SERVETTE FC – YOUNG BOYS : DEPLACEMENT DANGEREUX CHEZ LE CHAMPION

SERVETTE FC – YOUNG BOYS : DEPLACEMENT DANGEREUX CHEZ LE CHAMPION

Deuxième déplacement de suite pour des Servettiens qui reprennent confiance après les succès face à GC (3-2) et à Lausanne la semaine dernière (0-3). Face à eux se tiendra le champion Suisse en titre, Young Boys. Lors de leur dernière confrontation, les Bernois n’avaient fait qu’une bouchée de Servette (0-6), en infériorité numérique pendant une mi-temps. Ce match avait envoyé les Genevois dans une période de doute, les voyant enchaîner défaite sur défaite.

Depuis deux semaines, les Grenat reprennent du poil de la bête avec deux victoires consécutives. Nul doute que le 0-3 à Lausanne a rempli la jauge de motivation des coéquipiers du magicien Stevanovic. L’homme est en forme. Avec 6 passes décisives sur les deux derniers matchs, et surtout 13 assists en 14 matchs de championnat, ce qui fait de lui le meilleur passeur de la ligue, loin devant Zhegrova (6 passes décisives).

Le Bosnien de Servette peut notamment compter sur Kastriot Imeri pour transformer ses caviars, lui qui vient d’enchaîner un but par match lors des quatre dernières rencontres ou encore sur Kyei, toujours aussi important devant.

Dans la capitale, les récents vainqueurs du derby du Lac de Genève, auront fort à faire face à une équipe qui s’est imposée contre Lugano (3-1) mercredi, rattrapant un match de la 4ème journée. Young Boys reste, malgré un départ de saison bien moins impressionnant que ces dernières années, une équipe difficile à jouer. Elle produit en moyenne 2.48 Expected Goals (XG) par match, et n’en concède que 1.09. Des chiffres largement supérieurs à ceux des hommes de Geiger, qui sont en moyenne à 1.73 XG en leur faveur, contre 1.65 XG à leur encontre.

L’entraîneur Genevois, qui a avoué au Blick s’être posé des questions notamment sur la place de Frick dans le onze de départ pendant la mauvaise passe vécue cet automne, a récemment commencé à faire tourner son effectif et placer des piliers sur le banc. Sauthier et Rouiller viennent d’enchaîner deux matchs hors du onze, au détriment de Vouilloz et Diallo. David Douline, lui, est de plus en plus performant et commence à se faire sa place parmi les titulaires, profitant de la blessure de Cespedes, le Bolivien étant indisponible jusqu’en 2022.

Samedi à 20 heures 30, sur la pelouse synthétique du Wankdorf, Servette tentera de ramener les trois points à Genève afin de continuer sa série de victoires et ainsi s’éloigner de la zone rouge. Surtout que la semaine prochaine, c’est le FC Bâle qui se dressera sur la route des Genevois…

Photo de Martial Trezzini

LAUSANNE-SPORT – SERVETTE FC : LE DERNIER DERBY DE L’ANNÉE

LAUSANNE-SPORT – SERVETTE FC : LE DERNIER DERBY DE L’ANNÉE

Servette se déplace ce dimanche à la Tuilière, accompagné d’un bon millier de Genevois, avec pour objectif de maintenir le LS à distance et d’offrir à ses supporters une première victoire dans un derby lémanique cette saison. Présentation d’un match unique en son genre, entre deux équipes que seuls quatre points séparent au classement. 

Ces moments suspendus dans le temps 

Un derby est toujours un match qui passionne. Celui du Lac de Genève est devenu, avec le temps, peut être le plus important aux yeux des supporters. Certains vous parleront avec mélancolie du triste 29 mai 2013, soir qui aura vu Servette être relégué sportivement pour la première fois de son histoire, après une saison catastrophique. D’autres vous rappelleront, avec des étoiles (comme celle qu’il y a sur le logo du Servette) dans les yeux, la magie de cette soirée de printemps 1999 où dans cette même Pontaise, les Genevois sont allés cueillir le dernier titre de champion obtenu par une équipe romande. Et puis il y a aussi ces nuits d’ivresse, de liesse, ayant suivi les buts d’Imeri en avril et mai 2019 qui resteront dans les têtes de tous les Grenat.

Depuis cette victoire 3-1 qui a envoyé Servette en Super League en mai 2019, les Genevois n’ont plus réussi à connaître le succès face aux Lausannois. Cela s’explique facilement pour la saison 2019-2020 puisque le LS militait, rappelons-le, en Challenge League. Mais lors du dernier exercice, Geiger et les siens ont été bien trop souvent mis en difficulté par les protégés de Contini. Lors du match inaugural, tout d’abord, lors duquel le LS a parfaitement maîtrisé son sujet d’un point de vue tactique. Le dispositif de Geiger a littéralement été étouffé par celui de l’actuel entraîneur de GC. Puis, lors des trois autres confrontations, qui ont vu des Grenat s’incliner à deux reprises au Stade de Genève, et ne réussissant pas à faire mieux qu’un point sur l’ensemble des quatre confrontations contre les Vaudois. Cela n’empêchera toutefois pas l’équipe romande la plus titrée de finir 3ème, alors que celle détenue par Ineos terminera, elle, au 6ème rang. 

Cette saison, il est difficile d’expliquer comment Servette a fait pour ne pas renvoyer les Lausannois chez eux sans le moindre point lors du derby fin septembre. Maîtrisants leur sujet, les hommes de Geiger ont généreusement offert un penalty au LS. Kukuruzovic ne s’est pas fait prier pour le réussir. Ce sera le dernier but de ce 1-1 gratifiant pour Borenovic et les siens, mais frustrant pour les Grenat. 

Enchaîner avec une deuxième victoire de suite 

Dimanche, les deux équipes arriveront non pas avec le plein de confiance, car bien trop fragiles actuellement, mais avec trois points obtenus avec courage la semaine dernière. Le Lausanne-Sport a réussi à aller chercher la victoire au Kybunpark de Saint-Gall, grâce à un but contre son camp des Brodeurs. Même s’il faut également relever la maladresse des Saint-Gallois en fin de match, les coéquipiers de Puertas ont livré une prestation correcte, qui se traduit notamment avec les statistiques : 1.60 d’Expected Goals (XGs) pour le LS, contre 1.41 pour Saint-Gall (selon Wyscout). Ce 1.60 est le chiffre le plus élevé des Vaudois en termes d’XGs depuis le début de la saison. A titre de comparaison, lors du dernier match contre Servette, le club partenaire de l’OGC Nice n’avait pas dépassé les 1 XGs (0.97 pour être précis). 

Qui sur le terrain ? 

Élément important à noter en vue de dimanche : Servette a vu son petit prince Cognat retrouver les terrains la semaine dernière à la suite de sa longue blessure à la cheville. Pas sûr toutefois de le voir titulaire, lui qui avait l’air bien essoufflé en fin de match contre GC. 

En plus du Français, c’est Dimitri Oberlin qui a également pu fouler à nouveau la pelouse du Stade de Genève, de retour également après une blessure. Lui non plus ne devrait pas être titulaire, mais le voir entrer en fin de match pour offrir un but aux Genevois n’est pas exclu. 

Le Onze de Geiger ne devrait donc pas être trop différent de celui de dimanche dernier. Les dernières inconnues se trouvent surtout à l’arrière. Sauthier, de retour de suspension pourrait retrouver sa place et renvoyer Diallo sur le banc, bien qu’il ait livré une assez bonne prestation contre Grasshopper, et tout en sachant que la vitesse du Français pourrait être un atout, connaissant la fougue des attaquants Lausannois. L’autre inconnu réside dans la charnière centrale. Quelle paire choisira Geiger parmi Rouiller, Sasso, Séverin et Vouilloz ? Réponse dimanche à 16h30, pour la première de Servette sur le synthétique (histoire de se rappeler que cette surface ne devrait pas exister en Super League) de la Tuilière. 

Servette FC – Grasshopper: Mettre fin au naufrage

Servette FC – Grasshopper: Mettre fin au naufrage

Après une pause internationale qui aura vue Imeri faire ses débuts sous le maillot rouge à croix blanche, les Servettiens tenteront de décrocher les trois points qui leur échappent depuis le 12 septembre et leur large victoire face à Saint-Gall (5-1). La bande à Geiger recevra Grasshopper ce week-end et tentera de sortir la tête de l’eau. Réaction attendue des Grenat, afin de se déplacer plus sereinement à Lausanne la semaine prochaine pour le derby du Lac de Genève.

Il y a deux semaines, les supporters genevois n’ont pas été rassurés par la prestation des leurs face au FC Zurich. Décevant, Servette n’a pas réussi à imposer son rythme et n’a que très rarement fait peur aux joueurs de Breitenreiter. Pour preuve, alors qu’ils étaient menés 1-2, les Genevois ne se sont créé aucune vraie occasion (entendez ici : Expected Goals XGs) lors les vingt dernières minutes du match. A noter aussi que les trois quarts des XGs de Servette viennent uniquement de Stevanovic. Statistique qui démontre qu’il y a un vrai souci en phase offensive actuellement.

Autre élément intéressant, le nombre de duels gagnés. D’après les chiffres fournis par Wyscout, c’est lorsque Servette a commencé à gagner plus de duels que le FCZ, que les Genevois ont vu Kastriot Imeri réduire la marque. Et après ? Plus rien. Une baisse de la possession de balle ainsi que d’intensité dans les duels gagnés ont suivi, et les coéquipiers de Rouiller n’ont rien pu faire pour sauver un point devant leur public. Cela faisait depuis avril 2013 que Servette ne perdait pas trois matchs de suite à domicile (sans compter la période Covid sans public, lors de laquelle il y a eu trois défaites de suite à Genève lors de la fin de saison dernière, alors que tout était déjà joué).

En face, les Grenat verront arriver au Stade de Genève une équipe de Grasshopper qui a tenu tête au champion en titre avant la trêve (1-1). Ils étaient à quelques minutes de remporter les trois points, mais c’était sans compter sur le traditionnel but de Young Boys dans les arrêts de jeu. Contini et ses hommes ont également profité de la pause internationale pour travailler leurs gammes lors d’un match amical contre le FC Vaduz (victoire 3-1 des Zurichois).

Lors de leur dernière confrontation, Servette et Grasshopper s’étaient séparés sur un score nul (1-1). Dimanche, même un point ne serait pas suffisant pour satisfaire les supporters genevois, qui ont grandement besoin de retrouver le sourire avant le déplacement à la Tuilière.

SERVETTE FC – FC ZURICH : NE PAS SOMBRER

SERVETTE FC – FC ZURICH : NE PAS SOMBRER

Un Servette en pleine noyade reçoit un FCZ qui est bien installé sur le podium de Super League. Les hommes d’Alain Geiger devront réagir ce dimanche au Stade de Genève pour reprendre un peu d’air et ne pas se retrouver sous la barre.

Décevants, les Servettiens n’y arrivent plus. La semaine dernière, ils se sont inclinés au Cornaredo (2-1) face à un Lugano réaliste. Du léger mieux était pourtant visible dans le jeu. Mais les absences de Cognat et Cespedes dans l’entrejeu se sont encore une fois faites sentir. Douline qui remplaçait le Bolivien, n’a pas livré une mauvaise prestation au milieu. Tout comme Valls, toujours aussi important dans le onze grenat. Mais les deux hommes ont été sorti par l’entraîneur des Genevois, laissant place à Nyakossi, défenseur de formation, et Rodelin, plus à l’aise dans un rôle d’ailier. Choix tactique difficile à comprendre, tant les Grenat étaient coupés en deux suite à cela. Les Luganais en ont profité pour inscrire le 2-1 par l’intermédiaire de Sabbatini. Servette ne s’en remettra pas, ne réussissant pas à se créer des occasions concrètes.

Quelques heures plus tôt, le FC Zurich et le FC Bâle offraient à la Suisse du football un des plus beaux matchs de la saison. Dans un Letzigrund en feu, les Zurichois ont réussi à sauver un point en toute fin de match grâce à leur buteur en forme, Assan Ceesay (neuf buts et cinq passes décisives en onze matchs pour le Gambien). Les hommes de Breitenreiter sont sur une série de 4 matchs sans défaite. Ils n’ont d’ailleurs perdu que deux matchs en ce début de championnat, face à Young Boys et Bâle. Solide.

Si Rouiller et ses coéquipiers comptent l’emporter dimanche, ils devront élever leur niveau de jeu et retrouver leurs qualités lorsqu’ils sont en possession du ballon. Cette équipe qui savait si bien gérer ses matchs et garder le ballon la saison passée, n’y arrive plus. Avec ou sans la balle, les Grenat ont perdu leur football. Lors de leur dernière confrontation face aux Zurichois, les Servettiens avaient réussi à ramener un point de leur déplacement au Letzigrund grâce à un splendide coup franc de Kastriot Imeri, l’homme en forme actuellement. 

Dimanche, Servette devra tout donner pour ne pas perdre devant ses supporters et surtout pour respirer un peu. On sait que le public genevois est capricieux. Et les deux derniers matchs à domicile, qui se sont conclus sur deux défaites (0-6 contre YB et 1-2 contre Sion), ne vont pas aider à ramener du monde au Stade de Genève. Espérons donc que Geiger et ses joueurs seront inspirés, car les inquiétudes sont grandissantes au bout du Lac.

FC Lugano – Servette FC : Sortir la tête de l’eau

FC Lugano – Servette FC : Sortir la tête de l’eau

Dimanche, Servette et Lugano s’affronteront pour la 2ème fois de la saison. Le premier duel avait vu les Tessinois l’emporter 0-2 et repartir de Genève avec les trois points. Les Grenat devront faire mieux s’ils espèrent sortir la tête de l’eau. Avant-match avec Giacomo Notari, rédacteur chez Proxifoot et futur journaliste reporter chez Blue Sports (interview complète en ligne ce vendredi soir sur Servettiens.ch).

Appelons un chat, un chat : Servette est en crise. Quatre défaites de rang toutes compétitions confondues, dont une vilaine humiliation mercredi à Thoune en Coupe Suisse (4-1). Rien ne va plus au bord du lac de Genève. Les défaites s’enchaînent et les Servettiens se rapprochent dangereusement de la place de barragiste. Seuls trois points les séparent du FC St-Gall. Giacomo Notari confirme : « Servette est sûrement en train de vivre sa période la plus difficile depuis sa montée ».

Face à Lugano, les Genevois auront fort à faire. Un match difficile les attend face à une équipe qui vient de sortir Young Boys de la Coupe Suisse. D’autant plus que depuis la promotion, le bilan de Geiger face aux Tessinois est loin d’être excellent. Sur neuf matchs, Servette ne s’est imposé qu’une seule fois, pour cinq défaites et trois nuls.

En face, Lugano, pensionnaire de Super League depuis 2015, commence gentiment à prendre de l’importance dans le championnat suisse. Notari nous le fait remarquer : « Lugano n’est plus dans les premiers cités lorsque l’on parle du maintien, cela est bon signe ». En plus de cette stabilité, ce que montrent les Tessinois sur le terrain est prometteur. Le changement d’entraîneur en début de saison y est pour quelque chose. Pour Notari, on peut observer un nouvel élan depuis la nomination de Croci-Torti, notamment dans le secteur offensif. Un joueur fait également parti de l’explication. Mattia Bottani est indispensable selon le futur journaliste de Blue Sports : « La lecture des matchs diffère en fonction de sa présence sur le terrain ». L’attaquant Suisse de 30 ans avait d’ailleurs inscrit un but lors de sa venue au Stade de Genève en août.

Malgré tout, les Luganais restent sur deux défaites consécutives en championnat. Un non-match face au FC Zurich (1-0) et un déplacement difficile à Bâle (2-0) leur ont empêché d’ajouter des points à leur compteur. Mais ce dernier affrontement reste encourageant pour les pensionnaires du Cornaredo. Ils ont été intéressants dimanche dernier et ont rendu une feuille de statistique plus que correct avec 57% de possession de balle au Parc Saint-Jacques. Le plus surprenant reste la quantité de tirs tentés, comme le mentionne Notari : « On n’a pas l’habitude de voir Lugano tirer vingt-quatre fois au but ».

Face à Lungoyi et ses collègues, nul doute que les hommes de Geiger feront tout pour sortir de la tempête et entrevoir quelques éclaircies. On espère que ce match qui s’annonce compliqué, permettra à Servette de se donner un peu d’air, car il en a bien besoin.

➡️ Les notes du naufrage à Thoune

➡️ L’analyse de Tribune Nord

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR