Jeudi soir, les Servettiens se déplacent à Zurich pour y affronter un Grasshopper en panne depuis quelques matchs.

En panne, avez-vous dit ? C’est en tout cas ce que démontrent les résultats des trois derniers matchs de GC : deux petites unités récoltées en trois rencontres. La panne se conjugue malheureusement aussi du côté de Servette. Les hommes d’Alain Geiger ont cumulé autant de points que leur adversaire du jour, depuis la reprise du championnat. Ils n’ont, par ailleurs, pas gagné un seul match durant le mois d’octobre dans le cadre de la Super League. Alors, une telle rencontre représente, pour ces deux équipes à la traine en ces temps automnaux, une possibilité pour se relancer.

Joindre le geste à la parole

Depuis maintenant quelques semaines, l’engouement concernant le Servette FC s’est radicalement terni au fil des matchs. Si la défaite face à Lugano était, dans un sens, assez représentative des faits de jeu, il faut avouer que les deux autres rencontres auraient pu basculer d’un côté comme de l’autre. C’est principalement là le problème en ce moment pour ces Grenats : l’instabilité. Ajouter à cela les déchets techniques et il devient alors difficile de remporter une rencontre. De plus, les statistiques ne jouent pas en la faveur du club de la cité de Calvin. En effet, les Genevois n’ont gagné seulement 20% de leurs matchs à l’extérieur, malgré leur défense solide.

Avec Crivelli, sans Rodelin ?

Le groupe se déplace avec 24 joueurs en forme de mini-stage. Ils enchaîneront, après le match de demain soir et un séjour dans la région zurichoise, par un autre voyage du côté de St-Gall. Crivelli fait partie de l’effectif mais ne devrait pas débuter la partie, tout comme Bedia, Behrami, Severin et Sawadogo. Rodelin est quant à lui encore incertain pour le match de dimanche.

Photos du dernier match (SFC- FC Bâle) par Simon Hutin:

Servettiens.ch

FREE
VIEW