Des buts, la tribune en folie: recette d’un dimanche parfait

Des buts, la tribune en folie: recette d’un dimanche parfait

Quel plaisir de retourner au stade avec une ambiance qui aura également fait son retour. Fini les matchs dans un silence mortuaire, sans animations, sans tribune en feu. En ce dimanche 12 septembre 2021, le vrai football était de retour. Pour accompagner cela, nous accueillons un FC St-Gall un peu à la traine en ce début de championnat. Mais attention tout de même car nous restons sur deux défaites consécutives face aux hommes de Peter Zeidler.

Bon, commençons par le point négatif. Ces foutus matchs à 14h15 sont vraiment une punition collective infligée aux supporters de tout les clubs. A peine remis de ma gueule de bois de la veille, me voilà en route pour le Stade. De plus, la Tribune étant en plein cagnard durant 90 minutes, j’ai réussi à repartir avec le visage de la même couleur que le carton qu’a vu Guillemenot dès la 3ème minute de jeu. En effet, l’ancien Servettien n’a même pas eu le temps de lâcher une petite goutte de transpiration que celui-ci se fait exclure par Mr. Horisberger. Les larmes ruisselant sur son visage ne sont que les prémisses du restes de l’après-midi que vont devoir subir les St-Gallois.

Il n’aura fallu que sept minutes pour que Gaël Clichy se prenne pour Lampard et nous place une somptueuse volée sur corner. Les années à Manchester City sont encore bien entretenues dans les gambettes à ce que je vois. Après cela, nos gaillards ont été en totale roue libre. Sauthier qui se transforme en buteur, Cognat qui montre encore toute l’étendue de son talent et marque encore une fois puis Steve Rouiller qui se permet le luxe de ne pas planter un mais deux goals dans la même après-midi. A Genève, la meilleure attaque, c’est la défense. Pourquoi chercher des attaquants de pointes quand nos défenseurs se transforment en renard des surfaces ? N’oublions pas d’embrasser les crampons de Dieu Stevanovic qui se paie le luxe de délivrer trois passes décisives cette après-midi. Un Steva en feu sur son aile, des attaquants (défenseurs) efficaces devant les cages adverses, les petits plaisirs de la vie tout simplement.

La deuxième mi-temps n’aura été que du remplissage. Servette contrôle bien le jeu, les Brodeurs sont au fond du gouffre et moi je continue de cramer au soleil.

Ce qui a fait plaisir, c’est le retour de nos supporters dans les tribunes. Si aujourd’hui l’équipe avait autant de hargne sur le terrain, personne ne pourra le nier, mais c’est bien grâce aux gens présent en Tribune. Tant de chants n’ont plus résonné dans ce Stade que mes oreilles ont été bercées par ceux-ci durant 90 minutes. L’odeur des fumigènes, les bières qui volent sur chaque goal, cette tribune qui comme un seul homme se tient par les épaules… ça c’est le football.

Notre prochain match sera un match de Coupe. Quel régal c’est match de Coupe où tout peut arriver. Nous nous déplacerons du côté de Bâle pour y affronter le Concordia Bâle. Sur le papier le match semble totalement déséquilibré mais attention tout de même à ne pas tomber dans la facilité. Alain Geiger l’a très bien fait en fin de match, il aura fait rentrer des jeunes pour qu’ils savourent un peu les joies de la Super League. Pourquoi ne pas offrir à certains un peu de temps de jeu ce vendredi ?

Allez Servette

➡️ Les notes de Servette – Saint-Gall

➡️ La dernière analyse de Tribune Nord

Grasshopper – Servette et les 40 voleurs

Grasshopper – Servette et les 40 voleurs

Pour ce dimanche 29 août 2021, nous retrouvons en championnat une équipe que nous n’avons plus affronter depuis 2013. En effet, après différentes relégations, quelles soient du côtés genevoise ou zurichoise, celles-ci nous aurons privé du vrai match qui animait le football helvétique il y a de cela quelques années : GC – SFC. 27 titres de champion Suisse face à 17, une rivalité qui n’a rien à envier à un Classico. Nous voilà prêt à bouffer de la sauterelle.

Nous avons assisté à une très bonne première mi-temps dans sa globalité. Nos gaillards fournissent du bon jeu et un excellent pressing qui force les Zurichois à jouer relativement bas dans leur terrain. Cespedes se permettra même une folie en tirant en direction des buts de Moreira mais son tir finira quelque part dans une tribune vide. Tout cela sera conclut par une très belle frappe flottante de Cognat qui après son goal de la tête montre qu’il sait également prendre des initiatives avec ses pieds. Ce bonhomme n’est que talent et chaque partie de son corps le démontre chaque weekend. Cognat Ballon d’or 2021 ? Cela serait le minimum.

Arriva alors la fatidique 37ème minute et son penalty accordé aux joueurs évoluant à domicile. Sauthier commet une « « faute » » dans la surface et c’est sans trembler que Campana transforme ce penalty très généreux. Mr. Wolfensberger aurait-il vu quelque chose à la VAR qui nous aurait échappé ? Ou ne serait-il qu’un simple arbitre généreux ?

La deuxième mi-temps ne sera pas de la même qualité que la première. Beaucoup plus ennuyante, nos joueurs ne parviendront pas à creuser l’écart malgré leurs nombreuses occasions comme celle de Kyei qui décida de faire seul devant les cages adverses. Malheureusement cela ne finira pas au fond. La deuxième décision litigieuse vient lorsque Schalk pense avoir marquer le 2ème goal. Certes le ballon entre en contact avec sa main et la règle stipule bien que lorsque le ballon touche la main sur une action de but, le but doit être annulé. Mais il me semble bien que le défenseur de GC touche ce même ballon avant notre attaquant.

Un arbitre aux fraises, une équipe à la traine en deuxième mi-temps et voilà tous les ingrédients qui font que nous ne ramenons qu’un seul petit point du Letzigrund. Tout n’est pas à jeter, il faut saluer la très bonne première mi-temps que nous avons fait. Mais il serait temps que la Ligue décide d’engager des arbitres compétents. Mr. Wolfensberger est peut-être un très bon arbitre pour aller officier un match de Chiasso par exemple, voir même de Kriens. Il serait temps de fouiller dans ses dossiers pour voir si il ne possède pas des parts chez GC.

Le prochain match se jouera à la Praille contre St-Gall. Les St-Gallois sont un peu à la traine en ce début de championnat et il faudra faire le maximum pour ramener les 3 points lors de cette rencontre qui sera synonyme du retour des supporters en Tribune. La présence du 12ème homme grenat ne pourra qu’être bénéfique afin de faire vivre à nouveau ce Stade bien trop silencieux depuis plus de 18 mois.

Allez Servette !

➡️ Le tableau noir de la rencontre

➡️ L’analyse du match

SFC – FCL | Une formalité pour ce dimanche ensoleillé

SFC – FCL | Une formalité pour ce dimanche ensoleillé

Pour ce dimanche 22 août 2021, nous recevons un FC Lucerne très mal parti dans ce début de championnat. 3 matchs pour un seul petit point gagné et déjà 9 goals encaissés en 3 matchs. Un beau ratio de 3 ballons que doit aller chercher Vasic dans ses filets par rencontre, cela serait bête de ne pas en profiter. Rappelons-nous également que nous sommes sur 2 défaites de rang (Lugano puis Bâle). Fabio Celestini tendu en avant match, des Servettiens gonflés à bloc et des chants lointains qui résonnent dans le stade… tout semble s’aligner pour nous offrir une belle après-midi.

En effet, le Maestro grenat, l’immense Stevanovic n’aura mis que 16 minutes pour faire ce qu’il sait faire de mieux. Alors certes il sait tout faire mieux que vous, mieux que moi mais lorsqu’il est dans ses bons jours, le joueur genevois est inarrêtable. Celui-ci dépose un caviar de centre à notre meilleur joueur de tête de par sa taille et son physique : Timothé Cognat. Il s’agit là très certainement d’un schéma de jeu que nous allons revoir à maintes reprises dans le championnat et très certainement dans des très grandes compétitions européennes. MS9 pour les intimes s’illustre encore une fois avec une talonnade digne du mode FIFA Street et se permet même de marquer alors qu’il voulait centrer. Mais qui peut arrêter un tel Homme ? Ce dernier s’offrira même un but. C’est bien sympa de mettre ses copains dans la lumière mais il faut parfois aussi se faire plaisir. Et en se faisant plaisir, il m’aura fait plaisir. Pour conclure avec brio cette après-midi, saluons l’action du 4ème goal avec un superbe jeu dans la surface entre Oberlin et Rodelin. Chapeau Messieurs.

Outre le score qui peut faire croire que le match était facile (il l’était), je tenais à saluer le jeu de nos gaillards qui nous ont régalé sur tous les secteurs. Pressing haut, présence physique, tirs au but, duels gagnés etc… Tout était là. Certes Lucerne n’est pas au top en ce début de saison mais cela n’enlève en rien la qualité de jeu offerte par les hommes d’Alain Geiger. Et si ce match nous aura paru facile, c’est grâce à nous joueurs. Toutes ces petites erreurs qui nous faisaient commencer le match en étant menés au score, ces erreurs à répétitions, cette timidité que l’on pouvait sentir lors des attaques,

Pour conclure cette belle après-midi, il m’a semblé entendre au loin, venant du côté de la Tribune Nord, quelques sons, quelques coups de tambour et des cris de passionnés. Quel plaisir de réentendre certains chants, de ressentir, toute proportion gardée, cette ferveur du 12ème homme pour pousser son équipe lorsque celle-ci en a besoin. Que les gens comprennent ou ne comprennent pas la décision des supporters ne pas entrer dans le Stade, cette réflexion est propre à chacun. Mais personne ne pourra le nier, sentir cette énergie qui s’émane de la Tribune n’aura été que bénéfique cette après-midi.

Le prochain match nous fera affronter les sauterelles de Zürich. Les plus anciens connaissent les rivalités entre ces deux clubs qui, à une certaine époque, roulaient sur la Suisse entière. Le retour du match Aigle vs. Sauterelle est un vrai régal pour les plus anciens. En espérant que le score soit à l’image de la chaîne alimentaire.

Allez Servette !

➡️ Le tableau noir de la rencontre

➡️ L’analyse radio de la rencontre

Minute supporter : Il faisait beau et chaud….

Minute supporter : Il faisait beau et chaud….

Ahlala ces déplacements au Parc St-Jacques…  à chaque fois que j’y repense j’ai une petite larme qui coule, voir même deux. En effet, il s’agit du dernier déplacement que nous avons pu faire avant que cette méchante pandémie nous affecte tous. La deuxième larme qui me coule le long de mon visage coule depuis autant de temps que remonte notre dernière victoire en terre Läckerli.  Allons-nous changer la donne en ce dimanche 8 août 2021? Où allons-nous subir le même sort que nos con-frères (ça va les exciter ça parle de la famille) ?

Dès les 5 premières minutes j’ai su que l’on était dans de beaux draps. Quand notre milieu bolivien se prend 2 petits ponts et un carton jaune tu sais de suite que tu vas passer une après-midi plutôt longue. Le short blanc du joueur grenat est devenu quelques peu foncé et a eu tendance à s’obscurcir au fur et à mesure de la rencontre. Des relances hasardeuses, une rupture d’anévrisme à chaque pressing adverse et une responsabilité sur plusieurs buts adverses, c’est vraiment une après-midi à oublier pour notre cher Cespedes. Il n’est pas le seul fautif de ce fiasco à Bale. Sasso qui ose nier qu’il n’a pas volontairement mis la main pour stopper le trajet du ballon en direction du goal m’a fait penser au célèbre “pas touchéw” de Brandao, mais avec le charisme en moins. Un rouge logique s’en suit et nous voilà à 10. J’ai continué à y croire tout comme le fait que j’ai continué à croire en mon parcours universitaire. Résultat: j’écris des articles bénévolement.

Une chose m’a intriguée lors de cette rencontre. Lorsque j’ai vu Cabral sortir suite à sa mauvaise retombée sur son épaule j’étais un peu soulagé. Mais tel un véritable héros de guerre, celui-ci revint en héros sur un fond d’explosion à la Michael Bay et une bande son d’Apocalypse Now, le Brésilien décida de planter 4 goals en ayant l’audace de laisser un penalty au tout jeune Esposito.

Une après-midi à oublier pour nos gars. Nous n’avons pas existé lors de cette rencontre et le score l’illustre parfaitement. Beaucoup d’occasions galvaudées, des phases offensives à ne pas faire peur à une D4 laotienne et un Jeremy Frick pas non plus irréprochable sur les goals bâlois. Nous avons tout de même fait mieux que les Valaisans. Oui, la consolation est bien maigre mais on prend ce qu’on peut (et pas nos sœurs nom d’un chien).

Prochaine rencontre : Amical St-Prex. J’espère qu’il n’y aura rien d’amical lors de ce match de Coupe. Pourquoi ne pas faite jouer quelques jeunes en plus comme lors des matchs de préparation par exemple ?

Allez Servette

➡️ La rubrique tableau noir du match

➡️ L’analyse de Tribune Nord sur le match

Pourquoi donc changer les bonnes habitudes ?

Pourquoi donc changer les bonnes habitudes ?

Qui dit 1er août dit forcément fête nationale suisse, mais qui dit dimanche après-midi dit forcément match de football. En effet, en ce dimanche d’anniversaire pour la Confédération, nous accueillons donc le FC Lugano pour ce premier match à domicile de la saison 2021-2022. L’équipe tessinoise nous pose pas mal de soucis ces dernières années (2 victoires seulement depuis 2015). Les choses vont-elles changer aujourd’hui ? Le court périple européen nous aurait-il permis de nous lancer dans cette nouvelle saison sur de bons rails ou allons-nous retomber dans nos travers ? Après la magnifique nuit européenne et l’ambiance qui a régné dans le stade, j’espère qu’en ce dimanche un peu maussade nous aurons la chance de vivre les mêmes émotions.

  Le principal défaut que je peux trouver à cette équipe c’est son manque de finition devant le but adverse. Il s’agit là d’un souci qui nous a souvent pénalisé lors des précédentes saisons. Si nous voulons faire table rase du passé, nous n’avons qu’à voir les deux précédents matchs de nos gaillards à Molde ou à Tourbillon. Nous aurions pu nous mettre à l’abri dès le début du match et nous n’y arrivons pas. Encore une fois ce dimanche, sur deux caviars du meilleur joueur, du plus séduisant, du plus talentueux de la Ligue, Cognat puis Kyei n’arrivent pas à la mettre au fond. A croire que mener au score d’entrée de jeu ne nous intéresse pas. Afin de ne pas nous subjuguer de par l’immensité de son talent, il se permet de louper un contrôle et une frappe qui a le poids d’un but. Tout lui est pardonné.

            Qu’a donc donné Alain Geiger à ses joueurs lors de la pause ? En effet, à peine revenu sur la pelouse et nous voilà menés au score. Cespedes et Severin se font abuser sur le côté gauche. Cespedes qui aura un temps de retard sur le deuxième but également. Par la suite, nous n’aurons plus rien à nous remettre sous la dent. Encore une fois, nous aurons donc livré une prestation plus que moyenne contre nos amis tessinois. Encore une fois, ce sont trois points envolés bêtement.

            J’espère que l’ironie dans mon premier paragraphe aura été descellée. Comment Jean-Kevin, après un match au stade, peut-il se permettre de dire qu’il n’y a pas besoin de supporter pour rendre un match plus vibrant, que le douzième homme n’est pas forcément nécessaire ? Où sont ces gens qui ne lançaient que deux chants lors d’une nuit européenne mais qui ne vont pas au Stade dimanche car ce n’est « que » Lugano ? Les clubs ont besoin de supporters pour pousser leur équipe, pour animer les tribunes et apporter ce petit quelques choses en plus lors des moments plus compliqués. Il serait enfin temps que la Ligue se mette à réfléchir à tout ça, que des vraies mesures soient prises et que nous puissions à nouveau entendre ces stades vibrer. Les seules personnes qui resteront fidèles au club, ce sont bien eux.

            Dimanche un autre gros morceau nous attend, il s’agit du FC Bâle. Un sentiment amer, car il s’agissait du dernier déplacement auquel nous avons pu nous rendre. En espérant à nouveau vite goûter à ces joies que nous apportaient ces matchs à l’extérieur, il est primordial de tout faire pour rapporter les trois points du St Jakob Park.

Allez Servette !

Vous avez loupé la rubrique tableau noir ? Vous pouvez toujours la lire ici.

Vous pouvez toujours écouter la dernière analyse sur SoundCloud.

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR