Servette FC-FC Sion : Et c’est reparti !

Servette FC-FC Sion : Et c’est reparti !

La Tribune de Genève lançait officiellement en première page, les hostilités du match de jeudi. Quelques jours plus tard, Le Nouvelliste répliquait également par une subtile réponse dans un jeu bon enfant. Le ton est donné, le derby peut commencer.

Bonjour 2023

Le Servette FC retrouve, pour de bon cette fois-ci, le championnat de Super League. Le match de la semaine passée contre Winterthur, alors synonyme de reprise pour les hommes d’Alain Geiger, étant annulé, en raison des conditions météorologiques compliquées et d’une pelouse impraticable. Les Servettiens débutent alors leur deuxième partie de saison ce dimanche dans un derby romand qui s’annonce déjà tonitruant. 13’000 billets ont déjà trouvé preneurs, ne serait-ce pas là, un signe annonciateur d’une belle atmosphère de football ? Tous les ingrédients laissent à y penser.

Bien commencer et enchaîner ?

Si l’événement a commencé bien avant le premier coup de sifflet de l’arbitre et que les chambrages entre supporters se répandent un peu partout sur les réseaux sociaux, il en reste qu’il s’agit bien d’un match de football dont il est question. Et qui dit partie de football, dit assurément, trois points à récolter pour bien débuter ce deuxième tour. Le FC Sion version Fabio Celestini aura à cœur de se venger de sa défaite, lors de son premier match, il y a une semaine contre Lugano. Un FC Lugano, fidèle bête noire des Grenat, qui a devancé les Servettiens au classement de Super League. Les Bianconeri occupent provisoirement la deuxième place du championnat. Quant à la star italienne sédunoise, rien ne semble certain. Mario Balotelli a connu des hauts et des bas durant sa préparation hivernale, le voir débuter dans le onze serait alors une surprise. Du côté de Servette, le groupe se déplace avec la totalité de ses joueurs. On note notamment les retours de Crivelli et Bedia à la compétition.

FC Zürich – Servette FC : finir en beauté

FC Zürich – Servette FC : finir en beauté

Il est l’heure. L’heure du dernier match des Servettiens en 2022. Mais également l’heure de se déplacer en terres zurichoises, pour y affronter la lanterne rouge.

Héros d’une saison, bravaches celle d’après

Le FC Zürich arrachait son treizième titre de champion suisse la saison dernière. Depuis, les choses ont changé. Les départs de Wilfried Gnonto, Assan Ceesay, Ante Coric se sont avérés trop importants et nombreux pour pouvoir rivaliser avec les autres cadors du championnat suisse. Avec leur nouveau coach, en le nom de Bo Henriksen, ancien entraîneur du célèbre club danois le FC Midtjylland (un passage d’une année peu concluant par ailleurs), Zürich version 2.0 a montré « du mieux », notamment en allant chercher deux points contre Bâle et YB, ou encore trois points face à Sion. Alain Geiger et Cie sont prévenus, ces Zürichois savent déjouer les équipes en forme. Encore faut-il que l’adversaire le soit… en forme.

Sur quel pied dansons-nous ?

Lorsque nous nous attendons à une solide performance, les hommes d’Alain Geiger ont souvent tendance à nous décevoir, à l’image du match de Coupe Suisse mercredi passé face à Wohlen, où Jeremy Frick et Cie ont eu du mal à imposer leur jeu. En revanche, lorsque nous nous attendons à un match compliqué, les Genevois se montrent alors à la hauteur : le match nul face aux Bernois témoigne de la solide performance grenate. De ce constat, volontairement caricaturé, une question se pose : quel Servette FC se déplacera dimanche 13 novembre à 14h15 au Stade du Letzigrund ? Le conquérant ou le conquis ? Difficile à dire.

Et les chiffres, ils disent quoi ?

Le FC Zürich n’a jamais remporté un match à domicile ce premier tour en Super League. Une victoire contre Servette mettrait fin à cette série noire et serait sûrement considérée, par les supporters, comme un cadeau de Noël avant l’heure. En revanche, ce même Zürich affiche un visage en phase défensive intéressant. Depuis cinq matchs, ils ont aligné trois blanchissages. Du côté genevois, les attaquants trouvent match après match une certaine efficacité. En revanche, ce qu’ils faisaient leur force en début de saison, à savoir leur défense, n’est plus aujourd’hui aussi certaine. Et encore davantage à l’extérieur. En effet, les Servettiens concèdent trop de chances de but (1,93xGA). La deuxième pire défense évoluant à l’extérieur du championnat. Une défense qui pourrait noircir la fin de ce premier tour, pourtant bien mené. Rendez-vous dimanche.

Servette FC-BSC Young Boys: Le choc de la saison

Servette FC-BSC Young Boys: Le choc de la saison

La Coupe du monde au Qatar approche à grands pas. Il reste cependant, avant le grand rendez-vous footballistique de cette année, deux matchs de Super League aux Genevois pour continuer à accrocher le leader de Super League.

Entre le bon et le moins bon

Après avoir joué une mi-temps à 10 samedi face à Lugano, les hommes d’Alain Geiger accueillent le BSC Young Boys. Il restera alors, après cette rencontre, trois matchs dont deux de championnat pour décrocher un maximum de points. Et comme écrit ici depuis plusieurs semaines, le Servette FC est toujours en quête de régularité, malgré les récents résultats positifs.

Le retour de l’enfant du pays

7, c’est le nombre de points qui sépare les Servettiens des Bernois. Alors, le match de dimanche, au Stade de Genève à 14h15, apparaît comme un moyen de ne pas laisser échapper les leaders au classement. La venue d’YB coïncide également avec le retour d’un certain Kastriot Imeri, l’enfant du pays. Parti, on le rappelle, pour un plus gros challenge cet été, le natif genevois s’est récemment exprimé au micro de nos confrères journalistes. Il se dit « excité » de retrouver et affronter son ancienne équipe. Il faut dire que l’ancien joyau servettien a, gentiment mais sûrement, trouvé une place de titulaire dans la formation de Raphaël Wicky. Sur les deux derniers matchs, Imeri a respectivement joué 90 et 81e minutes. De quoi être optimiste pour une convocation dans la troupe de Murat Yakin… un peu moins pour le match de ce dimanche.

Un YB version XXL

La dernière fois que les Servettiens avaient affronté YB, le résultat s’était soldé par un sévère 3 à 0 : la première défaite genevoise de cette saison. La dernière défaite des Bernois remonte, quant à elle, au 4 septembre. Depuis, les hommes de Wicky ont cumulés 17 points sur les 7 derniers matchs. Dans le football, on appelle cela un « groupe qui vit bien ». De plus, ils ont marqué par 15 fois. Il ne faut alors pas être un grand savant pour comprendre à quel point battre ce YB serait de l’ordre d’une solide performance, si ce n’est de l’ordre d’un exploit. Le gros défi du week-end sera observé par plus de 10’000 spectateurs (solde à 15:00 ce vendredi) au Stade de Genève: un record d’affluence pourrait bien tomber ce dimanche. Et n’oublions pas : « c’est à la fin du bal qu’on paie les musiciens ».

Servette FC-FC Lugano : et maintenant ?

Servette FC-FC Lugano : et maintenant ?

« Les semaines s’enchaînent et ne se ressemblent pas pour le Servette FC », c’est plus au moins ce que j’écrivais ici, il y a plusieurs semaines auparavant, à propos des hommes d’Alain Geiger. Quelques jours plus tard, et après deux bonnes sorties contre Zürich et St-Gall, cette maxime se confirme. Mais avant cela, si vous le voulez, récapitulons.

Fin de la malédiction, Fofana s’illustre

Les Servettiens sortaient d’un match nul au début du mois d’octobre contre un FC Bâle, alors en plein doute. C’était le 16 octobre et les Grenat n’avaient, à cette date-là, pas encore gagné le moindre match en octobre. Compliqué lorsque l’on pointe à la deuxième place du classement de Super League, non ? Le déplacement en région Zurichoise, pour y affronter Grasshopper, puis dans le canton de St-Gall, pour se confronter aux hommes de Peter Zeidler, était alors l’occasion de mettre fin à la malédiction d’octobre. Une occasion saisie puisque les Genevois ont non seulement amassé quatre points sur six possibles, mais ont dans un même temps retrouvé leur efficacité offensive, délaissée depuis quelques matchs. La mention spéciale revient au joyau servettien Fofana, qui s’est illustré deux fois sur les quatre buts de la double confrontation.

Et maintenant ?

Les interrogations planent au-dessus de la citée de Calvin. Alain Geiger et Cie ont-ils retrouvé le brin de ferveur du début de championnat ? Pourront-ils confirmer lors de leurs prochains matchs ? A l’approche de la Coupe du Monde au Qatar, les Servettiens auront l’occasion de continuer à surfer sur une vague positive en essayant de chercher un « 9 sur 9 ». En effet, avant cette fameuse Coupe du monde, il reste trois matchs de championnat à la troupe de Frick pour maintenir la deuxième place et ne pas laisser YB s’échapper au classement. Cela commence ce week-end contre Lugano. Une équipe tessinoise qui avait battu le mois passé les Grenat 1 à 0 à domicile. Si les Luganais ont davantage de réussite à domicile, ils devront néanmoins se confronter à la meilleure défense suisse à domicile. Les Genevois n’octroient seulement 1,26  « expected goals against », soit « l’occasion de but concédée » à l’adversaire. En d’autres mots, un gros morceau attend les Bianconeris ce samedi à 20h30 au Stade de Genève.

Grasshopper Zürich-Servette FC : le match des équipes en panne

Grasshopper Zürich-Servette FC : le match des équipes en panne

Jeudi soir, les Servettiens se déplacent à Zurich pour y affronter un Grasshopper en panne depuis quelques matchs.

En panne, avez-vous dit ? C’est en tout cas ce que démontrent les résultats des trois derniers matchs de GC : deux petites unités récoltées en trois rencontres. La panne se conjugue malheureusement aussi du côté de Servette. Les hommes d’Alain Geiger ont cumulé autant de points que leur adversaire du jour, depuis la reprise du championnat. Ils n’ont, par ailleurs, pas gagné un seul match durant le mois d’octobre dans le cadre de la Super League. Alors, une telle rencontre représente, pour ces deux équipes à la traine en ces temps automnaux, une possibilité pour se relancer.

Joindre le geste à la parole

Depuis maintenant quelques semaines, l’engouement concernant le Servette FC s’est radicalement terni au fil des matchs. Si la défaite face à Lugano était, dans un sens, assez représentative des faits de jeu, il faut avouer que les deux autres rencontres auraient pu basculer d’un côté comme de l’autre. C’est principalement là le problème en ce moment pour ces Grenats : l’instabilité. Ajouter à cela les déchets techniques et il devient alors difficile de remporter une rencontre. De plus, les statistiques ne jouent pas en la faveur du club de la cité de Calvin. En effet, les Genevois n’ont gagné seulement 20% de leurs matchs à l’extérieur, malgré leur défense solide.

Avec Crivelli, sans Rodelin ?

Le groupe se déplace avec 24 joueurs en forme de mini-stage. Ils enchaîneront, après le match de demain soir et un séjour dans la région zurichoise, par un autre voyage du côté de St-Gall. Crivelli fait partie de l’effectif mais ne devrait pas débuter la partie, tout comme Bedia, Behrami, Severin et Sawadogo. Rodelin est quant à lui encore incertain pour le match de dimanche.

Photos du dernier match (SFC- FC Bâle) par Simon Hutin:

Servettiens.ch

FREE
VIEW