Maradona Servettien ? Pas si impossible que ça !

Maradona Servettien ? Pas si impossible que ça !

Le 25 novembre dernier, le monde du football pleurait la disparition de l’idole de tout un peuple, le Grand Diego Armando Maradona, qui venait de fêter ses 60 ans un mois auparavant. On se remémorait sa légendaire ”Main de Dieu” ainsi que son numéro de soliste face aux Anglais lors du Mondial 1986, tout en abordant sa petite carrière d’entraîneur qui fut moins couronnée de succès. Pourtant, c’est dans ce costume que El Pibe de Oro a failli débarquer au bout du Lac !

On ne va pas se mentir : voir Maradona débarquer sur la pelouse des Charmilles, tunique grenat sur le dos, aurait été un rêve pour bon nombre de supporters à l’époque. Il avait foulé cette pelouse mythique le 21 septembre 1982 avec le Barça, chose dont bon nombre de médias suisses ont évoqué lors de son décès. L’arrivée de Rummenigge en 1987 ainsi que la ”presque-arrivée” de Michel Platini un an auparavant aura quand même permis aux habitués des Charmilles de rêver. En revanche, voir Servette et Diego être liés aurait pu être tout à fait possible ! Explications.

Nous sommes le 18 avril 2004, Servette s’incline 2-0 à la Praille face à YB mais l’événement se passe hors du terrain : Marc Roger, alors président du club, invite son ami de longue date, le Roi Pelé, à assister à la rencontre et ainsi marquer le coup. Le jour même, le triple vainqueur de la Coupe du Monde apprend que Maradona venait de faire un arrêt cardiaque et que son pronostic vital était engagé. Le Brésilien contacte la famille de l’Argentin et associe Marc Roger à son télégramme. Un premier contact qui précède le suivant quelques mois plus tard.

La saison 2004-2005 vient de débuter et Marco Schällibaum vient de prendre la porte. La direction Genevoise entend, au détour d’une interview, DM10 clamer son envie de venir entraîner en Europe et se presse pour le contacter. Roger se met à rêver de Pelé et Maradona dans l’organigramme, comme il le confiait récemment à L’Illustré : «Maradona nous a demandé de lui envoyer des vidéos de nos matchs ainsi que des informations sur le club et les joueurs. Il se disait prêt à garder Adrian Ursea, notre nouveau coach, comme adjoint. L’argent? Nous n’en avions pas encore parlé. A cette époque, Maradona cherchait avant tout à se retaper et à vivre une expérience dans un pays et une ville où il ne serait pas constamment harcelé et épié. Et puis, je n’ai jamais eu l’impression que l’argent était sa motivation principale. Comme Pelé d’ailleurs, qui ne m’a jamais demandé 1 franc pour le soutien qu’il a apporté au Servette.»

Malheureusement et comme tout le monde le sait, l’avenir va s’assombrir à Servette par la suite jusqu’à la faillite en février 2005, faisant voler en éclat le rêve de l’ancien agent de joueur qui a connu une première fois l’idole de Naples dans les années 90 par l’intermédiaire de Michel Basilevitch, l’agent de Johan Cruyff et également son associé. Il affirme également : «N’empêche que, grâce à Pelé, Diego a failli venir au Servette. Nous avions même convenu qu’il fêterait le réveillon du 31 à Genève, en famille. Cela aurait tout changé». Alors que Lionel Messi est en fin de contrat en juin, ne faudrait-il pas mieux lui proposer de venir plus tard en tant qu’entraîneur du côté du Stade de Genève ? À méditer.

Source : https://www.illustre.ch/magazine/grace-pele-maradona-failli-venir-servette

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR