FC Vevey United- Servette FC : Objectif coupe

FC Vevey United- Servette FC : Objectif coupe

Après de longues semaines d’incertitudes et d’attentes, les Servettiens prennent enfin la direction du stade veveysan de Copet afin d’y affronter l’équipe locale ce mercredi 7 Avril à 18 heures dans le cadre des huitièmes de finale. Une simple formalité ou un match piège ?

Garder la confiance

Seulement trois jours après avoir obtenu le nul face au FC Lugano, les deux clubs s’en vont jouer leur chance en Coupe de Suisse. Alors que Lugano se déplacera à Monthey, fief valaisan, qui évolue en 2e Ligue Inter, les Grenat iront affronter un pensionnaire de la Riviera vaudoise, évoluant en 1ère Ligue, le FC Vevey-United. Sur le papier, le club grenat est plus que favori, surtout lorsque l’on sait que les championnats amateurs sont à l’arrêt depuis le 24 octobre et que le club vaudois n’a pu reprendre les entraînements en groupe que récemment afin de préparer de manière optimale cette confrontation. Le Servette FC avait déjà affronté la saison dernière Echallens au premier tour et qui joue dans la même division. Cela avait clairement tourné en faveur des visiteurs avec un score sec de 0-6. Ce match peut alors être l’occasion pour Servette de garder la confiance et pourquoi ne pas faire une excellente saison avec une belle deuxième place et un parcours en Coupe de Suisse. En effet, le parcours commence gentiment à se tracer pour les Genevois qui affronteraient en cas de victoire mercredi le SC Kriens, 9ème de Challenge League, lors du prochain tour. De plus, cette rencontre peut aussi permettre de faire tourner un effectif grenat qui doit gérer six matchs lors du mois d’avril et ainsi faire jouer de jeunes joueurs ou ceux en manque de temps de jeu. Cependant, il ne faudra pas trop arriver confiant car les Veveysans joueront crânement leur chance car les victoires du petit Poucet existent bien et ce n’est pas la victoire du Canet RFC sur Marseille qui me contredira.

Le Petit Poucet                                                                  

Vevey n’a joué qu’un maigre total de dix matchs en 1ère Ligue et évolue actuellement à la dixième place, ils ne comptent d’ailleurs que 4 victoires pour six défaites. Un championnat qui compte par exemple Lancy, Meyrin ou l’Olympique de Genève. Au sein d’une ligue amatrice à l’arrêt, cette confrontation est donc une bouchée d’air frais pour le FC Vevey United. Le club s’est qualifié pour les huitièmes de finale après avoir signé l’exploit d’éliminer le FC Köniz (3-0), pensionnaire de Promotion League, au tour précédent. Ce qui devait être une fête pour Christophe Caschili, coach veveysan, et son équipe sera malheureusement bien terne suite aux conditions sanitaires actuelles en vigueur et la rencontre sera alors à huis-clos. Afin de remédier à ce manque flagrant de revenus, le public peut malgré tout acheter des billets virtuels au prix de 15.- et reçoit en contrepartie pour sa générosité un goodies souvenir. Le club fondé en 1898 n’a jamais joué les premiers rôles en Suisse bien qu’ils aient remporté en 1981 la Ligue Nationale B, ce qui leur permit d’évoluer pendant six saisons consécutives en LNA soit jusqu’en 1987. Depuis, ils oscillent entre le troisième et cinquième échelon national. Pour la petite histoire, le vestiaire veveysan a connu comme joueur un certain Jean-Claude Schindelholz qui évolua entre 1963 et 1971 au Servette FC avec qui il remportera la coupe de Suisse en 1971, avant de porter leur maillot de 71 à 73.

Souvenirs, souvenirs…

La dernière rencontre entre les deux formations remonte au 11 Janvier 2019 lors du premier amical de l’année. Avec 17 joueurs dont 3 jeunes de l’académie (Vouilloz, Holcbecher et Strohbach) le Servette FC a complètement dominé cette rencontre. Antunes ouvrit le score sur un coup-franc de Stevanovic et s’en suivit rapidement une petite frayeur avec l’égalisation des locaux. A la 38ème minute, Schalk redonnait l’avantage à son club en profitant d’une erreur défensive adverse, puis sur un centre parfait de Stevanovic se payait le luxe d’inscrire un doublé. La deuxième mi-temps offra du temps de jeu à plusieurs joueurs dont Kwadwo Duah qui inscrivit son premier but sous les couleurs grenat, lui qui évolue désormais du côté des Brodeurs. Score final 4-1 pour le SFC, saison qui verra par ailleurs la consécration pour tout le peuple genevois avec une promotion en Super League juste devant Aarau et le Lausanne-Sport.

