Récemment nommé Président du club, il est loin d’être méconnu au club et à Genève. Portrait sur Pascal Besnard, le nouveau Monsieur Servette.

« Paqui » Besnard, voilà comme on le surnomme. Né à Genève, le 3 mai 1963, il est formé au club, puis y débute sa carrière lors de la saison 1984-1985. Jeune joueur de l’académie et ayant 21 ans, il débute bien évidemment sa saison sur le banc, mais s’impose rapidement en tant que titulaire dans l’entrejeu Genevois. Un entrejeu pourtant bien garni avec des Schnyder ou Decastel. L’équipe de cette saison est fantastique, il joue par exemple avec Lucien Favre, Umberto Barberis et l’inévitable Alain Geiger. Ensemble, ils remportent le championnat avec Servette, des débuts très prometteurs.

Tantôt milieu défensif, tantôt défenseur « Paqui » joue au club du bout du lac de Genève jusqu’à dans les années nonante, avant de rejoindre l’UGS. Un parcours presque à 100% Genevois, sans compter sa dernière pige à Yverdon-Sport en 93-94.

Après sa retraite en tant que joueur, il fit un court passage à la tête de l’équipe du Meyrin FC, une saison difficile suivie d’une relégation. Ce fût, à notre connaissance, sa seule expérience en tant que coach d’une équipe.

Photo
(Ici Besnard, à droite, et Lucien Favre, à gauche, à la lutte pour le ballon)

Après-carrière footballistique

Il faut préciser qu’avant d’être joueur professionnel, Pascal Besnard fît un apprentissage dans le secteur bancaire. Un secteur où il y retourna après sa carrière dans les rectangles verts. Il travailla essentiellement au Crédit Suisse, où il a gravi  les échelons jusqu’à devenir en 2016, à 52 ans, responsable de la région de Genève.

C’est aussi une personne engagée, membre de plusieurs associations en plus de ses responsabilités personnelles.

Président du Servette Football Club

C’était déjà dans l’air depuis quelques moments. Il prend donc la présidence du club au 1er Janvier 2020. Sa nomination semble être la suite logique dans l’évolution du club. Faisant déjà partie du conseil d’administration depuis quelques années, ayant joué pour le club et ayant même créé le « club 1890 » en soutien pour le club, il ne fait aucun doute qu’il va apporter quelque chose que le club a rarement eu à sa tête : de l’expérience dans le football.

Elle semble bien loin maintenant l’époque des présidents instables, mégalomanes ou flambeurs. Place aujourd’hui à la stabilité.

Post Tenebras Lux

Appelez-nous