Servette-Lausanne : Retrouver la normalité

Servette-Lausanne : Retrouver la normalité

Servette reçoit Lausanne chez lui, l’occasion est belle pour les âmes moribondes de retrouver le goût et le chemin du stade afin de fêter une victoire dans la joie et l’allégresse la plus complète.

Après avoir été étrillé 6-1 dans “son” stade, Lausanne prendra la direction de la (vraie) capitale, la mine encore hagarde de l’humiliation subie contre Young Boys. Une bête blessée est toujours aussi fourbe que dangereuse d’autant plus quand l’instinct de survie commence à pointer le bout de son nez. Servette est prévenu, il ne devra pas se contenter de piquer, il devra également avoir l’instinct du tueur afin de rester au en haut et de laisser Lausanne dans les profondeurs de la Super League.

Dire que Lausanne n’est pas au mieux serait un euphémisme teinté d’une douceur extrême. Méconnaissables les Vaudois pointent à une très jolie 10ème place sans avoir glané le moindre succès, autant dire que l’heure n’est pas vraiment à la grande poilade pour les joueurs de Borenovic qui entame bien mal sa saison tandis que Giorgio Contini doit bien se fendre la poire en voyant le désastre qui est en train de se profiler du côté de la Tuilerie.

Si vous êtes un amoureux servettien de longue date, vous savez que Servette a deux spécialités: avoir des sites web de qualité qui vous permettent de suivre l’actualité du club au plus proche de l’actualité et de relancer des adversaires à la dérive. Forts de ce constat, les hommes d’Alain Geiger seront d’autant plus vigilants quant à un éventuel excès de confiance.

Servette – Lausanne est aussi le choc des cultures entre la Genève internationale, en avance sur son temps, et Lausanne, ville qui n’a qu’un intérêt limité et dans laquelle on ne se rend que lorsqu’on y est obligé ou pour un Lausanne-Servette bien entendu.

Il est de notoriété publique que Servette, et par extension Genève, est de loin supérieur à son voisin. Comparer les deux serait tout aussi mal venu et infâme que de mettre sur le même pied d’égalité Beethoven et Maitre Gims, le Taxi et le Parrain, une Ferrari et une Smart ou encore Alain Geiger et Kevin Cooper.

Cela étant dit, il reste la réalité du terrain. La saison dernière nous a prouvé que le LS ne réussissait que très moyennement à Servette mais fort heureusement les choses sont faites pour changer, tout est toujours en mouvement et les Grenat seraient bien inspirés de se dire que le changement c’est maintenant !

➡️ Si on a pas encore son billet pour le match, on le prend de suite !

➡️ Les Servettiennes jouent également ce samedi. La présentation à lire sur le site

FC Zürich – Servette FC: Le choc !

FC Zürich – Servette FC: Le choc !

Il y a des matchs dans la saison qui peuvent donner lieu à ce qu’on appelle des « tournants » dans une saison. Ce match face au leader Zurichois y ressemble furieusement et le résultat dira beaucoup sur les ambitions que Servette pourra nourrir dans cette saison 2021/2022.

Leader surprenant aux allures de tube de l’été, les Zurichois ont pris une jolie valise face à YB en s’inclinant sur le score de 4-0 ! Le FCZ aura à cœur de vouloir se reprendre et l’équipe est remontée à bloc avant d’affronter Servette. Pour autant, ramener un bon résultat de Zürich n’est absolument pas utopique.

À l’image de la Suisse lors de l’Euro 2020, le FC Zürich s’articule dans un 3-4-1-2, ce système permettant aux latéraux de jouer haut et de créer le surnombre au milieu et en attaque. Lors du dernier match contre YB, on a retrouvé Ousmane Doumbia et Moritz Leitner au milieu de terrain. Les deux joueurs doivent beaucoup travailler et récupérer afin de faciliter le travail du trio de devant composé notamment de Antonio Marchesano et du virevoltant Assan Ceesay.

Le résultat ? Marchesano a inscrit 4 buts tandis que Ceesay pointe à 3 unités. A eux deux, ils ont inscrit la moitié des buts Zurichois cette saison. Servette devra également se méfier de l’ancien joueur de Valencia, Adrian Guerrero qui a déjà délivré deux passes décisives cette saison et dont l’activité sur le côté gauche risque de donner quelques mots de tête à Anthony Sauthier et sa défense.

Néanmoins, le FCZ ne possède de loin pas la meilleure défense du pays. Par moments, le système défensif des Zurichois semble avoir de la peine défensivement avec une défense un peu lente ce qui laissera des ouvertures aux Grenats, à eux d’en profiter et de se rapprocher de la tête du championnat !

➡️ La dernière confrontation

➡️ L’analyse de Tribune Nord sur Concordia-Servette

Concordia Bâle-Servette : Poursuivre la route en Coupe

Concordia Bâle-Servette : Poursuivre la route en Coupe

C’est un week-end de Coupe de Suisse qui nous attend ! Si Servette veut réitérer son très beau parcours de la saison dernière, cela passera par Bâle, une terre qui ne réussit pas aux Grenat que ce soit face au FC Bâle ou récemment contre Concordia !

Tous ne l’ont pas connu, mais à une période pas si lointaine, le FC Concordia Bâle évoluait en Challenge League avant de ne pas demander la licence en 2009 et a donc déjà croisé le fer avec Servette. Déjà à l’époque, Concordia était considéré comme le club satellite du FC Bâle, les Bâlois envoyant certains jeunes prometteurs comme les frères Xhaka se faire les dents chez les Congelis avant de les récupérer par la suite.

Lors de son passage en Challenge League, Servette et Concordia Bâle se sont affrontés quelques fois entre 2006 et 2009. Le bilan n’est pas en faveur des Servettiens. En effet, Servette n’a jamais gagné à Bâle durant cette période et les Grenat n’ont battu Concordia qu’à une reprise sur six confrontations: C’était le 24 février 2008 et une victoire 3-1 grâce à un doublé de N’Tiamoah et un but de Yoda.

Cependant, les Servettiens n’ont pas tout le temps connu la galère face aux Rhénans. Même s’ils n’ont empoché aucun succès en terres rhénanes en Challenge League, la dernière victoire chez Concordia remonte à 2002 et cette rencontre du 5e tour de la Coupe avec qualification 4-0 pour les Genevois. On peut remonter jusqu’aux années 1930 pour trouver trace des affrontements entre les deux équipes en LNA, avec un bilan de cinq victoires pour Servette et un nul entre 1932 et 1935.

Le résumé de la qualification servettienne en 2002 (images : RTS)

Le business à la limite de la légalité est souvent éphémère et la vision à court terme ses limites… Ainsi, les choses ont changé, les années ont passé et Concordia a reculé. Le club bâlois se retrouve en 2e ligue inter dans laquelle il occupe la troisième place de leur groupe derrière Dornach et Ajoie.

Pour Servette, ce match de Coupe sera l’occasion de faire tourner l’effectif avant d’aller affronter le FC Zürich pour ce qui sera le choc du championnat et qui, sous condition, pourrait permettre à Servette de prendre la tête du championnat, mais ceci est une autre histoire.

Si vos envies de déplacements sont intactes, sachez que vous pouvez vous déplacer en train, ce dernier partira de Cornavin sur la voie 1 à 15:36.

➡️ La dernière minute du supporter

➡️ La dernière émission de Tribune Nord

Servette-Saint-Gall: Regarder vers le haut

Servette-Saint-Gall: Regarder vers le haut

Après l’ennuyeuse pause des équipes nationales, le vrai football reprend ses droits ! La Super League ne fait pas exception à la règle et va permettre à Servette de retrouver la compétition et son public lors de la venue du FC St-Gall (Dimanche 14:15) au Stade de Genève.

Les regrets du Letzigrund

Le début de saison des Grenat est constitué de promesses, mais aussi de frustrations à l’image du dernier match et du sketch de M.Wolfensberger « assisté » par M. Piccolo lors de la dernière rencontre contre GC. Cela n’a pas empêché Servette de prendre la troisième place, mais très clairement, le sentiment d’injustice reste malgré tout intact, comme quoi le temps ne guérit par tous les maux. 

Un banc de qualité

Dimanche, Servette aura l’occasion de confirmer les bonnes dispositions du début de saison, car oui, quelque chose a changé du côté des Grenat. Déjà, Servette possède enfin un banc de touche digne de ce nom ! Contre Grasshopper, Alain Geiger s’est payé le luxe de faire entrer Moussa Diallo, Ronny Rodelin, Dimitri Oberlin et Alex Schalk tout en étant privé de Fofana et Imeri, autant dire que les places seront chères et que les choix sont multiples pour le technicien valaisan, d’autant plus que les clubs de la Swiss Football League pourront à partir de la 6e journée inscrire jusqu’à 20 noms sur la feuille de match au lieu de 18.

Le FC Saint-Gall une équipe qui ne convient pas à Servette

Classés actuellement 5ème, les Brodeurs ne réussissent pas vraiment à Servette et à Alain Geiger qui n’a pu fêter qu’un seul et unique succès face à St-Gall (victoire 1-0 le 3 mars et une réussite de Grejohn Kyei). Hormis cette belle éclaircie, les Brodeurs ne conviennent pas à Servette à l’image de la demi-finale de Coupe lors de la saison dernière (0-1) qui laisse un goût amer.

Si St-Gall n’était pas passé loin du titre il y a de ça deux saisons, l’euphorie est quelque peu retombée depuis. Un des problèmes des Brodeurs se situe très clairement en défense, avec onze buts encaissés, St-Gall possèdant la pire défense du championnat (à égalité avec Lausanne). Pour ne rien arranger, les Saint-Gallois ont perdu Jordi Quintilla parti à Bâle et qui laisse un vide énorme dans l’effectif de Peter Zeidler, à Servette d’en profiter et de se rapprocher de la tête du championnat.

EN BREF:

Gonçalo Figueiredo, de Vernier à… St-Gall!

C’est Proxifoot qui nous apprend que le jeune buteur (17 ans) du FC Vernier s’est engagé avec Saint-Gall!  “Je suis logé dans l’Académie et je m’entraîne pratiquement tous les jours. J’ai pu jouer une vingtaine de minutes en championnat lors de la première journée (puis encore 15′ ce week-end, ndlr) et avant ça nous avons eu des matchs de préparation contre Bâle, le Team Ticino (buteur, ndlr) et Grasshopper”.  Un article à lire ici. Il ne jouera certainement pas contre Servette, mais il n’empêche qu’il soit dommage pour Servette de ne pas avoir sauté sur l’occasion. 

—————————————————————————————————————————————

Du monde au stade ?

Pour ce match, Servette a décidé de casser ses prix : l’entrée du côté de la tribune Nord vous coûtera seulement 10.- ! On peut légitimement espérer plus de 5’000 spectateurs pour ce match qui verra le retour de la Section Grenat, ambiance garantie !

—————————————————————————————————————————————

Les filles dans l’élite européenne !

Vous n’êtes sûrement pas passés à côté : le Servette FCCF jouera la phase de groupes de la Ligue des Champions après sa qualification à Glasgow ! Vous pouvez retrouver le résumé du match ici.

Grasshopper-Servette FC: Le choc des vieux

Grasshopper-Servette FC: Le choc des vieux

Servette retrouve Grasshopper à Zürich et vu la bonne forme de Grasshopper et la belle performance des Servettiens contre Lucerne, on peut s’attendre à une partie intéressante qui va valoir assurément le coup d’œil.

Tout juste montées de la triste Challenge League, les Sauterelles (quel étrange surnom) sont en plein dans l’euphorie de la montée. Emmené par un Giorgio Contini qui a enfin trouvé un vrai club à entraîner, les résultats de l’ancien entraîneur du LS plaide pour lui: GC a gagné 4 points depuis le début de la saison tout en ayant joué contre Zürich et Bâle, les Zurichois ne sont pas (re)venus en Super League pour faire de la configuration, Servette et Alain Geiger sont prévenus. 

C’est tout d’abord un match historique de notre championnat qui fait son retour. Antoine Bernheim nous résume à merveille l’historique de cette rencontre si particulière: « Il y a une certaine rivalité dû au fait que GC est encore le club le plus titré de Suisse (27 titres) et que jusqu’à il y a quelques années Servette était son premier poursuivant. D’ailleurs lors des deux derniers titres de Servette (1994 et 1999) GC a fini derrière et à la dernière journée. En outre, ces clubs représentaient les deux plus grandes villes de Suisse (même si GC a cédé ce rôle à Zurich depuis quelques années) Toujours est-il que lorsque Servette évoluait aux Charmilles et GC au Hardturm, leurs rencontres avaient toujours quelque chose de spécial. »

Le jour où Senderos a commencé

Si le Hardturm n’est plus (voir l’édito du bas), c’est pourtant ici que tout a commencé pour Philippe Senderos. Maillot grenat sobrement orné du « 25 » mais sans le nom de famille, jouant arrière gauche : c’est ici que commence le parcours du très prometteur Philippe Senderos. Pour la petite histoire, Servette avait fait un bon match nul (2-2) au Hardturm. Si Servette n’a pas gagné souvent il lui est pourtant arrivé d’avoir quelques coups d’éclats « Servette était au plus mal sous la houlette d’Exbrayat et était à la surprise générale venu s’imposer 3-2, Martin Petrov ayant gagné le match à lui tout seul en délivrant deux assists pour Siljak et en marquant lui-même le but de la victoire. »

Grasshopper et Servette orphelin de leur « maison »

Grasshopper et Servette se retrouvent après huit ans d’éloignement, la faute à des gestions sportives et financières catastrophiques pour les deux anciennes grandes institutions du pays qui ont payé très cher l’amateurisme de guignols complètement indigne de diriger des clubs aux noms si prestigieux. 

À l’époque, Servette et Grashopper étaient les deux équipes les plus titrées du pays! Si Servette était leader, on en déduisait à raison que son dauphin était Grasshopper et vice-versa mais depuis le temps est passé par là et il a fait des dégâts à GC et chez les Grenat.

Battu par les Bulldozers et l’Euro 2008

Des concerts, un festival, des matchs internationaux: voilà ce qui était prévu pour rentabiliser le Stade de La Praille. On connaît la désastreuse suite et chaque coupable de cette plaisanterie de mauvais goût mériterait sans aucun doute des sanctions à la hauteur de leur incompétence. Le nom des coupables est connu mais ce sera pour un autre article (ou pas).

De son côté, Grasshopper a aussi été contraint de changer de stade, après un ultime match contre Xamax en 2007 (Servette végétant en Challenge League à cette époque) le Stade du Hardturm a été définitivement abandonné avant d’être détruit une année plus tard, GC devant déménager au Letzigrund le stade du… FC Zürich!

Si le Hardturm n’était pas un stade magnifique comme peut l’être le Parc des Princes, il avait l’avantage de représenter Grasshopper et que encore plus important, il n’avait pas cette immonde piste d’athlétisme faisant presque passer l’architecte du Stade de La Praille pour un génie. La suite ? C’est tout simple, la Credit Suisse Arena qui sortira de terre en 2022 et accueillera les matchs de Grasshopper et du FC Zürich le tout sera construit sur les ruines du… Hardturm, c’est simple non ?

Pour ce match, Grasshopper sera privé de l’expérimenté Amir Abrashi suite à son carton rouge reçu dans le derby Zurichois (défaite 2-1 des Sauterelles). En revanche, l’ex-joueur de Wolverhampton Leonardo Campana sera à n’en pas douter un poison pour l’arrière garde du Servette FC.

➡️ La dernière confrontation entre les deux équipes

➡️ L’avant-match des filles qui affrontent Lugano

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR