Un match nul mérité

Un match nul mérité

Statistiques clés :

xG selon Wyscout: Servette FC 0.8 (2) – (2) 3.58 FC Lugano

Les buts attendus (xG) mesurent la qualité d’un tir en fonction de plusieurs variables telles que la qualité de la passe décisive, l’angle de tir, la position sur le terrain et la partie du corps utilisée pour tirer. L’addition des “expected goals” (buts attendus) donne une indication sur le nombre de buts qu’un joueur ou qu’une équipe aurait dû marquer, compte tenu des tirs réalisés.

Tirs / cadrés : 

Servette : 9/3

FC Lugano : 25/7

Passes précises : 

Servette : 200

FC Lugano : 513

Passes précises en zone 3 :

Servette : 19

FC Lugano : 53

Possession :

Servette : 35%

FC Lugano : 65%

PPDA (passes permises par action défensive)

Servette : 12.56

FC Lugano : 8.12

Les PPDA (passes permises par action défensives) reflètent le nombre de passes que l’adversaire peut effectuer dans sa zone défensive. Plus le nombre est bas, plus l’équipe en question a effectué un pressing intense et a permis peu de passes à son adversaire. Plus le nombre est haut, plus l’équipe en question a laissé son adversaire effectuer des passes dans sa zone défensive. Le nombre final obtenu est la moyenne calculée au cours du match qui sert à mesurer l’intensité d’un pressing.

Analyse :

Au vu des statistiques, on se dit que Servette s’en sort bien avec ce nul en plus d’avoir joué à 10 contre 11 pendant près de 30 min. Pourtant, Servette avait bien commencé le match en marquant les 2 premiers buts, ce qui est très rare pour être souligné ! On pensait peut-être voir la victoire se dessiner mais le bloc équipe a ensuite passablement reculé. Reste à savoir si c’était une consigne de Geiger ou alors un effet psychologique des joueurs qui voulaient absolument tenir le score. Mais Servette ne réussit pas lorsqu’il joue de la sorte. C’est d’ailleurs souvent une question de temps avant d’encaisser un but lorsque cela se produit de manière générale dans le foot. A Zurich la semaine dernière, Servette avait aussi encaissé 2 buts après avoir reculé. Le carton rouge qui est clairement un tournant du match n’a pas arrangé les choses. Les absences de Crivelli et Bedia se font ressentir dans des matchs comme celui-ci lors duquel il est difficile de trouver un joueur sur lequel s’appuyer et faire monter le bloc.

Échanges et les combinaisons les plus utilisées :

Clichy a eu une grande activité sur son flanc gauche. Le système de jeu a été plutôt asymétrique et on notera le peu de combinaisons offensives.

Top : Stevanovic

Comme à son habitude une prestation sans erreur ou fioriture et auteur du 2e but.

Flop : –

Pas de flop retenu pour ce match.

Servette FC – FC Lugano (2-2) : A 10, Servette s’est brûlé les ailes

Servette FC – FC Lugano (2-2) : A 10, Servette s’est brûlé les ailes

Servette accueillait le club tessinois dans le cadre de la 14e journée de Crédit Suisse Super League. Si les Grenat menaient confortablement 2-0 dès la 26e, c’était sans compter l’expulsion de Steve Rouiller. Lugano a réussi finalement à accrocher le match nul 2-2.

C’est dans un Stade de Genève en deçà des affluences précédentes que Servette accueillait le club de Lugano, 8e du championnat. Si Servette est parvenu ce mois-ci à vaincre sa longue malédiction d’octobre, il fallait néanmoins qu’il ne perde pas le fil de la course à la tête du classement. En effet, YB affrontant Bâle le lendemain et Servette jouant les Bernois la semaine d’après, les hommes de Geiger avaient la possibilité de frapper un grand coup. Pourtant, le club tessinois reste sur le terrain, malgré une belle amitié des kops respectifs, la bête noire des Genevois

Cependant, la rencontre débute dans les meilleurs hospices pour Servette. Premier corner à la 3e minute, suite à une belle occasion manquée de la part de Kutesa, Pflücke adresse un centre tendu qui cible parfaitement Steve Rouiller sur le point de pénalty. D’une tête décroisée, le Suisse ouvre la marque. Servette domine, Servette fait le jeu, Cognat et Stevanovic régalent le public par leur qualité technique. C’est d’ailleurs ce dernier duo, qui à la 26e minute, sera à l’origine du 2-0, Cognat dans le rôle du passeur et Micha dans le rôle du buteur. Mais c’est à partir de là que les choses vont se gâter. Servette baisse le rythme et c’est Lugano qui prendra le relais alors qu’ils étaient jusque-là seulement spectateurs de leur désarroi. Un, deux et trois montants résonneront en cette fin de première mi-temps. Frick peut remercier les personnes qui ont instauré les dimensions des goals, Renato Steffen et ses coéquipiers n’y arrivent pas.

La double sanction fatale

À la 41e, sur une énième tentative tessinoise, le poteau servettien tremble, mais cette fois-ci Celar avait suivi et le ballon lui arrive à hauteur des genoux, face à une cage grande ouverte. Le Slovène arme une tête plongeante et envoie le ballon au fond des filets. Sur l’action, Rouiller essaie d’intercepter la frappe, mais son pied heurte malheureusement la tête de l’attaquant, ce qui lui vaut un avertissement.

Sauf que non!

Le joueur reste à terre le visage en sang. L’arbitre reçoit des informations de la VAR, pour eux c’est formel : ça doit être rouge. Même si le geste du Servettien est involontaire et que le pied était à hauteur de genou, le fait que les crampons de l’Helvète ouvre le crâne du Tessinois est motif d’expulsion. Servette encaisse le 2-1 et est réduit à 10. Il doivent tenir encore 45 minutes.

Geiger décide de prendre les choses en mains. À la pause, c’est Monteiro et Baron qui rentrent en jeu à la place de Fofana et Douline, la volonté est claire : il faut défendre. Avec un Servette reconduit en 5-3-1, le jeu se ralentit et la deuxième mi-temps s’amenuise. Servette est solide et semble pouvoir tenir ce score favorable se permettant de sortir ses derniers joueurs à vocation offensives comme Kutesa et Pflücke pour des joueurs plus physiques qui ralentissent le tempo comme Cespedes et Rodelin.

Mais malheureusement, la faille arrive à la 82e, sur un service de Haile-Selassie pour Doumbia, qui dans un angle plus que fermé adresse un centre qui se transforme involontairement en tir et qui trompe Frick. L’entrée de Valls ou le carton rouge luganais n’y changeront rien, Servette concède le nul face à sa bête noire, concède un 4e match nul en 5 matchs et perd des points dans la course avec YB. Mais ce n’est que partie remise car dimanche prochain, Servette reçoit les bernois pour un duel au sommet !

Points positifs: Servette reste invaincu à domicile et garde sa 2e place du championnat.

Photo: Simon Hutin

Servette FC-FC Lugano : et maintenant ?

Servette FC-FC Lugano : et maintenant ?

« Les semaines s’enchaînent et ne se ressemblent pas pour le Servette FC », c’est plus au moins ce que j’écrivais ici, il y a plusieurs semaines auparavant, à propos des hommes d’Alain Geiger. Quelques jours plus tard, et après deux bonnes sorties contre Zürich et St-Gall, cette maxime se confirme. Mais avant cela, si vous le voulez, récapitulons.

Fin de la malédiction, Fofana s’illustre

Les Servettiens sortaient d’un match nul au début du mois d’octobre contre un FC Bâle, alors en plein doute. C’était le 16 octobre et les Grenat n’avaient, à cette date-là, pas encore gagné le moindre match en octobre. Compliqué lorsque l’on pointe à la deuxième place du classement de Super League, non ? Le déplacement en région Zurichoise, pour y affronter Grasshopper, puis dans le canton de St-Gall, pour se confronter aux hommes de Peter Zeidler, était alors l’occasion de mettre fin à la malédiction d’octobre. Une occasion saisie puisque les Genevois ont non seulement amassé quatre points sur six possibles, mais ont dans un même temps retrouvé leur efficacité offensive, délaissée depuis quelques matchs. La mention spéciale revient au joyau servettien Fofana, qui s’est illustré deux fois sur les quatre buts de la double confrontation.

Et maintenant ?

Les interrogations planent au-dessus de la citée de Calvin. Alain Geiger et Cie ont-ils retrouvé le brin de ferveur du début de championnat ? Pourront-ils confirmer lors de leurs prochains matchs ? A l’approche de la Coupe du Monde au Qatar, les Servettiens auront l’occasion de continuer à surfer sur une vague positive en essayant de chercher un « 9 sur 9 ». En effet, avant cette fameuse Coupe du monde, il reste trois matchs de championnat à la troupe de Frick pour maintenir la deuxième place et ne pas laisser YB s’échapper au classement. Cela commence ce week-end contre Lugano. Une équipe tessinoise qui avait battu le mois passé les Grenat 1 à 0 à domicile. Si les Luganais ont davantage de réussite à domicile, ils devront néanmoins se confronter à la meilleure défense suisse à domicile. Les Genevois n’octroient seulement 1,26  « expected goals against », soit « l’occasion de but concédée » à l’adversaire. En d’autres mots, un gros morceau attend les Bianconeris ce samedi à 20h30 au Stade de Genève.

Grasshopper Zürich-Servette FC : le match des équipes en panne

Grasshopper Zürich-Servette FC : le match des équipes en panne

Jeudi soir, les Servettiens se déplacent à Zurich pour y affronter un Grasshopper en panne depuis quelques matchs.

En panne, avez-vous dit ? C’est en tout cas ce que démontrent les résultats des trois derniers matchs de GC : deux petites unités récoltées en trois rencontres. La panne se conjugue malheureusement aussi du côté de Servette. Les hommes d’Alain Geiger ont cumulé autant de points que leur adversaire du jour, depuis la reprise du championnat. Ils n’ont, par ailleurs, pas gagné un seul match durant le mois d’octobre dans le cadre de la Super League. Alors, une telle rencontre représente, pour ces deux équipes à la traine en ces temps automnaux, une possibilité pour se relancer.

Joindre le geste à la parole

Depuis maintenant quelques semaines, l’engouement concernant le Servette FC s’est radicalement terni au fil des matchs. Si la défaite face à Lugano était, dans un sens, assez représentative des faits de jeu, il faut avouer que les deux autres rencontres auraient pu basculer d’un côté comme de l’autre. C’est principalement là le problème en ce moment pour ces Grenats : l’instabilité. Ajouter à cela les déchets techniques et il devient alors difficile de remporter une rencontre. De plus, les statistiques ne jouent pas en la faveur du club de la cité de Calvin. En effet, les Genevois n’ont gagné seulement 20% de leurs matchs à l’extérieur, malgré leur défense solide.

Avec Crivelli, sans Rodelin ?

Le groupe se déplace avec 24 joueurs en forme de mini-stage. Ils enchaîneront, après le match de demain soir et un séjour dans la région zurichoise, par un autre voyage du côté de St-Gall. Crivelli fait partie de l’effectif mais ne devrait pas débuter la partie, tout comme Bedia, Behrami, Severin et Sawadogo. Rodelin est quant à lui encore incertain pour le match de dimanche.

Photos du dernier match (SFC- FC Bâle) par Simon Hutin:

Servette FC- FC Bâle : Le moment de se relancer

Servette FC- FC Bâle : Le moment de se relancer

Les semaines s’enchaînent et ne se ressemblent pas pour les hommes d’Alain Geiger. Des résultats en dent de scie depuis la reprise du championnat : après la pause internationale, les Grenats n’ont obtenu « qu’un » petit point sur les deux dernières rencontres de Super League. Deux rencontres, dont une défaite en déplacement à Lugano et un match nul face à Lucerne, qui paraissaient, en théorie, à la portée de l’ambitieux club genevois. Mais que signifie réellement « à la portée » dans le football d’aujourd’hui ?

Rester invaincu à domicile

Après dix rencontres de championnat suisse, Servette pointe toujours à la deuxième place. Malgré quelques points égarés, les Grenats peuvent accueillir et regarder yeux dans les yeux leurs adversaires du week-end : le FC Bâle d’Alexander Frei. Car si la formation de l’ex-international suisse n’est pas totalement larguée en championnat (six points et un match de retard), ils n’ont pas pour autant rassuré sur la scène européenne : défaite face au Slovan Bratislava la semaine dernière et un match nul hier soir peu rassurant. De plus, cette saison, la citée de Calvin n’a pas encore connu une seule défaite en championnat. Une motivation supplémentaire s’ajoute alors à l’envie de retrouver la ferveur positive du bon début de saison.

Éviter les déchets techniques

Mais attention, tout ne sera pas évident. Le FC Bâle reste le FC Bâle. Et face à Lucerne, les Servettiens ont multiplié des erreurs techniques. Là est un point à corriger pour la formation grenat. Alain Geiger le répétait d’ailleurs en conférence de presse après le nul face à Lucerne. Ces mêmes erreurs techniques ont impacté négativement le jeu servettien, les obligeant à jouer plus « long ». Des corrections à apporter rapidement pour la suite des hostilités, d’autant plus que les Bâlois affichent le meilleur « Expected Goals Against », soit l’équipe qui défend le mieux du championnat suisse. Vous l’auriez compris, un défi de taille attend le Servette FC ce week-end. Une victoire permettrait à la fois de retrouver la ferveur du début de championnat et de ne pas laisser échapper le BSC Young Boys.

Servette FC – FC Lucerne: Un nul mérité

Servette FC – FC Lucerne: Un nul mérité

Statistiques clés :

xG selon Wyscout: Servette FC 1.2 (1) – (1) 1.13 FC Lucerne

Les buts attendus (xG) mesurent la qualité d’un tir en fonction de plusieurs variables telles que la qualité de la passe décisive, l’angle de tir, la position sur le terrain et la partie du corps utilisée pour tirer. L’addition des “expected goals” (buts attendus) donne une indication sur le nombre de buts qu’un joueur ou qu’une équipe aurait dû marquer, compte tenu des tirs réalisés.

Tirs / cadrés : 

Servette : 12/4

FC Lucerne : 13/3

Passes précises : 

Servette : 303

FC Lucerne : 314

Passes précises en zone 3 :

Servette : 27

FC Lucerne : 35

Possession :

Servette : 50%

FC Lucerne : 50%

PPDA (passes permises par action défensive)

Servette : 6.89

FC Lucerne : 9.34

Les PPDA (passes permises par action défensives) reflètent le nombre de passes que l’adversaire peut effectuer dans sa zone défensive. Plus le nombre est bas, plus l’équipe en question a effectué un pressing intense et a permis peu de passes à son adversaire. Plus le nombre est haut, plus l’équipe en question a laissé son adversaire effectuer des passes dans sa zone défensive. Le nombre final obtenu est la moyenne calculée au cours du match qui sert à mesurer l’intensité d’un pressing.

Analyse :

Dans sa globalité, les statistiques analysées confirment le match disputé et serré qui a eu lieu dimanche. Il n’y a pas vraiment eu une équipe qui en ressortait supérieure. Servette a su prendre l’avantage en premier, grâce à la vitesse de Kutesa, sur une contre-attaque lancée par Frick. Un aspect intéressant qu’il peut apporter au style de jeu Grenat. Cependant, attention aux situations aux abords de la surface. Le but encaissé dimanche ressemble en tout point à celui de Lugano (porteur du ballon pas attaqué et tir à l’extérieur de la surface). Concernant la disposition des joueurs, Rodelin a occupé l’avant de l’attaque en dézonant beaucoup sur les ailes (voir heat map ci-dessous) ce qui a engendré un manque de présence dans l’axe et surtout à la réception des centres ou des passes.

(heat map de Ronny Rodelin lors de Servette Lucerne du 09.10.2022)

Échanges et combinaisons les plus utilisées :

Diallo a eu une grande activité sur son flanc droit avec Stevanovic. Cognat toujours au cœur du jeu a reçu beaucoup de ballons. 

Top : Kutesa

1er but en Grenat sur son seul tir du match, il a su faire preuve de réalisme

Flop : Vouilloz

Vouilloz a eu beaucoup de peine lors de ce match, il a semblé avoir perdu ses repères après la sortie de Séverin sur blessure

Servettiens.ch

FREE
VIEW