FC Lucerne – Servette FC : Terminer sur une bonne note

Un Servette FC invaincu depuis quatre matchs s’en ira à la Swissporarena défier le FC Lucerne ce samedi à 20 heures 30. Bien que mal classés, les Suisses-Allemands tenteront de finir l’année de la meilleure des manières devant leur public. Présentation d’un match où gagner sera un impératif pour les Grenat, afin de prendre encore plus de distance avec la zone rouge.

Tasar et ses coéquipiers sortent d’un deuxième tour tout aussi compliqué que le premier. Après dix-sept matchs, ils n’ont connu qu’une seule victoire cette saison. C’était il y a deux mois face au FC Saint-Gall. Avant leur match nul de la semaine dernière contre GC (1-1), les Lucernois restaient sur quatre défaites consécutives, avec onze buts encaissés. Un bilan dramatique qui a d’ailleurs valu à Celestini un licenciement attendu. C’est Sandro Chieffo qui a repris les rênes de l’équipe en tant qu’intérim. Selon « Nau.ch », il devrait céder sa place à Mario Frick, actuel entraîneur du FC Vaduz, lors de la reprise du mois de janvier.

La lanterne rouge du championnat recevra des Genevois qui, eux, sont sur une série de dix points sur douze possibles, dont quatre face à YB et Bâle. Plus que correct pour une équipe qui était en perdition il y a de cela quelques semaines. Les Genevois pourraient finir ce second tour avec treize points en cas de victoire dimanche. Un point de plus que ce qu’ils ont obtenu lors du premier tour. Pour bien conclure cette année 2021 riche en émotions, Alain Geiger devra reproduire le schéma présenté par ses joueurs le 22 août dernier lors de la victoire 4-1 face à ce même Lucerne. Bien pâles sur le terrain, les joueurs du bord du Lac des Quatre Cantons évolueront cette fois-ci sans Badstuber dans leur arrière-garde. Le club a en effet résilié le contrat du joueur Allemand, qui errait comme un fantôme sur les pelouses suisses.

Samedi, les Servettiens devraient se présenter avec un onze similaire à celui des derniers matchs. Kyei fera son retour dans le groupe, lui qui purgeait son match de suspension la semaine dernière lors de la rencontre face au FC Bâle. Son remplaçant, Rodelin, a su montrer des choses intéressantes à un poste où l’on n’a pas eu l’habitude de le voir jouer cette saison. Une solution de plus qui vient s’ajouter au retour de Schalk, que l’on espère voir le plus loin possible de l’infirmerie lors des prochains mois.

Quoi qu’il en soit, Servette cherchera à ramener les trois points au bout du lac, avec comme cadeau de noël à ses supporters une potentielle cinquième place au classement.  Les fêtes de fin d’année n’en seraient que plus belles !

SERVETTE FC – FC BALE : GARDER LE CAP

Après deux déplacements couronnés de succès, Servette reçoit le FC Bâle. Une équipe contre laquelle les Genevois n’ont jamais perdu à domicile depuis leur retour à leur place, en Super League. Présentation d’un match qui pourrait voir Servette enchaîner une quatrième victoire de suite.

Des déplacements victorieux

GC, Lausanne puis le champion en titre Young Boys, ont tour à tour mordus la poussière face à un Servette faisant preuve de réalisme. Bien aidé par la forme stratosphérique d’Imeri, qui en est à 6 buts en 5 matchs, Geiger peut souffler. La crise est passée. Géré avec maîtrise et calme par les dirigeants grenat, le moment de creux qu’ont connu les Servettiens cet automne a l’air bien loin. Et tant mieux.

Le football peut aller très vite. Un jour on peut encaisser 6 buts face à une équipe, et 2 mois plus tard, avec le même effectif, on peut aller gagner chez eux.

Certains diront que le SFC a été bien aidé par le carton rouge logiquement accordé à Martins après avoir concédé un deuxième jaune peu avant la mi-temps. Mais la réalité est autre. Les Grenat n’ont pas été archi dominé avant cet évènement. Au contraire… En termes d’Expected Goals (XGs), Kyei et les siens ont eu un meilleur rendement que les Bernois en première mi-temps : 0.47 XGs pour YB contre 0.75 XGs pour un Servette qui a su se montrer dangereux. On pense notamment au face à face entre Stevanovic et Faivre, après qu’Imeri ait offert une délicieuse passe au Bosnien. C’est ce même Imeri qui donnera la victoire aux Genevois grâce à son doublé sur coup de pied arrêté.

Alors certes, Young Boys contrôlait tout de même le cuir avant l’expulsion de son joueur (66%-34% en possession de balle), mais cela n’a pas pour autant fait mal à Servette, qui retrouve peu à peu de la stabilité dans sa défense.

Un point pouvant être amélioré reste le flanc gauche de l’attaque genevoise. Seul 4% des XGs créés par les Servettiens viennent de ce côté. Un déséquilibre qui s’explique par le manque de choix sur ce côté. Imeri est bien plus à l’aise et efficace dans l’axe et Rodelin n’est plus titulaire. Le retour de Fofana fera un bien fou à cette équipe lors de la deuxième partie de saison.

Quel FC Bale en face ?

L’adversaire de Geiger et Cie ce dimanche, le FC Bâle, reste sur un triste 1-1 face au Lausanne-Sport. Les Rhénans, par l’intermédiaire de Kasami, ont réussi à éviter un hold-up total des Vaudois en toute fin de rencontre. Ces mêmes Bâlois ont joué ce jeudi pour la première place de leur groupe de Conference League et se sont imposés sur le score de 3-0 face à Qarabag, bien aidés par un arbitrage qui aurait dû s’offrir des lunettes chez Fielmann. Une débauche d’énergie qui pourrait donner aux Genevois un élan supplémentaire en fin de rencontre.

Et ils en auront besoin, car dimanche le stade pourrait sonner bien creux. A la suite de la décision de la Swiss Football League de fermer tous les secteurs visiteurs jusqu’à la fin de l’année (car oui c’est bien connu, le Covid ne se propage que dans les parcages adverses), empêchant l’habituelle horde de Bâlois de se déplacer dans la cité de Calvin. Cela pourrait également être synonyme d’absence de la Section Grenat, comme c’était le cas en août lorsque le secteur visiteur était encore fermé au Stade de Genève.

Quoi qu’il en soit, match il y aura. Et pour sa dernière de l’année dans son antre, Servette pourrait bien offrir une victoire à ses supporters en guise de cadeau de Noël.

SERVETTE FC – YOUNG BOYS : DEPLACEMENT DANGEREUX CHEZ LE CHAMPION

SERVETTE FC – YOUNG BOYS : DEPLACEMENT DANGEREUX CHEZ LE CHAMPION

Deuxième déplacement de suite pour des Servettiens qui reprennent confiance après les succès face à GC (3-2) et à Lausanne la semaine dernière (0-3). Face à eux se tiendra le champion Suisse en titre, Young Boys. Lors de leur dernière confrontation, les Bernois n’avaient fait qu’une bouchée de Servette (0-6), en infériorité numérique pendant une mi-temps. Ce match avait envoyé les Genevois dans une période de doute, les voyant enchaîner défaite sur défaite.

Depuis deux semaines, les Grenat reprennent du poil de la bête avec deux victoires consécutives. Nul doute que le 0-3 à Lausanne a rempli la jauge de motivation des coéquipiers du magicien Stevanovic. L’homme est en forme. Avec 6 passes décisives sur les deux derniers matchs, et surtout 13 assists en 14 matchs de championnat, ce qui fait de lui le meilleur passeur de la ligue, loin devant Zhegrova (6 passes décisives).

Le Bosnien de Servette peut notamment compter sur Kastriot Imeri pour transformer ses caviars, lui qui vient d’enchaîner un but par match lors des quatre dernières rencontres ou encore sur Kyei, toujours aussi important devant.

Dans la capitale, les récents vainqueurs du derby du Lac de Genève, auront fort à faire face à une équipe qui s’est imposée contre Lugano (3-1) mercredi, rattrapant un match de la 4ème journée. Young Boys reste, malgré un départ de saison bien moins impressionnant que ces dernières années, une équipe difficile à jouer. Elle produit en moyenne 2.48 Expected Goals (XG) par match, et n’en concède que 1.09. Des chiffres largement supérieurs à ceux des hommes de Geiger, qui sont en moyenne à 1.73 XG en leur faveur, contre 1.65 XG à leur encontre.

L’entraîneur Genevois, qui a avoué au Blick s’être posé des questions notamment sur la place de Frick dans le onze de départ pendant la mauvaise passe vécue cet automne, a récemment commencé à faire tourner son effectif et placer des piliers sur le banc. Sauthier et Rouiller viennent d’enchaîner deux matchs hors du onze, au détriment de Vouilloz et Diallo. David Douline, lui, est de plus en plus performant et commence à se faire sa place parmi les titulaires, profitant de la blessure de Cespedes, le Bolivien étant indisponible jusqu’en 2022.

Samedi à 20 heures 30, sur la pelouse synthétique du Wankdorf, Servette tentera de ramener les trois points à Genève afin de continuer sa série de victoires et ainsi s’éloigner de la zone rouge. Surtout que la semaine prochaine, c’est le FC Bâle qui se dressera sur la route des Genevois…

Photo de Martial Trezzini

LAUSANNE-SPORT – SERVETTE FC : LE DERNIER DERBY DE L’ANNÉE

LAUSANNE-SPORT – SERVETTE FC : LE DERNIER DERBY DE L’ANNÉE

Servette se déplace ce dimanche à la Tuilière, accompagné d’un bon millier de Genevois, avec pour objectif de maintenir le LS à distance et d’offrir à ses supporters une première victoire dans un derby lémanique cette saison. Présentation d’un match unique en son genre, entre deux équipes que seuls quatre points séparent au classement. 

Ces moments suspendus dans le temps 

Un derby est toujours un match qui passionne. Celui du Lac de Genève est devenu, avec le temps, peut être le plus important aux yeux des supporters. Certains vous parleront avec mélancolie du triste 29 mai 2013, soir qui aura vu Servette être relégué sportivement pour la première fois de son histoire, après une saison catastrophique. D’autres vous rappelleront, avec des étoiles (comme celle qu’il y a sur le logo du Servette) dans les yeux, la magie de cette soirée de printemps 1999 où dans cette même Pontaise, les Genevois sont allés cueillir le dernier titre de champion obtenu par une équipe romande. Et puis il y a aussi ces nuits d’ivresse, de liesse, ayant suivi les buts d’Imeri en avril et mai 2019 qui resteront dans les têtes de tous les Grenat.

Depuis cette victoire 3-1 qui a envoyé Servette en Super League en mai 2019, les Genevois n’ont plus réussi à connaître le succès face aux Lausannois. Cela s’explique facilement pour la saison 2019-2020 puisque le LS militait, rappelons-le, en Challenge League. Mais lors du dernier exercice, Geiger et les siens ont été bien trop souvent mis en difficulté par les protégés de Contini. Lors du match inaugural, tout d’abord, lors duquel le LS a parfaitement maîtrisé son sujet d’un point de vue tactique. Le dispositif de Geiger a littéralement été étouffé par celui de l’actuel entraîneur de GC. Puis, lors des trois autres confrontations, qui ont vu des Grenat s’incliner à deux reprises au Stade de Genève, et ne réussissant pas à faire mieux qu’un point sur l’ensemble des quatre confrontations contre les Vaudois. Cela n’empêchera toutefois pas l’équipe romande la plus titrée de finir 3ème, alors que celle détenue par Ineos terminera, elle, au 6ème rang. 

Cette saison, il est difficile d’expliquer comment Servette a fait pour ne pas renvoyer les Lausannois chez eux sans le moindre point lors du derby fin septembre. Maîtrisants leur sujet, les hommes de Geiger ont généreusement offert un penalty au LS. Kukuruzovic ne s’est pas fait prier pour le réussir. Ce sera le dernier but de ce 1-1 gratifiant pour Borenovic et les siens, mais frustrant pour les Grenat. 

Enchaîner avec une deuxième victoire de suite 

Dimanche, les deux équipes arriveront non pas avec le plein de confiance, car bien trop fragiles actuellement, mais avec trois points obtenus avec courage la semaine dernière. Le Lausanne-Sport a réussi à aller chercher la victoire au Kybunpark de Saint-Gall, grâce à un but contre son camp des Brodeurs. Même s’il faut également relever la maladresse des Saint-Gallois en fin de match, les coéquipiers de Puertas ont livré une prestation correcte, qui se traduit notamment avec les statistiques : 1.60 d’Expected Goals (XGs) pour le LS, contre 1.41 pour Saint-Gall (selon Wyscout). Ce 1.60 est le chiffre le plus élevé des Vaudois en termes d’XGs depuis le début de la saison. A titre de comparaison, lors du dernier match contre Servette, le club partenaire de l’OGC Nice n’avait pas dépassé les 1 XGs (0.97 pour être précis). 

Qui sur le terrain ? 

Élément important à noter en vue de dimanche : Servette a vu son petit prince Cognat retrouver les terrains la semaine dernière à la suite de sa longue blessure à la cheville. Pas sûr toutefois de le voir titulaire, lui qui avait l’air bien essoufflé en fin de match contre GC. 

En plus du Français, c’est Dimitri Oberlin qui a également pu fouler à nouveau la pelouse du Stade de Genève, de retour également après une blessure. Lui non plus ne devrait pas être titulaire, mais le voir entrer en fin de match pour offrir un but aux Genevois n’est pas exclu. 

Le Onze de Geiger ne devrait donc pas être trop différent de celui de dimanche dernier. Les dernières inconnues se trouvent surtout à l’arrière. Sauthier, de retour de suspension pourrait retrouver sa place et renvoyer Diallo sur le banc, bien qu’il ait livré une assez bonne prestation contre Grasshopper, et tout en sachant que la vitesse du Français pourrait être un atout, connaissant la fougue des attaquants Lausannois. L’autre inconnu réside dans la charnière centrale. Quelle paire choisira Geiger parmi Rouiller, Sasso, Séverin et Vouilloz ? Réponse dimanche à 16h30, pour la première de Servette sur le synthétique (histoire de se rappeler que cette surface ne devrait pas exister en Super League) de la Tuilière. 

Servette FC – Grasshopper: Mettre fin au naufrage

Servette FC – Grasshopper: Mettre fin au naufrage

Après une pause internationale qui aura vue Imeri faire ses débuts sous le maillot rouge à croix blanche, les Servettiens tenteront de décrocher les trois points qui leur échappent depuis le 12 septembre et leur large victoire face à Saint-Gall (5-1). La bande à Geiger recevra Grasshopper ce week-end et tentera de sortir la tête de l’eau. Réaction attendue des Grenat, afin de se déplacer plus sereinement à Lausanne la semaine prochaine pour le derby du Lac de Genève.

Il y a deux semaines, les supporters genevois n’ont pas été rassurés par la prestation des leurs face au FC Zurich. Décevant, Servette n’a pas réussi à imposer son rythme et n’a que très rarement fait peur aux joueurs de Breitenreiter. Pour preuve, alors qu’ils étaient menés 1-2, les Genevois ne se sont créé aucune vraie occasion (entendez ici : Expected Goals XGs) lors les vingt dernières minutes du match. A noter aussi que les trois quarts des XGs de Servette viennent uniquement de Stevanovic. Statistique qui démontre qu’il y a un vrai souci en phase offensive actuellement.

Autre élément intéressant, le nombre de duels gagnés. D’après les chiffres fournis par Wyscout, c’est lorsque Servette a commencé à gagner plus de duels que le FCZ, que les Genevois ont vu Kastriot Imeri réduire la marque. Et après ? Plus rien. Une baisse de la possession de balle ainsi que d’intensité dans les duels gagnés ont suivi, et les coéquipiers de Rouiller n’ont rien pu faire pour sauver un point devant leur public. Cela faisait depuis avril 2013 que Servette ne perdait pas trois matchs de suite à domicile (sans compter la période Covid sans public, lors de laquelle il y a eu trois défaites de suite à Genève lors de la fin de saison dernière, alors que tout était déjà joué).

En face, les Grenat verront arriver au Stade de Genève une équipe de Grasshopper qui a tenu tête au champion en titre avant la trêve (1-1). Ils étaient à quelques minutes de remporter les trois points, mais c’était sans compter sur le traditionnel but de Young Boys dans les arrêts de jeu. Contini et ses hommes ont également profité de la pause internationale pour travailler leurs gammes lors d’un match amical contre le FC Vaduz (victoire 3-1 des Zurichois).

Lors de leur dernière confrontation, Servette et Grasshopper s’étaient séparés sur un score nul (1-1). Dimanche, même un point ne serait pas suffisant pour satisfaire les supporters genevois, qui ont grandement besoin de retrouver le sourire avant le déplacement à la Tuilière.

Servettiens.ch

FREE
VIEW