GC – Servette FCCF 0-0 : Rendez-vous dans une semaine

GC – Servette FCCF 0-0 : Rendez-vous dans une semaine

Pour ce dernier déplacement de cette formidable saison 2020-2021, les Servettiennes se rendaient dans la banlieue zurichoise pour y défier Grasshopper. Avec une équipe largement remaniée, les Grenat n’ont pu faire mieux que 0-0 mais auraient pu repartir avec la victoire dans les dernières minutes.

Accueillies par la traditionnelle haie d’honneur au champion, les Genevoises entrent au petit trot dans la partie, certainement dû aux nombreux changements effectués dans le onze par Eric Sévérac, avec par exemple la première titularisation cette saison de Laura Droz. C’est d’ailleurs l’ancienne Nancéenne qui va être impliquée dans la seule grosse occasion des 45 premières minutes, en s’interposant avec brio face à Csillag qui n’avait plus qu’à conclure, elle qui était littéralement seule face au but après avoir profité d’une perte de balle de Di Pasquale. Un première période bien pauvre des deux côtés niveau occasions.

La haie d’honneur réservées aux Servettiennes

La deuxième période sera plus productive en nombre d’occasions et Droz devra intervenir plus d’une fois durant les 45 dernières minutes. En attaque, on met enfin une première fois le nez à la fenêtre avec une frappe de Padilla à la 52e minute. Mises au défi physiquement par les sauterelles, les championnes ne vont pas céder psychologiquement et vont avoir deux grosses occasions de prendre les trois points dans les dernières minutes : la première à la 85e sur une frappe lointaine de Duclos qui tape la barre transversale puis à la 92e minute lorsque Thaïs Hurni, montée aux avant-postes, touche également la latte. Derrière, Padilla manque totalement son affaire en ne cadrant pas sa tête. Score final 0-0, circulez et rendez-vous dans un semaine pour la remise du trophée face au FC Bâle.

Grasshopper Club Zürich – Servette FC Chênois Féminin 0-0

GC/Campus

Grasshopper : Furrer – Glanzmann, Walker (cap.), Rauber – Hofer (59e Krisztin) – Brülhart (74e Blöchlinger), Ljustina, Hubler (79e Markovic), Steinmann – Müller, Csillag. Entraîneur : Sascha Müller.

Servette FCCF : Droz – Di Pasquale, Abbé (9e Revelli), Laaroussi (63e Peiro), Spälti – Voirol (63e Hurni), Dumauthioz (63e Gillioz), Duclos (cap.), Soulard – Arfaoui – Padilla. Entraîneur : Eric Sévérac.

Avertissements : 45e Laaroussi, 47e Duclos, 53e Hofer, 57e Padilla, 82e Peiro.

GC Frauen – Servette FCCF : faire honneur au titre

GC Frauen – Servette FCCF : faire honneur au titre

A peine ont-elles eu le temps de célébrer leur titre de championnes que les Servettiennes vont devoir remettre le bleu de travail et prendre la route vers le GC-Campus pour y défier Grasshopper samedi à 18h pour cette première rencontre dans la peau de champion.

Préparer l’avenir

Au milieu de cris de joies ainsi que des douches de champagne, il y a une nouvelle qui n’a seulement été relayée que le lendemain : l’expérimentée Caroline Abbé venait d’annoncer son intention de raccrocher les crampons et il se murmure également que la capitaine Maeva Sarrasin pourrait prendre le même chemin. Cette rencontre dans la campagne zurichoise sera l’occasion idéale pour Eric Sévérac de donner un temps de jeu plus important aux jeunes afin de préparer la saison prochaine, une saison 2021-2022 où Servette-Chênois sera encore plus attendu, statut de tenant du titre oblige, mais tout d’abord, il faudra confirmer en allant gagner à GC.

Des sauterelles avec un podium dans le viseur

Du côté Zurichois, on joue de façon relâchée depuis quelques semaines, la place de barragiste étant promise depuis presque le début de l’exercice à Lugano. Néanmoins, le club tout juste promu en Super League chez les garçons a tout de même l’occasion de se battre pour une place sur la troisième marche du podium, YB-Frauen ne se trouvant que trois unités devant. Elles devront se battre avec le FC Bâle qui possède le même nombre de points mais les Zurichoises peuvent avoir confiance en elles.

En effet, sur les 13 rencontres de championnat disputées depuis le début de l’année civile, Grasshopper n’a connu la défaite qu’à deux reprises : la première le 13 mars dans le derby de la Limmat (6-0) et la dernière le 28 mars face à… Servette ! Depuis janvier, GC a réussi à accrocher le quatuor de tête et s’est même hissé jusqu’en demies de la coupe, seulement défait par son rival du FCZ. Les joueuses de Sascha Müller auront par ailleurs certainement en tête la dernière venue des Genevoises qui avaient concédé le nul 0-0 le 7 novembre dernier.

Servette FCCF – YB Frauen 2-0 : Championnes ma sœur !

Servette FCCF – YB Frauen 2-0 : Championnes ma sœur !

ELLES L’ONT FAIT ! Alors qu’il ne leur fallait qu’un match nul, Zurich-Frauen partageant les points avec Bâle au même moment, les Servettiennes n’ont pas fait de détail et s’imposent sur le score de deux à zéro, s’assurant officiellement le premier titre de champion suisse du SFCCF. Bravo Mesdames !

Sur la pelouse du Stade de Genève, lieu idéal pour célébrer un titre promis depuis des semaines, les Grenat s’en vont directement à l’abordage dès le coup d’envoi. C’est Marta Peiro qui débute l’animation du match avec une première opportunité à la troisième minute puis en trouvant le poteau de la tête cinq minutes plus tard. On aura une troisième fois l’occasion de voir le score être ouvert mais Saskia Bürki est vigilante sur le coup franc de Maendly à la 13e. Largement dominées dans ce début de match, les Bernoises vont tout de même se mettre en évidence pour obliger Thalmann à s’employer sur une frappe de Frey. Cela va entraîner l’ouverture du score pour les Genevoises à la 33e : sur un long ballon de Peiro chercher à doubler la mise dès l’entame des 45 dernière , Salm joue le ballon de la tête mais trompe sa propre gardienne et lance la première étape vers le titre pour le Servette FCCF qui mène logiquement à la mi-temps.

Les futures championnes vont tout de suite chercher à se mettre à l’abri à l’entame des 45 dernières minutes mais la capitaine Sarrasin va manquer son face-à-face contre Bürki à la septième minute de cette deuxième période. Un autre duel sera remporté par une gardienne, cette fois-ci avec Thalmann qui s’interpose brillamment devant Strode à l’heure de jeu qui avait une chance en or d’égaliser. Les 100 privilégiés n’auront plus rien à se mettre sous la dent jusqu’à la 81e et le but du break de Léonie Fleury qui profite d’une nouvelle erreur de la défense d’YB pour inscrire son 14e but de la saison. L’issue du match et du championnat sont scellées même si Arfaoui, d’une tentative lointaine qui termine sur le poteau, et Padilla, qui profita presque d’une mauvaise relance de Bürki, auraient pu augmenter l’écart. La joie des joueuses au coup de sifflet final est à la hauteur de l’exploit : un premier titre pour la section féminine et le premier titre en LNA Féminine depuis 43 ans pour un club romand. Chapeau mesdemoiselles !

Servette FC Chênois Féminin – BSC YB-Frauen 2-0 (1-0)

Stade de Genève, 100 spectateurs. Arbitre : M. Aebi.

Buts : 33e Salm (CSC) 1-0, 82e Fleury 2-0.

Servette FC Chênois Féminin : Thalmann – Revelli, Gillioz, Hurni, Spälti – Serrano (77e Fleury), Maendly – Sarrasin (cap.) (77e Padilla), Lagonia (90e Dumauthioz), Soulard (90e Duclos) – Peiro (64e Arfaoui). Entraîneur : Eric Sévérac.

BSC YB-Frauen : Bürki – Schmid, Salm, Frey – Suter (84e Guede), Stöckli (60e Schreus), da Eira, Widmer (cap.), Bachmann (60e Neuhaus) – Wäber (77e Jost), Strode. Entraîneur : Charles Grütter.

Avertissements : 24e Revelli, 53e Schmid, 62e Faug-Porret.

Les réactions de Thaïs Hurni et Eric Sévérac après l’officialisation du titre

La galerie photo de cette rencontre historique

Servette FCCF – YB Frauen : La consécration est proche

Servette FCCF – YB Frauen : La consécration est proche

Ce mercredi 19 mai 2021, au coup d’envoi qui sera sifflé à 20h au Stade de Genève, les Servettiennes ne seront plus qu’à 90 minutes d’un potentiel premier titre de champion suisse de leur histoire. En cas de succès face aux Bernoises, elles seront assurées de remporter ce titre indépendamment des résultats des autres équipes.

Une première balle de match

C’est donc sur cette cinquième et dernière confrontation face au club de la capitale que le Servette FC Chênois Féminin peut accomplir le travail de toute une saison s’il l’emporte une quatrième fois cette saison face au troisième de l’AXA Women’s Super League. Trois ans et demi après avoir fait parler d’elle en éliminant à la Praille en Coupe de Suisse cette même équipe bernoise, composée à l’époque d’Alisha Lehmann et de la regrettée Florijana Ismaili, la troupe d’Éric Séverac aura une nouvelle chance d’écrire l’histoire dans ce même écrin en décrochant un titre qui viendrait récompenser deux ans de travail.

Néanmoins, il serait très présomptueux de penser que cette première couronne se trouve déjà sur la tête des Servettiennes. En effet, les jaunes et noires ne viendront pas la fleur au fusil car elles ont un troisième rang à défendre et disposent de quatre unités d’avance sur leurs poursuivantes bâloises. De plus, elles ont déjà donné du fil à retordre aux Genevoises, comme en témoignent les deux succès arrachés par les Grenat dans les arrêts de jeu (1-0 le 26 août 2020 et 3-2 le 24 mars dernier au Wankdorf) et le nul 2-2 concédé le 21 novembre 2020. Pour finir, les joueuses de Charles Wyler disposent dans leurs rangs de Stéfanie da Eira, meilleure buteuse du championnat avec 20 buts. Nul doute que l’internationale portugaise voudra améliorer son total ce mercredi sur la pelouse du Stade de Genève.

Focus sur Tatiana Dumauthioz

Cette semaine, nous avons interviewé la jeune milieu vaudoise de bientôt 19 ans, Tatiana Dumauthioz. Tout commença pour elle à l’âge de 8 ans lorsqu’elle intégra le club de son village, le FC Echandens, composé principalement de garçons. A partir des M12 elle intègre le Team Vaud, avec qui elle effectuera toutes ses classes jusqu’à atteindre les M19, avant de rejoindre en janvier 2019 les M17 du Servette FC Chênois Féminin. Dès le mois d’avril 2019, elle commence à s’entraîner une fois par semaine avec l’équipe première mais tout en continuant d’évoluer les jours de matchs avec les juniors. C’est vers la fin de la saison qu’elle prend réellement ses marques en grappillant quelques minutes de jeu et c’est donc naturellement que le coach Éric Séverac l’incorpore pleinement au projet servettien en Ligue Nationale A. Malgré son jeune âge, elle s’intègre rapidement au groupe et peut ainsi profiter pleinement de l’expérience de certaines joueuses comme Thalmann, Abbé ou Maendly.

” On peut beaucoup apprendre d’elles”

Cette saison, elle découvre les joies de l’Europe lors du match aller de 16ème de finales contre l’Atlético de Madrid au Stade de Genève même si elle reste sur le banc. Comme elle nous le dit : « Représenter le club pour la 1ère fois dans cette compétition, c’est vraiment quelque chose d’incroyable mais il ne faut juste pas se mettre la pression et profiter du moment ». En effet, à seulement 18 ans, le plus important est toujours de se faire plaisir et surtout d’emmagasiner toute l’expérience possible avant de retrouver la saison prochaine à nouveau la Champions League. Suite à une blessure en juillet, elle dut prendre son mal en patience lors de la rééducation, mais petit à petit elle retrouve du temps de jeu et comme elle l’affirme : « Il faut que je continue à travailler et je sais qu’à un moment mon tour viendra et que j’aurai de plus en plus de temps de jeu » et c’est bien tout ce qu’on lui espère. Mais surtout avant de se pencher sur la saison prochaine, à quelques jours de son 19ème anniversaire, elle sera présente mercredi afin d’affronter les BSC Young Boys Frauen et en cas de victoire ce soir-là soulever le premier titre de sa jeune carrière.

“Une certaine excitation mais on reste concentrées”

Le peuple grenat se doit d’être mercredi dès 20 heures devant le match afin d’encourager Tatiana Dumauthioz et son équipe dans cette rencontre qui s’annonce plus que capitale. Allez Servette, faîtes-nous rêver !

FC Lugano – Servette FCCF 0-4 : si proches du but

FC Lugano – Servette FCCF 0-4 : si proches du but

Trois points, trois tout petits points : c’est ce qu’il manque au Servette FC Chênois Féminin pour décrocher le graal national sur les trois dernières rencontres de la saison. Les Grenat se sont donc mis en position idéale pour le titre en allant s’imposer 4 buts à 0 à Lugano.

Privées de leur pièce maîtresse défensive Caroline Abbé (blessée) et malgré une première petite opportunité de Léonie Fleury dans les premières secondes, les Genevoises sont directement mises sous pression par les Luganaises qui se procurent deux grosses occasions par Andreoli à la quatrième minute et Carp à la huitième mais Thalmann veille au grain pour garder sa cage inviolée. Ces deux avertissements vont lancer les Servettiennes qui ouvrent le score à la dixième minute de jeu : lancée par Maendly, Sarrasin déboule sur l’aile droite et sert en retrait Lagonia qui score son sixième but de la saison avec l’aide du poteau. On retrouve les deux dernières protagonistes à la 21e avec la Canadienne qui voit sa frappe trop écrasée être mal repoussée par Palmiero, ce qui profite à la capitaine Sarrasin qui reprend et inscrit son 14e but de la saison, dépassant par la même occasion la meilleure buteuse du club cette saison devant Léonie Fleury.

Les leaders de Women’s Super League auront encore des occasions d’aggraver la marque avant la pause mais ne mettront pas vraiment en danger la gardienne adverse. En seconde période, Manon Revelli ainsi que Natalia Padilla font chauffer les gants de Palmiero qui sort deux tentatives en corner mais c’est Arfaoui qui aura l’occasion en or à la 64e en se présentant seule face au dernier rempart pour au final rater son lob. Elle se rattrapera sept minutes plus tard où malgré une course de 60 mètres, elle a la lucidité de glisser à Peiro qui fusille Palmiero pour son treizième but de la saison. On retrouvera une nouvelle fois l’ancienne bâloise à la 91e lorsqu’elle transmet le cuir à Soulard, cette dernière centrant pour trouver Manon Revelli qui seule face au but ne trouve que le poteau. Heureusement, Natalia Padilla est en embuscade pour pousser tout tranquillement le ballon au fond des filets.

Face à un FC Lugano qui n’aura fait intervenir Gaëlle Thalmann qu’à une seule reprise en seconde période, Servette-Chênois prenait les trois points et mettait la pression sur Zurich qui ne devait pas s’incliner face à YB, sous peine d’offrir officiellement le titre aux Servettiennes. Le FCZ n’a pas fait dans la dentelle et a étrillé 6-2 les Bernoises pour offrir l’occasion au SFCCF d’être sacré mercredi soir sur la pelouse du Stade de Genève face à ce même YB. En cas de succès, les Servettiennes pourront sabrer le champagne !

FC Lugano Femminile – Servette FC Chênois Féminin 0-4 (0-2)

Stadio Comunale Cornaredo, 20 spectateurs.

Buts : 10e Lagonia 0-1, 21e Sarrasin 0-2, 71e Peiro 0-3, 92e Padilla 0-4.

FC Lugano Femminile : Palmiero – Suter, Tonelli (cap.), Andersson, Verissimo, Vigano (57e Bytyqi) – Petrova, Marolt, Petkova (89e De Marchi) – Carp, Andreoli. Entraîneur : Andrea Antonelli.

Servette FC Chênois Féminin : Thalmann – Revelli, Gillioz, Hurni, Spälti – Serrano (76e Di Pasquale), Maendly (57e Soulard) – Sarrasin (cap.) (57e Padilla), Lagonia (76e Duclos), Fleury (57e Arfaoui) – Peiro. Entraîneur : Eric Sévérac.

Avertissement : 69e Serrano.

FC Lugano Femminile- Servette FCCF : Plus que 4 matchs

FC Lugano Femminile- Servette FCCF : Plus que 4 matchs

A seulement quatre journées de la fin, Servette est dans la dernière ligne droite pour course au titre. Avec toujours sept points d’avance sur les Zurichoises, chaque point compte et c’est au sein de l’enceinte de la lanterne rouge qu’elles devront aller arracher trois nouveaux points lors d’une rencontre agencée au samedi 15 Mai à 13 heures.

Un Lugano déjà condamné

Alors que les Luganaises se savent déjà condamnées aux barrages pour éviter la descente en LNB, l’AXA Women’s Super League passant à 10 équipes la saison prochaine, elles n’ont malgré tout pas abdiqué et comptent bien se défendre jusqu’à la fin de la saison. En effet, elles n’ont obtenu que deux victoires depuis le début de la saison en 24 matchs et celles-ci sont survenues lors de leurs cinq dernières rencontres. La première survint le samedi 27 Mars lors de la réception du FC Bâle sur le score de 2-1 et ce alors que la réduction bâloise arriva en toute fin de partie sur penalty (95ème). La seconde fût obtenue il y a deux semaines, le 1er mai, avec la venue cette fois-ci du FC Lucerne à nouveau sur le score de 2-1.

Malgré trois défaites sur leurs cinq derniers matchs, elles ont malgré tout obtenu six points qui seront vains et on voit que la combativité luganaise est bien présente surtout à domicile. Léger avantage alors pour elles ? De plus, malgré son statut de relégable, les équipes adverse n’arrivent pas à s’imposer aussi facilement que ça, les défaites tessinoises se jouant toujours à un but d’écart. La performance genevoise à Marignac de 11-0 risque d’être difficile à rééditer. Bien que le Servette FCCF reste sur trois victoires cette saison face au club tessinois dont un 0-4 au Cornaredo sur des réalisations de Maendly, Lagonia, Sarrasin puis Jakupi à la 92ème, il faudra malgré tout se méfier des  Bianconeri qui ont menées la vie dure au FCZ chez elles 2-1 la semaine dernière.

Focus sur Marie Duclos

Cette semaine nous avons eu la chance de pouvoir interviewer notre milieu française qui porte fièrement ce numéro 10, Marie Duclos. Alors qu’elle commence le football à l’âge de 7 ans, elle intègre à l’âge de 12 ans le FC Cournon d’Auvergne au sein d’une équipe de garçons qui évolue alors au niveau régional. Tout s’enchaîne très vite pour elle et la voici trois saisons plus tard au Pôle Espoir féminin à Lyon. Cependant, le changement fût assez brutal entre l’éloignement familial et l’enchaînement quotidien des entraînements, comme elle nous l’explique : « C’était vraiment du très haut niveau, beaucoup d’exigences donc la première année était très difficile pour moi mais sinon ça s’est plutôt bien passé ». En dehors du pôle, elle évoluait au sein de l’AS Saint-Etienne et c’est à l’âge de 17 ans qu’elle commence à s’entraîner quelques fois avec le groupe de l’équipe première puis deux ans plus tard elle fait ses premiers matchs amicaux puis rencontres officielles.

” Saint-Etienne ? J’y ai vécu de magnifiques années”

En 2016, Marie Duclos déménage en Suisse à Genève et suite à un sondage auprès des clubs, son choix s’est alors porté sur Chênois comme elle nous le dit : « On m’a parlé de l’ambiance à Chênois et j’ai donc écrit gentiment au coach de l’équipe et ça s’est fait de manière très naturelle ». Elle commença alors avec la deuxième équipe afin de « ne pas trop s’imposer » puis après sur demande du coach, elle s’en alla renforcer la première qui jouait alors le maintien. C’est donc un énorme chemin que fît Marie Duclos entre l’équipe B, une opération de maintien ensuite avec la première qui était alors à 11 points de la barre pour arriver finalement sur les terrains de la Champions League et une course au titre. Malgré une absence cette saison de sa part sur les terrains, elle retrouve gentiment le groupe ce qui lui permet de grappiller du temps de jeu comme ce fût le cas par exemple il y a deux semaines contre Saint-Gall, match lors duquel elle est entrée à la 75ème minute. Comme elle nous l’explique : « J’ai toujours essayé de maintenir le même niveau après il y a des filles qui ont un niveau très élevé donc je me dis que c’est normal que je sois mise un peu de côté », un beau message de philosophie de sa part et qui montre bien le bel état d’esprit qui règne ans le vestiaire.

“Une fusion qui a amené la mise en valeur pour le football féminin”

En dehors du gazon vert, la française de 25 ans suit actuellement un Master en droit à l’université de Neuchâtel auquel elle attache beaucoup d’importance : « Cela m’a valu quelques fois de moins m’investir dans le football mais bon j’ai toujours eu cette philosophie ». Un état d’esprit que se comprend totalement, lorsque l’on sait que malheureusement il est encore bien difficile de nos jours pour une joueuse d’être professionnelle et il est donc normal de s’investir à côté afin de garder une bouée de sauvetage. Son Master étant bientôt fini, elle continuera malgré tout son cursus en rejoignant  l’école d’avocature sur Genève.

On se réjouit donc de retrouver Marie Duclos et le Servette FC Chênois Féminin ce samedi à 13 heures en direct sur notre site afin de les encourager dans leur course au titre. Oui le foot ! 

Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR