Cette fois, ça y est : le mercato hivernal semble bel et bien terminé pour le Servette FC Chênois Féminin. Et au lieu de se tourner vers l’étranger, c’est outre-Sarine que le club a cette fois-ci débauché l’un des grands talents du football helvétique : Michèle Schnider.

En provenance du FC Lucerne où elle y a passé toute sa carrière depuis ses 17 ans, Schnider vient renforcer le milieu de terrain servettien. Elle signe un contrat jusqu’en 2024, gage d’une confiance énorme de la part du club pour une joueuse expérimentée dans le championnat suisse. Il faut relever que la jeune joueuse de 21 ans a déjà joué plus de 50 matchs dans l’élite du football suisse et qu’elle a même connu les joies de la sélection nationale en disputant une rencontre contre Malte il y a deux ans.  

Il est d’ailleurs rare de voir une joueuse suisse-allemande rejoindre le bout du Lac puisque l’une des dernières en date semblant être Amira Arfaoui qui joue désormais au Bayer Leverkusen. C’est une stratégie intéressante qu’opère donc le SFCCF à l’aube de 2022 et qui est à féliciter. Elle permet de poser les bases d’un club structurellement solide et capable de séduire au-delà du Röstigraben pour capter un nouvel horizon de joueuses, ce que ne propose pas l’équipe masculine par exemple.

Car il est vrai, les clubs suisses-allemands – en large majorité en AXA Women’s Super League – ont toujours été de très bon formateurs et pourvoyeurs de très bonnes joueuses. Ainsi, c’est tout un championnat et la Nati qui en sont bénéficiaires. Et bientôt Servette ? Richard Feuz abonde d’ailleurs dans ce sens à la suite de l’arrivée de la Lucernoise : « Il est important pour le club de pouvoir s’attacher les services des meilleures jeunes talents helvétiques. L’acquisition de Michèle Schnider renforce encore plus l’attrait de notre club en suisse alémanique. »

À l’inverse de Ortiz qui semble offrir une certaine vista offensive, l’internationale helvétique présente davantage un profil de récupératrice puisqu’elle est capable de jouer au sein de la défense. Cette polyvalence est la bienvenue au sein d’un Servette FCCF qui manquait parfois d’options pour composer son arrière-garde. Peut-être que cette arrivée permettra à certaines joueuses actuelles d’évoluer sur des postes plus variés, comme Tufo en défense ou Maendly en attaque.  

Photo : Instagram/ Just Pictures

Servettiens.ch

FREE
VIEW