L’épopée européenne de 2001-2002

L’épopée européenne de 2001-2002

Nous sommes en septembre 2001 : Servette a entamé sa saison avec 4 victoires, 3 nuls ainsi que 3 défaites et s’apprête à débuter une nouvelle campagne en Coupe UEFA, obtenue grâce à la victoire en Coupe la saison dernière. Les Grenat, emmenés par l’actuel coach du Borussia Dortmund Lucien Favre, est composée d’anciens qui ont connu le titre de 99 (Pédat, Fournier, Lonfat et Wolf) et de jeunes espoirs qui deviendront des noms par la suite au sein de la Nati (Frei et Senderos). On pourrait citer Hilton ou Oruma comme autres joueurs fameux mais il y en avait tellement au sein de cet effectif qui voulait faire mieux que la cinquième place de l’an dernier.

Exemptés de tour préliminaire, Servette commence son premier tour face au Slavia Prague, vice-champion tchèque qui vient d’être reversé en C3 suite à leur élimination au troisième tour qualificatif contre la Panathinaïkos. Les Sešívaní, qui signifient ”les cousus”, comptent dans leurs rangs des joueurs comme Jan Suchoparek et Pavel Novotny, finalistes de l’Euro 1996 cinq ans auparavant. Le match aller a lieu quelques jours après les événements du 11 septembre, plus précisément le 20 au Stade des Charmilles. Durant une rencontre ou les occasions viennent de part et d’autre, c’est Wilson Oruma qui délivre tout le stade à un quart d’heure du terme pour permettre aux servettiens de s’imposer sur la plus petite des marges.

Le match retour a lieu une semaine plus tard au Stade Evzena Rosickeho devant une affluence digne des plus belles de la Pontaise (3000 spectateurs). Servette veut directement se mettre à l’abri et c’est ce que fait l’équipe genevoise, qui jouait en bleu ce soir-là, juste avant la quinzième minute de jeu par l’inévitable Wilson Oruma. Le champion olympique 1996 reprend du gauche à l’entrée des seize mètres pour ouvrir la marque et place son équipe sur orbite. Malgré un poteau trouvé par Dill, c’est le Slavia qui va égaliser à la 89e par Petrous, après avoir touché aussi les montants. Le score ne bougera plus et c’est donc le SFC qui se qualifie logiquement.

Le tirage au sort du deuxième tour offre un sympathique déplacement dans la capitale de l’Aragon Saragosse. Le Real Zaragoza s’est sauvé de justesse en Liga la saison dernière (17e et premier non-relégué) mais a remporté la Coupe du Roi en disposant du Celta Vigo en finale (3-1) pour pouvoir disputer la C3, durant laquelle ils ont éliminé Silkeborg sur le score de 5-1 dans les deux confrontations. Pourtant, les Blanquillos restaient sur une belle 4e place en 2000 devant le Real Madrid mais grâce à leur victoire en Champions League, la Maison Blanche leur ravira la dernière place qualificative en C1, mais revenons à notre rencontre du 18 octobre 2001.

Dans une Romareda à moitié garnie (18’000 spectateurs), c’est Servette qui entame de la meilleure des façons la rencontre avec un premier pétard d’Oruma (encore lui) dévié sur le poteau. Servette est clairement la meilleure équipe sur le terrain et mériterait d’ouvrir la marque. On pense que cela va intervenir à la 51ème minute de jeu lorsque Alex Frei allume Lainez qui relâche le ballon entre ses jambes et qui roule lentement ver mais malheureusement Esquerdinha dégage le ballon juste sur la ligne. Du côté espagnol, on ne montre rien du tout mais les coéquipiers de Yordi auront la plus grosse opportunité de la partie. Sur un centre de ce même Esquerdinha, Galletti remet pour Juanele qui n’a plus qu’à la pousser dedans mais heureusement pour les genevois ce dernier loupe l’immanquable. Score nul et vierge au final, tout se jouera le 1er novembre.

Dans un Stade des Charmilles comble, on assiste à un match équilibré ou chaque équipe a ses occasions mais n’arrive pas à inquiéter réellement les portiers Pédat et Juanmi. Les Servettiens perdent Sébastien Fournier sur blessure et qui aurait pu être expulsé mais Monsieur l’arbitre en décida autrement. On se dirige gentiment vers une prolongation lorsque Goran Obradovic, sur une contre-attaque, sert ce diable de Wilson Oruma qui se joue de Pablo pour ajuster Juanmi et faire exploser les Charmilles à la 87e minute. Servette sera au rendez-vous des seizièmes tandis que le Real Saragosse terminera lanterne rouge de Liga en fin de saison.

C’est le Hertha Berlin qui se dresse sur la route de Servette en seizièmes. Le club de la capitale a terminé cinquième de la dernière édition de Bundesliga en ratant de peu la qualification en C1. Ils se sont débarassés aisément de Westerlo et du Viking Stavanger par le même score sur les deux confrontations, à savoir 3-0. C’est donc le 22 novembre que le match aller a lieu aux Charmilles entre un Servette qui vient de s’incliner dans le derby du Rhône et un Hertha privé de son portier au jogging Kiraly, que vous avez pu voir lors de l’Euro 2016, et Sebastian Deisler. Au terme d’un match qui aurait pu basculé d’un côté comme de l’autre, le score de 0-0 laisse tout ouvert pour le match retour le 6 décembre à l’Olympiastadion.

C’est donc un Servette FC qui vient d’assurer sa qualification pour le tour final qui se présente sur le pré face à un Hertha Berlin qui reste sur dix matchs sans défaite, notamment le dernier ou les hommes de Jürgen Röber se sont imposés face au Bayern devant 52’000 personnes. Malheureusement, seuls 10’000 personnes ont bravé le froid pour cette rencontre qui voit le Hertha se porter à l’assaut du but de Pédat qui montre qu’il est présent.

Servette est au niveau de son adversaire et va profiter de sa première offensive pour ouvrir le score par l’increvable Vitorino Hilton (43 ans et toujours en activité à l’heure ou j’écris ces lignes !) bien servi sur coup franc par Oscar Londono. Malgré l’expulsion de van Burik, les berlinois assiègent toujours le but adverse mais Eric Pédat dégoûte Marcelinho et ses coéquipiers pour permettre aux Grenat d’être devant à la pause.

Les servettiens vont faire le trou juste après le retour après un contre mené par Londono qui transmet le ballon à Obradovic. Le numéro 10 trouve Alexander Frei qui ne se pose pas de questions. Le coup de grâce sera donné par ce même Obradovic qui reprend victorieusement de la tête un coup franc de ”Piquet” qui s’était écrasé sur la barre et plus rien ne bougera. Le Servette FC vient très certainement de réaliser le plus grand exploit européen de son histoire (Fournier avouera plus tard avoir estimé à 20% les chances de qualification avant le match retour) en éliminant une équipe avec un budget huit fois supérieur au sien. Pour la première fois depuis onze ans, un club suisse sera au rendez-vous printanier des Coupes d’Europe !

Toutefois, le tirage au sort ne fut pas le plus clément pour les Grenat, qui héritèrent du FC Valence qui est à ce moment-là une redoutable équipe sur la scène nationale et continentale. En effet, les hommes de Rafael Benitez restent sur deux finales consécutives de Champions League perdues face au Real et au Bayern et malgré une qualification ratée pour la C1, se bat pour un titre de champion qui le fuit depuis 30 ans et qu’il obtiendront en fin de saison.

Néanmoins, malgré deux qualifications aisées lors de deux premiers tours face au Tchernomorets puis au Legia Varsovie, les Blanquinegros ont été obligés de passer par les tirs au but contre le Celtic, laissant penser qu’un autre exploit des genevois est possible. Malheureusement, la manche aller le 19 février 2002 à Mestalla tournera largement en faveur des coéquipiers de David Albelda qui s’imposent 3-0 grâce à un CSC d’Hilton ainsi que des buts de Pablo Aimar et Salva. Les hommes de Lucien Favre pourront ruminer deux grosses occasions ratées qui auraient pu mettre l’équipe dans une meilleure posture avant le match retour.

Avant ce match retour, les joueurs veulent terminer sur une bonne note mais aucun d’eux n’évoque un improbable exploit. Croyaient-ils vraiment au fond d’eux-même ? Si c’est le cas, leurs espoirs vont vite être douchés par Sanchez dans le premier quart d’heure. Servette pousse face à une équipe valencienne remaniée mais ne trouve pas la faille jusqu’à la 37e minute par Robert. On se dirige vers un score de parité lorsque Angulo ajuste Pédat et glace le 9018 spectateurs présents au Charmilles.

Alex Frei évitera une nouvelle défaite face aux Espagnols en égalisant à la 67e pour établir le score final à 2-2, avec un score cumulé de 2-5 qui qualifie les coéquipiers de Canizares pour les quarts ou ils seront battus par l’Inter mais remportera la Coupe UEFA en 2004 avec le championnat par la même occasion. De son côté, le Servette FC gagnera le droit de re-disputer la Coupe UEFA en finissant 4e de LNA. Ils élimineront le Spartak Erevan avant de tomber face à l’Amica Wronki au 1er tour. C’est d’ailleurs la dernière fois que le club aux 17 titres atteindra le tour principal d’une compétition européenne.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur cette épopée :

http://www.super-servette.ch/europa_uefacup_FR.htm

2006 : Servette-Lausanne 4-3 (2-3)

2006 : Servette-Lausanne 4-3 (2-3)

Servette – Lausanne 4-3 (2-3)

Samedi 19 août 2006, 19:30

Stade de Genève, 5125 spectateurs. Arbitre: Jérôme Laperrière.

Buts: 23e Bugnard 0-1, 26e Balthazar 0-2, 36e Eudis 0-3, 38e Vitkieviez 1-3, 41e Vitkieviez 2-3, 47e Esteban 3-3, 78e Esteban 4-3.

Servette: Marques; Ratta, Girod, Barea, Bratic; Yoksuzoglu (33e Boughanem), Pizzinat (89e Kusunga), Londono, Chedly; Vitkieviez, Esteban (86e Pont). Entraîneur: Jean-Michel Aeby.

Lausanne: Zbinden; Reis (62e Lacroix), Miéville, Scalisi, Mora; Bugnard, Rey (80e Ebe), Balthazar (64e Cabral); Correia, Eudis, Thurre. Entraîneur: Alain Geiger.

Avertissements: 61e Boughanem, 61e Bugnard, 65e Lacroix, 69e Eudis.

Un Ballon d’Or au Servette ! Karl-Heinz Rummenigge est grenat.

Un Ballon d’Or au Servette ! Karl-Heinz Rummenigge est grenat.

N’avez-vous jamais rêvé de voir un Ballon d’Or fouler la pelouse de votre stade, porter vos couleurs et marquer d’innombrables buts devant une foule de supporters ? Un joueur ayant gagné la Coupe d’Europe des clubs champions, l’Euro et ayant participé à deux finales de coupes du monde. Imaginez un joueur de ce type signer au Servette. C’est exactement ce qu’ont vécu les supporters Grenats en 1987 avec Rummenigge. Retour sur son parcours et sur sa période grenat.

Actuellement président du conseil d’administration du Bayern Munich, Rummenigge n’est pas un inconnu dans le monde du football. Les plus jeunes ont sûrement oublié, ou n’ont jamais su, quel énorme joueur il était. Voici donc le parcours de notre cher Karl-Heinz.

Un nouveau roi de Munich

Formé au Borussia Lippstadt, un petit club amateur, Karl-Heinz rejoint dès le début de sa carrière le Bayern Munich. A 19 ans, personne ne doute de son talent, il s’impose assez rapidement en tant que titulaire et aide le club à atteindre la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, dès sa première saison au club. Une finale contre Leeds United qu’il ne jouera malheureusement pas (il reste sur le banc) mais cela n’empêche pas le club de soulever le trophée et de lancer une carrière que très peu de joueurs ont eu.

Il ne lui fallut attendre pas plus que l’année suivante pour atteindre de nouveau la finale de la Coupe d’Europe, en battant des équipes comme le Benfica et le Real Madrid. Mais cette fois, il était bel et bien sur le terrain. Il soulève donc sa deuxième Coupe d’Europe d’affilée à seulement 20 ans.

Il est important de citer qu’il ne jouait pas avec n’importe qui. Lors de cette finale en 1976, il jouait en attaque avec le grand Gerd Muller, avec Uli Hoeness en soutien et personne d’autre que Beckenbauer en défense. Quelle équipe !

Après une période un peu creuse du club, Rummenigge montre toute l’étendue de ses talents entre 1979 et 1981, en finissant à plus de 25 buts en championnat durant ces 2 saisons (26 buts 79/80 et 29 buts 80/81). Gagnant du coup le Ballon d’Or à deux reprises en 1980 et 1981.

(Diego Maradona et Rummenigge à la finale de Coupe du Monde 1986)

Parcours avec l’Allemagne de l’Ouest (RFA)

Son premier Ballon d’Or n’est pas seulement grâce à ses excellentes performances avec le Bayern Munich, mais aussi grâce à ses prestations durant les matchs de l’équipe nationale. En effet, lors de la Coupe d’Europe 1980, « Kalle » amène l’Allemagne de l’Ouest en finale contre la Belgique, une finale qu’ils gagnent 2:1 avec une passe décisive de Rummenigge. Le voilà donc Champion d’Europe.

Après cela il devient peu à peu capitaine de l’équipe nationale et va participer à deux finales de Coupe du Monde. Une en 1982, perdue face à l’Italie et l’autre en 1986, perdue elle aussi face à l’Argentine de Diego Maradona, malgré un but de Karl-Heinz.

Passage en Italie

(Karl-Heinz Rummenigge et Michel Platini)

Après 310 matches et 217 buts, il prend la direction de l’Inter Milan, en 1984, pour un transfert de 8,5 milliards de lire (l’équivalent de 5,9 millions de francs suisse aujourd’hui). Une somme record, il faut aussi dire qu’il venait de finir meilleur buteur de la Bundesliga avec 26 buts.

A l’Inter Milan, il eut un parcours mitigé, malgré avoir atteint deux fois les demi-finales en Coupe d’Europe sortant à chaque fois face au Real Madrid et avoir marqué 24 buts en 64 matches.

Arrivée en terres Genevoises

C’est bien là que l’histoire avec les Servettiens commence. Le double champion d’Europe en clubs, champion d’Europe, capitaine de l’équipe nationale de l’Allemagne de l’Ouest et surtout double Ballon d’Or pose ses valises à Genève.

Après une longue blessure, « Kalle » se lance un nouveau défi. Malgré des offres financièrement meilleures en Italie et en Allemagne, il décide de venir en Suisse en partie grâce au président de l’époque.

« Non, croyez moi, l’aspect financier à été secondaire. J’aurai pu gagné beaucoup plus en allant jouer dans d’autres clubs […] j’ai refusé des offres de Pescara, Cesena et du Bayern » declara-t’il à l’illustré.

(Ici Kalle contre St-Gall)

Son premier match à lieu le 13 octobre 1987, revenant donc de blessure, il prend du temps à trouver ses marques et marque son premier but le 13 décembre 1987 au stade des Charmilles. Puis il echaine,  comme par exemple son triplé contre Young Boys ou doublé contre Xamax, pour ne citer que ceux-là. Il finit la saison avec 10 buts en 17 matches.

Numéro 11 sur le dos, il est innarêtable. Il faut dire que là aussi il est bien entouré. Avec le brésilien José Sinval, le Danois John Eriksen (36 buts en 34 matchs !), Lucien Favre à la baguette et Pascal Besnard l’équipe joue très bien. Mais elle finira malheureusement à la deuxième place derrière le rival Neuchâtelois.

En Suisse alémanique Rummenigge attire les foules, par exemple lors du déplacement à St-Gall, le 24 avril 1988, pas moins de 13’000 personnes sont venues voir le match. Un match où il ravi ses fans en marquant un but de la tête.

Sa deuxième saison en Grenat est encore meilleure, en tout cas individuellement. On peut citer son quadruplé contre St-Gall ou son doublé face aux Lausannois à la Pontaise. Il finit sa deuxième saison avec 25 buts en 37 matchs. Un bilan permettant à Servette terminé deuxième de son championnat.

(Rummenigge, 3ème en partant de la droite, avec d’autres visages familier, Lucien Favre, 1er en haut a gauche, et Pascal Besnard, tout en bas à droite)

Un court passage de 2 ans au club, mais tout de même, un joueur d’une telle réputation qui finit sa carrière à Servette il n’y en a pas eu beaucoup. De plus, comme il le disait lui-même, il n’était pas venu pour une retraite dorée et effectivement les statistiques ne mentent pas.

Suite à sa grande carrière de footballeur Kalle a été commentateur pour l’équipe d’Allemagne sur une chaine TV, avant de devenir vice-président du Bayern Munich en 1991 et puis président du conseil d’administration du club avec ses bons vieux amis tels que Uli Hoeness et Beckenbauer.

Espérons à l’avenir revoir d’aussi grands joueurs au club que ce soit pendant ou en fin de carrière.

Les Servettiens invincibles

Les Servettiens invincibles

Lors de la saison 1939-1940, le club du bout du lac a été champion du championnat Suisse, mais pas que, les grenats ont aussi réussi l’exploit de finir la saison avec zéro défaite. Retour sur cette saison exceptionnelle.

Actuellement, seulement quelques clubs peuvent se vanter d’avoir fait une saison sans défaite. Autant dans les plus grands championnats que dans les championnats dit « faciles », il n’est jamais évident de ne pas avoir de baisse de forme de l’équipe. Il y a tellement de facteurs en jeu qui peuvent changer une rencontre : blessures, forme des joueurs, état du terrain, météo, pour ne citer que ceux-là. Cette saison, on observe d’un œil curieux le parcours de Liverpool par exemple, après une saison 18-19 avec une seule défaite en championnat. Le nom des « invincibles » a aussi été donné à Arsenal lors de la saison 2003-2004, au Milan AC en 1991-1992 ou la Juventus en 2011-2012, entre autres. Mais parmi toutes ces grandes équipes ayant réussi cet exploit, on retrouve notre beau club grenat.

39-40 Une saison particulière.

C’est peu dire que cette saison fût différente. En effet, après les évènements de l’année 1939, beaucoup de joueurs furent appelés sous leur drapeaux. Heureusement la plupart des joueurs étant Suisses, la neutralité du pays leur permit de jouer le championnat. Après une mobilisation générale début septembre, le championnat put commencer le 22 octobre, les autorités militaires accordant les congés demandés par les clubs. Il eût malheureusement des joueurs, d’autres nationalités, qui ne purent participer à la suite. On pense au Yougoslave Stevovic, qui dût regagner son pays, ainsi qu’à André Belli, dont la naturalisation Suisse était en cours, parti rejoindre les troupes françaises et fait prisonnier par les allemands.

Cette saison-là, se joue d’abord dans un groupe « romand » en 2 tours, composé de Lausanne, Chaux-de-Fonds, Grechen, Young Boys et Bienne. Puis dans un groupe national composé de St-Gall, Lucerne, Nordstern, Young Fellows, Lugano et Grasshoppers.

Le Championnat Suisse de Mobilisation

Ce championnat de Mobilisation commence donc. La première rencontre de la saison face à Young Boys commence mal, mais menés 1-3, les Servettiens vont remonter le score et gagner le match 6 buts à 3. Ensuite ils gagneront les 4 matchs suivants jusqu’à Noël.

(Genia Walaschek servant Georges Aeby sous le regard amusé de Philippe Fuchs)

Les Grenats font des misères aux « romands » en début d’année 1940. Les Bernois prennent 4 buts à la maison, les Biennois se font laminer 7-0 aux Charmilles et les Lausannois voient leurs filets trembler quatre fois à la Pontaise.

Georges Aeby montre toute l’étendue de ses talents avec le maillot de Servette. Il ne marque pas moins de 12 buts lors du 1er et 2ème tour du groupe des romands. Trello Abegglen, l’entraineur-joueur, fît des merveilles, que ce soit en tant que coach ou sur le terrain.

Philippe Fuchs, un petit jeunot de 19 ans, s’impose par son talent en défense centrale. Très grand et imposant, il se montre pourtant très à l’aise avec le ballon. L’équipe finit dans ce groupe avec 9 victoires et 1 nul. L’équipe ayant perdu son premier point face à Grechen que le 18 février 1940.

Dans le groupe national, l’équipe impressionne tout autant avec un jeu rapide et offensif. Mais en mai, les allemands lancent une offensive à l’ouest et le championnat doit être interrompu. Il ne reprendra que le 9 juin 1940. Pourtant, ce n’est pas cet arrêt qui empêchera les Genevois de continuer leur forme. Au début du 2ème tour du groupe national, Servette explose St-Gall (4:0), giffle Lucerne (0:4) et écrase Lugano (7:0). Finalement, le championnat trainant en longueur, à cause des mobilisations, l’AFSA (ancien ASF) décide d’organiser deux matches en un week-end. Servette joue samedi à Bâle, dimanche à Genève et enchainent deux victoires. Etant champions depuis le match à Lucerne (4 journées à l’avance), c’est à Zurich contre Grasshopper que les Servettiens soulèveront le trophée, le 22 juillet.

(Walaschek et Aeby)

Les joueurs finissent la saison avec 19 victoires, 3 nuls et donc zéro défaite. La seule défaite du club se déroula en Coupe, face à UGS. En 22 matchs, l’équipe n’a encaissé que 14 buts et en a marqué 64 ! Avec une belle moyenne de 3 buts par match, ils ont ébloui le championnat. Du gardien acrobate Feutz, en passant par Fuchs, Trello, Monnard et jusqu’à l’excellent buter Aeby, ils ont tous montré l’entendu de leur talent et ont ramené le 9ème titre de champion Suisse de l’histoire du club. Un beau cadeau pour les 50 ans du Servette FC.

L’incroyable mésaventure de Paulo Diogo

L’incroyable mésaventure de Paulo Diogo

Une histoire ayant fait le tour du monde s’est déroulée lors d’un match du club Grenat à Schaffhouse contre le club local, tout juste promu en Super League. Retour sur ce moment qui donne encore des frissons aujourd’hui.

Des cris de joie, l’exultation des supporters, une main en l’air puis le silence. Une vision atroce envahie les supporters au Breite ce jour-là. Car oui, les cris de douleur de Paulo Diogo s’expliquent par son doigt mutilé lors de sa célébration. Mais que s’est-il passé ?

En ce soir de décembre 2004, le Servette FC se déplace sur le terrain du FC Schaffhouse pour la 17ème journée du championnat Suisse. Le club est dans un sale pétrin et la menace d’une faillite plane déjà au-dessus des pensionnaires du Stade de Genève. Mais les Grenats jouent le match à fond et à la mi-temps, le score est déjà de 0-2 pour Servette. Après la réduction du score de Schaffhouse, c’est à la 87ème minute que Servette va marquer le troisième but. Seul contre 4 Grenats, le gardien de l’équipe suisse-allemande ne peut rien faire lorsque Paulo Diogo offre le but à Jean Beausejour, face au supporters Grenats, derrière le grillage en métal du stade. L’équipe exulte et Diogo part remercier les supporters dans ce moment euphorique. Il grimpe sur le grillage puis en redescend en sautant.

(Diogo horrifié par sa blessure)

C’est à ce moment là qu’il remarque sa terrible blessure, suivie d’une douleur insupportable : « Oui, mais je l’ai ressentie surtout dans la tête. J’avais perdu un doigt -amputation de la phalange de l’annulaire gauche- et ça été un choc terrible. » témoigne-t ’il pour l’article de Coopération*.

(L’arbitre a averti Diogo pour “célébration excessive”)

Le doigt donc mutilé, il lève la main pour appeler les soigneurs et faire signe à l’arbitre. Celui-ci décide pourtant de lui infliger un carton jaune en guise d’avertissement pour sa célébration.

Un geste qui aujourd’hui nous parait ridicule compte-tenu de la situation. Diogo dut évidemment sortir du terrain et est parti en direction de l’hôpital de Zurich.

Selon le mythe, son doigt a même été retrouvé par les stewards du stade, mais la reconstitution s’avéra impossible, le joueur dut se faire amputer d’une phalange.

L’après-blessure

(Aujourd’hui il est entraîneur et entrepreneur)

Paulo Diogo est avant tout un footballeur et ce n’était pas cette blessure qui allait le faire arrêter de jouer. En effet, suite à la faillite du club Grenat, il rejoint en 2005 le FC Sion, un mauvais choix, il y jouera très peu et partira une année plus tard pour rejoindre : le FC Schaffhouse, drôle de coïncidence. Puis il finira sa carrière professionnelle là où il l’a commencé, au Lausanne-Sport.

Aujourd’hui le football fait toujours partie de sa vie, il a d’ailleurs entrainé plusieurs équipes en division inférieur depuis 2010 (Dardania Lausanne en 2ème ligue inter et Forward Morges en 2ème ligue) et depuis septembre 2018, il entraine le FC Amical St-Prex en 2ème ligue inter. Mais, le football, il ne le fait plus comme métier.

Quand on lui demande si ça lui dérange quand on parle de sa blessure, il répond : « Oui et non. Parfois, on oublie que j’ai été avant tout footballeur. »*.

Mais sa blessure hors du commun reste un fait marquant de l’histoire de Servette et cela fera peut-être réfléchir à deux fois, à l’avenir, les jeunes joueurs du club lorsqu’ils marqueront des buts.

(*source: https://www.cooperation.ch/blogs/les-legendes-du-sport/2019/paolo-diogo-de-la-ln-au-fc-amical-st-prex-216070/ )

Pascal Besnard, le nouveau président du club.

Pascal Besnard, le nouveau président du club.

Récemment nommé Président du club, il est loin d’être méconnu au club et à Genève. Portrait sur Pascal Besnard, le nouveau Monsieur Servette.

« Paqui » Besnard, voilà comme on le surnomme. Né à Genève, le 3 mai 1963, il est formé au club, puis y débute sa carrière lors de la saison 1984-1985. Jeune joueur de l’académie et ayant 21 ans, il débute bien évidemment sa saison sur le banc, mais s’impose rapidement en tant que titulaire dans l’entrejeu Genevois. Un entrejeu pourtant bien garni avec des Schnyder ou Decastel. L’équipe de cette saison est fantastique, il joue par exemple avec Lucien Favre, Umberto Barberis et l’inévitable Alain Geiger. Ensemble, ils remportent le championnat avec Servette, des débuts très prometteurs.

Tantôt milieu défensif, tantôt défenseur « Paqui » joue au club du bout du lac de Genève jusqu’à dans les années nonante, avant de rejoindre l’UGS. Un parcours presque à 100% Genevois, sans compter sa dernière pige à Yverdon-Sport en 93-94.

Après sa retraite en tant que joueur, il fit un court passage à la tête de l’équipe du Meyrin FC, une saison difficile suivie d’une relégation. Ce fût, à notre connaissance, sa seule expérience en tant que coach d’une équipe.

Photo
(Ici Besnard, à droite, et Lucien Favre, à gauche, à la lutte pour le ballon)

Après-carrière footballistique

Il faut préciser qu’avant d’être joueur professionnel, Pascal Besnard fît un apprentissage dans le secteur bancaire. Un secteur où il y retourna après sa carrière dans les rectangles verts. Il travailla essentiellement au Crédit Suisse, où il a gravi  les échelons jusqu’à devenir en 2016, à 52 ans, responsable de la région de Genève.

C’est aussi une personne engagée, membre de plusieurs associations en plus de ses responsabilités personnelles.

Président du Servette Football Club

C’était déjà dans l’air depuis quelques moments. Il prend donc la présidence du club au 1er Janvier 2020. Sa nomination semble être la suite logique dans l’évolution du club. Faisant déjà partie du conseil d’administration depuis quelques années, ayant joué pour le club et ayant même créé le « club 1890 » en soutien pour le club, il ne fait aucun doute qu’il va apporter quelque chose que le club a rarement eu à sa tête : de l’expérience dans le football.

Elle semble bien loin maintenant l’époque des présidents instables, mégalomanes ou flambeurs. Place aujourd’hui à la stabilité.

Post Tenebras Lux

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR