Une saison magnifique pour un titre historique

Une saison magnifique pour un titre historique

Un seul mot me vient à l’esprit quand je dois résumer cette saison incroyable que nos joueuses nous ont offert : magique. Comment résumer autrement cette saison ? Du début à la fin nos joueuses nous auront régalé et ce à presque tous les matchs. Retour sur une saison pour l’Histoire.

Qui aurait cru, en 2017, que la fusion entre le Servette FC et le Chênois Féminin donnerait, quatre ans plus tard, un premier titre au football féminin genevois ? Le dernier titre romand étant détenu par les valaisannes du FC Sion, il est normal que quelques décennies plus tard, il traverse le Rhône pour rejoindre le club du bout du lac. Dire que certains remontent le Rhône pour jouer dans un club luttant contre la relégation… Et oui, Servette est bien le club romand référence. Cet avis est purement personnel mais personne ici ne me contredira.

Comme tout le monde le sait, la saison 2019-2020 du football féminin a dû se terminer abruptement à cause de la pandémie qui nous aura tous touché. Une fin de saison regrettable alors que le SFCCF caracolait en tête du classement. Un goût amer planait alors sur le football genevois mais nos filles, avec cette fierté propre à nous Genevois (en plus de la grande gueule), se donneront corps et âme pour continuer sur cette lancée pour la saison 2020-2021. En effet, elles commenceront la saison par une écrasante victoire contre le FC Lugano sur le score de 11 à 0 ; quoi de mieux pour commencer une saison ? Elles enchaîneront alors quatre victoires consécutives avant de buter contre Zurich. Le reste de la saison ne sera qu’une formalité. Les protégées d’Éric Sevrac ne connaîtront alors que 2 défaites dans toute la saison et ce pour 20 victoires et 6 matchs nuls. Auteures alors de 81 goals tandis que nos gardiennes n’iront chercher que 16 fois le ballon au fond de leur filet. Avec des statistiques comme cela, ramenez-nous n’importe quel club européen !

Et c’est aussi ça la saison 2020-2021 de nos filles : la Women Champions League. Quelle fierté de voir cette compétition ici à Genève. Ni elles ni nous n’avons à rougir de cette élimination. Vous nous aurez représentés à travers l’Europe et pour cela… MERCI ! Genève est et restera le cœur de l’Europe.

Le seul petit bémol de cette saison sera très certainement cette défaite en 1/4 de finale en Coupe. Le doublé aurait été magnifique mais on l’espère, et on le sait, il sera pour cette prochaine saison.

Maintenant un énorme remerciement à celles qui auront porté le maillot grenat et permis à l’équipe d’être championne cette saison mais qui quitteront le club cette année : Marie Duclos, Gaël Thalmann, Yasmina Laaroussi, Maëva Sarrasin, Caroline Abbé et Marianne Di Pasquale. Bonne chance pour la suite de vos carrières ou alors profitez pleinement de vos retraites. Et comme qui dirait : » Des carrières magnifiques qui se terminent sur un titre historique »

Au nom de tout le peuple genevois, merci !

Allez Servette !

Une saison en dent de scie mais des Genevois avec des crocs en acier

Une saison en dent de scie mais des Genevois avec des crocs en acier

L’exercice 2020-2021 s’est terminé avec un dernier match de nos joueurs à la Praille et une défaite 1-2 contre St-Gall. Que penser de cette saison très complexe et chamboulée à cause de la pandémie qui nous aura tous touchés de près ou de loin ?

Il faut dire que nous n’avons pas commencé cette saison de la meilleure des manières en allant nous incliner 2 à 1 en terre halieutique. Mais comme à notre coutume de bon genevois, nous nous inclinons que contre les petites équipes en offrant un spectacle très souvent de piètre qualité. Nous en avons souvent fait les frais notamment face à Vaduz alors que nous pouvions battre un record vieux de plusieurs décennies, mais nos rêves se sont envolés comme ceux du PSG de soulever cette fameuse LDC ou bien les rêves de Cricri Constantin d’éviter la relégation du FC Sion. Ce schéma de jeu nous aura donc coûté beaucoup de points cette saison et notamment en Coupe. Lors de notre déplacement à Vevey nous n’avons creusé l’écart qu’en toute fin de match. Le scénario s’est répété lors de notre voyage à Kriens, club pensionnaire de Challenge League.

Selon la logique des choses, nous aurions dû gagner ce match dans les 90 premières minutes mais nous avons dû batailler en prolongations pour décrocher notre ticket pour les ½ finales. Une chose est sûre, cette année, Servette n’a jamais su tenir son rôle de favori. Lorsque nous n’avions plus le rôle de challenger tous les automatismes, les touches de balle, la finition devant le but, plus rien de tout cela n’allaient. Il serait temps de prendre un peu de confiance et d’accepter que maintenant Servette soit (re) devenu un grand club sur lequel il faudra compter ces prochaines saisons (SVP pas de bêtises avec l’argent le comité). Par la même occasion, Messieurs, un match commence dès le coup de sifflet de l’arbitre donc commencer nos matchs en encaissant un goal dans les 10 premières minutes de jeu n’est pas la meilleure option à prendre pour le reste de la partie.

Après avoir fait mon grincheux, je vais tout de même soulever les aspects positifs de cette saison (à défaut de voir Servette soulevé un trophée). Je voulais d’abord féliciter nos gars pour leur hargne qu’ils ont démontrée lorsque l’orage grondait. Durant de nombreux matchs qui semblaient pliés, jamais ils n’ont abdiqué et ont réussi à faire le dos rond pour ensuite ramener au moins un point. Un grand merci d’avoir également remis le Servette Football Club au sommet du classement avec cette troisième place qui nous avait manqué depuis trop longtemps. Malgré les blessures, le COVID, les semaines anglaises, vous nous aurez tout de même fait plaisir en cette période compliquée. Certains joueurs issus du mercato estival auront tout de même déçu et il serait temps de revoir 2 – 3 contrats à ces postes.

Félicitations à Miroslav Stevanovic pour sa 4ème saison consécutive en tant que MVP. Si tu lis cet article Steva’, s’il te plait mets moi des petits ponts. Encore une fois félicitations pour nous avoir rendu européens une saison supplémentaire. Play-off pour l’Europa League la saison passée, qualification pour la Conférence League cette année. Il faut croire que ce n’est plus juste la chance du néo-promu tout ça. En tout cas, après toutes ces années de galères merci d’avoir remis la lumière sur Genève. Post Tenebras Servette ! Et très chers amis valaisans, mieux vaut être un rat qui brille qu’un consanguin qui lutte plus difficilement pour le maintien que pour rejoindre sa cousine sous ses draps.   

Allez Servette !

Un retour en finale ou une nouvelle pression mal gérée ?

Un retour en finale ou une nouvelle pression mal gérée ?

En ce mercredi 5 mai 2021 le Grand Servette FC peut retourner en finale de la Coupe Suisse pour y affronter le FC Lucerne, vainqueur du très triste club d’Aarau. Pour cela, nos gaillards se doivent de battre St-Gall, alors 8ème du championnat et avec 4 unités d’avance sur Vaduz. Est-ce que nous allons retrouver une finale 20 après celle de 2001 qui nous aura vu devenir vainqueur de la Coupe Suisse avec un but d’Alexander Frei ou allons-nous sombrer encore une fois lorsque nous sommes sous pression ?

Mercredi, j’ai été déçu par beaucoup de choses. Pour commencer, je tenais encore à féliciter les organisateurs qui ont placé un match à 17 heures en semaine. Comment demander à mon patron d’aller se faire voir pour voir mon équipe jouer ? Mon job est éphémère, mais mon amour pour Servette est éternel. Les plus érudits d’entre vous me diront que le match a été programmé ainsi, car la RTS diffuse la Ligue des Champions à 21 heures. Peut-être, mais objectivement et en toute impartialité, Servette n’a-t-il pas la priorité sur n’importe quel club ou compétition ?

Quant au match, nous avons déjà atteint l’objectif de ne pas encaisser de goal dans les dix premières minutes, ce qui est un exploit cette saison. Chaque point positif mérite d’être souligné. Nous aurions déjà pu mener de deux buts à la mi-temps mais comme notre compère de la RTS l’a si souvent dit, Servette ne cesse de broder devant la cage adverse. Dans le jeu, nous étions au-dessus des St-Gallois très à la peine en cette après-midi de mois de mai et nous aurions pu tuer la partie durant les 45 premières minutes de jeu. On le sait, les équipes qui peinent à concrétiser leurs occasions se font souvent punir plus tard dans le match…

C’est ce qui est arrivé au pire moment du match. Durant cette deuxième mi-temps très pauvre en termes de qualité de jeu et d’occasions, nous nous faisons punir à la 84ème par Stillhart qui aura su tirer son épingle du jeu. Frick, qui normalement est irréprochable devant sa cage, se laisse surprendre par un centre-tir qui finira au fond des filets et nous éliminera donc aux portes de la finale.

20 ans après, nous ne retournerons pas en finale pour ramener la Coupe à la maison. Certes le jeu proposé était pauvre mais un autre élément a retenu mon attention. Nous jouons une demi-finale à domicile et le « « public » » qui devait jouer son rôle de douzième homme n’était pas à la hauteur de l’événement. Inexistant durant nonante minutes, ils ont fait peine à voir. Au lieu de donner 100 places à des gens qui postent fièrement sur Instagram « au stade pour voir le FC Servette hihi », ne valait-il pas mieux donner des places à des gens qui soutiennent leur équipe et qui l’encouragent surtout à un tel stade de la compétition. Le « « public » » est un énorme flop. Sérieusement, même dans un EMS en pleine canicule il y a plus d’ambiance que ce stade vide et meurtri par des personnes à peine concernées.

On reste concentrés pour le prochain match qui nous opposera au FC Lucerne, futur finaliste de la Coupe. Maintenant, il faut rester concentré sur la fin de championnat pour aller peut-être chercher cette deuxième place que nous nous disputons avec le FC Bâle.

Allez Servette !

Les photos de la rencontre

7Y3A3786-2
Aperture: 6Camera: Canon EOS 7D Mark IIIso: 320
« 1 of 17 »
8 minutes séparent le rêve du cauchemar.

8 minutes séparent le rêve du cauchemar.

En ce merveilleux dimanche 18 avril 2021 nos gaillards se déplacent du côté du Parc St-Jacques pour y affronter le club préféré d’une grosse boite pharmaceutique dont nous tairons le nom. Depuis ces 22 dernières années, le bilan de victoires du côté Servettien à Bâle est assez impressionnant vu que nous n’avons jamais gagné là-bas. Ce genre de statistique fait toujours plaisir car nous gagnons du temps pour vous écrire des articles plutôt qu’à faire un bilan statistiques.

En cas de nul ou de défaite, et avec une victoire d’YB, les Bernois se verront déclarés champions suisses pour la 4ème année consécutive. Par soucis de fierté (chaque Genevois se reconnaîtra.) je ne voulais pas donner cette chance aux oursons de célébrer leur titre. À 7 journées et avec 20 points de retard sur le numéro un, arriverons-nous à enfin gagner à Bâle, à retarder le sacre bernois mais surtout réussirons-nous à rester sur cette série de deux victoires en coupe et une en championnat ?

Pas du tout ! Après seulement 8 minutes de jeu, nous voilà menés de 3 à 0. Oui oui, 3 à 0. Quand il s’agit de s’approprier des records historiques il n’y a plus personne, mais quand il s’agit d’inscrire son nom dans la catégorie « je suis l’équipe ayant encaissé 3 goals le plus rapidement dès l’entame du match » là il y a du monde mais c’est pour ça que j’aime mon Servette. À jamais dans la légende ! Après tout ce que tu as fait Jeremy, après t’avoir élevé au rang de demi-dieux, en t’ayant placé au-dessus du soleil, tu me fais remarquer que finalement, tu n’es qu’un simple humain… 

Responsable sur le 3ème goal marqué par van Wolfswinkel, tu illustres parfaitement l’expression que « l’erreur est humaine ». Moi qui pensais que tu étais au-dessus de la race humaine me voilà attristé. Ce qui m’attriste également beaucoup plus ce sont les pieds de Nicolas Vouilloz. Garçon, à moins que tu chausses du 58, je ne comprends pas pourquoi ton foutu peton traînait aussi loin ?! Avec tes palmes tu offres le premier penalty aux Bâlois qui sera transformé par Frei. 

Petite dédicace à tous ceux qui pensent que nous avons perdu à cause de l’arbitrage et que le rouge de notre capitaine Sauthier n’était pas justifié… Je vous vois comme ceux qui clament haut et fort que les antennes 5G sont la cause du COVID et que les vaccins sont uniquement là pour nous injecter des puces. Pour vous, je vous souhaite que vous ne buviez que de la bière sans alcool pour le restant de vos jours. Sinon Gaël, explique-moi ton geste défensif sur le 2ème but marqué par Kasami, je t’ai vu plonger, mais pour quoi faire ? Enfin, explique moi ce qui t’a traversé l’esprit, je ne comprends toujours pas quel était le but premier de cet acte.

Sauthier à la traîne dans ce match se fera donc expulser à la 34ème minute. Meilleur fait de match pour notre capitaine qui aura porté ses fruits. En effet après son exclusion du jeu, nous n’avons encaissé que 2 goals sur 60 minutes de jeu. La direction du SFC demande à la Ligue de pouvoir jouer à 10 dorénavant. Mention spéciale à Fofana qui une fois de plus nous aura montré sa lucidité devant la cage en tirant plein centre sur le gardien Lindner. Merci Jeremy des quelques parades en deuxième mi-temps qui nous évitent d’encaisser encore 3 – 4 goals et de repartir de Bâle avec un score honteux. Finalement, Sasso laissera lui aussi traîner sa jambe dans la surface et accordera un second penalty au BigPharma FC. Décidément, ce brassard de capitaine porte malheur.

Sans rancune les gars. Nos copains du hockey appellent ça un « 5-0 canette ». Buvez-en une (et offrez-en une à tous ceux qui ont regardé ce match jusqu’au bout aussi) et concentrez-vous sur le prochain match. Nous recevons le FC Ch*on au Stade de G’nève et c’est une occasion parfaite pour renouer avec la victoire et enfoncer ces pratiquants d’inceste encore plus bas dans le classement.

Allez Servette !

Le Servette FC et les merveilles de la Coupe

Le Servette FC et les merveilles de la Coupe

Un petit déplacement du côte de Vevey pour ce 1/8 de finale aurait pu ravir bons nombres de supporters si la crise sanitaire que nous traversons tous nous l’aurait permis. Nous connaissons tous ces matchs pièges de Coupe avec David qui affronte Goliath mais où David l’emporte (aisément) sur un goal hasardeux puis défend ensuite à 10 pendant 85 minutes. Comment nos gars vont affronter cette équipe qui n’a rien à perdre et comment vont-ils gérer leur statut de favori ?

C’est ce qu’il s’est passé lors de cette rencontre dans le canton de Vaud en ce mercredi 7 avril 2021. Dès les premières minutes, le FC Vevey United, très actif sur le terrain, montre aux hommes d’Alain Geiger qu’ils ne sont pas là pour enfiler des perles. Une frappe qui vient finir la transversale de Kiassumbua met en garde les Grenat puis à la 17ème minutes, Grejohn Kyei montre qu’il est l’homme en forme du moment avec un goal contre son camp qui permet aux joueurs évoluant à domicile de mener 1 à 0. Actif dans les deux moitiés de terrain, l’attaquant genevois montre qu’il peut marquer dans n’importe quelle situation mais surtout dans n’importe quelle cage. Un très grand bravo au gardien veveysan également qui m’a permis de revoir un gardien de but jouer avec une casquette. Mon dernier souvenir d’un gardien portant un tel accessoire remonte à Oliver Khan avec le Bayern Munich. Belle dédicace de Zimmermann au portier allemand qu’il n’a rien à envier d’un point de vue du talent.

L’équipe d’Alain Geiger n’aura pas montré grand chose durant cette première mi-temps ni durant la seconde. Un coup de génie du grand Miroslav Stevanovic sur une assist signé Schalk permet aux hommes du bout du lac de revenir à 1-1. Le reste de la mi-temps sera couronnée d’un goal de Kyei qui aura trouvé le chemin des bons filets et d’un doublé d’Imeri sur penalty.

Je suis relativement déçu de cette rencontre car l’équipe proposée n’aura pas fourni le travail souhaité. Un Mendy sur le côté qui ne propose pas grand chose et qui est plus efficace à se rouler au sol plutôt qu’à amener du danger en attaque, un Imeri qui depuis déjà quelques saisons doit se positionner comme la relève du côté grenat. Steva’ et Cognat ensemble, c’est un régal à voir, ça joue, ça circule bien et ça va de l’avant et c’est ce jeu là que l’on veut voir. J’ai personnellement ressenti l’absence de Gaël Ondoua également qui montre encore une fois son importance dans l’effectif d’Alain Geiger. Ce qui est assez décevant au fur et à mesure des matchs, c’est l’effectivité de nos récentes recrues. Mendy qui n’a su s’illuminer que lors une seule rencontre montre encore une fois qu’il n’a pour le moment pas sa place dans l’équipe et que le banc de touche lui convient bien. Ce n’est pas un tel rendement que l’on demande de la part d’une recrue qui devait nous apporter énormément dans le jeu.

La semaine qui arrive s’annonce également très compliquée pour les Grenat : Un déplacement du côté de Zürich le 11 avril puis le match de 1/4 de finale contre le SC Kriens alors pensionnaire de Challenge League le 14 avril puis pour bien finir la semaine un match le 18 contre le FC Bâle.

C’est dans ces moments-là que nos gars ont besoin de nous et nous allons leur montrer que nous sommes là.

Allez Servette !

Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR