Le Football-Club de la Servette faillit bien disparaître quelques années seulement après sa fondation. Après avoir dû quitter le Pré Wendt puis le terrain de la Prairie, il obtint donc l’autorisation d’évoluer sur la Plaine de Plainpalais. Les choses se passaient même très bien : le nombre des sociétaires augmentait et les entraînements étaient bien suivis.

Tout va cependant être remis en question en 1896.. Car Genève va recevoir l’Exposition Nationale Suisse et les organisateurs ont besoin de la Plaine de Plainpalais. Les Servettiens doivent trouver un autre terrain. Ils se rendent à Sécheron ou à Plan-Les-Ouates mais les surfaces ne sont pas aptes au jeu. On décide alors de suspendre l’activité du club. Sans l’amitié qui unissait les fondateurs et les nouveaux sociétaires, Servette disparaissait. Mais non, il survit et repart en 1889, année où il récupère les terrains de la Plaine de Plainpalais pour rejouer au rugby puisque c’était le sport que l’on pratiquait alors au Servette.

A l’époque où Servette était condamné à l’inactivité, d’autres clubs étaient crées et imitaient les collèges de Lancy et de la Châtelaine pour se lancer le football association. C’est ainsi qu’en 1896 naissaient le Racing-Club de Genève qui pouvait jouer sur le terrain de l’hippodrome des Charmilles et le F.C la Garance. Ce club avait l’avantage de pouvoir évoluer sur les terrains de la Garance, mis à disposition par M.Barton, qui comptaient parmi les meilleurs « grounds » d’Europe pour la pratique du football et du cricket.

Servette n’avait pu évoluer sur ces magnifiques terrains de la Garance parce qu’il ne jouait pas encore au « football association » mais au rugby. Pas étonnant dès lors si Servette ne fit pas partie des clubs qui fondèrent l’ASF, le 7 avril1895 à Olten et qui furent Grasshoppers, Anglo-American Zurich, Excelsior Zurich, Lausanne FC, La Villa Lausanne, La Villa Longchamp Lausanne, Yverdon, Château de Lancy, la Châtelaine, Bâle, Saint-Gall et Neuchâtel. A l’époque, les Anglais dirigeaient le Football Association suisse et imposaient leur manière de jouer et leurs vue, exigeant par exemple de jouer le samedi ce qui allait provoquer bien des problèmes quelques années plus tard.

C’est en automne 1898 que Servette reprît l’entraînement sur la Plaine de Plainpalais. Le club prenait en effet son vrai départ puisque dimanche après dimanche ses joueurs se rendaient sur la plaine pour s’entraîner. Comme ils pratiquaient le rugby alors que tous les autres clubs genevois se mettaient au football association, il devenait toujours plus difficile de trouver des adversaires. Le comité, alors présidé par Marc Perrenod dût donc se tourner vers la France pour conclure le premier match amical international, face au Stade Grenoblois. L’affrontement eût lieu le lundi de Pâques 3 Avril 1899 à Grenoble et les Servettiens s’inclinèrent 3 à 9.

Servette reçut ensuite la grande équipe de Lyon (3-11 sur la Plaine de Plainpalais, devant 3000 spectateurs) puis sous l’impulsion de son capitaine Déjerine qui jouait au rugby avec Servette et au football association avec le Stellula, l’équipe du Collège puis de l’université, une véritable transformation s’opérait. Réticents au début, les membres du comité du Servette créaient ainsi une section football association.

Celle-ci se développa d’autant plus rapidement que la section rugby ne pouvait rencontrer que des équipes étrangères. Cette année (1899) le championnat de l’ASF fut remporté par l’Anglo American de Zurich. La saison se termina par d’âpres discussions et une scission qui aboutit à la création de la ligue romande. Celle-ci était dirigée par les directeurs des instituts de jeunes gens où prédominaient les Anglais et ceux-ci ne voulaient pas jouer le dimanche. Dégerine, partisan des matches du dimanche, créa alors la « Coupe du dimanche » et fonda le « Sunday team » que l’on peut considérer comme le précurseur de l’équipe de football association du Servette. Le « Sunday team » fit sa première sortie le 3 décembre 1899 à la Chevillarde où il battit le FC Excelsior 2-1.

Dégerine était secrétaire de rédaction à la « Suisse Sportive », revue dont le premier numéro était sorti de presse le 27 avril 1897. Le rédacteur en chef était le DR Aimé Schwob donna son accord et il devait diriger le club du 17 janvier 1900jusqu’en 1912. Aimé Schwob, qui allait s’avérer comme un grand dirigeant, forma un nouveau comité puis fit adopter officiellement par Servette le football et association et le 14 janvier 1900, l’ex-Sunday Team devenu Servette FC battait le FC Exclesior 2-0 sur le terrain de la Garance.

Cette année, Servette remportait la Coupe du dimanche créée parDéjerine  : 14-0 contre Aigle, 2-0 contre le FC Genève et 4-0 en finale contre le FC Neuchâtel. Servette devint membre de l’ASF le 21 Octobre 1900, en même temps que le FC Baden et le FC Fire Flies de Zurich. Après s’être reconstitué, Servette a joué sur la Plaine de Plainpalais puis sur le terrain de la Garance qu’il loue au Stellula, puis loue directement pour… Le sous-louer au même Stellula. Les deux clubs s’entendent parfaitement et leurs joueurs participent la semaine aux match de la ligue romande et le dimanche à ceux de l’ASF.

A cette époque (déjà !) la question des emplacements de jeu est très importante. Certains clubs disparaissent parce qu’ils n’ont pas de terrain. Servette se tourne donc vers le pré Cayla qui deviendra le Parc des Sports. C’était alors l’emplacement du Tennis Club de Genève. Servette obtint l’autorisation d’y jouer au début de 1901. Le premier match au Parc des Sports eut lieu le 31 mars 1901. C’est l’équipe de… Rugby du Servette qui l’inaugura.

Rédigé par: Jacques Ducret, hors-ligne, 1990

Appelez-nous