C’est fait! Le Servette FC Chênois Féminin a écarté une redoutable équipe de St-Gall, sur laquelle il faudra compter à l’avenir. Devant un millier de spectateurs et spectatrices, les Grenat se qualifient pour la grande finale du championnat d’AXA Women’s Super League!

Le rendez-vous du 2 juin prochain est pris pour l’équipe d’Éric Sévérac. Cette finale contre le grand rival, le FC Zürich, se jouera un vendredi soir, à 20h, au Kybunpark. Si le lieu est une juste récompense pour le FC St-Gall qui investit beaucoup dans sa section féminine, et le football féminin par conséquent, le jour et l’horaire de match est quant à lui ridicule. Il favorise, sans l’ombre d’un doute, les supporters zurichois qui n’auront qu’à rouler une heure après le travail pour voir leur équipe espérer gagner une nouvelle fois le championnat dans la formule des play-offs. Une hérésie, alors qu’un match aurait pu être programmé un samedi après-midi pour attirer plus de gens. Bref, une décision classique de Muri qui ne va pas raviver la flamme entre les Romands et les Alémaniques. 

Servette fait la différence en début de match

Pour revenir au match, cette demi-finale ne fût pas une partie de plaisir pour les Servettiennes. Alors oui, un match nul aura suffit. Mais il aura aussi suffit à faire peur les joueuses puisque St-Gall a pris l’ascendant après les deux premiers buts du Servette. Si on refait le match, c’est encore une fois les Genevoises qui ont fait la différence dans les trente premières minutes. Un classique cette saison, malgré l’absence de Padilla sur blessure. Tout a commencé par le but de la locale Tufo, qui élimine Böhi d’une frappe croisée suite à un excellent centre de Mendes (13e). Une dizaine de minutes plus tard, c’est au tour de Nakkach de maîtriser magnifiquement son tir pour doubler la mise (24e). Une frappe venue des seize mètres qui se loge en pleine lucarne gauche. Imparable.

Mais très rapidement, avec sa volonté de jouer de l’avant, St-Gall est revenu dans la partie. C’est 2-1 à la mi-temps, suite à l’excellent travail de Bachmann qui joue de la gardienne Pereira d’un lob magnifique dans la surface (37e). Sans compter la grosse chance de Baltimer une minute plus tard qui s’écrase sur la latte. Ouf. Dans les minutes qui suivent, à cheval entre les mi-temps, Servette aura tout tenté par Berti ou Nakkach avec des tirs sur la latte. En vain. C’est finalement Baltiner qui remet les compteurs à zéro en se jouant de Filipa, pas très à son affaire sur le marquage (55e).

Un penalty manqué sans conséquence

Durant le match, les choix tactiques d’Éric Sévérac auront toutefois permis à Servette de se remettre sur le chemin de la stabilité, notamment en densifiant le milieu par les entrées de Clémaron et de Serrano… tout en offrant des possibilités offensives avec l’arrivée de Bourma sur le terrain. La Française manquera toutefois le penalty de la « victoire » suite à une main provoquée par la puissante frappe de Nakkach, encore elle (79e). Pourtant pas mauvaise dans l’exercice, son raté n’aura pas de conséquences sur la qualification méritée des Grenat sur l’ensemble des deux matchs. 

Mais c’est l’occasion ici de tirer un grand coup de chapeau à St-Gall qui, finalement, se sera avéré l’adversaire le plus coriace de la saison pour les Grenat. C’est une équipe qui joue de manière décomplexée, qui tente offensivement. Il sera intéressant de voir la marge de progression de cette équipe, qui viendra concurrencer les mastodontes du championnat tels que le FC Zürich, GC et, dans une moindre mesure, le FC Bâle. Quant aux Grenat, elles ont une semaine pour se préparer pour l’affrontement final, celui qui permettra au club de glaner son premier doublé coupe-championnat. L’histoire est en marche!

Photos: Lucas Araujo

Le Onze Grenat : Pereira; Filipa, Spälti, Felber, Mendes (c); Nakkach, Mauron, Tufo (63e Serrano); Berti (90e+4 Muratovic), Sow (63e Clémaron), Saoud (76e Bourma). Entraîneur: Éric Sévérac.

Les Buteuses : Tufo (13e) et Nakkach (24e) pour Servette. Bachmann (37e) et Batliner (55e) pour St-Gall.