Une nouvelle défaite au Stade de Genève (2-0) samedi soir a scellé quasiment tous les espoirs du  Servette FC pour une place européenne. La débâcle de samedi est-elle un juste reflet de la rencontre ? 

Analyse :

Le Servette FC avait choisi de défendre en 4-1-4-1, et une fois la possession de balle obtenue se déployer en 4-3-3.

Lors de la phase de construction Saint-galloise

Phase de construction du SFC

Comme le démontre l’image, en phase défensive, Servette a choisi de ne pas presser leurs vis-à-vis et d’être plutôt passif. Les premiers efforts défensifs se montrent une fois que les Saint-Gallois arrivent sur la ligne médiane là où les joueurs genevois vont commencer à “agresser” le porteur de balle adverse. Pour souligner cette passivité dans les premiers mètres, le PPDA (Passes permises par action défensives) reflète le nombre de passes que l’adversaire peut effectuer dans sa zone défensive. Plus le nombre est bas, plus l’équipe en question a effectué un pressing intense et a permis peu de passes à son adversaire. Plus le nombre est haut, plus l’équipe en question a laissé son adversaire effectuer des passes dans sa zone défensive. Le nombre final obtenu est la moyenne calculée au cours du match qui sert à mesurer l’intensité d’un pressing) de Servette est de 9.27 selon Wyscout

Plan de jeu différent pour les hommes de Peter Zeidler, car comme nous démontre l’image ci-dessus ainsi que celles qui vont suivre, les Brodeurs n’hésitaient pas à venir chercher très haut les joueurs du Servette. Leur PPDA est donc logiquement inférieur à celui de servette affichant 7.31 selon Wyscout

Timothé Cognat encerclé de Saint-Gallois ainsi que tous les joueurs genevois dans leur propre camp.

Sur une passe en retrait de Miroslav Stevanović, deux Saint-Gallois prêts à presser Moritz Bauer.

En phase de construction, Servette inclus énormément Jérémy Frick à la relance, ce qui crée une supériorité numérique à la relance puisque le FCSG presse à deux attaquants. 

Frick balle au pied bien loin de sa cage.

Cependant, samedi, aucun joueur Servettien n’a eu le courage de tenter des passes progressives intéressantes. Sur les 427 passes (318 réussites) du SFC, il y en a eu 170 en avant (106 réussites), 54 en retrait (50 réussites) et 137 latéral (112 réussites). 

Passmap du match ainsi que les liens favorisés.

Comme on peut le constater, une majorité de ces passes ont été faites dans le camp servettien. De plus, un grand nombre des passes en avant ont été des passes courtes et très peu verticales.

Passmap avec uniquement les passes en avant du match et liens préférentiels.

Tout ceci plus un pressing intense des Saint-Gallois a eu pour effet que les hommes d’Alain Geiger ont peinés à sortir de leur moitié de terrain. 

En termes d’occasion, le Servette FC s’est montré guère mieux. Avec seulement 9 tirs (2 cadrés) le SFC n’a été capable que de générer une valeur de 0.53 en xG (Les buts attendus (xG) mesurent la qualité d’un tir en fonction de plusieurs variables telles que la qualité de la passe décisive, l’angle de tir, la position sur le terrain et la partie du corps utilisée pour tirer). L’addition des “expected goals” (buts attendus) donne une indication sur le nombre de buts qu’un joueur ou qu’une équipe aurait dû marquer. Compte tenu des tirs réalisés, la meilleure occasion est donc la “frappe” de Stevanović (valeur de 0.18xG) à la 66’ lors d’un duel avec le latéral gauche adverse Isaac Schmidt. 

Le FCSG, eux, ont terminé avec 13 tirs (7 cadrés) et ont atteint un totale de 0.56xG, trois unités plus hautes que celles des genevois. Les joueurs de Zeidler n’ont qu’une seule frappe excédant un xG de 0.10, et c’est le but de Christopher Lungoyi à la 88’ (0.17xG). Le but de Betim Fazliji ,lui, est un enchaînement d’exploit individuel entre la passe de Victor Ruiz, et sa puissante frappe de loin d’une valeur de 0.06xG. Le reste de leurs frappes ont été des frappes à bas score xG qui en les accumulant surpasse ceux des Servettiens.

Un des schémas récurent pour la création d’occasion du SFC a été mis sur la capacité de Chris Bedia à recevoir du jeu direct. Très souvent recherché sur balle aérienne, l’attaquant Ivoirien a pour rôle d’orienter les attaques. Quand il le fait bien, cela peut se montrer très dangereux.

Bauer cherche Bedia sur un long ballon.

Bedia choisi d’orienter sur Stévanović plutôt que Cognat qui arrivait lancé en face de lui.

Stevanović doit dévier sa course et est en plus hors-jeu.

Il y a d’autre cas où le buteur Africain choisira la bonne option…

Gaël Clichy va alerter Bedia.

Bedia va mettre son corps en opposition du défenseur et va décaler sur Imeri Kastriot.

Imeri va déclencher sa frappe (valeur de 0.16 en xG) que Lawrence Ati-Zigi arrêtera.

Pour optimiser au mieux cette tactique, pouvoir trouver un Bedia qui lui serait mieux entouré avec de multiples choix d’orientation de passe pourrait être une solution viable pour l’équipe Servettienne. Une autre solution serait de trouver un moyen d’améliorer le rendement de duel gagné dos au but que Bedia peut produire. 

Top :

Malgré un match qui a été plus ou moins difficile pour tous les acteurs genevois, David Douline a, selon moi, été le Servettien se démarquant le plus par ces compensations défensives malgré une forte pression mise par le FCSG. Il est également le joueur ayant effectué le plus de récup dans le match ainsi qu’avec le plus grand nombre de duel gagné comme le montre les tableaux ci-dessous.

Flop :

Pas de joueur ayant énormément dénoté, ils ont tous traversés des périodes avec du bien et du moins bien.

Servettiens.ch

FREE
VIEW