Je promets la Promotion League, pardon la Champions League

Aujourd’hui, Servette est dans une situation stable et pérenne. Le club est cinquième de Super League, les dirigeants et le staff technique sont assez compétents et nous fournissent un travail de qualité, comme nous le montrent Gérrard Bonneau et Alain Geiger. Il fut d’un temps où ce n’était pas le cas, lors de la période sombre de Hugh Quennec.

Le magicien canadien avait donné une partie de la gestion sportive du club à un certain Piero Bobio, plus précisément dans un emploi fictif qui se nommait “Coordinateur sportif du Servette FC “. Son talent de recrutement avait réussi à ramener un joueur qui évoluait en huitième division italienne en test chez les Grenat. Le joueur en question était en surpoids et rencontrait des difficultés à jongler avec un ballon. Des sources internes du club ont fait état de crises de fou rire au centre d’entrainement des Evaux (non, non ce n’était pas ironique).

Le pire reste à venir. ” Le Jorge Mendes du pauvre” pensait obtenir un partenariat avec le club brésilien de Fluminense. Les supporteurs Servettiens se réjouissaient de voir de nouvelles pépites brésiliennes jouer au « Maracanã Hélvétique » plus connu sous le nom de Stade de Genève. Le Mendes Genevois prit l’avion pour le Brésil et à son arrivé, il remarqua que le partenariat n’était avec celui qu’il pensait mais avec une section amateur de la favela…

” J’ai passé de belles vacances au Brésil”

Hugh Quennec avait créé un deuxième « emploi fictif ». Il était pour “le Karius Thurgovien” Zuberbühler. L’ancien gardien de la Nati était en charge de la direction technique du club. Son bel accent Suisse-allemand doit la venue d’un joueur qui aura traumatisé le public de la Praille : un certain Rolland Muller, gardien titulaire de la redoutable équipe des Philippines ! Il aura réussi à commettre plus de boulettes et d’interventions de MMA que d’arrêts sur sa ligne de but. 

Le dernier « emploi fictif » était attribué à Julian Jekins, un mélange entre le physique de Léonardo Di Caprio et d’un certain Marc Roger. Il occupait le poste de directeur Général du club Grenat. On lui doit la venue de l’entraîneur Gallois Kevin Cooper. Dans une interview sur Léman Bleu fin décembre, l’ancien président Didier Fischer revenait sur un des moments les plus difficiles de sa présidence : « Je suis rentré dans les vestiaires de la mi-temps en Promotion League quand on perdait 2-0 contre Breitenrain, Cooper parlait mais personne ne comprenait l’anglais … »  

Le tout était orchestré par le grand connaisseur du foot Mr Hugh Quennec. Sans lui, nous n’aurions pas connu la folie de la Promtion League. Il nous aura fait découvrir, une direction et un entraîneur qui ne parlaient qu’Anglais (très utile pour la Challenge League), Un coordinateur sportif et un directeur technique qui avaient la même compétence professionnelle d’une personne au chômage depuis 65 ans. Cette période est désormais loin derrière nous grâce à l’excellent staff actuel du club, le temps des emplois fictifs au Servette est une époque révolue !

Nilasan George

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial