Thoune-Servette 4-1 : Comme un goût de crise

Thoune-Servette 4-1 : Comme un goût de crise

Servette enchaîne une quatrième défaite consécutive et contrairement à Carouge, il ne goûtera pas aux quarts de finale de la Coupe de Suisse. Silence, on coule.

Sans l’ombre d’une idée et d’une médiocrité exceptionnelle, Servette est allé se ridiculiser à Thoune. Les Grenat menaient 1-0 à la 45ème et ont par la suite sombré de manière inexplicable encaissant pas moins de 3 buts en 420 secondes! Les défaillances cumulées ont eu raison de Servette et peut-être de son entraîneur, car on ne va pas se mentir : Servette est en crise et le mal semble profond.

LES NOTES DES GRENAT

JEREMY FRICK: 3/10

Erreur 404 pour le portier servettien, une faute d’appréciation et une erreur de main qui ont coûté cher à Servette.

Note : 3 sur 10.

Nicolas Vouilloz: 3/10

Il a bien aidé le FC Thoune en deviant la frappe du 1-1. A sa décharge il n’a pas été aligné à son poste de prédilection.

Note : 3 sur 10.

Steve Rouiller: 4/10

Il a essayé de faire le contraire de ses coéquipiers et d’être digne. Capitaine abandonné.

Note : 4 sur 10.

Yoan Severin: 4/10

Il n’a pas été bon mais on ne pourra pas lui reprocher de ne pas s’être mis au niveau de l’équipe…

Note : 5 sur 10.

Malik Sawadogo: 2/10

On se demande pourquoi Alain Geiger ne fait pas jouer les jeunes, maintenant on sait pourquoi.

Note : 2 sur 10.

Théo Valls: 4/10

Cognat lui manque autant que le bon sens de Mauro Poggia.

Note : 4 sur 10.

Boris Cespedes: 5/10

Il n’est pas le meilleur sur le terrain en revanche il ne triche pas et rien que pour ça on va lui mettre un 5.

Note : 5 sur 10.

Kastriot Imeri: 5/10

Il a essayé tant bien que mal de surnager et de créer quelque chose. A également adressé une magnifique passe pour Sauthier dans les tribunes.

Note : 5 sur 10.

Miroslav Stevanovic 6/10

Le jour où on inventera le clonage humain, Servette sera champion avec 14 points d’avance.

Note : 6 sur 10.

Alexis Antunes 3/10

On a pas envie de taper sur un « jeune » mais on ne comprends pas trop ce qu’il fait là et apparement lui non plus.

Note : 4 sur 10.

Grejohn Kyei: 6/10

De retour de blessure et à l’origine de l’ouverture du score il a fait beaucoup de bien. Great John

Note : 6 sur 10.

Ronny Rodelin 2/10

Si quelqu’un a un bon anti-dépresseur ou une corde merci de me contacter.

Note : 2 sur 10.

Alain Geiger 8/10

Si jamais ça devait mal se passer on en profite pour dire : Merci d’avoir redonné de la noblesse au SFC. (Note pour l’ensemble de son œuvre depuis son arrivée en 2018)

Note : 8 sur 10.

Etoile-Carouge 10/10

Un club genevois qui se bat et qui a de la dignité, ça change de ce qu’on a vu à Thoune.

Note : 10 sur 10.

➡️ Le résumé de la rencontre

➡️ L’analyse de Tribune Nord

Servette FC – Sion | L’avant-match avec Christian Despont

Servette FC – Sion | L’avant-match avec Christian Despont

Christian Despont est journaliste pour le site Watson.ch. En avril 2021, il publiait un papier incendiaire sur le FC Sion (A lire ici). Jamais les derniers quand il s’agit de bondir sur la gestion calamiteuse des Valaisans, Servettiens.ch est allé fouiller encore un peu plus dans le marasme sédunois.

DISPONIBLE SUR

Abonnez-vous à la chaîne YouTube !

EGALEMENT DISPONIBLE SUR

Quelques extraits de l’interview

Sion est monté en Super League lors de la saison 2005-2006 et depuis, il ne semble pas tellement évoluer…

Sion a sa propre « logique » et ses propres motivations, il y a du trading de joueurs, de la communication, un côté familial. En fait, il y a beaucoup de choses à Sion, mais pas beaucoup de football…

L’envie de Sion, c’est de recruter et de revendre donc ?

C’est indispensable en Suisse de pouvoir faire du bénéfice mais ils ont environ 40 joueurs sous contrat. C’est donc difficile pour les joueurs en question de s’épanouir sur le plan sportif. À Sion ils sont bien voir très bien payés mais sur le long terme certains disparaissent complètement des radars. Ça ne mène pas à grand-chose, tout ne tourne pas autour de la logique sportive.

Parfois on a l’impression que Sion et Constantin se créent des problèmes même quand ils n’existent pas…

C’est ce que ses amis disent en tout cas ! Il est à l’aise dans les situations de crises, certains ferait un burnout mais lui il aime bien ! En plus, quand il se retrouve au centre de l’attention, ça le chauffe! Il aime prendre des responsabilités.

Pour changer, Sion vient de se séparer de son entraîneur.

C’est quelque chose qui devient banal à Sion, en Valais il y a une certaine lassitude par rapport au FC Sion et à ses changements d’entraîneurs récurrents.

Les moyens de Sion et de Servette ne se ressemblent pas et pourtant on a l’impression que Servette a pris une longueur d’avance sur Sion!

C’est le parfait opposé ! Servette a un entraîneur qui est là depuis longtemps et avec un effectif qui ne bouge pas et surtout qui évolue. Vu de l’extérieur, Servette a un projet beaucoup plus intéressant. Du côté de Sion on empile les joueurs à l’image de Kevin Bua qui a signé à Sion car le club lui proposait trois fois plus que Servette…

La présentation de la rencontre

Interview PsYkO17, Youtubeur FIFA et fan du Servette FC

Interview PsYkO17, Youtubeur FIFA et fan du Servette FC

« PsYkO17 » est un youtubeur qui compte 800k abonnés sur sa chaîne YouTube ! Supporter servettien de longue date, il nous raconte sa vie de supporter du club grenat mais aussi de sa vie de Youtubeur, sa rencontre avec Pierre Ménès et Antoine Griezmann et de son envie de rejoindre le Servette Geneva eSports.

DISPONIBLE SUR

Abonnez-vous à la chaîne !

EGALEMENT DISPONIBLE SUR

Quelques extraits de l’interview ⬇️

« Je suis né à Genève donc tu te tournes vers le club de ta ville, je suis tombé amoureux très vite de ce club et j’ai eu la chance de connaître les Charmilles, je suis allé dans beaucoup de stade mais les Charmilles ça reste vraiment quelque chose de spécial et aujourd’hui ma passion perdure. »

Psyko17 c’est en référence aux 17 titres de Servette ou ça n’a aucun rapport?

Pas du tout! Mon frère portait le 7 en club et il ne voulait pas que je prenne le même numéro que lui alors j’ai pris le 17! 

Pour en revenir au présent, comment est-ce que tu as commencé ta carrière dans le gaming?

En étant plus jeune, j’ai eu une grosse blessure, ça m’a forcé à arrêter le foot complètement même si je ne jouais pas à un haut niveau. Par la suite, je me suis tourné vers la console pour combler le manque du terrain. J’avais un niveau pas trop mal et j’ai eu l’idée de me filmer histoire de s’amuser pas pour devenir Youtubeur. Pendant très longtemps j’ai été le seul Youtubeur francophone spécialisé sur FIFA et aujourd’hui c’est devenu mon activité principale.

Donc tu te situes où dans la hiérarchie des joueurs FIFA?

En fait ce qu’il faut comprendre c’est que quand on joue dans son coin on imagine qu’on est bon mais quand on tombe sur des pros on comprend qu’il y a une grosse différence même si on évolue comme moi en division 1! Quand je tombe sur des joueurs pro, le minimum syndical c’est 6-0 et je ne touche pas la balle! Néanmoins, l’idée de ma chaîne c’est « je vous montre comment monter en division 1 sans mettre d’argent dans le jeu ». Dans le monde pro t’as des trucs un peu fous.

FIFA t’as aussi permis de rencontrer Griezmann et Varane, c’est fou non?

On était à Madrid faire la vidéo, c’était des souvenirs de fous! Je reste un mec qui joue à des jeux vidéo et je suis avec des joueurs comme Griezmann, Varane ou encore Aubameyang, j’ai une chance de fou.

Dans FIFA 22 c’est quoi le secret?

Y a pas vraiment de méthode secrète, mais dans ce début de FIFA les frappes de loin marchent  très bien mais après tout dépend de ton but: est-ce que tu veux jouer pour gagner ou pour t’amuser? Il y a aussi une question d’âge, en ligne, tu vas vite comprendre que les jeunes qui ont 14-15 ans comprennent beaucoup plus vite que toi et que tout va aller trop vite même si tu joues beaucoup. 

On reproche souvent à Electronics Arts de penser à l’argent avant de penser au plaisir des utilisateurs…

J’ai collaboré avec EA France, mais on n’est pas vraiment écouté et une fois j’ai remarqué qu’on prenait beaucoup de buts sur les engagements et à certaines minutes et on m’a répondu « C’est dans votre tête ». D’accord mais moi je joue depuis des années à FIFA et ça fait des années que c’est la même chose. Ce qui est gênant c’est que par exemple dans Football Ultimate Team il y a des grosses sommes d’argent qui peuvent être dépensées par des jeunes. Les joueurs pros obtiennent d’office 1 millions de points FIFA (l’équivalent environ 10’000.-) en sachant que 12’000 points FIFA ça coûte 100.- je te laisse faire le calcul…

Servette avait lancé une section E-Sport mais elle a (momentanément) été arrêtée avec le Covid…

Quand t’es fan d’une équipe c’est toujours un plaisir de travailler pour l’équipe que tu aimes! Ce serait vraiment un plaisir d’être à Servette!  C’est dommage car c’est un marché qui se développe et qui explose! Ça pourrait donner une carte de visite au club et je suis un peu déçu mais j’espère qu’ils vont reprendre à ce niveau-là aussi. D’un point de vue personnel j’aimerais vraiment représenter le club, de pouvoir mettre en avant le club.

Hormis pouvoir à Servette, qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?

J’ai des problèmes de connexion actuellement, donc j’attends avec impatience de pouvoir (re)jouer à FIFA! Plus sérieusement je découvre la paternité et ça a changé pas mal de chose dans ma vie donc c’est vraiment ma priorité et sur le plan personnel si je peux faire quelque chose avec Servette c’est avec plaisir.

Ses réseaux sociaux

YouTube

Facebook

Twitter

Instagram

Twitch

TikTok

Servette – YB | L’avant-match avec Jean-Pierre Nsamé

Servette – YB | L’avant-match avec Jean-Pierre Nsamé

𝙅𝙚𝙖𝙣-𝙋𝙞𝙚𝙧𝙧𝙚 𝙉𝙨𝙖𝙢𝙚́ :  » 𝙐𝙣𝙚 𝙝𝙞𝙨𝙩𝙤𝙞𝙧𝙚 𝙥𝙖𝙧𝙩𝙞𝙘𝙪𝙡𝙞𝙚̀𝙧𝙚 𝙖𝙫𝙚𝙘 𝙎𝙚𝙧𝙫𝙚𝙩𝙩𝙚  »

En marge du match entre Servette et Young Boys le 3 octobre 2021 au Stade de Genève pour la 9e journée de Super League, nous nous sommes entretenus avec le plus Servettien des Bernois Jean-Pierre Nsamé, qui manquera le match pour blessure.

Abonnez-vous à la chaîne ! ➡️ YouTube

➡️ L’avant-match entre Servette et Young Boys

Servette-Young-Boys: Une certaine sérénité

Servette-Young-Boys: Une certaine sérénité

Il y a des choses qui parfois ne s’expliquent pas de manière rationnelle, le fait que Servette ne remporte pas les trois points face à Lausanne en fait malheureusement partie. Les exemples du genre ne manquent pas et sont même légion dans le football, ils se dissocient de toutes logique et restent quasi immuables. Bonne nouvelle pour Servette, l’illogisme du football existe et il se trouve que les Grenat sont quasiment toujours bien inspirés lorsqu’il faut croiser YB.

La plupart des équipes trembleraient à l’idée d’affronter Young Boys. Au vu de la forme des Bernois cela se justifie parfaitement : 17 buts inscrits en 7 matchs, moyens conséquents, effectif ultra compétitif, etc. Le constat est clair : Young Boys semble imbattable. Cela ne semble pas valoir pour les Servettiens qui pendant 90 minutes sont parfaitement capables d’embêter l’un des ogres de la Super League.

Tout commence le 21 juillet 2019 à 16:31 : Sébastien Wüthrich vient d’égaliser à Berne pour la 1re journée de Super League et cette réalisation suffira à Servette qui s’en ira quérir un point au Stade de Suisse. On aurait pu penser que l’euphorie du promu était à l’origine de ce résultat, que nenni ! Une quinzaine de semaines plus tard, Servette retrouve YB cette fois à Genève. Le résultat ? Une victoire 3-0 pour les Servettiens ! La réussite est devenue raison, Servette tient tête au champion.

Alain Geiger et ses hommes réussiront par la suite à tenir YB en échec deux fois, concéder une défaite avant de glaner son titre de « bête noire » des Bernois lors d’une victoire épique à Berne.

Dimanche, Servette retrouvera un BSC Young Boys (dimanche 16:30) qui sort d’une courte défaite de Ligue des champions face à l’Atalanta face à laquelle ils ont extrêmement souffert. À l’heure des choix, YB va devoir se poser la question suivante : quel sera le match le plus compliqué de la semaine ? Quelle que soit la réponse, le club bernois devra se passer de Fassnacht, Lustenberger, N’samé et Zesiger pour ce match.

Jean-Pierre Nsamé :  » Une histoire particulière avec Servette  »

Ce match aurait pu être de nouvelles retrouvailles pour Jean-Pierre Nsamé mais une grave blessure en a décidé autrement.  »Je serais éternellement reconnaissant envers Servette qui m’a directement bien accueilli à mon arrivée » se confie-t-il. Une belle aventure qui n’aura duré qu’un an, la faute à une offre de prolongation jugée insuffisante.  » J’aurais même pu partir de Servette en janvier mais j’ai voulu rester afin que Servette puisse toucher de l’argent  » nous avoue-t-il.  » Je ne suis pas à la recherche de l’argent, j’ai même refusé des offres de clubs exotiques. »

Un choix de carrière payant car par la suite, il ne décrochera pas moins de quatre titres consécutifs et scorera à tout va.  » Contrairement à la France, on m’a fait confiance ici en Suisse, affirme-t-il. Avec Anthony Braizat ou Meho Kodro, j’ai pu m’organiser dans mes entraînements à ma manière afin de progresser. » Cela lui a bien servi jusqu’à cette grave blessure (rupture du tendon d’Achille droit) en fin de saison dernière qui le tient pour l’instant éloigné des terrains.

Pour retrouver l’entretien complet avec le meilleur buteur de Super League ⬇️

➡️ Vous avez raté la dernière émission ? Le replay est dispo ici

➡️ Le dernier Servette – YB à la Praille

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR