Un Ballon d’Or au Servette ! Karl-Heinz Rummenigge est grenat.

Un Ballon d’Or au Servette ! Karl-Heinz Rummenigge est grenat.

N’avez-vous jamais rêvé de voir un Ballon d’Or fouler la pelouse de votre stade, porter vos couleurs et marquer d’innombrables buts devant une foule de supporters ? Un joueur ayant gagné la Coupe d’Europe des clubs champions, l’Euro et ayant participé à deux finales de coupes du monde. Imaginez un joueur de ce type signer au Servette. C’est exactement ce qu’ont vécu les supporters Grenats en 1987 avec Rummenigge. Retour sur son parcours et sur sa période grenat.

Actuellement président du conseil d’administration du Bayern Munich, Rummenigge n’est pas un inconnu dans le monde du football. Les plus jeunes ont sûrement oublié, ou n’ont jamais su, quel énorme joueur il était. Voici donc le parcours de notre cher Karl-Heinz.

Un nouveau roi de Munich

Formé au Borussia Lippstadt, un petit club amateur, Karl-Heinz rejoint dès le début de sa carrière le Bayern Munich. A 19 ans, personne ne doute de son talent, il s’impose assez rapidement en tant que titulaire et aide le club à atteindre la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions, dès sa première saison au club. Une finale contre Leeds United qu’il ne jouera malheureusement pas (il reste sur le banc) mais cela n’empêche pas le club de soulever le trophée et de lancer une carrière que très peu de joueurs ont eu.

Il ne lui fallut attendre pas plus que l’année suivante pour atteindre de nouveau la finale de la Coupe d’Europe, en battant des équipes comme le Benfica et le Real Madrid. Mais cette fois, il était bel et bien sur le terrain. Il soulève donc sa deuxième Coupe d’Europe d’affilée à seulement 20 ans.

Il est important de citer qu’il ne jouait pas avec n’importe qui. Lors de cette finale en 1976, il jouait en attaque avec le grand Gerd Muller, avec Uli Hoeness en soutien et personne d’autre que Beckenbauer en défense. Quelle équipe !

Après une période un peu creuse du club, Rummenigge montre toute l’étendue de ses talents entre 1979 et 1981, en finissant à plus de 25 buts en championnat durant ces 2 saisons (26 buts 79/80 et 29 buts 80/81). Gagnant du coup le Ballon d’Or à deux reprises en 1980 et 1981.

(Diego Maradona et Rummenigge à la finale de Coupe du Monde 1986)

Parcours avec l’Allemagne de l’Ouest (RFA)

Son premier Ballon d’Or n’est pas seulement grâce à ses excellentes performances avec le Bayern Munich, mais aussi grâce à ses prestations durant les matchs de l’équipe nationale. En effet, lors de la Coupe d’Europe 1980, « Kalle » amène l’Allemagne de l’Ouest en finale contre la Belgique, une finale qu’ils gagnent 2:1 avec une passe décisive de Rummenigge. Le voilà donc Champion d’Europe.

Après cela il devient peu à peu capitaine de l’équipe nationale et va participer à deux finales de Coupe du Monde. Une en 1982, perdue face à l’Italie et l’autre en 1986, perdue elle aussi face à l’Argentine de Diego Maradona, malgré un but de Karl-Heinz.

Passage en Italie

(Karl-Heinz Rummenigge et Michel Platini)

Après 310 matches et 217 buts, il prend la direction de l’Inter Milan, en 1984, pour un transfert de 8,5 milliards de lire (l’équivalent de 5,9 millions de francs suisse aujourd’hui). Une somme record, il faut aussi dire qu’il venait de finir meilleur buteur de la Bundesliga avec 26 buts.

A l’Inter Milan, il eut un parcours mitigé, malgré avoir atteint deux fois les demi-finales en Coupe d’Europe sortant à chaque fois face au Real Madrid et avoir marqué 24 buts en 64 matches.

Arrivée en terres Genevoises

C’est bien là que l’histoire avec les Servettiens commence. Le double champion d’Europe en clubs, champion d’Europe, capitaine de l’équipe nationale de l’Allemagne de l’Ouest et surtout double Ballon d’Or pose ses valises à Genève.

Après une longue blessure, « Kalle » se lance un nouveau défi. Malgré des offres financièrement meilleures en Italie et en Allemagne, il décide de venir en Suisse en partie grâce au président de l’époque.

« Non, croyez moi, l’aspect financier à été secondaire. J’aurai pu gagné beaucoup plus en allant jouer dans d’autres clubs […] j’ai refusé des offres de Pescara, Cesena et du Bayern » declara-t’il à l’illustré.

(Ici Kalle contre St-Gall)

Son premier match à lieu le 13 octobre 1987, revenant donc de blessure, il prend du temps à trouver ses marques et marque son premier but le 13 décembre 1987 au stade des Charmilles. Puis il echaine,  comme par exemple son triplé contre Young Boys ou doublé contre Xamax, pour ne citer que ceux-là. Il finit la saison avec 10 buts en 17 matches.

Numéro 11 sur le dos, il est innarêtable. Il faut dire que là aussi il est bien entouré. Avec le brésilien José Sinval, le Danois John Eriksen (36 buts en 34 matchs !), Lucien Favre à la baguette et Pascal Besnard l’équipe joue très bien. Mais elle finira malheureusement à la deuxième place derrière le rival Neuchâtelois.

En Suisse alémanique Rummenigge attire les foules, par exemple lors du déplacement à St-Gall, le 24 avril 1988, pas moins de 13’000 personnes sont venues voir le match. Un match où il ravi ses fans en marquant un but de la tête.

Sa deuxième saison en Grenat est encore meilleure, en tout cas individuellement. On peut citer son quadruplé contre St-Gall ou son doublé face aux Lausannois à la Pontaise. Il finit sa deuxième saison avec 25 buts en 37 matchs. Un bilan permettant à Servette terminé deuxième de son championnat.

(Rummenigge, 3ème en partant de la droite, avec d’autres visages familier, Lucien Favre, 1er en haut a gauche, et Pascal Besnard, tout en bas à droite)

Un court passage de 2 ans au club, mais tout de même, un joueur d’une telle réputation qui finit sa carrière à Servette il n’y en a pas eu beaucoup. De plus, comme il le disait lui-même, il n’était pas venu pour une retraite dorée et effectivement les statistiques ne mentent pas.

Suite à sa grande carrière de footballeur Kalle a été commentateur pour l’équipe d’Allemagne sur une chaine TV, avant de devenir vice-président du Bayern Munich en 1991 et puis président du conseil d’administration du club avec ses bons vieux amis tels que Uli Hoeness et Beckenbauer.

Espérons à l’avenir revoir d’aussi grands joueurs au club que ce soit pendant ou en fin de carrière.

L’incroyable mésaventure de Paulo Diogo

L’incroyable mésaventure de Paulo Diogo

Une histoire ayant fait le tour du monde s’est déroulée lors d’un match du club Grenat à Schaffhouse contre le club local, tout juste promu en Super League. Retour sur ce moment qui donne encore des frissons aujourd’hui.

Des cris de joie, l’exultation des supporters, une main en l’air puis le silence. Une vision atroce envahie les supporters au Breite ce jour-là. Car oui, les cris de douleur de Paulo Diogo s’expliquent par son doigt mutilé lors de sa célébration. Mais que s’est-il passé ?

En ce soir de décembre 2004, le Servette FC se déplace sur le terrain du FC Schaffhouse pour la 17ème journée du championnat Suisse. Le club est dans un sale pétrin et la menace d’une faillite plane déjà au-dessus des pensionnaires du Stade de Genève. Mais les Grenats jouent le match à fond et à la mi-temps, le score est déjà de 0-2 pour Servette. Après la réduction du score de Schaffhouse, c’est à la 87ème minute que Servette va marquer le troisième but. Seul contre 4 Grenats, le gardien de l’équipe suisse-allemande ne peut rien faire lorsque Paulo Diogo offre le but à Jean Beausejour, face au supporters Grenats, derrière le grillage en métal du stade. L’équipe exulte et Diogo part remercier les supporters dans ce moment euphorique. Il grimpe sur le grillage puis en redescend en sautant.

(Diogo horrifié par sa blessure)

C’est à ce moment là qu’il remarque sa terrible blessure, suivie d’une douleur insupportable : « Oui, mais je l’ai ressentie surtout dans la tête. J’avais perdu un doigt -amputation de la phalange de l’annulaire gauche- et ça été un choc terrible. » témoigne-t ’il pour l’article de Coopération*.

(L’arbitre a averti Diogo pour “célébration excessive”)

Le doigt donc mutilé, il lève la main pour appeler les soigneurs et faire signe à l’arbitre. Celui-ci décide pourtant de lui infliger un carton jaune en guise d’avertissement pour sa célébration.

Un geste qui aujourd’hui nous parait ridicule compte-tenu de la situation. Diogo dut évidemment sortir du terrain et est parti en direction de l’hôpital de Zurich.

Selon le mythe, son doigt a même été retrouvé par les stewards du stade, mais la reconstitution s’avéra impossible, le joueur dut se faire amputer d’une phalange.

L’après-blessure

(Aujourd’hui il est entraîneur et entrepreneur)

Paulo Diogo est avant tout un footballeur et ce n’était pas cette blessure qui allait le faire arrêter de jouer. En effet, suite à la faillite du club Grenat, il rejoint en 2005 le FC Sion, un mauvais choix, il y jouera très peu et partira une année plus tard pour rejoindre : le FC Schaffhouse, drôle de coïncidence. Puis il finira sa carrière professionnelle là où il l’a commencé, au Lausanne-Sport.

Aujourd’hui le football fait toujours partie de sa vie, il a d’ailleurs entrainé plusieurs équipes en division inférieur depuis 2010 (Dardania Lausanne en 2ème ligue inter et Forward Morges en 2ème ligue) et depuis septembre 2018, il entraine le FC Amical St-Prex en 2ème ligue inter. Mais, le football, il ne le fait plus comme métier.

Quand on lui demande si ça lui dérange quand on parle de sa blessure, il répond : « Oui et non. Parfois, on oublie que j’ai été avant tout footballeur. »*.

Mais sa blessure hors du commun reste un fait marquant de l’histoire de Servette et cela fera peut-être réfléchir à deux fois, à l’avenir, les jeunes joueurs du club lorsqu’ils marqueront des buts.

(*source: https://www.cooperation.ch/blogs/les-legendes-du-sport/2019/paolo-diogo-de-la-ln-au-fc-amical-st-prex-216070/ )

Appelez-nous