Les récentes performances de l’équipe laissent penser qu’un changement majeur a eu lieu. Cette métamorphose a sans doute un nom : Dennis Iapichino.

Absent pendant un long moment la saison passée, il est revenu d’une longue blessure contre Saint Gall à domicile (défaite 1-2) dans lequel il s’est, d’ailleurs, fait annulé un but supposé hors-jeu. L’équipe a joué 10 matchs sans lui. Il a pu être aligné à 8 reprises durant le 1er tour. Servette a pu notamment marquer les esprits en infligeant des corrections aux 2 ténors du championnat (3-0 contre YB puis 2-0 contre Bâle). 

Des victoires qui ne sont pas venues de nulle part, l’équipe semble plus forte que jamais et Iapichino n’y est pas anodin. Geiger n’a d’ailleurs pas tardé de la titulariser dès son retour de blessure. Preuve qu’il lui porte une grande confiance et qu’il ne néglige pas l’importance de son joueur. Alors comment notre arrière gauche a pu impacter les performances de l’équipe afin de la rendre meilleure ? Tentons d’expliquer et d’analyser au moyen de statistiques clés.

Dennis Iapichino est doté d’innombrables qualités, mais avant tout, c’est un joueur bénéficiant d’une excellente qualité technique, clairement au-dessus de la moyenne et qui n’a rien à envier aux attaquants. Un latéral moderne qui sait aussi bien défendre qu’attaquer. Redoutable en 1 contre 1 que ce soit pour éliminer un adversaire ou pour récupérer la balle dans des duels.

https://servettefc.ch/images/igallery/resized/4701-4800/LAFjoieIAPICHINOb-4729-600-450-100.jpg
Chiffres selon sofascore.com
Statistiques selon sfl.ch

Cette qualité lui permet de réussir plus de 71 % de ses dribbles et de réussir plus de 72% de passes. Très peu de déchets dans son jeu et peu de perte de balle donc. Un défenseur doit avant toute chose savoir défendre. 61 % de duels remportés soit plus de la moitié des duels sont à l’avantage de l’Italo-Suisse. De même que l’équipe a bénéficié de 3 clean sheets en le comptant de ses rangs et n’a encaissé que 6 buts au total soit 0,75 but par match.

En comparant les 10 matchs sans Iapichino et les 8 matchs avec lui, le constat est frappant. En moins de matchs, il a su redonner vie au collectif de l’équipe que ce soit offensivement ou défensivement. Près du double de points par matchs en plus (1,1 vs 2). Si l’équipe avait aussi de la peine à se créer des occasions, il n’en ai plus avec lui. 3,6 tirs au but par match contre 5,5 avec. De plus, tactiquement, l’équipe avait une fâcheuse tendance à jouer davantage sur un côté ce qui déséquilibrait le jeu offensif. En effet, le côté droit de Sauthier et Stevanovic était beaucoup plus utilisé que le côté gauche de Goncalves et Tasar. Ce dernier avait donc peu d’occasions pour s’illustrer et les performances de l’équipe dépendaient plus du duo de droite. Les adversaires ont su contrer cet aspect ce qui a compliqué les affaires des Grenat.

Le retour de Iapichino a non seulement permis de rééquilibrer les mouvements offensifs, mais aussi vu l’émancipation de Tasar qui est devenu plus décisif et plus influent. Une entente qui se passe pour le mieux entre les deux joueurs. Le petit déclic qui lui a permis de se mettre en avant et de montrer l’étendue de son talent. Très peu médiatisé et n’ayant pas un poste majeur, il passe souvent aux oubliettes et n’est, à mon sens, pas assez mis en avant tant il est devenu un joueur décisif pour Servette.

Dans le jeu, il a apporté sa qualité technique que ce soit pour des passes ou pour éliminer des joueurs mais également montré son abnégation en défense. En bref, avec Iapichino l’équipe marque plus, encaisse moins, fait plus de points, tirs plus au but et par-dessus tout, il rend meilleurs ses coéquipiers. Il est sans doute le joueur qui a le plus impacté les dernières bonnes performances de l’équipe. Assez pour en faire un MVP n’est-ce pas ?

https://servettefc.ch/images/igallery/resized/4801-4900/LAFbut10joieTASAR2b-4803-800-600-100.jpg
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR