Commençons ce billet d’humeur par un coup de gueule mixé à un tout petit cours d’histoire.


Le 20 mars 1890 naquit le Football-club de la Servette, qui ne pratiquait alors que le football-rugby au Pré-Wendt. Dix ans plus tard, le 17 janvier 1900, le président fraichement élu René Schwob décidera de changer le nom du club en Servette Football Club.

En 1905 sera créée la section hockey sur glace du Servette FC, qui ne deviendra le Genève-Servette HC qu’en 1963 suite à la fusion entre les sections hockey sur glace du Servette et d’UGS.

119 ans de Servette FC, 56 ans de Genève-Servette, mais des journalistes arrivent encore et toujours à nous appeler FC Servette, Servette de Genève… Dernier exemple en date : la RTS qui annonce le match de coupe FC Echallens Région – Genève Servette du 17 août. Des journalistes suisses, parlant du 3e club le plus titré du pays, donc.

Nous sommes le SERVETTE FC.

Merci.

Rihanna vs Lolo et Mimi

Le match maintenant. Commencer par Berne, enchaîner contre Sion, puis Lucerne… C’est un peu comme sortir avec Rihanna, se quitter en bons termes, et enchainer avec Mimi Mathy et Laurence Boccolini. C’est désormais notre quotidien et c’est toujours mieux que de n’avoir que des Mimi et des Laurence dans sa classe.

Dimanche 4 août, 16h, 30 degrés, FC Lucerne. Tout supporter Grenat comprendra vite que ce ne sera pas le match avec la plus grosse affluence de la saison. La Tribune Nord aura malgré tout, et n’en déplaise à Laurent Favre – chef de la rubrique Sport du Temps -, été bien remplie et bruyante. Alors oui, les premiers rangs étaient vides, ce n’est pas forcément très joli à la télévision, mais pas grand monde n’a envie de s’asseoir en plein cagnard sur des sièges qui sont pratiquement à la hauteur du terrain (notre stade, cette merveille).

6000 spectateurs donc, et gageons que ce sera l’une des affluences les plus faibles de notre saison, car ce qui a été proposé par nos joueurs durant 90 minutes dimanche et les deux journées précédentes, mérite d’être suivi par beaucoup plus. Une bonne centaine de Lucernois, bien groupés en bas du secteur visiteur et qui n’auront cessé de chanter durant 90 minutes. On ne les aura pas entendus, mais on les a vu bouger et agiter des drapeaux, nous pourrons dont conclure qu’ils ont aussi chanté.

Joli message envoyé à la Ligue avec un C’é Qu’è Laino lancé par la Section Grenat en début de match et repris en coeur par une grande majorité du stade. Le ridicule ne tuant pas, les dirigeants de la SFL ont encore de beaux jours devant eux.

Geiger, ce héros

Deux changements dans le 11 pour affronter les armoires à glace fragiles lucernoises : Séverin à la place de Gonçalves, et Cespedes pour suppléer Ondoua, sur la touche pour trois semaines. Le reste est classique, avec notre tandem invincible Sasso – Rouiller derrière et Koné toujours seul devant.

Il est remarquable de voir à quel point les principes qui ont fait notre force à l’étage inférieur le sont toujours en Super League. La virtuosité de Cognat, Wüthrich et Stevanovic peut déstabiliser n’importe quelle défense en 3 passes. Frick aura prouvé aux sceptiques qu’il a le niveau pour la Super League. Impérial dans les airs et sur sa ligne, invincible depuis maintenant 265 minutes en SL, ceux qui se plaignent de son jeu au pied ne réalisent peut-être pas qu’avec le jeu au pied de Neuer, Jérémy ne serait pas au bout du lac de Genève en ce moment, mais dans un grand championnat.

Titularisé en lieu et place d’Ondoua, Cespedes aura réalisé un vrai match de patron. Récupérations de balles, duels gagnés, Boris aura annihilé nombre d’attaques lucernoises. Beaucoup regrettaient, à l’annonce du 11 titulaire sa présence au profit d’Imeri, mais le choix de Geiger s’est avéré payant. Plus défensif qu’Imeri, Cespedes pourrait être la doublure idéale d’Ondoua.

Fêtes des vignerons à Vevey, festival des vendanges à Genève

58% de possession, 21 tirs pour 6 cadrés, 253 centres ratés…

Combien de frappes lointaines ont fini dans les nuages, de centres au 3e poteau ? On savait qu’il nous fallait absolument ces 3 points, les joueurs ont peut-être trop forcé en première mi-temps.

Tout cela pour en venir au cas de Koro Koné… Le club nous promet un attaquant depuis le début du mercato, qu’il arrive vite !! On ne va pas jeter la pierre à Koro pour son raté sogbiesque, tant il a pesé sur la défense durant 70 minutes, usé l’arrière garde lucernoise par son jeu en pivot dont ses coéquipiers ont un peu abusé… Aurait-il raté cette occasion si elle était arrivée en début de match ? Son abattage est précieux, mais il a besoin d’avoir un joueur pouvant profiter de son travail, et la remarquable entrée de Chagas l’a bien démontré jusqu’à la sortie de notre ivoirien. Espérons que la perle rare arrive vite ! Se posera ensuite un autre dilemme : qui de Chagas ou Schalk partira ?

Là où le Servette de Kodro aurait pu commencer à se décourager, ou à flancher dans les derniers instants du match après avoir mené au score, le Servette de Geiger dégage une confiance assez épatante. Ce Servette là n’a de promu que le nom, le refus de jouer des Lucernois en est une nouvelle preuve.

Le score du match sera au final flatteur pour les bourbines, tant nous aurions pu (dû ?!?) gagner plus confortablement.

Prochaine étape : Parc Saint-Jacques samedi à 19h pour face au FC Novartis.

ALLEZ SERVETTE !!


Blan Lokal

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial