Considéré à juste titre comme l’un des meilleurs défenseurs du championnat, si ce n’est le meilleur du pays depuis le début de la saison grâce à ses prestations abouties, Steve Rouiller connaît la meilleure période de sa carrière à presque 30 ans, lui qui a connu ses premiers pas dans le monde professionnel à 24 ans. Ses performances durant cette saison 2019-2020 sont telles que nombreux sont ceux qui pensent que le numéro quatre servettien peut postuler à une place en équipe nationale. Est-ce légitime ? Tentative de réponse.

Parcours

Nombreux étaient ceux qui se demandaient qui était ce défenseur né à Monthey qui signe au Servette FC le 13 juin 2018, certains doutant de sa capacité à pouvoir compenser le départ de Nathan. Pourtant, celui qui arrive du FC Lugano possède un CV assez solide, avec pas moins de 39 rencontres de Super League entre 2016 et 2018 sous le maillot bianconero et notamment une participation à l’Europa League en 2017-2018, avec trois rencontres disputées. Une belle revanche pour le joueur formé à Sion mais qui n’a jamais eu sa chance au sein du FC Constantin, qui a du faire ses preuves dans les divisions inférieures (Sion M-21 puis le FC Monthey) avant de pouvoir grappillé des minutes avec la première équipe. Malheureusement, pour des raison obscures, il se retrouvera encore écarté de l’effectif et se verra obligé de s’exiler au Tessin du côté de Chiasso. Deux saisons et 51 matches plus tard, il signe chez les pensionnaires du Cornaredo et vous connaissez la suite.

Un récapitulatif de la carrière de Steve Rouiller. (Source : sfl.ch)

Carrière Servettienne

Revenons à ce 13 juin 2018 : convaincu par le projet du Servette, Steve décide de reculer d’une division et de signer un nouveau contrat, Lugano ne le désirant plus au sein de son effectif. N’ayant aucune attache avec Genève, comme il l’a confié lors d’une interview à la Tribune de Genève en janvier, il va très bien s’adapter à l’effectif grenat, les supporters l’adoptent très vite et comme vous le savez, Servette ira chercher une promotion méritée et Steve y aura largement apporté sa contribution avec 35 matches, 2 buts et surtout 5 passes décisives (notamment dues à ses longues transversales), un très bon chiffre pour un défenseur. De plus, notre numéro 4 a su stabiliser une arrière-garde genevoise qui réalisa sa meilleure performance défensive (37 buts encaissés) depuis la relégation de 2013, la saison en Promotion League ne rentrant pas en compte. On peut dire que ce passage dans l’anti-chambre de l’élite aura fait du bien au Valaisan !

De retour dans l’élite, le natif de Troistorrents, de par son expérience en Super League, se sait attendu pour aider les Grenat à obtenir leur maintien et pour l’instant, après 23 rencontres, on peut affirmer que le père de deux garçons réalise une saison pleine ! En effet, selon le site spécialisé dans les statistiques Sofascore.com, il est le quatrième meilleur joueur de Super League avec une note de 7,30 qui fait de lui le défenseur le mieux noté du championnat ! Cette tendance se confirme en analysant de plus près certaines statistiques : avec 51 interceptions (2,3 par match), il est le troisième joueur dans le domaine derrière Vincent Sasso et Nathan. Sixième en terme de dégagement (87 soit 4 par rencontres), il est le leader en terme de tirs bloqués avec 24 frappes bloquées.

De plus, avec son compère de charnière, les deux centraux font mieux que la défense centrale en 2011-2012 avec 23 goals encaissés, là ou leurs prédécesseurs avaient déjà encaissés 34 buts après 23 rencontres. Afin de se rendre compte de l’exploit, il faut remonter à la saison… 1992/1993 pour voir une défense faire mieux après 23 matches (20 buts encaissés à l’époque). On peut noter aussi l’importance dans l’équipe de Steve Rouiller car depuis son retour dans l’élite à chaque fois que le numéro 4 était aligné, Servette carbure à 1,55 points par rencontre tandis que du côté du Cornaredo, la moyenne tombe à 1,43 points.

Trois sevettiens dans le top 10 mais c’est Rouiller qui a la meilleure note ! (Source : Sofascore.com)

Un avenir avec la Nati ?

Etant donné que la présence de Manuel Akanji, Nico Elvedi et Fabian Schär semble indispensable en équipe de Suisse, Steve Rouiller serait donc en concurrence avec le jeune espoir bâlois Eray Cömert, qui a connu les équipes nationales de jeunes contrairement au servettien. Avec une note de 6,96, le numéro 4 Rotblau est derrière le grenat dans ce domaine mais pas que dans celui-ci : malgré des statistiques de passes quasiment semblables et le même nombre de clean-sheets, soit 7, c’est le joueur du SFC qui mène la danse au niveau des duels gagnés (65% contre 54%) et des interception (2,3 contre 1,7). Malgré un nombre de tacles plus élevés (1,7 contre 1,5) et moins de pertes de balles (8,5 contre 12,2), le jeune bâlois de 22 ans est beaucoup plus indiscipliné que son concurrent direct (6 cartons jaunes soit le double de Rouiller) et commet beaucoup plus de fautes avec 1,2 par rencontre contre 0,7.

Dès lors, à la vue de ces statistiques, il n’est pas aussi impensable d’aborder le sujet Steve Rouiller sous le maillot de la Nati, et que tout comme son coéquipier Jérémy Frick, les deux genevois auraient pu prétendre à une place dans les 23 pour l’Euro en juin. Etant donné que le Championnat d’Europe est reporté à l’année prochaine, cela leur laisserait du temps de faire leurs preuves et ainsi dépasser leurs concurrents pour devenir les dignes successeurs de Vincent Rüfli, le dernier servettien appelé avec la Nati.

Sources des statistiques : Sofascore et Transfertmarkt

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial