Servette – Lausanne 1-4 : Abominable à voir

Servette – Lausanne 1-4 : Abominable à voir

Catastrophique, honteux et j’en passe : nombreux ont été les adjectifs employés pour décrire le derby du Lac du Servette FC ce mercredi au Stade de Genève. Une nouvelle fois, attention à une fin de saison compliquée qui se profile…

Vous souvenez-vous des entames catastrophiques servettiennes en début d’année ? Elles sont de retour ! Car oui, Servette va concéder deux buts dans les 20 premières minutes où la défense genevoise fait pâle figure. Après la déroute à Lucerne, on s’attend à ce que Servette reparte avec une nouvelle valise mais les joueurs d’Alain Geiger vont lancer un semblant de révolte en réduisant la marque avant la demi-heure.

Il est important de préciser ”un semblant” car tout va tomber à la trappe quelques minutes plus tard avec le troisième but concédé, une nouvelle fois par ce diable de Bolingi qui fut déjà l’auteur de l’ouverture de la marque. Cela aurait pu être 1-4 à la mi-temps si le poteau n’avait pas volé au secours. La deuxième période n’aura que trois événements à constater : le quatrième but lausannois et les deux expulsions côté Grenat.

Les notes des Grenat

Jérémy Frick : 4

Comme le nombre de buts concédés. Blague à part, il semble un peu court et laxiste sur les 4 buts même s’il n’est pas le premier responsable.

Anthony Sauthier : 3

De gros espaces laissés sur son côté droit. Le capitaine aura vécu comme ses trois autres compères de défense une rencontre très compliquée

Steve Rouiller : 3

En retard sur bon nombres d’actions adverses, notamment sur le deuxième but lausannois, le pilier de la défense a montré des signes de difficultés alors que ces dernières sorties étaient plus que convaincantes.

Yoan Séverin : 3

Le troisième défenseur dans la hiérarchie aura passé une après-midi des plus difficiles, ayant été totalement dépassé par les évènements.

Gaël Clichy : 4

Retour au jeu très moyen pour le latéral qui a multiplié les passes et transversales ratées au fil des 90 minutes.

Gaël Ondoua : 2

Totalement hors-sujet en première mi-temps (ou plutôt pas concerné si l’on voulait être honnête), c’est sans surprise qu’il sort à la pause pour Vincent Sasso, lequel a eu le temps en 25 minutes de prendre deux cartons jaunes.

Timothé Cognat : 4

Sa perte de balle à la 18e minute coûte cher car elle amène tout simplement le but du break. Ses multiples courses ainsi que sa grosse occasion n’auront pas suffit à changer la donne. Remplacé dans les dernières minutes par Boris Cespedes.

Théo Valls : 3

Un match à oublier pour le milieu relayeur, tant il n’a pas été au rendez-vous et présent à mi-terrain.

Miroslav Stevanovic : 5

Une bonne lucidité pour servir Kyei pour la réduction du score, l’une des seules si ce n’est la seule opportunité où il a montrer quelque chose d’intéressant. Sorti pour Boubacar Fofana, assez remuant en fin de match.

Alex Schalk : 4

Très discrète performance de la Bombe de Breda qui n’a pas su se mettre réellement en évidence. Sorti pour Kastriot Imeri, relativement discret.

Grejohn Kyei : 5

Le seul à avoir tenté offensivement. Son abnégation et sa présence ont été récompensées par un but, son douzième de la saison. Sorti à la 63e pour Koro Koné qui connaitra le même sort que Sasso.

Servette – Lausanne : Redevenir les rois du Lac

Servette – Lausanne : Redevenir les rois du Lac

Une semaine après la déception saint-galloise (désolé de remuer le couteau dans la plaie), Servette retrouve le Stade de Genève ce mercredi 12 mai à 18h15 pour un derby qui promet de sentir la poudre et par ailleurs aussi l’Europe, pour laquelle les deux équipes bataillent.

Esprit du 10 mai 2019, es-tu là ?

Cette date ne vous est pas étrangère si vous suivez le club et l’on ne vous rappellera pas ce qu’il s’est passé ce jour-là, les réseaux sociaux du club ont déjà bien fait le travail. Le 10 mai 2019 reste également la dernière victoire servettienne face au INEOS-Sport. Depuis, l’équipe réserve de l’OGC Nice est restée une saison de plus dans l’antichambre de l’élite avant de pouvoir se re-frotter aux Grenat le 20 septembre 2020 pour le dernier derby dans le frigidaire de la Pontaise, avec un score final de 2-1 en faveur des locaux.

S’en sont suivi une nouvelle défaite, celle-ci dans le nouveau Stade de la Tuilière, ainsi qu’un match nul 1-1 à la Praille durant lequel Frick a sauvé les siens à la dernière seconde en stoppant un penalty. C’est donc la dernière opportunité pour le Servette FC de prendre l’ascendant sur son rival lémanique et par la même occasion de l’écarter de la course à la Conference League en cas de succès.

Ineos, un projet f(l)ou?

Si le Lausanne-Sport réalise une saison plus qu’honorable pour un promu, l’arrière boutique n’est pas complètement reluisante. En 2018, Ineos devient le propriétaire du club avec des ambitions claires: remonter le club en Super League et y demeurer. Seulement voilà, la multinationale anglaise ne résonne pas en termes d’émotion mais plutôt par logique financière et n’a donc qu’une seule religion: le pognon. 

Le projet est vague et peine à convaincre, il faut dire que le groupe anglais n’a pas vraiment bonne réputation en dehors de nos contrées helvètes et s’appuie sur des hommes au passé pour le moins agité. La direction choisie par les dirigeants du LS semble s’orienter doucement mais sûrement vers un modèle de club vitrine, une vitrine dont les articles ne sont pas tous la propriété du club donc ? 

Vous le savez certainement mais Ineos possède aussi et surtout l’OGC Nice, faute d’avoir bonne réputation en Angleterre… Le moins que l’on puisse dire c’est que même à Nice on ne comprend pas vraiment le « projet » 

Daniel Riolo, journaliste pour RMC n’y va pas par quatre chemins et le constat est édifiant: « Tout est flou à Nice, un club de plus en France dans lequel on ne comprend rien “ a confié Riolo.

Quand il s’agit de pognon tout le monde finit par s’entendre et on fait croquer les amis, c’est le tube « Les copains d’abord » remis au goût du jour. Prenons par exemple Souleymane Cissé actuellement directeur sportif du LS et qui n’a pas laissé un souvenir impérissable en Gironde comme en témoigne un article du 1er mars rédigé par le site spécialisé Girondins33.com :

« Salarié du FCGB (10 000 euros par mois selon L’Équipe, Souleymane Cissé a au moins cette différence – en plus de celle d’être encore au club, gardé par King Street quand les parts de GACP ont été rachetées et la gestion du club reprise par KS – avec Hugo Varela. Pour rappel, le Portugais dirigeait la politique sportive du FCGB sans être employé du club mais en étant payé par les Marine et Blanc via son agence, basée en Angleterre. Pour le reste, les deux hommes ont le point commun peu rassurant d’avoir une réputation sulfureuse et d’être associés à des pratiques… particulières visant à privilégier leurs intérêts en priorité. »

Si nous ne connaissons pas les pratiques du directeur sportif vaudois, ses propos ne laissent que peu de place au doute et à l’interprétation. L’homme fort du Lausanne parle très clairement de « passerelle entre les clubs Ineos sur Actufoot.com le 21 avril de cette année:

«Les jeunes progressent, on croit vraiment en eux. Il y a une vraie passerelle avec les autres clubs INEOS. On n’est pas la poubelle du Gym, qui ne m’a rien imposé. Je remercie le staff, Julien Fournier et les scouts. Lausanne est un club historique, il y a un vrai projet à bâtir ici.»

Il cite Julien Fournier le « responsable du football d’Ineos » qui n’a pas vraiment les mains propres. Il avait en effet été placé en garde à vue en 2014 dans le cadre d’une enquête sur des transferts présumés frauduleux alors que Julien Fournier était à l’OM… 

Vous l’avez compris, le fonctionnement du LS ne se limite pas au terrain et les interrogations sur la crédibilité du projet sont nombreuses et la non prolongation de Giorgio Contini n’est pas de nature à rassurer. Espérons pour les supporters Lausannois que cela ne soit pas les prémices d’une nouvelle descente aux enfers, le simple fait d’habiter à Lausanne constitue une souffrance déjà bien suffisante sans en rajouter d’autres.

Lucerne-Servette 3-0 : Attention danger

Lucerne-Servette 3-0 : Attention danger

En l’espace de quelques jours et deux matches, on aura eu l’impression de revivre à chaque fois le même scénario et par conséquent à la même fin du film. On redoutait le contre-coup de l’élimination en Coupe ce dimanche, nos craintes ont été plus que fondées malheureusement…

60 minutes puis plus rien : voici comment l’on pourrait résumer la rencontre des Servettiens à la Swissporarena. Une première mi-temps durant laquelle ils auraient pu mener à la marque mais encore une fois ce manque de finition qui leur a tant fait défaut par le passé. A force de ne pas conclure, ce qui devait arriver arriva : Lucerne ouvre le score peu avant l’heure de jeu. Ce but contre le cours du jeu assomme les Grenat qui ne reviendront plus dans le match et encaisseront deux réussites supplémentaires pour un 3-0 sec. On oublie cela et on repart sur de nouvelles bases ce mercredi pour le derby lémanique.

Les notes des Grenat

Jérémy Frick : 5

Grâce à ses nombreux arrêts, il a éviter à ses coéquipiers de repartir avec une défaite beaucoup plus lourde.

Anthony Sauthier : 5

Une perte de balle, sur laquelle il semble dépité, sur le deuxième but du FC Lucerne qui a scellé le sort de la rencontre. Sorti à la 81e pour faire rentrer Moussa Diallo.

Steve Rouiller : 6

Malgré des mises en difficulté sur les contres lucernois, il aura fait son boulot de patron dans l’arrière-garde genevoise

Vincent Sasso : 5

Eprouvé physiquement, l’ex-bracarien a eu de la peine notamment sur les relances et c’est logiquement qu’il a cédé sa place à Yoan Séverin.

Arial Mendy : 6

Remplaçant d’un Clichy blessé, il aura produit une très bonne prestation et aurait pu ouvrir la marque juste après la pause, qui fut la dernière grosse occasion pour les Grenat.

Gaël Ondoua : 4

Bousculé au milieu du terrain, sa puissance aura été mise à mal durant les 90 minutes passées sur le pré.

Timothé Cognat : 5

Le 8 servettien aura une nouvelle fois eu un abatage important mais une nouvelle fois avec du déchet. Ce n’est donc pas une surprise de le voir sortir à l’heure de jeu pour Théo Valls.

Kastriot Imeri : 6

L’un des rares à avoir été au niveau hier après-midi, lui qui était de retour dans le onze. C’est notamment lui qui se procure la première grosse opportunité de la partie.

Miroslav Stevanovic : 5

En-dessous de ses standards, il aura voulu chercher à bien faire durant tout le match mais sans succès.

Alex Schalk : 6

Nettement mieux et beaucoup plus percutant que lors de ses dernières sorties, il lui aura manqué la précision. Remplacé dans le dernier quart d’heure par Boubacar Fofana.

Grejohn Kyei : 5

La fatigue se fait clairement ressentir chez le meilleur buteur. Il n’est pas avare en effort mais il n’a pas été au rendez-vous dans le dernier geste. Sa sortie a profité à Koro Koné qui a grapillé encore des minutes.

Lucerne-Servette | L’avant-match avec Daniel Follonier

Lucerne-Servette | L’avant-match avec Daniel Follonier

” 𝙎𝙚𝙧𝙫𝙚𝙩𝙩𝙚 𝙫𝙖 𝙨𝙚 𝙧𝙚𝙡𝙚𝙫𝙚𝙧 𝙙𝙚 𝙨𝙤𝙣 𝙚́𝙘𝙝𝙚𝙘 𝙚𝙣 𝘾𝙤𝙪𝙥𝙚 𝙙𝙚 𝙎𝙪𝙞𝙨𝙨𝙚 ”

Ancien joueur lucernois et servettien, Daniel Follonier analyse avec nous les forces en présence des deux équipes.

Servette – St. Gall : Une (énième) salade de regrets…

Servette – St. Gall : Une (énième) salade de regrets…

On l’attendait tous cette finale au bout de ces 90 minutes disputées au Stade de Genève ce mercredi. Finalement, il n’en sera rien et c’est une énorme déception côté grenat au coup de sifflet final qui voit les Brodeurs valider leur ticket direction le Wankdorf.

Un Servette largement favori au vue du passif des Saint-Gallois et pourtant, ce sont ces derniers qui passent proches de lancer les hostilités dans les premières secondes par Guillemenot. Cette frayeur passée, les Servettiens partent à l’abordage mais butent sur la défense adverse et en particulier Lawrence Ati-Zigi. Même si Guillemenot aura une autre opportunité durant ces 45 premières minutes, ce sont les Grenat qui auront galvaudé le plus d’occasions et qui auraient pu (dû ?) mener à la pause.

Les Genevois auront la première réelle occasion de la seconde période puis baisseront la garde à partir de l’heure de jeu, certainement à cause de la fatigue. Les Suisses-alémaniques ne vont pas se faire prier pour avoir les occasions et ainsi punir à la 83e des Genevois devenus attentistes. Un coup de massue dont les joueurs de Servette ne vont pas se relever et laisser filer cette place en finale. Une grosse déception qu’il va falloir digérer au plus vite afin de se concentrer sur la fin de saison.

Les notes des Grenat

Jérémy Frick : 5

Quelques parades qui ont maintenu le 0-0 jusqu’à cette erreur d’appréciation à la 83e minute. Ce serait injuste de lui imputer entièrement la défaite mais son placement sur l’action coûte une place en finale…

Anthony Sauthier : 6

Le capitaine semble avoir retrouvé des couleurs et une nouvelle forme physique. Il se procure juste après la mi-temps mais qui trouve les gants du portier adverse. Il cède sa place dans les ultimes secondes à Moussa Diallo.

Steve Rouiller : 7

Ses larmes en fin de rencontre ont ému les supporters au vue de son bon match défensivement et offensivement avec notamment des occasions de la tête sur corner.

Vincent Sasso : 6

Moins en vue que Steve, le français aura fait son boulot hier après-midi mais ne pourra strictement rien sur le but saint-gallois.

Gaël Clichy : 6

Il a toujours ses jambes de 20 ans et aura tant bien que mal tenté en seconde mi-temps d’amener du punch devant. Il a été proche de concéder un penalty en première période.

Gaël Ondoua : 4

Un match compliqué pour le camerounais comme ses compères à mi-terrain. Il passera notamment proche de l’expulsion avec sa faute sur Görtler mais M. Jaccottet fut très clément. Koro Koné l’a remplacé pour les dernières minutes.

Théo Valls : 3

Un match fantomatique pour le milieu nîmois qui n’a pas eu une fois l’opportunité de se montrer ni de changer le cours du match si ce n’est une frappe qui a finit en tribune. L’entrée de Kastriot Imeri est intervenue trop tard.

Timothé Cognat : 5

Une grosse activité, habituelle on va dire, et une frappe qui avait le poids d’un but avant le thé mais trop de brouillon qui ont rendu son match moyen.

Miroslav Stevanovic : 5

Bien muselé par Miro Mulheim, il a eu de la peine à se mettre en évidence et s’est éteint au fil de la rencontre.

Alex Schalk : 4

Une grosse envie mais trop brouillon dans son jeu, en témoigne l’action où, idéalement servi par Steva, il tergiverse et se voit contraint de donner en retrait. Son remplacement Boubacar Fofana ne fut guère convaincant.

Grejohn Kyei : 4

Le buteur français commence à tirer la langue avec l’enchaînement des matches et ne parvient plus à trouver et se créer des buts. Peut-être faudrait-il le faire souffler ce dimanche ?

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR