Comme lors du dernier match, Servette menait 2-0 à la mi-temps. Comme lors de la dernière venue à la Maladière, les neuneus avaient réduit le score rapidement au retour des vestiaires. Mais contrairement au 2-2 concédé en octobre dernier, les Grenat repartent avec les trois points, n’en déplaise à notre bon vieux Nuzz’ qui se gargarisait avant le match de l’invincibilité de sa pseudo-équipe face à notre club.

Mais tout ne fut pas facile, loin de là. Le premier but de la décennie en Suisse a posé les bases d’une rencontre ou Servette se contentait d’exploiter au maximum les occasions lors du premier acte puis de faire dans la gestion après l’heure du thé. Beaucoup trop dans la gestion même car malgré un avantage numérique dans la dernière demi-heure, on a été beaucoup plus proche d’un match nul qui, en toute objectivité, n’aurait pas été scandaleux. On pourra remercier Raphaël d’avoir réalisé une ”Sogbie” à la 88e minute (le karma fait bien les choses) et ainsi nous regarder, larmes aux yeux, prendre 16 points d’avance sur notre adversaire du soir.

Les notes

Jérémy Frick : 9

Après la grande muraille de Chine, la grande muraille de Frick ! Si le Servette FC est reparti avec la totalité, c’est très certainement en partie (même carrément on va le dire) grâce à lui. Des parades à en dégoûter les avants neuchâtelois qui, lorsque le portier originaire de Bellevue était battu, ont vendangé comme jamais.

Anthony Sauthier : 6,5

Très a l’aise lors des 45 première minutes, il a eu cependant beaucoup plus de difficultés lors des 45 dernières notamment dû à l’entrée de Seferi et au offensives pressentes des actuels barragistes.

Steve Rouiller : 7

Il déclarait à la presse cette semaine qu’il pensait secrètement à la Nati et le moins que l’on puisse dire, c’est que sa performance hier soir à la Maladière peut lui permettre encore de rêver. Sa longue ouverture lors de l’ouverture du score a fait basculer le match.

Vincent Sasso : 6,5

Une perte de balle qui heureusement pour nous n’a pas eu de fâcheuses conséquences à l’arrivée, Sinon, une performance correcte de sa part.

Dennis Iapichino : 6

En difficulté lors du premier acte, il s’est repris par la suite mais a été assez discret en globalité.

Gaël Ondoua : 6,5

Il ne s’est jamais laissé prendre au dépourvu par le milieu de terrain neuchâtelois. Bonne performance qui aurait pu être récompensée d’un superbe but.

Timothé Cognat : 6

Très présent à mi-terrain et dans les phases offensives mais malheureusement un petit peu trop de déchet.

Miroslav Stevanovic : 7

Deux assists pour le bosnien ce soir, qui peut être considéré (un peu moins que Frick tout de même) comme le match winner. Moins en réussite par la suite.

Varol Tasar : 6,5

Malgré son but, il a été moins percutant qu’à l’accoutumée car titularisé au poste du (pour l’instant) banni Wüthrich et aurait même pu perdre sa jambe lorsque le cinglé Kamber l’a descendu.

Jung-Bin Park : 5,5

Très volontaire ce soir mais extrêmement brouillon et gardant trop son ballon (14 pertes de balles). Pas étonnant qu’il ait été le premier à être remplacé.

Koro Koné : 6,5

Désormais dans l’histoire comme étant le 3e buteur le plus rapide de l’histoire de la Super League, il a fait son match en faisant valoir son rôle de pivot.

Boris Cespedes : Bonus

Entré comme stabilisateur du milieu de terrain, il s’est créer un bonne occasion détournée par Walthert.

Christopher Routis :

Une frappe repoussée par le dernier rempart de Xamax.

Ricardo Alves :

Trop peu de temps de jeu pour juger le nouveau numéro 22.

Le résumé de la rencontre :

0 0 vote
Article Rating
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x