Proposant une composition d’équipe très similaire à celle qui ramena une précieuse victoire de Lucerne samedi, Éric Severac a cherché la sécurité et la cohésion naissante d’un groupe pour espérer partir du Stade de Genève avec une première victoire en Champion’s League. Ou au moins réitérer l’excellente performance, il y a quelques jours, à Londres face à Chelsea. 

Pressant d’emblée une équipe de Wolfsburg dans l’obligation de résultat ce soir-là (3ème du groupe avant le match), les Servettiennes montrent d’emblée un visage conquérant, prompte à espérer l’exploit. Elles s’avèrent d’ailleurs séduisantes dans le jeu en tentant de développer des contre-attaques, mais qui aboutissent souvent à peu de concrétisations en témoignent un centre de Nakkach capté par la gardienne allemande Weiss (2e) ou encore les nombreuses relances imprécises à mi-terrain de la capitaine Lagonia. 

Loin des 12’000 spectateurs face à Chelsea, les quelques milliers présents en ce mercredi soir pluvieux constatent assez vite la différence de niveau physique entre une équipe pleinement professionnelle – 1ère de Bundesliga – et une autre qui compose avec des horaires arrangés. Il faudra une belle parade de Pereira – encore une fois excellente – pour repousser l’échéance à la 9ème minute, avant de voir la Portugaise capituler face à Bremer de la tête (12e). Heureusement, un hors-jeu est (justement) sifflé par l’arbitre de touche.

Servette est solide mais peine à imposer son jeu

Finalement, le premier but tombe quelques minutes plus tard pour Wolfsburg. À la 21ème minute, un mauvais rebond sur la jambe de Spälti amène le cuir aux cinq mètres. Justement positionnée, Wassmuth ne se fait pas prier et adresse un tir bien placé qui rebondit sur le poteau gauche. Longeant la ligne, Pereira se fait surprendre et, d’une faute de main, propulse le ballon dans son propre but. Dommage. Moment charnière de la rencontre, les Servettiennes peinent ensuite à se montrer dangereuses, laissant les Allemandes prendre le match à leur compte avec quelques incursions dangereuses près de la surface servettienne. Avant la mi-temps, Servette bénéficiera toutefois d’un premier corner (42e) qui sera repoussé proprement par la gardienne, avant de voir Nakkach envoyer une mine dans les travées de la tribune sud.

Après le thé (nécessaire avec ces températures glaciales), les joueuses d’Éric Séverac montrent un nouveau visage de battantes entre les bonnes idées de Maendly dans la gestion du jeu et les montées incessantes de Mendes sur son côté gauche. Mais c’est sans compter sur le talent de l’internationale Tabea Wassmuth qui dynamite son côté droit et qui met encore le doute dans les têtes des joueuses genevoises. Plus la partie avance, plus il semble impossible pour elles de perforer la défense bien regroupée de Wolfsburg. Et c’est à la 82ème que le coup de grâce surviendra avec une excellente incursion de la nouvelle entrante Knaak sur le côté gauche qui adresse une passe en retrait pour Roord qui ajuste Pereira au point de penalty. Il y eu tout de même ce coup franc bien placé de Maendly à la 86e pour espérer recoller au score, mais c’est trop imprécis pour inquiéter Weiss dans ses buts. Fleury donna un dernier frisson aux 3’249 spectateurs présents avec un tir de l’extérieur du pied gauche qui oblige la gardienne allemande à se déployer, mais c’est insuffisant : la redoutable Wassmuth, meilleure buteuse avec 6 buts, marque un dernier pion qui scelle le score à 0-3 pour les visiteuses. 

Un magnifique parcours à souligner

Avec seulement trois remplaçantes sur le banc, Servette FC Chênois Féminin ne jouait pas à armes égales face à une équipe de Wolfsburg au complet ce mercredi. Le déficit physique des Servetiennes et le niveau technique – inférieur à celui des Allemandes – auront montré tout le chemin à parcourir au club genevois s’il entend faire bonne figure au haut niveau européen. Malgré tout, les joueuses auront fait grandement honneur au mythique maillot Grenat sur ces cinq matchs joués en Champion’s League. Il en reste encore un contre la Juventus pour fêter ce beau parcours. Genève retiendra une équipe qui aura rendu fier des jeunes (et moins jeunes), avec comme point d’orgue les matchs contre Chelsea : la ferveur à domicile avec plus d’un tiers du Stade de Genève rempli, et leur remarquable performance (0-1) en terres londoniennes.  

Merci à elles, en espérant les revoir à ce niveau l’année prochaine! Elles le méritent. 

Photo de Simon Hutin pour Servettiens.ch

Servette FC Chênois Féminin – VfL Wolfsburg 0-2 (0-1)

Stade de Genève, 3’249 spectateurs

Buts: Pereira (csc, 21e), Roord (82e), Wassmuth (92e)

Servette FCCF : Pereira; Templin, Felber (76e Fleury), Spälti, Mendes ; Tufo (90e Grivaz), Maendly, Lagonia (c) (63e Guede); Padilla, Nakkach, Boho. Entraîneur: Eric Sévérac.

VfL Wolfsburg : Weiss ; Hendrich, Wedemeyer (88e Doorsoun-Khajeh), Janssen, Rauch ; Lattwein (88e Cordes), Roord ; Wassmuth, Huth (c) (59e Starke), Svana (59e Knaak) ; Bremer (72e Smits). Entraîneur : Tommy Stroot.

Avertissements: Maendly (79e)



En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR