affronter Lyon et Marseille en Derby du Rhône. ( Le club a d’ailleurs affronter les deux clubs en amical ces deux dernières saisons, comme un signe…)
  1. Thonon Evian Grand Genève FC, à qui cette fusion sonne comme une renaissance. Le club veut revenir en Ligue 1 et pour cela il est plus rapide de s’associer que de reconstruire. Le club de la marque d’eau a d’ailleurs affronté Servette en août 2020, c’est d’ailleurs ce jour-là que les papiers ont été signé entre les deux clubs.
  1. Le Paris Saint-Germain et plus particulièrement son président Nasser Al-Khelaïfi, qui voit en la ville de Genève le parfait atout diplomatique puisque le siège de l’UEFA se trouve à quelques kilomètres de celle-ci. Lui, qui suite à l’affaire de la Super League de Florentino Perez, est devenu le président de l’Association Européenne des Clubs mais aussi le chouchou d’Aleksander Čeferin, président de l’UEFA. Le rajout de Genève, cité internationale, dans son championnat est un point d’ancre pour le qatari

Ainsi Servette quittera la Super League dès le 1er juillet 2023. Le club sera remplacé par Etoile Carouge. Le Servette GGFC obtiendra comme l’AS Monaco d’un titre privilégié de club étranger au championnat, ceci lui permettra d’échapper à quelques contraintes budgétaires et financières. De quoi attirer de nombreux nouveaux investisseurs, un certain Majid Pishyar serait intéressé…

Servettiens.ch

FREE
VIEW