6 ans que tout le peuple Grenat attend de pouvoir retourner à l’étable de Tourbillon. Ce samedi à 19 heures, les deux vieux ennemis de la Romandie vont s’affronter dans un match qui se doit d’être un électrochoc pour chacune des équipes. Bien que les consanguins comptent qu’un maigre retard de 4 points sur l’Europa League, ils restent sur 4 défaites consécutives, et pour la situation des Genevois je pense qu’on ne la connaît que trop bien.

La rencontre :

Des semaines que tous les supporters servettiens attendent ce déplacement qui est le seul à l’étranger de la saison et ils devraient être nombreux à régulariser leurs vaccins et envahir ce hameau que l’on appelle Sion. Dans une période délicate pour nos joueurs, ce match face à l’ennemi peut servir d’électrochoc et complètement relancer une équipe en manque de confiance depuis des semaines. Mais en face se trouvent les pantins de notre bon ami Constantin qui traversent eux aussi une période trouble. Cette rencontre de la 12e journée mérite son nom de match de la peur, car malgré tout ce qu’il se dit officiellement, Stéphane Henchoz et Alain Geiger sont quasiment sur la sellette. Malheur au vaincu de ce derby donc… Et puis ne serait-ce pas magnifique de voir notre basketteur inscrire un triplé face à ces paysans qui retourneront labourer leurs champs le lendemain à l’aube ?

L’adversaire :

L’équipe emmenée par Stéphane Henchoz (pour l’instant, car malgré les déclarations de CC, on sait qu’il est fan de pipeau) reste sur une série de 4 défaites consécutives face à St-Gall (1-2), à Berne face aux Young Boys (2-3) puis contre 2 équipes bien moins classées qu’eux, à savoir Lugano et Lucerne. Qu’il est loin le temps ou le FCS occupait pendant 24 heures la tête du championnat (ils pourront toujours l’inscrire dans leur maigre palmarès). Ce match sera donc peut-être l’occasion d’un électrochoc (surtout contre nous) mais bien évidemment ils continueront dans leur lancée actuelle, ce qui risque sûrement de coûter la place de maître de l’Aaraumontada. On ne le sait que trop bien mais être entraîneur sédunois ressemble à un CDD plutôt qu’a un CDI, avec pour preuve la très longue liste des coaches sous l’empire Constantin qui est comparable à celle du nombre de partenaires d’une nymphomane célibataire. Pour preuve, depuis la dernière venue des genevois dans le Valais, il y en a eu pas moins de 17, dont le président lui-même entre le 12 et le 21 août 2016. La stabilité et l’honneur sont donc absents du vocabulaire de ce peuple perdu dans leurs montagnes et qui verront ce samedi soir sur les coups de 21 heures une victime de plus du régime Constantin.

Le dernier match :

La dernière rencontre entre les clubs à Tourbillon s’est déroulée le samedi 30 mars 2013 devant 11’800 spectateurs. Supérieurs dans le jeu face à un FC Sion qui évoluait en 5-2-1-2, les Genevois alignés en 4-2-3-1 ont cédé à l’heure de jeu sur un but extraordinaire de Léo. Le Brésilien, qui n’avait pas encore marqué cette année-là en championnat, a réussi une “bicyclette” tout simplement parfaite pour battre un Barocca excellent ce soir-là. Mais seulement deux minutes plus tard, les Sédunois se retrouvent en infériorité numérique après le second avertissement écopé par Adailton. A dix contre onze les Sédunois n’ont pu préserver leur avantage et c’est De Azevedo à la 77ème qui permet aux genevois de revenir au score. Ce fût d’ailleurs une belle occasion de voir Gennaro Gattuso se faire virer un peu plus tard.

TOUS A SION CE SAMEDI POUR ALLER MONTRER AUX CONSANGUINS QUE LA REPUBLIQUE GENEVOISE EST BIEN DE RETOUR EN SUPER LEAGUE ! 

Article rédigé par Marc Schweizer.

Appelez-nous