Pour compléter notre article, nous avons pu nous entretenir avec William Von Stockalper, président du FC Vevey-United

Servette FC- FC Lugano : Le combat des deux frères

Servette FC- FC Lugano : Le combat des deux frères

En ce dimanche de Pâques, le Servette FC ne chômera pas puisqu’il reçoit les Luganais dans un match des plus importants entre le deuxième et le troisième de Super League. Comme le dit si bien le rappeur C-Ptik dans les Batailles du mois d’Avril : « Amis tessinois, la SG et les TM n’ont jamais été si loin» et c’est donc beau de revoir ces deux clubs sur le devant de la scène.

Reprendre de l’avance

Cette défaite, il y a de cela deux semaines, face au club liechtensteinois du FC Vaduz (1-2) a, malgré le fait que l’incroyable série du club grenat s’est brusquement arrêtée, surtout permis aux poursuivants que sont le FC Lugano ou même le FC Bâle de revenir à un maigre point de cette deuxième place. Il faudra vite se reprendre, lorsque l’on sait que les futures échéances du club genevois ne sont pas de tout repos. Les semaines anglaises ne sont pas encore de retour mais ils affronteront les Bianconeri à deux reprises en ouverture et clôture du mois d’Avril. Avec un championnat toujours aussi serré, seuls cinq petits points séparent le deuxième et le huitième, il faudra grappiller des points à la moindre occasion et malgré l’amitié entre les deux clubs, le FC Lugano ne sera pas décidé à offrir des cadeaux pour Pâques. Heureusement, la pause internationale aura permis à ceux qui restaient de souffler un peu.

Dans le cadre des qualifications pour la Coupe d’Afrique, Joël Kiassumbua a eu l’occasion de retrouver sa sélection et malgré une défaite face au Gabon d’Aubameyang (0-3), ils ont vaincus la Gambie mais lui et son équipe n’iront pas à la CAN. On reste en Afrique avec Arial Mendy et le Sénégal mais il restera sur le banc lors du match contre l’Eswatini (1-1) mais contrairement à son coéquipier congolais, le Sénégal ira à la CAN 2022. Micha Stevanovic a lui porté le maillot de la Bosnie & Herzégovine pour les qualifs de la Coupe du Monde et joua 89 minutes lors du nul contre la Finlande (2-2) et inscrivit un but à la 84ème pour offrir un point à sa sélection ainsi que 13 minutes de jouées face à l’équipe de France mais sans empêcher la défaite (0-1). Le dernier, Kastriot Imeri, défendit les couleurs de la Nati lors de l’Euro M21 mais après une belle victoire contre l’Angleterre (1-0) et une passe décisive, la Suisse sortira par la petite porte avec deux défaites contre la Croatie (2-3) malgré une implication sur les deux buts helvétiques puis le Portugal (0-3), ils finiront à la troisième place.

Des Luganais en regain de forme

Le club tessinois est de retour aux avant-postes, lors du mois de mars ils se sont imposés à trois reprises pour une défaite contre le FC Zürich (0-1). La confiance est de retour à Lugano et ce surtout avec les deux dernières belles victoires à Vaduz (0-3) puis à domicile contre le FC Bâle et leurs deux buts inscrits en seconde mi-temps par l’intermédiaire de Lovric et leur meilleur buteur Mattia Bottani (six buts en 22 matchs) qui ont permis à leur club de remonter à une belle troisième place et sans nul doute avec des intentions sur une place plus haute. Certes Bottani n’inscrit pas beaucoup de buts, bien loin de Kyei et ses 11 réalisations, mais attention car le danger peut venir de partout et ils ont pour l’instant inscrit autant de buts, soit 31, que le club genevois et peut surtout compter sur une défense imperméable, la deuxième du championnat, en n’encaissant que 28 buts soit 1.07/match, de belles statistiques qui ne sont pas à enlever à Noam Baumann qui réalise de grandes performances et ce match risque d’être une bataille entre les deux gardiens mais on l’espère avec un avantage pour Jérémy Frick.

Les souvenirs

La dernière victoire du Servette FC à domicile face à Lugano remonte au 16 février 2015, ce jour-là Kevin Bua et Alexandre Pasche offraient la victoire au club grenat dans le cadre de la 20ème journée de Challenge League, bien que le club tessinois soit champion à la fin de la saison avec sept points d’avance. Cependant depuis leur retour en Super League, la troupe emmenée par Alain Geiger n’a encore jamais réussi à prendre les trois points et reste sur trois nuls consécutifs et deux défaites au Cornaredo. C’est donc le moment de ne pas faire de cadeaux et de s’imposer à nouveau à domicile afin de continuer la marche en avant.

Avant un match de Coupe de Suisse à Vevey, Servette se doit de retrouver de sa superbe et montrer que cette défaite contre Vaduz n’était qu’une glissade et qu’ils resteront sur leurs deux jambes et montrer aux Luganais que le Phénix a retrouvé de ses couleurs et qu’il faut le craindre.

YB Frauen- Servette FCCF: A la conquête du Wankdorf

YB Frauen- Servette FCCF: A la conquête du Wankdorf

La folle semaine servettienne continue et quatre jours après avoir ramené un point de Zürich, c’est un nouveau déplacement pour nos féminines qui s’annonce chez les troisièmes du championnat, le BSC Young Boys, pour une rencontre à 18 heures 45 au Stade de Suisse.

Garder cette troisième place

L’équipe bernoise, entraînée par Charles Grütter, restait sur une série impressionnante, leur dernière défaite remontant au 29 août 2020, presque sept mois et onze matchs s’étant écoulés. Malheureusement, pour elles, les Zurichoises ont remporté le match de rattrapage du 15ème tour au Wankdorf sur le score de 1-3 et mettant en même temps fin à cette invincibilité. Ce coup d’arrêt aura eu une certaine incidence sur l’équipe puisque trois jours plus tard, elles s’inclineront à nouveau à domicile face à Lucerne sur le score de 1-2. Ce match mercredi sera donc assez important pour le club de la capitale afin de remporter à nouveau une victoire, faire remonter le moral de la troupe et garder la maigre avance d’un point sur le FC Bâle qui est quatrième.

Focus sur Sandy Maendly:

Aujourd’hui, nous avons eu la chance d’interviewer Sandy Maendly, notre milieu d’expérience que ce soit ses expériences en Espagne et en Italie ou ses plus de 70 sélections avec l’équipe de Suisse. Elle commence à jouer dans des formations mixtes de jeunes à partir de l’âge de dix ans pour évoluer, en 2000, dans sa première équipe féminine, le Signal FC Bernex-Confignon. En 2004, elle franchit une première étape importante dans sa carrière professionnelle en signant avec le club du CS Chênois, qui évoluait alors en Ligue nationale B. Après deux saisons, elle signe au FFC Berne et effectue alors ses débuts en Ligue nationale A et remporte la Coupe de Suisse en 2008. Elle évolue dans le club bernois jusqu’à son absorption avec les Young Boys, qui est devenu sa section féminine à partir de la saison 2009-2010 en prenant les couleurs jaune et noir. Elle joue cinq saisons consécutives avec le club de la capitale, marquant un total de 34 buts, 8 lors de la dernière saison où elle contribue à remporter la première place du championnat, jouant également trois finales de la Coupe de Suisse, les deux dernières perdues face à Yverdon.

” YB a toujours eu une équipe assez compétitive”

En 2011, elle rejoint le Torres CF, un club de la région de Sassari, et conquis  avec son équipe leur cinquième “scudetto” et  huitième coupe d’Italie. L’aventure se poursuit pendant trois saisons consécutives, dont plus de 80 matchs joués en Série A et 18 buts marqués, et elle remporte deux “scudetti” et trois Super Coupes. Grâce aux résultats obtenus par le club italien, elle a également l’opportunité de jouer l’UEFA Women’s Champions League, le 27 septembre 2011 à l’occasion du match aller des huitièmes de finale, où Torres remporte l’enjeu face au ASA Tel-Aviv avec le résultat de 2-0. À la fin de la saison 2013-2014, elle décide de quitter Torres pour rejoindre l’ASD Vérone. Sa première saison avec le maillot jaune et bleu a été gâchée par une blessure grave au genou qui lui a causé une rupture du ligament croisé dans la première partie de la saison après seulement quatre matchs. Elle parvient à être alignée à nouveau lors de la 26ème et dernière journée, portant à cinq le total des matches joués et, bien qu’avec une saison compromise et un seul but signé, à la fin du championnat, elle remporte son troisième championnat et le cinquième titre de Champion d’Italie pour le club. En 2016, elle retourne en Suisse au sein du FC Neunkirch avec qui elle fera le doublé coupe-championnat. Malheureusement, le club fera faillite et libérera toutes leurs joueuses. Elle trouve alors un accord pour rejoindre Madrid CFF, équipe néo-promue dans la première division du championnat espagnol. Cependant, comme elle le dit: « l’expérience ne s’est pas déroulé comme je le souhaitais, je n’ai pas forcément réussi à trouver une cohésion comme j’ai pu avoir dans d’autres équipes » et elle décide alors de retourner dans son pays natal. « Pouvoir jouer sous les couleurs de ce maillot, dans ma ville et proche de ma famille », c’est donc tout naturellement qu’elle décide d’adhérer au projet du Servette FCCF et de tout faire pour atteindre la Ligue Nationale A.

” Quand on quitte sa zone de confort, c’est pas facile”

Notre milieu de terrain porte également le maillot à croix rouge. Elle joue son premier match international avec les moins de 19 ans le 21 septembre 2004, match remporté par la Suisse sur le score de 5 à 0 contre la sélection grecque lors du 1er tour qualificatif pour le Championnat d’Europe des moins de 19 ans en Hongrie. Avec la sélection U19, elle accumule 31 apparitions pour 3 buts, dont 19 lors des compétions officielles de l’UEFA. Avec la première équipe, elle fait ses débuts le 22 avril 2006 à Richmond Park à Dublin, dans le match joué contre l’équipe nationale irlandaise valable pour les qualifications pour la Coupe du monde 2007 en Chine et perdu par 2-0. Plus tard, elle est sélectionnée pour les qualifications pour les Championnats d’Europe, aux éditions 2009 et 2013, sans pouvoir passer les groupes éliminatoires, puis pour les qualifications pour la Coupe du Monde Féminine, sans succès en 2011 mais atteignant la qualification historique lors de celle au Canada en 2015. Malheureusement pour elle, une blessure la privera de participation au Mondial et la privera pendant longtemps de la sélection. Pourtant, malgré ses 32 ans, elle est bien de retour : «  Je m’attendais pas à réintégrer l’équipe suisse à mon âge, maintenant je profite de chaque opportunité pour encore apprendre et prendre du plaisir. » Pour l’instant, elle est fixée sur l’Euro en 2022 qui arrive prochainement, la Suisse devant encore passer les matchs de barrages contre la République Tchèque les 7 et 13 Avril : «  Je ferais tout pour pouvoir y participer et arriver dans les meilleures conditions ». La prochaine coupe du monde en 2023 paraît gentiment lointaine pour Maendly mais pourquoi ne pas la retrouver dans la peau de consultante, elle qui a déjà endossé ce rôle durant  l’Euro 2017 aux Pays-Bas : «  J’y prends du plaisir, après de là à me lancer dedans, je ne pense pas mais c’est toujours un bonheur de les revoir ».

” Ce sera deux confrontations assez tendues”
” La Suisse aura de très belles années devant elle”

Mercredi, les Servettiennes affronteront donc le club de la capitale et avec un seul mot d’ordre : la victoire ! Il faudra montrer à Berne la supériorité genevoise et conserver cette avance sur le FC Zürich. Come on les filles ! Match à suivre dès 18 heures 35 en direct sur la RTS2.

FC Zürich Frauen-Servette FC Chênois Féminin : Le choc

FC Zürich Frauen-Servette FC Chênois Féminin : Le choc

Samedi 20 mars à 16 heures le Servette FCCF se déplace à l’Heerenschürli de Zürich pour un match au sommet entre les deux premières du championnat. Opération revanche pour le club grenat qui s’était incliné (2-1) le 5 septembre 2020 et opération victoire si elles souhaitent  mettre définitivement à distance son principal poursuivant.

Rééditer la performance pour Zürich

Il faut remonter au 5 décembre pour voir une défaite zurichoise : c’était lors d’un déplacement du côté du Stade de… Genève. Ce jour-là, le Servette FCCF avait disposé sur le score de 2-0 du FCZ, grâce à des réalisations de Marta Peiro à la 70ème puis de Léonie Fleury à la 96ème minute de la rencontre. Par ailleurs, il y avait eu un changement au sein du poste de gardienne, puisque c’était la jeune  genevoise, Fanny Keizer, qui gardait les cages genevoises pour remplacer Gaëlle Thalmann, insuffisamment remise du Covid, et effectuait un blanchissage au coup de sifflet final. Depuis cette rencontre, le club de la Limmat s’est imposé lors de ses cinq matchs suivants dont un probant 1-3 au Stade du Wankdorf de Berne, ce qui leur permit de prendre une avance de huit points, malgré un match d’avance, sur le club de la capitale et de revenir à six unités de la tête du classement occupée par Servette. Ces performances ne sont pas anodines, depuis l’intronisation de l’entraîneuse allemande Inka Grings le 3 février, Zürich a retrouvé son football et est invaincu. Elles ont même mis fin à l’impressionnante série d’YB, dont la dernière défaite remontait à onze matchs et presque sept mois (29 août 2020). De plus, la défense servettienne devra se tenir prête car l’attaque zurichoise est actuellement en feu avec chaque fois pas moins de six buts marqués lors des rencontres face à Lugano puis la semaine passée dans le derby de Zürich. Grâce à ses 18 réalisations, Fabienne Humm prend d’ailleurs seule la tête du classement des meilleures buteuses. Les Zurichoises seront donc en pleine forme pour recevoir les leaders du championnat et pourquoi ne pas les faire chuter une seconde fois cette saison.

Focus sur Fanny Keizer

Notre jeune troisième gardienne, Fanny Keizer, est un grand cru du club genevois. Elle a commencé le football au sein du FC Plan-les-Ouates et a découvert les sélections genevoises avec les juniors. À l’âge de 15 ans, elle rejoint le CS Chênois qui opérera une fusion pour devenir le Servette FCCF, club qu’elle ne quittera plus jusqu’à maintenant. La saison passée, elle engrangea du temps de jeu en 1e Ligue avec la Team Etoile Carouge-SFCCF 2. Cette année, suite à l’arrêt des ligues amatrices, elle doit malheureusement ronger un peu son frein, comme elle l’explique : « Ne pas jouer, c’est toujours un peu frustrant car c’est l’accomplissement de toute une semaine de travail ». Pourtant, la chance lui sourira le 5 décembre puisque la titularisation qu’elle attendait arrive enfin, une expérience qui mêle peur et excitation mais qui ne sera que bénéfique pour sa carrière.

” Du stress, mais surtout une envie de jouer et prouver de quoi je suis capable”

Malgré le peu de jeu avec la première, elle peut compter sur l’expérience de Gaëlle Thalmann et ses plus de 80 sélections avec la Nati ainsi que celle de Laura Droz, qui revient d’une aventure de quelques mois en Division 2 féminine avec l’AS Nancy-Lorraine. Cependant, l’arrivée de cette dernière a amené une certaine période de questionnement pour notre gardienne. Dans un poste déjà bien fourni, l’arrivée d’une troisième personne qui vient pour prendre une place amène toujours un sentiment compliqué à gérer. Comme elle le dit : « Je ne l’ai pas très bien vécu, mais cela reste quelque chose qui s’est rapidement réglé en interne. On s’entend bien avec Laura et on travaille bien ensemble ». Elle sait bien qu’il faut continuer de travailler pour mériter sa place et montrer qu’elle peut prétendre à autre chose que rester sur la touche et le prouver sur cette fin de saison.

“Une motivation d’avoir quelqu’un qui vous pousse vers le haut et crois en vous”

Hormis le football, elle a une autre motivation dans la vie, le dessin. Actuellement en Bachelor en communication et interactions design, elle suit une vocation qui lui est apparue il y a de cela cinq ans. Cet amour l’amena même à créer l’affiche d’avant-match pour la rencontre du 27 février à Bâle.  Ce sont donc deux passions qu’elle apprécie à part égale et qui lui prennent pas mal de temps : «  J’aime beaucoup dessiner, créer et pouvoir faire appel à mon imagination et ce côté créatif qu’on ne retrouve pas forcément dans le foot ». Bien que ces deux passions n’aient pas beaucoup de lien, il est toujours bien de pouvoir se retrouver et se vider la tête avec des dessins différents.

” J’aime beaucoup le travail de communication du Servette qui est une source d’inspiration”

Le Servette FCCF aura donc fort à faire contre une équipe zurichoise qui monte en pleine puissance mais c’est dans ces matchs que l’équipe d’Éric Séverac doit performer pour arracher le titre à la fin de la saison. Come on Servette !

Servette FC- FC Vaduz : écrire l’histoire

Servette FC- FC Vaduz : écrire l’histoire

On le sait : les matchs contre la Principauté ne sont jamais les grandes affiches de Super League et lors duquel le public servettien vient au stade en masse, pourtant cette fois-ci cette rencontre a un petit quelque chose de spécial et le Servette FC pourrait signer une performance inédite en cas de victoire dimanche dès 16 heures face au FC Vaduz…

La passe de cinq ?

Depuis sa défaite sur la pelouse du Wankdorf face aux BSC Young Boys, le Servette FC enchaîne les victoires et avec la manière puisque ce n’est pas moins que le FC Zürich, Saint Gall, Bâle et plus récemment le FC Sion qui sont tombés au combat. Ces réussites permettent au club grenat de toujours occuper la place de dauphin ainsi que de tenir ses poursuivants à distance, quatre points les séparant de la quatrième place détenue par les zurichois. Cette incroyable série est d’autant plus inédite car l’équipe entraînée par Alain Geiger a la possibilité de signer sa première série de cinq victoires consécutives dans l’élite depuis… octobre-novembre 1986. A cette époque, le club genevois s’était imposé face à Young Boys (2-0), La Chaux-de-Fonds (0-4), Aarau (3-2), Bâle (1-4) et Grasshopper (3-1). Cette série aura duré entre le 11 octobre et le 28 Novembre 1986, date du dernier match de l’année civile, malheureusement la reprise du championnat sera synonyme de revanche pour GC qui vaincra Servette à domicile sur le score de 2-0, club qui finira par ailleurs dauphin de Xamax à la fin de la saison. Les Grenat, eux, finiront quatrième avec pourtant dans ses rangs le trio de choc Sinval, Eriksen et Kok mais surtout des anciens joueurs toujours présents au sein du club genevois puisqu’il s’agit de… notre actuel président Pascal Besnard ainsi que de l’entraîneur Alain Geiger. Cependant, attention au match-piège, ce ne sera pas qu’une simple formalité, le club liechtensteinois s’est malgré tout imposé à six reprises depuis 2010 dont trois fois lors de la saison 2017-2018. Les joueurs savent donc que chaque match est important et pourquoi ne pas écrire une nouvelle page de l’histoire du club.

Gare au faux-pas

Bien sûr que le club de la capitale liechtensteinoise n’est pas une destination de rêve pour tout footballeur, comme le disait Steven Lang dans notre interview. Alors qu’il n’arrivait pas à grappiller des minutes au sein de Grasshopper, il décida de rejoindre Vaduz, tout juste promu en Super League, afin de retrouver du temps de jeu. Malgré le club, la possibilité d’évoluer actuellement dans la plus haute ligue du football suisse et donc de pouvoir montrer son talent aux autres clubs helvétiques pèse probablement beaucoup dans la balance. De plus, grâce à leur coupe nationale, les joueurs ont aussi la possibilité d’accéder aux tours de qualification de l’Europa League et ainsi visiter d’autres pays et découvrir de nouvelles manières de jouer au football. Cependant cette saison, le FC Vaduz est dans une situation très compliquée et les défaites commencent à s’amonceler. Avec déjà un retard de huit points sur les Lausannois, l’objectif de Mario Frick, l’entraîneur, sera sans nul doute d’aller chercher la neuvième place occupée par le FC Sion, qu’ils ont par ailleurs vaincus à domicile fin février. Le club du Rheinpark est capable du meilleur comme du pire, alors qu’ils arrivent à s’imposer face à des clubs comme Zürich ou Saint Gall, ils s’inclinent ensuite très lourdement face à Lugano (0-3). Pourtant, le club grenat devra faire attention à Vaduz, malgré une dernière place, ils ne se sont inclinés qu’à quatre reprises depuis la reprise du championnat en janvier et ont empochés 16 points en 12 rencontres, soit environ 70% de leurs points depuis le début de la saison en septembre 2020. Ils ne viennent donc sûrement pas dans l’optique d’offrir les trois points au club local mais bien de repartir avec et dépasser le club valaisan dans la lutte au maintien. Ce ne sera pas la dernière confrontation entre les deux équipes qui nous contredira, puisque Vaduz avait arraché le match nul à la 87ème sur un but de Sandro Wieser après avoir encaissé, sur penalty, un goal de Grejohn Kyei à la 58ème minute.

L’entretien complet avec Steven Lang

Ce match s’annonce donc capital pour les deux équipes, avec d’un côté Servette qui cherchera à conserver sa deuxième place, et de l’autre un FC Vaduz prêt à tout pour le maintien en Super League. En route pour la cinquième victoire consécutive !

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR