Pardon, la Champions League vous dîtes ? Connaît pas… Ce mercredi 25 novembre, cela sera seulement le Servette et ce déplacement chez le FC Constantin avec un coup d’envoi programmé à 18h15 du côté de Tourbillon. Un derby à ne pas perdre absolument, de un pour l’honneur et de deux pour éviter un match de la peur samedi face à Lucerne.

Venger la der’ de Routis

Initialement prévu un mois auparavant, ce premier derby du Rhône a été reporté suite aux nombreux cas de Coronavirus au sein de l’effectif sédunois. Un report qui avait aussi été bénéfique pour les Grenat qui auraient été privés à ce moment-là de leur capitaine Anthony Sauthier et de leur dernier rempart Jérémy Frick, en grande forme et toujours dans la lancée de sa précédente saison. Les Grenat pourront donc compter sur leurs deux cadres pour cette rencontre mais seront très certainement ôtés de Stevanovic et Schalk qui, au vu du contexte sanitaire et de ses pépins physiques, ne pourra pas témoigner de tout l’amour qu’il a envers le public valaisan comme il l’avait effectué il y a treize mois. Au delà d’un éloignement de la zone rouge qu’obtiendrait le vainqueur en cas de succès, ce match serait l’occasion idéale pour les sédunois de remercier leurs rivaux genevois d’avoir fait dans le social en leur permettant de se maintenir lors de la dernière journée et accessoirement de gâcher la dernière du grand Christopher Routis avec Servette. De l’autre côté, ce sera aussi l’opportunité pour tout joueur du SFC, et notamment les nouveaux arrivés, de gagner des points dans le cœur des supporters en allant chatouiller les chevilles du traître Iapichino.

Mettre fin à une disette de 8 ans à Tourbillon

Le succès sédunois le 3 août dernier reste la seule opposition de la saison 2019-2020 durant laquelle il n’eut pas de partage des points, les trois autres ayant débouché sur des égalités (2 fois 1-1 ainsi qu’un 0-0). Dans une partie où il ne devrait pas y avoir flopée de buts, les deux plus mauvaises attaques ainsi que les deuxièmes et troisièmes défenses du pays s’affrontant, Servette tentera d’inverser une série négative d’un succès sur les neufs derniers derbys, cette dernière victoire étant celle du 22 mai 2013 à la Praille sur le score de 4-0, un score qui nous rappelle d’autres souvenirs. Il faut remonter jusqu’au 26 février 2012 pour trouver trace d’une dernière conquête genevoise dans le Valais : c’est Goran Karanovic qui ce jour-là catapulta le ballon dans le but de Vanins pour offrir une bouffée d’air frais dans un contexte extra-sportif compliqué. Une autre époque où Kouassi n’était pas encore considéré comme un traître et où Carlos Saleiro était encore officiellement considéré comme un joueur de football. Depuis, des choses ont changé sauf le goût toujours prononcé de CC dans le licenciement de coachs, ce serait donc l’occasion idéale de modifier la courbe.

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR