Servette FCCF- VfL Wolfsburg : Tous au stade !

Servette FCCF- VfL Wolfsburg : Tous au stade !

Aujourd’hui mercredi 8 décembre, nos Grenat entreront pour la dernière fois de la saison dans le cadre de la Champions League féminin au sein de cet antre du Stade de Genève pour croiser le fer face au club allemand de Wolfsburg. A 18 heures 45, elles se présenteront face à leur public genevois et donneront tout ce qui est de leur possible sur le gazon vert pour enfin arracher leur première victoire.

Ne pas prendre l’eau

La mission s’annonce à nouveau des plus compliquées. Après deux lourdes défaites à domicile face à la Juventus (0-3) puis lors de la venue des dernières finalistes Chelsea (0-7), les Servettiennes tenteront de faire honneur à ce maillot grenat sur le terrain et contrecarrer les plans des Louves. La tâche avait déjà été ardue lors du déplacement au sein de l’AOK Stadion de Wolfsburg puisque le club genevois s’était incliné sur le score de 5 buts à 0 pour les locales. Malgré une victoire obtenue à l’arrachée samedi dernier du côté de Lucerne (0-1) grâce à un but contre son camp de la défenseure suisse-allemande, cette rencontre n’a pas permis de dissiper les doutes qui planent sur la faiblesse de l’attaque genevoise. Avec encore aucun but inscrit depuis le début de ces phases de groupe, l’expérience de Jade Boho ou Marta Peiro n’ont pas encore permis à cette équipe de véritablement démontrer leur force, pourquoi pas lors de la dernière rencontre à domicile ? Avec une moyenne de quatre buts encaissés en autant de rencontres, cela s’annonce également tendu pour l’arrière-garde servettienne dont le dernier rempart Inès Pereira qui devra rester sur ses deux dernières performances avec le Portugal et Servette qui lui permirent de garder sa cage inviolée. Le Servette FCCF sait déjà qu’il se concentrera uniquement sur la suite du championnat et de la coupe dès le début de l’année prochaine, cependant elles se doivent de faire vibrer pour la dernière fois les nombreux supporters grenat présents ce soir.

Déjà plus de 4’000 billets ont trouvés preneurs pour ce match, où est le tien ?

Se ressaisir

Les doubles vainqueures en 2013 et 2014 de la Champions League se trouvent dans une position déjà délicate avant la cinquième journée. En effet, lors de la précédente rencontre le club allemand s’est incliné sur sa pelouse face au club turinois (0-2). Suite à cette défaite et leurs deux nuls obtenus précédemment, elles se classent à la troisième place du classement avec cinq points dont deux de retard sur les italiennes. Les Louves se doivent donc de s’imposer aujourd’hui afin de prendre l’ascendant sur la Juventus en cas de faux-pas de leur part à Londres. Cette obligation de victoire et le lot de stress supplémentaire pourrait ainsi permettre au Servette FCCF de prendre les devants, elles qui n’ont plus aucune retenue, hormis celle de prendre du plaisir et de l’expérience. Le club de l’ancienne joueuse helvétique, Lara Dickenmann, désormais manager de l’équipe féminine de Grasshopper, pointe par ailleurs à la première place de Bundesliga. Totalisant 25 points en 10 rencontres dont une seule défaite le 17 octobre face au troisième, Hoffenheim (2-1), elles sortent de deux victoires consécutives face à Essen (5-1) puis Jena (5-0) qui leur amènent une certaine sérénité avant d’aborder leurs deux prochaines échéances en UWCL. Demain, l’équipe entraînée par Éric Séverac devra se méfier d’une joueuse en particulier, Tabea Wassmuth, qui a déjà inscrit la bagatelle de 5 buts en 4 rencontres dont un doublé lors de la venue de Servette le 13 octobre. L’internationale allemande compte donc bien laisser son talent s’exprimer afin de permettre à son équipe de ramener les trois points.

Tous unis ce soir derrière nos joueuses !

Photos d’Adrien Schweizer pour Servettiens.ch

FC Lucerne- Servette FCCF: La der’ avant la pause hivernale

FC Lucerne- Servette FCCF: La der’ avant la pause hivernale

Avant de pouvoir se concentrer pleinement sur la Champion’s League, le FC Lucerne croisera le fer avec le club genevois ce dimanche à 16 heures sur la pelouse de l’Allmend pour un dernier match avant l’année 2021 prenne fin.

2021 touche à sa fin

L’exceptionnelle année 2021 pour le club genevois touche bientôt à sa fin : alors qu’il leur reste encore deux rencontres de Champions League, le 8 contre Wolfsburg puis le 16 à Turin, ce match est bien la dernière opposition en championnat avant une pause bien méritée. Un titre de championnes de Suisse en poche, une qualification en Coupe Européenne atteinte avec brio et une phase de groupe bien que compliquée mais dont des enseignements pourront être tirés. Telle fût l’incroyable année auquel nous avons pu assister. Malheureusement toute bonne chose à une fin et ce samedi 4 décembre ce sera celle de l’AXA Super League qui permettra d’offrir une pause bien méritée à l’équipe d’Éric Séverac. Revigorées de deux victoires consécutives à St. Gall (0-3) puis face au FC Bâle sur la pelouse de la Fontenette (3-0), les Grenat ont pu faire le plein de confiance avant de retrouver le FC Lucerne, club qu’elles ont par ailleurs éliminé en novembre de la Coupe de Suisse (4-1) et ce alors qu’elles sont tenantes en titre. En cas de victoire, le Servette FCCF pourrait dépasser Grasshopper et ainsi passer l’hiver dans le rôle de dauphin du FC Zürich, voire leur revenir à égalité en cas de défaite dimanche sur la pelouse bâloise. Ce avant une reprise programmée pour le 5 février 2022 et le choc avec le FC Zürich Frauen. Cette rencontre sera donc importante au club genevois si elles souhaitent passer l’hiver au chaud et pouvoir se concentrer pleinement sur leurs deux prochaines échéances européennes dont un match à domicile, ce mercredi 8 décembre à 18 heures 45, face au club allemand du VfL Wolfsburg.

Un club en difficulté

Le FC Lucerne se trouve dans une situation assez compliquée en ce début de saison. En 8 rencontres, le club de l’Allmend pointe à une maigre septième place et huit points à leur compteur, grâce à leurs deux victoires acquises face à Yverdon (2-1) et Lugano (5-1). Pour l’instant, elles n’ont réussies à avoir des points que face à des équipes à leur hauteur. La dernière confrontation entre les deux équipes en championnat date du 8 mai 2021 et le club grenat s’était imposé 1-3 grâce à un doublé de Maendly et une réalisation de Marta Peiro à la 88ème minute. Le club du lac des Quatre-Cantons reste par ailleurs sur une lourde défaite survenue à Saint Gall (4-0) ce qui ne la place pas dans les meilleures conditions face à une équipe qu’il n’a pas encore su vaincre en six rencontres (cinq défaites, 1 nul). Cependant, il faudra se méfier de Alena Bienz et Sina Cavelti qui ont marquées toutes deux cinq buts depuis le début de saison et se classent ainsi à la troisième place des meilleures buteuses du championnat.

Retour de nos internationales

Cette semaine, le Servette FCCF a pu compter sur le retour de Natalia Padilla ainsi qu’Inès Pereira qui prirent part aux éliminatoires de la Coupe du Monde ainsi qu’Elodie Nakkach qui effectua des matchs amicaux. Notre attaquante polonaise, auteure d’une passe décisive, s’imposa 2-1 face au Kosovo jeudi passé et s’inclina lourdement mardi face à la Belgique (4-0). La sélection polonaise occupe après six rencontres la troisième place du groupe F avec un retard de deux points sur la Belgique. Notre gardienne portugaise, quant à elle, a réalisé un clean sheet lors de la victoire de son équipe face à Israël (4-0) mais prit place sur le banc mardi lors de la défaite face à l’Allemagne (1-3). Sa sélection pointe à la deuxième place du classement avec 13 points en six matchs mais un d’avance sur la Serbie, troisième, avec 9 points. Elodie Nakkach, de son côté, s’est imposée face au Sénégal sur le score de 2 buts à 0 mardi. Cette rencontre sert de préparation à la Coupe d’Afrique des Nations prévue en juillet au Maroc et compte comme qualification à la Coupe du Monde 2023.

Photo de Simon Hutin pour Servettiens.ch

Servette FC Chênois Féminin- FC Bâle : Rejoindre le trio de tête

Servette FC Chênois Féminin- FC Bâle : Rejoindre le trio de tête

Les matchs s’enchaînent à grande vitesse et seulement cinq jours après avoir affronté Chelsea sur la pelouse du Stade de Genève, c’est à la Fontenette de Carouge que Servette reçoit l’actuel troisième, le FC Bâle dans le cadre de la huitième journée d’Axa Women Super League ce dimanche 14 Novembre à 15 heures.

Sur la scène helvétique, l’équipe d’Éric Séverac a su se relever de sa défaite face à Grasshopper survenue le 17 octobre. Ce fût le cas en premier lors d’un déplacement à Saint-Gall (0-3) puis lors de l’élimination du vainqueur de Lucerne samedi passé à Carouge (4-1). Ces deux rencontres permettent de redonner de la confiance à une équipe qui s’est malheureusement inclinée pour la troisième fois en Champion’s League, cette fois-ci face aux finalistes de la précédente édition, Chelsea (0-7). Malgré leurs deux défaites face aux équipes zurichoises, le FC Zürich et Grasshopper, la septième journée a permis de redistribuer les cartes et permet au club genevois de ne concéder qu’un maigre retard de trois points sur le FCZ qui trône en tête du championnat. En effet, Aarau s’est imposé à domicile face au leader (2-1) et Grasshopper s’est incliné à domicile face au FC Bâle (2-4). Avant de retrouver l’équipe londonienne en Angleterre jeudi prochain, elles vont devoir affronter une équipe bâloise qui réussit plutôt bien son début de saison. Ce match sera donc, en cas de victoire, l’occasion pour les Servettiennes de rejoindre le trio de tête et, en tout cas, dépasser leur adversaire du jour.

Un FC Bâle sur une bonne lancée

Malgré une défaite bâloise survenue lors de la première journée au stade Wyler de Berne (1-0), l’équipe de Danique Stein reste sur une série de six matchs sans défaites dont quatre victoires consécutives. Hormis le léger accrochage à St-Gall (2-2), les résultats suivent et cette dernière victoire face au dauphin leur permet même de pointer à une belle troisième place, à égalité avec leur précédent adversaire. Depuis le début de la saison, les pensionnaires du Parc Saint-Jacques ont inscrits 14 buts, soit une moyenne de deux buts par match, pour six buts encaissés. Aucune de leurs joueuses ne s’est véritablement distinguée au sein de la liste des buteuses, la plupart de leurs joueuses ayant inscrits au maximum deux buts. Cependant, il faudra faire attention car le danger peut justement venir de partout, que ce soit en défense avec Melanie Huber, au milieu avec Jana Kaiser ou Eleni Markou et surtout offensivement avec l’attaquante Alayah Pilgrim qui a mis un doublé lors de la victoire à Grasshopper. Cette fin d’année s’annonce plutôt passionnante pour le club bâlois avec le déplacement dimanche chez l’actuel champion de Suisse, le Servette FCCF, puis la réception de l’actuel leader du classement, le FC Zürich, trois semaines plus tard. Ces deux rencontres sont donc à double tranchant, car soit elles réussissent à prendre de l’avance et possiblement passer l’hiver au chaud sur le trône, soit elles se font distancer par leurs principales concurrentes.

Un avantage pour Genève

Depuis l’accession de Servette en Super League, le FC Bâle n’a pas encore réussi à prendre le dessus de Servette une seule fois. En six rencontres, les Genevoises se sont imposées à quatre reprises pour deux matchs nuls dont un lors de la dernière confrontation entre les deux équipes le 29 mai dernier (2-2), lors de laquelle le Servette FCCF reçut son trophée de champion de Suisse. Par ailleurs, les joueuses servettiennes devront rester sur la même forme que celle de la saison passée, hormis le dernier nul,  puisqu’elles se sont imposées à trois reprises, n’encaissant aucun but et en en inscrivant 10 (soit une moyenne de 3.3 buts/match). Serait-ce donc enfin l’occasion pour le FC Bâle de faire sauter le verrou servettien et repartir avec les trois points ou de subir une cinquième défaite de leur part ? La question sera répondue ce dimanche au coup de sifflet final.

Servette FC Chênois Féminin- Chelsea FC Women : Créer des modèles pour le futur

Servette FC Chênois Féminin- Chelsea FC Women : Créer des modèles pour le futur

Quatre jours après s’être débarrassé du vainqueur de la Coupe de Suisse, le FC Lucerne en huitième de finale, le club genevois retrouve un adversaire d’un autre calibre sur sa route en Champion’s League, à savoir le club londonien de Chelsea. La rencontre aura lieu mardi 9 Novembre à 18 :45 au Stade de Genève.

Un club d’une autre dimension

Le Servette FC Chênois Féminin a déjà croisé le fer face à la Juventus de Turin le 6 octobre à Genève (0-3) puis une seconde défaite le 13 octobre au sein du stade du Vfl Wolfsburg (5-0). Ces deux résultats reflètent le fossé qui existe encore entre le championnat helvétique et ses voisins européens et malgré une réelle débauche d’énergie de nos joueuses, il reste encore du chemin. Ce mardi, la rencontre va être encore plus compliquée puisque le futur adversaire des Grenat, le Chelsea FC Women, sort d’une saison exceptionnelle au sein du championnat anglais avec une seule maigre défaite en 22 rencontres, le 7 février face à Brighton (1-2). Malgré ce coup d’arrêt, elles remporteront le titre avec une avance de 2 points sur Manchester City. Leur domination au sein du pays de la Reine Elisabeth dure depuis bientôt deux saisons, avec deux titres acquis consécutivement entre 2019 et 2021.  Créée en 1992, puis affiliée à l’équipe masculine depuis 2004, leurs ambitions sont claires : devenir un des meilleurs clubs féminins anglais et concurrencer la domination d’Arsenal. Chose faite désormais avec cinq titres de championnes d’Angleterre entre 2015 et 2021, deux coupes nationales ainsi que finaliste la saison passée de la Ligue des Champions, finale perdue face au FC Barcelone (0-4). Les Londoniennes peuvent se targuer d’avoir dans leurs rangs des joueuses internationales, telle que l’attaquante danoise Pernille Harder, 2ème du Ballon d’Or 2018 et arrivée de Wolfsburg en septembre 2020 pour la somme de 350’000 Euros, devenant ainsi la joueuse la plus chère de l’histoire. Par ailleurs, Chelsea fût la première équipe à adapter son programme d’entraînement aux cycles menstruels de ses joueuses sous l’impulsion de leur coach Emma Hayes, manager de l’équipe féminine qui estimait que, depuis trop longtemps, les joueuses étaient traitées physiquement de la même manière que leurs homologues masculins, sans que soient prises en compte leurs spécificités.

Pour cela, nous avons posé la question au préparateur physique du Servette FCCF quant à la gestion de ces différences :

 » Des différences à ne pas négliger »

Pour le Servette FC Chênois Féminin, cette rencontre s’annonce des plus passionnantes même si l’enchaînement des matchs peut aussi jouer en leur défaveur. Heureusement, le coach Éric Séverac a pas mal fait tourner son effectif samedi passé contre Lucerne dans le but de préserver certaines de ses joueuses. Comme nous raconte le préparateur physique : « Avec le recul, jouer la Champions League avec ses contraintes de ne pas avoir un groupe complètement professionnel touche les limites du modèle actuel, on va donc progressivement avec de plus en plus de joueuses qui sont à temps-plein dans le football mais les déplacements et le travail extérieure de certaines amènent une fatigue très lourde qui s’accumule et en même temps, il faut progresser et être performante. Le niveau d’exigence grimpe donc cela amène des charges physiques qui s’entrechoquent avec des charges personnelles, ce n’est pas toujours évident. »

Ces diverses contraintes supplémentaires, que ce soit pour les joueuses ou le staff technique peuvent donc péjorer le début de saison des Grenat. On lui a donc demandé de nous donner son avis sur ces premières rencontres :

 » Pour ce début de saison, je suis globalement satisfait »

Un homme de l’ombre                                                                                                

Pour ce match d’une grande envergure, nous avons souhaité donner la parole à un homme caché dans l’ombre mais sans qui tout cela ne serait pas possible. Les supporters servettiens connaissent principalement Jérémy Faug-Porret en tant que joueur qui a défendu les couleurs grenat pendant un an et demi au poste de défenseur et qui a contribué à la montée d’Etoile-Carouge dans l’antichambre du football suisse dans un rôle de capitaine. En 2019, il décide de retourner au Servette FC en tant que préparateur physique puis également wn tant qu’entraîneur-assistant auprès d’Éric Séverac depuis 2020. Poste au sein duquel il doit gérer toute la charge des entraînements, la préparation athlétique ainsi que l’entremêlement entre le physique et l’aspect technico-tactique. L’ancien numéro 15 a également à sa charge le pôle médical afin de coordonner le sportif et le médical avec le pôle de physiothérapeutes. Finalement, il s’occupe aussi de tout l’aspect nutritionnel des joueuses, que ce soit repas pendant les déplacements ou les compléments aux entraînements. Ces nombreuses tâches qui composent sa semaine de préparateur physique sont devenues sa vocation lors de son passage en 2010 du côté de Strasbourg. A ce moment-là, alors qu’il évoluait en tant que joueur, il devint également responsable du centre de formation de Strasbourg en charge de l’équipe réserve en collaboration avec les autres préparateurs physiques des équipes U19 et U17, comme il nous l’explique : «  La préparation physique, c’est devenue un peu une passion. À la base j’ai fait des études pour devenir prof de sport et cela ne m’a pas plu du tout, et en gérant mon aspect physique de la performance, on se renseigne et on devient curieux. C’est cette curiosité qui m’a poussé à explorer le métier. La performance dans sa généralité est donc une passion pour moi cette multitude de  facettes m’a immédiatement plu ».

Passé par Servette un an et demi puis Carouge une saison, on pourrait se dire que l’ancien défenseur français n’a pas tant d’attache à Genève. Pourtant, c’est bien ici qu’il a décidé de déposer ses valises et ainsi rejoindre l’aventure du Servette FCCF, sans être bien sûr un ras-le-bol du football comme il l’explique : « J’avais un besoin de me stabiliser dans la vie et me rapprocher de la famille. Etant de Chambéry, le plan Carouge était donc déjà en tête dans le but de faire ma reconversion en tant que préparateur physique ». Sans encore une réelle idée en tête, il avait cette volonté de revenir au sein du Servette FC, que ce soit pour l’équipe masculine ou féminine. En septembre 2018, il effectue son diplôme universitaire européen de préparation physique à Lyon dont le travail de mémoire portait sur le centre de formation du Servette FC. C’est ensuite en janvier 2019 que le club l’approche afin de lui proposer le poste de préparateur physique au sein du Servette FC Chênois Féminin. Comme il nous raconte : « J’avais un peu peur car je ne voyais pas si cela pouvait me plaire ou si le courant allait passer et en fait j’aime être au contact de joueuses qui ont vraiment une énorme passion et très travailleuses, ça m’impressionne encore de voir la charge de travail, que ce soit l’école ou travail et les entraînements».

 » Faire ses preuves avec les filles »

Alors que Servette affronte Chelsea mardi, Jérémy Faug-Porret nous rappelle qu’il faut malgré tout se focaliser sur la rencontre jouée samedi face à Lucerne (ndlr l’interview a été réalisée avant la victoire 4-1) puisque chaque match compte et que même si cette rencontre reste passionnante, l’un des objectifs du club est bien sûr  la Coupe de Suisse qui échappe un peu aux Servettiennes ces deux dernières saisons. Se concentrer permet aussi d’éviter des blessures qui pourraient être néfastes pour l’équipe. Il ne faudra donc pas se ménager et tout donner déjà samedi, bien que l’entraîneur Éric Séverac ait opéré quelques changements dans sa composition afin de reposer certaines cadres. Selon lui, « le match de mardi avec un public nombreux est vraiment une belle récompense pour les joueuses, certaines prendront sûrement leur fin de carrière à la fin de la saison mais cela sera en tout cas une fantastique aventure pour toute personne au sein du club, cela fait grandir et nous permet de visualiser nos défauts afin de combler ce fossé même s’il y a une certaine frustration de ne pas pouvoir démontrer nos qualités car en face il y a bien plus de niveau ».

Servette FC Chênois Féminin- FC Lucerne : À l’assaut des quarts de finale

Servette FC Chênois Féminin- FC Lucerne : À l’assaut des quarts de finale

Les fameuses boules du tirage au sort de la Coupe de Suisse ont décidé de ne pas être clémentes avec l’actuel champion de Suisse. En effet, ce week-end trois duels entre des clubs de l’AXA Women’s Super League auront lieu et c’est le cas pour le Servette FCCF qui recevra le FC Lucerne, actuel septième au classement, ce samedi à 16 heures au stade de la Fontenette.

Montrer un autre visage

Le mois d’octobre fût très laborieux pour le Servette FCCF qui resta sur trois défaites en cinq rencontres jusqu’au samedi 30 octobre et une victoire en Suisse orientale face à St. Gall (0-3). Cette rencontre offrit surtout du temps du jeu à certaines joueuses qui avaient moins eu l’occasion de démontrer leur talent telle que Laura Tufo qui fit par ailleurs sauter la première le verrou saint-gallois en ouvrant le score dès la 9ème minute ainsi que pour Natalia Padilla d’inscrire un doublé. Ce succès permet presque d’oublier la défaite face à Grasshopper (0-2) deux semaines plus tôt. Cependant, il ne faut pas oublier la dure réalité d’un club genevois qui enchaîne les défaites en Champion’s League avant leur troisième rencontre, cette fois-ci face à Chelsea, mardi prochain. De plus, étant désormais attendues au tournant par leurs adversaires, la saison en cours est plus compliquée que la précédente. Nous pourrions, par exemple, parler de ces deux défaites face aux clubs zurichois que sont Grasshopper et le FC Zürich et qui amènent donc le club d’Éric Séverac à une modeste quatrième place. Certes, leurs opposants se sont tous pris au moins une fois le pied au tapis, ce qui permet à nos joueuses d’avoir un maigre retard sur la première place séparée de trois points, mais cet enchaînement de matchs pèse véritablement sur l’organisme. Ce match face au FC Lucerne sera donc l’occasion de véritablement relancer la machine même si on espère qu’à seulement trois jours de la réception d’un gros cador européen, les têtes ne seront pas concentrées sur un autre match.

Suite à leur victoire en terres bernoises, du côté de Walperswil (0-7), les Grenat vont donc devoir croiser le fer avec le FC Lucerne pour une hypothétique place en quart de finale de la Coupe de Suisse. Malheureusement, l’entraîneur genevois ne pourra pas compter pour cette rencontre sur Marta Peiro qui s’est fait opérée de l’appendice ainsi que Paula Serrano, toujours indisponible suite à sa blessure des ligaments. 

Un FC Lucerne en difficulté

Les saisons s’assemblent et se ressemblent pour le club lucernois. Habitués des opérations maintien, avec une sixième place sur huit la saison passée puis septième sur dix cette année, elles se battent chaque année pour engranger un maximum de victoires. La saison commence donc déjà difficilement pour des joueuses qui ne se sont imposées qu’à deux reprises et ce alors que c’était face aux occupantes de la zone rouge, à savoir Lugano (5-1) ainsi que dernièrement face à Yverdon (2-1). Ces résultats leur permettent donc d’avoir huit points en poche et viser prochainement la cinquième place. Après trois défaites consécutives en championnat face au trio de tête, elles ont pu reprendre du poil de la bête en obtenant le nul sur la pelouse du BSC Young Boys (2-2) puis les trois points la semaine passée face à Yverdon. C’est donc une formation revigorée qui souhaite continuer sur sa lancée en Coupe de Suisse après s’être débarrassé sur sa route du club argovien du FC Baden, pensionnaire de 2ème ligue, sur le score de 0-9. Ce lourd score reflète parfaitement les qualités offensives du club lucernois, qui malgré sa place et ses 13 buts encaissés, à marqué pas moins de 14 buts en sept rencontres, ce qui les classe à la quatrième place des meilleures attaques à égalité avec le FC Bâle, qui pourtant pointe à la 3ème place du classement. Cette solidité provient du danger que peut créer Alena Bienz (cinq buts) ainsi que Sina Cavelti (4 buts) qui occupent les premières places des meilleures buteuses de ce championnat, toutes deux juste devant Jade Boho et ses 3 buts. Nos défenseuses sont donc averties, il faudra garder un œil sur elles. Bien que le Servette FCCF se soit toujours extirpé du piège lucernois avec cinq victoires sur les six derniers matchs, elles ont malgré tout la capacité de leur tenir tête comme ce fût le cas lors de leur dernier voyage en terres genevoises le 6 mars 2021 (0-0). Les rencontres de Coupe de Suisse ont toujours un petit air spécial avec des petites équipes qui réalisent des exploits, à l’instar de l’Etoile-Carouge qui a éliminé l’ogre Bâlois sur la même pelouse une semaine avant. Le Servette FCCF devra donc apporter une attention particulière à cette rencontre si elles ne souhaitent pas être les prochaines à passer au trépas sur cette pelouse.

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR