Introduction 

Match comptant pour la 24e journée de championnat opposant le 3e et le 4e au classement et par la même occasion les meilleures défenses de Super League. Cela faisait 19 ans que les Grenat ne se sont plus revenu de Bâle avec le moindre point. Les Bâlois reviennent d’un déplacement contre l’Apoel Nicosie dans lequel ils sont allés s’imposer 0-3. Ils y ont, sans doute, laissé des forces et le club traverse actuellement une période compliquée, à Servette d’en profiter.

Système

Geiger devait composer avec le seul avant-centre disponible, Kone. Cognat, décalé sur le flanc gauche, c’est Tasar qui agis en tant qu’électron libre pour pallier l’absence de véritable meneur de jeu. On a d’ailleurs senti que Cognat était plus discret et moins à l’aise que lorsqu’il évolue dans l’axe. Cespedes, lui, garde sa place de titulaire.

Image tirée de transfermarkt.com

Analyse

C’est un match rythmé par des mi-temps dominées par une des équipes à la fois. En effet, si les Bâlois ont réussi à se montrer plus dangereux et à marquer 2 buts en 1ère mi-temps, ce sont les servettiens qui ont délivré une meilleure 2ème mi-temps en marquant 2 buts durant leurs temps fort. Au final, l’équipe qui à chercher à jouer s’est vu récompenser de ses efforts. Les statistiques de chaque mi-temps confirment cette tendance. La première mi-temps à gauche dominée par Bâle et la seconde à droite dominée par Servette.

Images tirées de sofascore.com

On aperçoit clairement que Servette a dominé en termes de tirs total (13 contre 4) et 60% de possession de balle. Une leçon à tirer de tout ça ? Sans doute que le football moderne récompense davantage l’équipe qui prend le plus de risque.

Image tirée de sofascore.com

Toutefois, les joueurs sont allés chercher ce point avec les tripes et la manière et c’est tout à leur honneur. On notera, tout de même, beaucoup de déchets techniques, car les Bâlois étaient très agressifs et proches du porteur de balle (151 pertes de balle). Xhaka et Ondoua à mi-terrain se sont délivré un match combatif et c’est les Grenat qui s’en tirent avec 60 duels gagnés contre 47 côté Bâlois. Bien que, Fabian Frei, en mauvais perdant qu’il est en disant: « Je ne sais pas comment on a fait pour ne pas gagner ce match, ils n’ont pas eu d’occasions » Servette n’a pas démérité et s’est même procuré plus d’occasions manquées (3) que son FCB (1). Le résultat, est, somme toute logique et les Grenat auraient même pu l’emporter avec un peu plus d’efficacité.

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial