C’est la fin d’un parcours européen difficile, mais riche en enseignements qui s’est achevé hier à Turin. Face à la Juventus dans leur magnifique Allianz Stadium, les Servettiennes se sont inclinées 4-0. Elles auront mis toutes leurs forces dans la bataille, mais la marche semblait encore une fois trop haute pour espérer revenir à Genève avec la victoire.

Terminant dernières de leur groupe de Champion’s League avec six défaites, les joueuses de Séverac n’auront pas trouvé la faille contre les Italiennes à l’instar de tous les autres matchs joués durant cette phase de poules. Non, elles n’étaient pas tétanisées par l’enjeu. Non, elles n’étaient pas désintéressées de la cause car le maillot Grenat était magnifiquement représenté au-delà des frontières. En fait, le niveau de jeu était tout simplement au dessus puisque Chelsea, Wolfsburg et la Juventus bénéficient d’un cadre professionnel dans les moindres détails. Ce qui n’est pas encore le cas pour le Servette FC Chênois Féminin qui compose avec des infrastructures moindres et des joueuses conjuguant pour la plupart leur vie avec un autre métier. On sentait d’ailleurs les Grenat émoussées à la fin du match.

Avec un résultat de 4-0, il est évident que l’on court après le ballon. Il fut d’ailleurs très bien distribué par les Piémontaises, qui méritent amplement leur qualification en quart de finale. Pour arriver à ce résultat, il suffit de constater l’implacable : les Servettiennes étaient déjà menées 2-0 à la pause. Elles ont en effet subit les attaques à répétition du trio offensif  Bonansea-Girelli-Hurtig. C’est d’ailleurs cette dernière qui ouvre la marque à la 12ème minute déjà avec une splendide volée du droit au second poteau suite à un coup-franc joué rapidement laissant Padilla pantois et un centre millimétré de Bonansea. La gardienne servettienne Pereira ne peut absolument rien faire, tout comme deux minutes plus tard où Hurtig – seule – ne conclut pas après avoir été délaissée par une défense genevoise mal alignée.

La Juventus déploie son jeu

Ne commençant pas la partie aussi bien qu’elles l’avaient fait contre Wolfsburg il y a une semaine, les Genevoises se font surprendre à nouveau à la 20ème. Accrochée dans la surface par Felber qui manque complètement le ballon, Boattin provoque un penalty transformé par la vedette internationale Girelli (71 sélections, 40 buts). Se reprenant jusqu’à la pause, Servette propose une certaine solidité mentale pour ne pas craquer, bien qu’un coup-franc de Girelli toucha la transversale à la 34e. Elles repartiront au vestiaire avec un déficit finalement surmontable.

Il faut toutefois prendre en compte que la Juventus n’est pas un adversaire ordinaire de la Women Super League. La qualité de jeu prônée par l’entraîneur australien Joe Montemurro fait des émules, ce qui provoque un second penalty sévèrement sifflé à l’encontre de Soulard qui touche pourtant le cuir. On est à la 64ème minute, un moment charnière pour passer l’épaule et s’assurer une qualification sur le fil du rasoir face à Wolfsburg. Quant à Servette, l’équipe ne peut que constater les dégâts avec un tir extrêmement bien tiré par l’inusable Girelli. Le dernier but de la Juventus tombera finalement dans les arrêts de jeu, l’œuvre de Bonfantini rentrée en jeu quinze minutes plus tôt. Elle mystifie une défense passive, sûrement à bout de souffle, en passant deux joueuses et en adressant un tir précis dans le coin gauche de la cage Servettienne.

Coté Servettien, on retiendra quelques occasions franches, notamment de la part d’une active Nakkach (40e, 56e). Maendly (42e), Mendes (81e) ou Boho (92e) auront tenté également leur chance, mais ce ne fut pas cadré pour espérer faire douter la gardienne française Peyraud-Magnin.

Clap de fin en Champion’s League

Dans un match (presque) à sens unique, les joueuses du Servette FC Chênois Féminin n’auront pas démérité à Turin. Encore une fois, elles ont mouillé le maillot Grenat de façon exemplaire, comme lors de tous leurs autres matchs joués au Stade de Genève ou à Londres, Wolfsburg ou encore Glasgow. Les lettres de noblesses d’un Servette FC habitué aux coupes européennes sont revenues grâce à elles. Et elles seules.

Tout le mérite leur revient évidemment, mais soulignons aussi le travail extraordinaire du staff (entraîneurs, soins, administration) qui compose avec les moyens à disposition depuis plus de quatre ans maintenant… et ce bien loin de ceux des mastodontes affrontés ces dernières semaines.

Rappelons-le : en un temps record, ils ont repris une équipe de LNB pour la mener au championnat suisse et dans les plus beaux stades européens, face aux équipes les plus prestigieuses qui soient.

UN IMMENSE BRAVO ET MERCI !

Photo: Marc Schweizer, en direct de Turin

Juventus – Servette FC Chênois Féminin 4-0 (2-0)

Allianz Stadium

Buts: Hurtig (12e), Girelli (20e sp, 62e sp), Bonfantini (90e)

Servette Chênois: Pereira; Soulard (88e Guede), Felber (80e Templin), Spälti, Mendes (88e Bourma) ; Tufo (31e Fleury), Maendly, Lagonia (c) (80e Peiro); Padilla, Nakkach, Boho. Entraîneur: Eric Sévérac.

Juventus : Peyraud-Magnin; Lundorf (66e Hyyrynen), Lanzini, Salvail (c), Boattin (76e Nilden) ; Rosucci, Pedersen (80e Staskova), Caruso (66e Zamanlan) ; Bonansea, Girelli, Hurtig (76e Bonfantini). Entraîneur: Joe Montemurro

Avertissements: Maendly (34e), Mendes (65e), Soulard (65e)

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR