Les Grenat retrouvent le Stade de Genève pour la réception d’une équipe luganaise en pleine confiance. Sans repère, une pause bien longue, tels sont les interrogations que peuvent subsister dans un vestiaire genevois qui n’a pas encore pleinement exploité son potentiel de la saison passée. Réponse ce dimanche 22 Novembre ?

Un Servette en perte de vitesse

Ce dimanche 22 Novembre est signe de retour sur les terrains pour une équipe servetienne qui n’a plus foulée la pelouse d’un stade depuis la réception de Young Boys il y a de cela un peu plus d’un mois. Une météo plutôt clémente avec des températures encore chaudes amènent un certain optimisme sur le Stade de Genève. Cette même météo qui n’était pas au beau jour ces derniers temps, avec le report du derby face aux sédunois puis les cas de Covid de Sauthier et Frick ainsi que Geiger qui ont plongé le vestiaire genevois dans une pause forcée de deux semaines, entraînant ainsi deux reports en plus. Le classement est donc plutôt difficile à lire suite au peu de matchs effectués par le Servette FC qui est du nombre de quatre. Après un nul plutôt poussif (0-0) face au club de la capitale, c’est bien un vestiaire sans réel match, malgré un amical face au stade Lausanne-Ouchy (défaite 1-3), qui retrouve l’adrénaline de la compétition.

L’avantage des matchs internationaux

Cette trêve internationale, par rapport à la surcharge des grandes équipes européennes, aura au moins eu l’opportunité d’amener un avant-goût de dimanche pour les joueurs qui représentaient leur sélection. Ce fût par exemple le cas pour Kastriot Imeri qui revêtit la tunique rouge de la sélection helvétique lors de la victoire contre l’Azerbaïdjan (2-1) puis sur la pelouse du stade Malherbe de Caen. Entré à la 46ème minute, il inscrivit son premier but avec les M21, malgré une défaite sur le score de 3-1 face aux jeunes français.

Kiassumbua, pour sa part, permit à la République Démocratique du Congo de n’encaisser aucun goal lors de la double confrontation contre l’Angola  dans le cadre des qualifications à la CAN. Match nul 0-0 au Congo, puis victoire 1-0 en Angola. Boris Cespedes avec la Bolivie inscrivit également son premier but avec la « Verde » et Arial Mendy connut sa première convocation avec le Sénégal malgré aucune entrée en jeu.

Une équipe difficile à battre

L’équipe entraînée par Maurizio Jacobacci réussit une entrée en matière plus que remarquable. Actuel leaders du championnat, les Bianconeri ne souhaitent en aucun cas lâcher leur fauteuil de leader aux dépens du BSC Young Boys. Avec trois victoires et tout autant de nuls, c’est toujours l’équipe à battre en ce début de saison, les Brodeurs (1-0) ainsi que les Lausannois (1-0) en ont fait récemment les frais. Certes, leur jeu n’est loin d’être parfait, c’est plutôt leur opportunisme qui est leur marque de fabrique. En effet, on ne peut dire que c’est une équipe qui affiche des statistiques affolantes en termes de but marqué, leur victoire étant toujours d’un but d’écart. Cependant, comme dirait certains footeux, le plus important c’est les trois points et c’est bien ce credo qu’ils retiennent et leur permet de pointer en tête de Super League. Contrairement au Servette, ils n’ont loupé que la réception d’YB début novembre et sortent d’une victoire lors du dernier match de la Pontaise. Après avoir loupé l’inauguration de leur nouvelle patinoire lors d’une défaite face au GSHC, voici que Lausanne s’incline à nouveau pour les adieux de leur stade, une histoire de famille…

L’impuissance servetienne

16 février 2015, voici la date de la dernière victoire du club grenat sur le club tessinois. Lors de la saison passée, qui fêtait le retour des rencontres en Super League entre les deux clubs, les Servettiens n’ont jamais réussis à prendre l’ascendant sur les Bianconeri en s’inclinant à deux reprises sur la pelouse du mythique Cornaredo et en arrachant à chaque fois un point lors des deux confrontations à domicile. La dernière rencontre entre les deux équipes sur la pelouse du Stade de Genève remonte au 21 Juin, Alexander Gerndt ouvrit le score pour les Luganais dès la 21ème minute et lorsqu’on parle d’impuissance servetienne, ce sont bien les 62% de possession grenat et malgré 20 tirs, seulement 6 seront cadrés et c’est grâce à un contre-son-camp de l’arrière gauche Eloge Yao que le Servette FC égalisera et réussira à accrocher un maigre point sur leur pelouse. L’opportunisme tessinois était déjà en vigueur puisque leurs attaquants ne cadreront que deux tirs sur 10 et malgré cela inscriront un goal.

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR