Devant un public peu nombreux samedi soir à la Fontenette, Servette FC Chênois Féminin a  parfaitement débuté le championnat en s’imposant 6-0 face à Yverdon Sport Féminin. Les recrues ont su faire la différence en deuxième mi-temps pour forcer la décision et ramener les trois points avant un déplacement important à Zürich dans deux semaines. 

Relater ce match sera une simple formalité, car Yverdon ne proposait qu’une maigre opposition hormis sur quelques courtes séquence. Il y aura eu côté Servettiennes des imprécisions de placement en phases offensives qui auront valu de nombreux buts annulés pour hors-jeu (parfois limites). Toutefois, cela signifie que Servette a joué avec le coeur et tenté de nombreuses incursions pour faire trembler les filets de Gilliane Roch. L’Yverdonnoise aura aussi repoussé l’échéance avec de magnifiques parades. 

Les joueuses d’Éric Sévérac n’ont donc jamais courbé l’échine puisque le résultat était déjà de 2-0 à la mi-temps. Le premier but survient suite à un ballon relâché d’un tir de Monica Mendes à l’entrée de la surface de réparation, tandis que le second est l’œuvre de Laura Tufo. Intéressante à mi-terrain aux côtés de Sandrine Mauron et Paula Serrano, la Genevoise a marqué suite à un excellent travail de la recrue Imane Saoud. Sur son côté droit, elle aura martyrisé les Vaudoises tout au long de la partie avant son remplacement à la 83e par Daina Bourma. 

En deuxième mi-temps, la promenade de santé a été activée puisque pas moins de quatre buts auront été marqués. On retiendra le joli dribble effectué par Cassandra Korhonen sur la gardienne pour marquer son deuxième but en Grenat après celui contre Glasgow (53e). Il y eu aussi les réussites tout en maîtrise de Sandrine Mauron (60e) et Alice Berti (77e). Mais surtout, c’est le but de Malena Ortiz, de la tête s’il-vous-plaît, qui aura donné de nombreuses émotions aux joueuses venues soutenir leur coéquipière dans le deuil cette semaine (88e). 

Un conflit d’horaire qui ne passe pas

Hormis le match, il est important de souligner l’incohérence qu’il y a eu de faire jouer les Féminines le même soir que l’équipe A masculine. Pour les supporters et supportrices, il semblait impensable – voire impossible – de pouvoir concilier les deux matchs puisque celui du SFCCF débutait à 19h, soit une heure et demie avant l’autre affiche au Stade de Genève. Si les deux rencontres avaient pu se jouer à un intervalle plus large, nul doute que l’affluence à la Fontenette (environ 250 personnes) aurait pu être plus importante, ce qui est dommage pour une ouverture de championnat qui ne semblait pas être un événement marquant en soi… malheureusement. D’autant plus que la cruelle élimination en Champion’s League mériterait un soutien important du public pour des joueuses qui donnent toujours tout sur le terrain.

Malgré un travail effectué par le club afin de pouvoir concilier les deux rencontres et ainsi voir un public présent pour les deux rencontres, il fût malgré tout compliqué de trouver une solution pour le public genevois. Heureusement, ces conflits d’horaires devraient être résolus, puisqu’aucun chevauchement ne devrait avoir lieu d’ici la pause hivernale, afin de mettre en lumière des femmes qui jouent avec passion et qui concilient parfois les travail et les études en parallèle du football.

Désormais, le public genevois se doit de retourner à la Fontenette pour aussi mettre en lumière un football conjugué au féminin qui a connu un incroyable succès lors de l’Euro 2022 et qui est magnifié par les belles prestations de Servette Chênois ces dernières années.

Elles le méritent. 

Photo: Victor Perrin

Servettiens.ch

FREE
VIEW