Le trio gagnant ? De la neige, un déplacement à Lausanne et un secteur visiteur plein !

Le trio gagnant ? De la neige, un déplacement à Lausanne et un secteur visiteur plein !

En ce dimanche 28 novembre 2021, nos gaillards se rendent dans le nouveau port vaudois. Les supporters ne connaissant pas encore la Tuillière, ce déplacement est pour eux une belle occasion également pour inaugurer leur venue dans ce nouveau stade de la grande banlieue genevoise. Ce n’est pas le match le plus excitant de la saison d’un point de vue footballistique. Entre un LS en barragiste, un SFC plus proche de la zone relégable que de Zürich, ce n’est pas foufou. C’est la phrase que j’aurais pu sortir si j’étais un vieux grincheux aigri. Du coup, je motive mes compères, je sélectionne mes meilleures bières, tous dans le train et tout le monde à Lausanne !  

Comment j’ai su que ce match était déjà plié ? Tout simplement car la météo était de notre côté. En 2019 et par une belle neige tombante sur le royaume des pêcheurs, nos joueurs se sont imposés sur le score de 0-2 grâce à des réussites de Koné et d’Imeri. Entre temps, le stade de la Pontaise a été redistribué au SLO et la Tuillière a été bâtie. Leur point commun ? Les Vaudois peinent à les remplir. Le football n’a peut-être pas sa place en terre vaudoise. A chaque fois que Servette se déplacera à Lausanne, ça sera sous la neige uniquement. A croire que ces conditions météorologiques nous réussissent bien.

Dès le début du match nos joueurs ont endossé le rôle d’Ordralfabétix et ont agrippés leur poisson sans jamais le relâcher. Et le carton rouge de Puertas nous aura également grandement aidé. Au retour des vestiaires, les Grenat ouvrent le score avec une célébration qui va devenir iconique. Notre MVP en plus de jeter un clim’ dans cette Tuillière en profite pour rappeler d’un superbe geste que les Lausannois sont et resteront de simples pêcheurs.

Le match en plus de s’être gagné sur le terrain, celui-ci s’est gagné encore plus facilement en tribune. Après la sortie médiatique remplie de mauvaise foi du vice-président du LS, le peuple du bout du Lac a décidé de répondre présent pour ce match. En effet, à trop chercher un Genevois, celui-ci ne peut que réagir. Ce ne sont pas moins de 2’300 supporters du Grand Servette FC qui ont envahi la poissonnerie de la Tuillière. Nous n’avons pas uniquement rempli le secteur dédié aux visiteurs, nous avons également bien rempli les places autour de ce-dernier. De quoi faire résonner un « aux Armes » humiliant pour les locaux qui ne pourront rester que muet face à son adversaire du jour. Lausanne est grenat !

Un match complet avec non pas un, ni deux, mais trois caviars délivrés par Steva’ qui lui permettent d’être le meilleur passeur décisif tous championnats confondus. Quel mot n’ai-je pas encore utilisé pour décrire ce génie ? Que tous les supporters servettiens remercient le Seigneur que notre Micha décide de rester sous nos couleurs. Encore une fois, Imeri arrive à trouver le chemin des filets pour son 4ème match consécutif. Notre joueur est sur une excellente lancée et qu’il continue afin que celle-ci perdure.

Après un tel engouement en ce dimanche, il est beau de rappeler qu’il y a également d’autres déplacements dans l’année. Et pour cause, le prochain sera ce samedi et les protégés d’Alain Geiger se déplaceront du côté du Wankdorf à Berne pour y affronter le champion en titre YB. Après ces très grosses performances, restons sur cette excellente lancée et tentons de ramener ces trois points de la capitale factice.

Un dernier mot pour Alain Geiger. Celui-ci a été vivement critiqué par beaucoup de supporters lorsque le club allait mal. Mais je suis tout particulièrement heureux pour lui qu’il ait su répondre et de la plus belle des manières : sur le terrain. C’est la signature d’un grand coach. Mr. Geiger, sachez que je vous porte dans mon cœur et merci de faire de cette équipe une équipe plaisante à voir jouer.

Allez Servette

Photo réalisée par Marc Delacrétaz pour GE-Sports

Et puis l’aigle mangea la sauterelle – La Fontaine 2021

Et puis l’aigle mangea la sauterelle – La Fontaine 2021

En ce dimanche 21 novembre 2021, le Grand Servette FC reçoit un adversaire avec qui il partageait les titres il y a de cela quelques années. Pour les plus jeunes d’entre vous, sachez que le palmarès entre le SFC et GC se résume à 34 titres de champion Suisse. 27 titres en faveur du club de la banlieue zurichoise tandis que les propriétaires du lac ont été 17 fois champions. Autant dire que d’un point de vue footbalistique, c’est un sacré bond en arrière que les plus anciens ont du fortement appréciés notamment après ces tristes relégations.

Tout d’abord commençons par le point négatif. Il est vrai que ces derniers temps, les résultats n’ont pas été à la hauteur du potentiel de l’équipe et malheureusement cela s’est fait ressentir sur l’affluence du jour. 5’027 pauvres spectateurs étaient présent au Stade… Un chiffre bien triste qui se rapproche plus d’une affluence de Challenge League que de Super League. Supporter son équipe ne se fait pas uniquement lors des éclaircies mais également lorsque quelques nuages tendent à rôder au-dessus de nous. Je ne comprends pas comment nous ne pouvons même pas être au moins 8’000 pour un match un dimanche après-midi.. Malgré cela, les Tribunes ont été bien festives, bien bruyante et cela a certainement aidé nos joueurs.

Pour ce qu’il s’est passé sur le terrain, j’ai été grandement surpris du jeu proposé par nos gaillards. Un jeu vers l’avant, très bien orchestré notamment par un Steva’ en feu qui délivrera 3 passes décisives dans ce match, des duels gagnés, un bon pressing.. Bref, un très bon Servette. C’est pour ce genre de jeu que je ne regrette pas une seule seconde de rester dans le froid pendant 90 minutes debout à regarder mon équipe. D’ailleurs, la cerise sur le gâteau a été de voir le doublé de Gr8john Kyei. Après une telle démonstration de lucidité offensive, de roublardise devant les filets adverses et surtout celui qui marque ce 3ème goal, je ne serai pas étonné que les plus grands club d’Europe l’appellent. La clause libératoire serait estimée à 80 millions.

Nous aurions déjà pu nous mettre un peu à l’abris sans ce penalty stoppé par Moreira. Valls échoue mais quelques secondes plus tard Imeri arrive à trouver le chemin des filets depuis un angle improbable. Lui seul a le secret de telles frappes.

Malheureusement, Servette retombe dans ses travers et laisse GC revenir à 2-2. Sur un penalty fièrement accordé par Mr. Jaccottet en personne puis sur une frappe pas si terrible que ça qui finira par chance dans la lucarne de Frick, les Sauterelle reviennent au score. Mr. Jaccottet qui au passage devrait penser à rendre sa licence d’arbitre. Des décisions hasardeuses, des mains visibles depuis la Tribune mais étonnement pas depuis son emplacement, tout cela tend à se demander si un rendez-vous en urgence ne devrait pas être pris chez l’ophtalmologue.

Bref, ces 3 points font du bien. Tant pour le moral de l’équipe tant pour nous. Après cette tempête que nous avons traversée, nos apercevons enfin quelques éclaircies. Alain Geiger doit également souffler de son côté. Dimanche, nous nous déplacerons du côté des pêcheurs. Un déplacement de 45 minutes donc 0 excuse pour ne pas être motivé à venir faire péter cette Tuillière. Dimanche le lac sera genevois, dimanche Lausanne sera grenat.

Post Tenebras Lux

Allez Servette!

ERROR 404 – Servette not found

ERROR 404 – Servette not found

Aujourd’hui est un bien triste jour pour écrire un article. En effet, voilà une sixième défaite de rang qui ne sera pas passée ni pour moi ni pour bons nombres de spectateurs présents contre Zürich en ce dimanche 7 novembre 2021.

Comme je l’ai dit lors d’un précèdent article, les matchs à 14h15 sont un supplice pour beaucoup d’entre nous. Mais le véritable supplice se trouve sur le terrain. En effet, après une semaine de boulot je me dis que mon club de cœur va égayer mon weekend… Quelle naïveté. Une sortie misérable en Coupe contre un club de Challenge League, une saison en demi-teinte même si celle-ci tend plus sur le sombre que le clair, une équipe qui ne mouille pas le maillot… le cocktail est plus qu’explosif.

En aucun cas je ne peux reprocher à nos gars de perdre des matchs. Mais il y a perdre et se faire humilier chaque semaine. Quand je vois des supporters prêts à se coltiner des déplacements aux quatre coins de la Suisse pour soutenir NOTRE club, représenter NOTRE canton et porter NOS couleurs, je me dis que le minimum serait d’au moins faire semblant d’en avoir quelque chose à foutre sur le terrain.

Beaucoup trop de joueurs sont présent sur le terrain uniquement pour faire acte de présence. C’est bien beau de pouvoir mettre sur Instagram ou Twitter « joueur pro au SFC » mais réveillez-vous ! Porter ce maillot est une fierté dont bons nombres de gamins rêveraient. Eux auraient les tripes d’aller au duel, au contact, de provoquer l’adversaire. Eux au moins, auraient l’amour du blason, celui que l’on porte tous dans notre cœur.

J’en ai marre de voir le spectacle se répéter chaque semaine. Quand je vois des joueurs tout sourire aller taper leur meilleur selfie et interview en zone de presse après la défaite contre Thoune en Coupe, ça me fait vomir. Ou est votre orgueil, votre fierté ? Rappelez-vous les gars, nous sommes des supporters fiers de notre club, de notre histoire et de notre maillot. Alors bougez-vous, mouillez ce maillot et faites que ces 90 minutes soient un moment de joie pour nous. Mais également, qui êtes-vous pour ne pas venir saluer vos supporters après une victoire ou même une défaite ? Qu’il pleuve, neige, que l’on gagne ou perde, NOUS serons toujours là, NOUS serons toujours derrière vous donc le minimum serait de venir saluer ce public fidèle qui a su répondre présent après beaucoup de sombres années qui sont aujourd’hui loin derrière nous.

Quant à nos employés de bureau, il serait temps de porter ses parties génitales et dire que clairement, les choses vont mal. Noyer le poisson n’est pas une solution viable sur le long terme. Un mercato pitoyable avec des recrues dont la présence n’apporte strictement rien, une 8ème place qui ne nous laisse qu’à 4 points de la lanterne rouge et une équipe avec la pire défense du championnat ex-aqueo avec Lausanne, voilà des statistiques bien tristes pour notre club.

Cette pause internationale devrait faire le plus grand bien à tout le monde afin d’apaiser le climat tendu qui règne au sein du club. Nous devons à tout prix nous relancer contre GC et Lausanne afin de s’éloigner de cette foutue zone de relégation.

Alors les gars, dans la vie tout n’est pas rose, il y a des hauts et des bas. Aujourd’hui on est clairement au plus bas. Mais dorénavant, bougez-vous ! Vous avez pu constater le mécontentement des supporters dimanches après le match. Réfléchissez à cela, représentez-vous ce que c’est que de porter le maillot du Servette. Vous avez une semaine de répits, mais au prochain match, ce ne sont plus des simples joueurs que nous voulons voir mais des guerriers prêt à tout pour défendre ce maillot et ce club.

ALLEZ SERVETTE !

Jeu pauvre, arbitre nul: ingrédients d’un mauvais dimanche

Jeu pauvre, arbitre nul: ingrédients d’un mauvais dimanche

En ce dimanche 17 octobre 2021, les Servettiens se déplacent du kybunpark pour y affronter le FC St-Gall. Ce dernier n’étant pas dans sa plus grande forme, il serait judicieux de notre part de tenter d’aller gratter quelques points là-bas. Rappelons toutefois que nous ne sommes pas non plus dans la plus grande forme. Après une écrasante défaite contre YB et des points perdus bêtement contre les pêcheurs du lac de Gn’ève, il serait temps de renouer avec la victoire et de ramener trois précieux points pour continuer d’aller chatouiller ce haut de classement, trop rempli de Bourbines à mon goût. La dernière rencontre s’était terminée sur le score de 5-1 pour les hommes d’Alain Geiger. Allons-nous réitérer l’exploit ?

C’est dans un Kypunpark relativement silencieux que le coup d’envoi est donné. Les supporters st-gallois se font discret tandis que les vaillants supporters genevois qui ont fait le déplacement à travers toute la Suisse sont venus en bon petit nombre et se font quand même bien entendre. Ce silence est sûrement dû au fait que le peuple saint-gallois doit s’ennuyer à mourir les week-ends. Outre la vie étudiante la semaine, il est important de rappeler que la population locale se réduit de plus de 50% dès le vendredi soir. À l’image du vide qui règne dans la ville, on retrouve également ce même vide dans le jeu proposé par nos gaillards. En effet, durant les 45 premières minutes de jeu, nous ne sommes que l’ombre de nous-mêmes. 0 tir cadré, un jeu plus que pauvre et des relances approximatives, autant dire que nous nous en sortons bien en ne prenant qu’un seul goal à la 35ème. Je tiens à souligner le bon match d’Omeragic. Très propre sur sa ligne et dans ses sorties, il ne peut rien faire sur la tête de Duah laissé bien seul par la défense. Mais le fait le plus marquant de cette première mi- temps, c’est le retour de la casquette sur la tête du gardien. Un régal de voir cet accessoire à nouveau sur les pelouses. Fini les tatouages, les coupes farfelues et les crampons roses fluo, ON VEUT DES CASQUETTES !

La deuxième mi-temps sonnera le réveil des Grenat. Ceux-ci décident enfin d’aller s’aventurer du côté de la cage d’Ati-Zigi. Rien de bien intéressant jusqu’à l’égalisation de notre renard des surfaces, le grand attaquant Steve Rouiller. Sur un caviar du magnifique Stevanovic, celui-ci remet les deux équipes à égalité.

Puis vient la fameuse 93ème minute… Celle qui mettra le feu du bon côté du lac. Sur une action aérienne et un attentat avec le combo coude + genou en avant sur Schalk, les St-Gallois récupèrent le ballon et marque le 2-1. Les St-Gallois exultent, les Genevois sont dépités. Incompréhension dans le parcage visiteur, et les locaux qui jubilent. Intervient alors Monsieur Piccolo, désormais l’homme le plus détesté après Jaccottet. Comment cet incompétent a-t-il pu valider ce goal après avoir entraperçu la VAR. À tous les coups, il n’a même pas regardé la bonne action du match, ce n’est pas possible. Avec une telle incompétence et ses nombreuses erreurs d’arbitrage (du côté St-Gallois ou Genevois) cet homme ne devrait en aucun cas siffler à nouveau des matchs de Super League. Ni même de 2ème Ligue Inter…

Le gros bémol de ce week-end n’est autre que la VAR. Après le gros scandale qu’il y a eu entre YB et Lucerne, en voilà un autre en ce dimanche. Ne nous étonnons pas de ne pas voir d’arbitre suisse en phase finale de grandes compétitions mondiale ou européenne quand on voit le niveau de ceux-ci tous les week-ends…

Le prochain match n’est autre que le derby du Rhône. Oublions ce match et repartons de l’avant. Avec le retour de Frick et de Cognat (je l’espère), il serait temps de relancer la machine et de mettre un coup à ces Sédunois afin de leur montrer que le vrai club romand c’est nous. Dimanche, c’est derby, dimanche, c’est la guerre, dimanche, ce sont les 3 points. Rendez-nous fiers !

Allez Servette

➡️ Le tableau noir du match

➡️ L’analyse de Tribune Nord

Jeu, set et match Young Boys

Jeu, set et match Young Boys

En ce dimanche 3 octobre 2021, les Grenat reçoivent le champion Suisse 2020-2021 au Stade de Genève. Un défi de taille, compte tenu du parcours que réalise YB en ce début de saison : 2e du championnat, une excellente 2e place dans leur groupe de Ligue des Champions grâce notamment à une victoire dans le Fergie-time contre Manchester United. Une sacrée ironie non ? Mais restons concentré sur notre championnat dont les droits TV sont en pleine négociation avec les plus grandes chaînes de télévision. Eh oui, le championnat suisse, selon plusieurs médias, vaut mieux que la Premier League. C’est un fait. Notre dernière rencontre contre les oursons de Berne se sera terminée sur une victoire servettienne sur le score de 2-1. Pourrons-nous à nouveau battre cette solide armada jaune et noir ?

Y a pas à dire, les matchs à 16h30 un dimanche sont nettement meilleurs que ces foutus matchs programmés à 14h15. Premièrement, car mon réveil est en général programmé pour 14 heures un dimanche, mais surtout que regarder un match avec le soleil qui vient flirter avec mon visage pour me laisser une marque rouge dégeulasse digne des plus beaux Anglais que l’on voit chaque été à la plage, ce n’est pas le meilleur atout séduction pour séduire Corinne de la compta’ à la machine à café le lundi matin. Bref, j’étais déjà heureux de pouvoir aller tranquillement au Stade à des heures décentes, je me disais que tous les astres étaient alignés pour passer une bonne après-midi.

Que nenni ! 20 premières minutes hachées, des fautes de tous les côtés et peu d’actions réellement dangereuses. On s’ennuyait un peu. À plusieurs reprises, M. Fahndrich aurait pu dégainer sa petite biscotte. Peut-être ne l’a-t-il pas fait pour ne pas montrer son adoration pour la couleur jaune ? En effet, celui-ci a préféré sortir directement le rouge pour notre portier Jeremy Frick. Sur une faute de la plus haute gravité qui a mis en danger l’intégrité physique du joueur bernois, notre gardien se fait donc sortir « logiquement ». Nous assistons donc impuissant au tournant du match à la suite de cette double sanction. Penalty + rouge = goal + infériorité numérique.

Je ne parlerai pas de la deuxième mi-temps, car celle-ci a déjà été effacée de ma mémoire. Je saluerai juste le bon match qu’aura réalisé Omeragic. Solide sur beaucoup d’actions, quelques belles parades et un beau plongeon sur le penalty de Moumi. Il n’était qu’à quelques centimètres de toucher ce ballon, ce qui aurait pu, peut-être, changer le cours du match. Félicitations également au public qui sera resté jusqu’au bout, qui aura encouragé son équipe et qui aura chanté plusieurs minutes après le coup de sifflet final.

« La plus belle des gloires n’est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute ». Ce vieil adage de notre cher Confucius prend aujourd’hui tout son sens. On a pris une ÉNORME fessée contre Berne, c’est un fait. Une page se tourne, une nouvelle doit être écrite. Après cette défaite digne d’un grand Benoit Paire, il est temps de relever la tête. La semaine internationale tombe à pic. Après les points perdus contre Lausanne et Berne, une très nous fera certainement du bien pour repartir du bon pied. La relance genevoise se passera le 17 octobre prochaine du côté du Kybunpark. Il faudra se mobiliser afin d’aller encourager nos gaillards et leur montrer qu’à travers la Suisse, on sera là. Pour nos couleurs, pour notre fierté !

Allez Servette !

➡️ Le tableau noir du match

➡️ La dernière analyse de Tribune Nord

En direct
Hors Ligne
Holler Box
Servettiens.ch

GRATUIT
VOIR